Escalade Mag n°1 sep/oct 2005
Escalade Mag n°1 sep/oct 2005
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°1 de sep/oct 2005

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Press'Evasion

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 9,5 Mo

  • Dans ce numéro : trip espagne.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
T 8 texte et photos : Yves MARIAUD 1'anion y s trésors de los Pingres de Rodeno D’après les dires de certains grimpeurs, il semblerait que l’Espagne recèle des trésors cachés en matière de bloc. Perchée sur les plateaux d’Aragon, entre Madrid et Teruel, située au paradis même de la cochonnaille, on trouve la sierra de Albarracìn et la petite ville du même nom. A quelques encablures, nos voisins hispaniques ont déniché un spot de grés rouge des plus intéressants, tant en matière de qualité que de quantité. Perdue dans le paysage protégé de Los Pinares de Rodeno, célèbre pour ses peintures rupestres et ses vestiges archéologiques, est née la tierra prometida, comprenez la terre promise (c’est ce que les Espagnols ont titré dans un article sur internet). A la vue des photos qui accompagnent ce texte, notre envie de découvrir ce spot grandit. Après quelques détails techniques et le repérage exact des lieux sur les cartes, c’est décidé, nous partons.
Arrivé à Albarracin, on accède au site en empruntant une étroite et sinueuse route de montagne depuis laquelle on aperçoit déjà le caillou. Une fois débarqué votre matos sur le parking principal (obligatoire), tous les secteurs seront accessibles en peu de temps. Sur place, le spectacle est de taille : la roche est de couleur rouge. Cette coloration du grès est due à sa teneur en particules métalliques qui, au contact de l’air, se transforment en oxyde de fer, c’est à dire en rouille. Tous les blocs se situent dans une vaste pinède vallonnée, où poussent de grands pins maritimes et quelques chênes. Le grès d’Albarracin est compact et solide, le grain est très fin et fort agréable (ce qui vous accordera de grimper plus de trois jours consécutifs sans trop vous attaquer la peau des doigts) mais il n’en reste pas moins très adhérent. La roche offre beaucoup de réglettes, des trous et quelques plats invitant à une escalade variée et ludique. Les blocs ont généralement des formes de tours rectangulaires aux sorties aisées sur grosses prises. Mais il n’est pas rare d’en rencontrer d’autres ressemblant à des casquettes avec de grands toits où l’on grimpe de trous en règles pour se rétablir à la façon bleausarde sur des plats. Les rochers sont souvent hauts, le sol est généralement plat et sablonneux. Toutefois l’utilisation du crash-pad est vivement conseillée, étant donné qu’à certains endroits racines et blocs ressortent de la terre. Le brossage des prises n’est pas toujours parfait et les sommets sont parfois moussus et lichéneux, alors pour éviter les mauvaises surprises repérez les prises de sortie par le haut des blocs et n’hésitez pas à faire usage de la brosse avant de vous engager dans un passage. Les ouvreurs Espagnols semblent être attirés par les départs assis : ici la majorité des blocs sont ouverts de la sorte. - page précédente et au dessus : Cyrille Le Menestrel au secteur Parking [6b] - ici c’est : Françoise Sallé dans un [6b] au secteur du parking. 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :