Époque Times Montréal n°365 30 sep 2013
Époque Times Montréal n°365 30 sep 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°365 de 30 sep 2013

  • Périodicité : bimensuel

  • Editeur : La Grande Époque Inc.

  • Format : (279 x 559) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 2,5 Mo

  • Dans ce numéro : Denis Coderre, politicien aguerri.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
4 Actualité 1›e' ? « LE CADRE ÉLECTORAL MUNICIPAL N'EST PAS SIMPLE » Pierre G. Laporte, responsable des communications en matière d’élections à Montréal, partage son expertise afin de faire sortir des zones d’ombre les électeurs qui sont bien souvent confus devant les modes de scrutin. Ses commentaires et explications paraîtront également dans les deux prochains dossiers d’Époque Times sur les candidats à la mairie de Montréal. Époque Times (ÉT) : En quoi les élections municipales se distinguent-elles des élections provinciales et fédérales ? Pierre G. Laporte (PGL) : L’élection municipale n’est pas gouvernée par les mêmes lois de l’élection fédérale et provinciale. Les municipalités sont des créatures au gouvernement du Québec. Le gouvernement du Québec a une loi sur les élections, c’est celui qui a établi les règles du jeu. Donc ces règles-là ne sont pas identiques au vote fédéral et au vote provincial, il y a des nuances. Par exemple, on parle de concevoir la liste électorale en partant de la liste électorale permanente, conçue à partir du registre de l’assurance maladie du Québec. On la saucissonne selon les districts électoraux de Montréal, de façon à dresser une liste électorale qui, par la suite, va être passée à des étapes t RBO. #13,50 Bco Québec Inc. Salle de montre au : www.climatisationbco.ca 8394, boul. St-Laurent, Montréal QC H2P 2M3 514 657-4658 Climatiseur thermopompe mural et central• RA 10A SEER 13 à 20• DC Inverter•Compresseur Toshibu•Compresseur gorantle 6 à 10 ans• Pièces et main d'oeuvre goranne 1 à 5ons Installation incluse Climatiseur mural• Combinaison 1 utilité, 2 utilités, 3 utilités et 4 utilités intérieures• Une seule utilité extérieure (1 à 4 utilités intérieures)• 9000 BTU ; 12000 BTU ; 18000 BTU ; 24000 BTU ; 36000 BTU• Climatiseur central ; 1,5T à 5T• Climatiseur de toit : 51'à 20T de révision. Tout ça pour arriver à la liste finale. Par exemple, si une personne est en retard et a dépassé la période allouée pour être sur la liste électorale finale, au gouvernement fédéral, s’il a des pièces d’identité, il peut voter. Au municipal, il ne peut pas. Cela dit, le principe de base est le même. Les citoyens habitant Montréal qui ont 18 ans et tt plus peuvent voter. L’autre caractéristique touche les municipalités, pas seulement dans la municipalité de Montréal, mais dans l’ensemble des municipalités. C’est que les propriétaires des immeubles qui n’habitent pas nécessairement à Montréal, mais qui sont propriétaires des immeubles à Montréal, peuvent s’inscrire sur la liste électorale. Ils ne peuvent pas être candidats, mais ils peuvent s’inscrire sur la liste en tant Installation du purificateur d'air, subventions gouvernementales de 490 $ Installation du climatiseur Energy Stars BCO, subventions gouvernementales de 650 $•. j tri 2.1 Pu ron 30 septembre au 14 octobre 2013 ÉpoqueTimes « Le cadre électoral municipal n’est pas simple » DOIT-ON OUBLIER LE FONCTIONNEMENT DES ÉLECTIONS PROVINCIALES ET FÉDÉRALES ? Mathieu Côté-Desjardins Époque Times que votants. Prenons un exemple. Vous êtes un riche propriétaire immobilier. Vous avez 18 immeubles à Montréal. On ne vous autorisera pas à voter 18 fois, mais vous pouvez voter à un endroit qui sera le plus près de votre bâtiment qui a le plus fort d’évaluation foncière. Disons que vous avez un immeuble à bureaux dans Ahuntsic-Cartierville. Vous allez Si une personne est en retard et a dépassé la période allouée pour être sur la liste électorale finale, au gouvernement fédéral, s’il a des pièces d’identité, il peut voter. Au municipal, il ne peut pas. être avisé par une correspondance. Vous recevrez toutes les démarches pour vous inscrire. Le tout ne se fait pas automatiquement. Si on revient au citoyen, la Ville va envoyer des cartes d’avis à l’ensemble des Montréalais, ainsi que le manuel de l’électeur. Chacune des portes résidentielles à Montréal recevra le tout. On va envoyer également des cartes à partir de la liste électorale permanente à l’adresse que nous avons. Les gens ? retrouveront l’information telle que l’heure du vote et la date. Si tout est conforme sur le carton, les gens n’ont rien à faire, seulement se déplacer pour aller voter. Prenons un exemple. Vous êtes déménagé le 1er juillet, vous étiez à Rosemont–La Petite-Patrie et vous êtes déménagé à Mercier-Hochelaga-Maisonneuve. Si vous avez fait votre changement d’adresse à la Régie de l’assurance maladie du Québec, dormez sur vos deux oreilles, vous allez être au bon endroit sur la liste électorale. Si vous ne l’avez pas fait, c’est là que c’est à vous de vérifier les choses, la période de révisions de la liste [le dépôt et la révision de la liste électorale a lieu du 23 septembre au 17 octobre 2013] devient utile.• Le dépôt et la révision de la liste électorale, du 23 septembre au 17 octobre 2013• À compter du 24 septembre 2013 : distribution par la poste de l’avis d’inscription à la liste électorale• Du 6 au 17 octobre 2013 : travaux de la commission de révision• Pour demander une inscription, une radiation ou une correction à la liste électorale, il est nécessaire de se présenter à la commission de révision. Il y aura plusieurs lieux pour les commissions de révision. Ces lieux seront communiqués prochainement à chaque électeur avec l’envoi de l’avis d’inscription à la liste électorale.• Pour de plus amples informations : election-montreal.qc.ca/listeelectorale/revision/index.fr.html ? Yvan Pinard/Époque Times
ÉpoqueTimes 30 septembre au 14 octobre 2013 Daniel Mihailescu/AFP/Getty Images Le village pittoresque de Rosia Montana, dans la région roumaine historique de Transylvanie, se trouve au-dessus d’un des plus gros dépôts d’or en Europe. Un projet minier canadien en Roumanie soulève la colère Justina Reichel Époque Times VII. RÉFLEXIONS SUR LE RÈGNE PERVERS DU PCC 1. Qu’est-ce que le Parti communiste ? (Suite) Le peuple est la cible de l’asservissement et de l’oppression par le Parti. Sous le règne du Parti, les gens n’ont pas le droit de rejeter le Parti. Au contraire, ils sont forcés d’accepter la domination du Parti et d’être dans l’obligation de soutenir le Parti. Ils sont aussi sujets à des séances régulières de type lavage de cerveau sous la contrainte menaçante du Parti. Le PCC force la nation entière à croire en lui et à soutenir cette secte perverse. Cela se voit rarement dans le monde d’aujourd’hui et nous devons reconnaître les talents De grandes manifestations surviennent en Roumanie pour s’opposer à l’établissement de la plus grande mine à ciel ouvert d’Europe par une entreprise canadienne. Des manifestations de moindre envergure ont eu lieu dans plusieurs autres pays, dont au Canada. Les manifestations en Roumanie, en cours depuis le début du mois de septembre, ont rassemblé jusqu’à 20 000 personnes, un chiffre inégalé dans le pays depuis des décennies. Certains ont même osé qualifier le mouvement « d’automne roumain » pour tracer un parallèle avec les soulèvements dans le monde arabe. Rosia Montana Gold Corporation, dont l’actionnaire principal est la compagnie canadienne Gabriel Resources Ltd., cherche depuis les 14 dernières années à obtenir l’approbation pour son projet de mine d’or et d’argent dans la région de Rosia Montana des Carpates occidentales transylvaines. La mine est controversée pour plusieurs raisons, notamment les milliers de tonnes de cyanure qui seraient utilisées pour extraire l’or. Les opposants au projet affirment que la mine déplacerait aussi des milliers de villageois, qu’elle menacerait des sites roumains historiques à proximité et qu’elle détruirait les montagnes environnantes. L’Académie roumaine des sciences ainsi que des groupes écologistes, religieux et politiques demandent depuis longtemps l’annulation du projet en raison de ses coûts environnementaux et sociaux. Le premier ministre roumain, Victor Ponta, a annoncé en septembre qu’il allait déposer un projet de loi au Parlement pour permettre de contourner la réglementation actuelle en matière de protection de l’environnement et du patrimoine qui bloque le développement de la mine. C’est cette annonce qui a attisé le mouvement de protestation. Les opposants au projet de loi affirment que celui-ci a été conçu spécifiquement pour servir les intérêts des entreprises et permettrait, entre autres, à Gabriel Resources de niveler quatre montagnes. Les apparences de conflit d’intérêts viennent jeter de l’huile sur le feu, puisque l’État roumain possède près de 20% de Rosia Montana Gold Corporation. « Ces manifestations sont d’une ampleur sans précédent. Elles sont spontanées, elles ne sont pas organisées par les syndicats ou les organisations non gouvernementales et elles n’ont pas d’allégeances politiques », remarque Tudor Bradatan d’Alburnus Maior, une ONG qui représente les familles dans la zone minière projetée. « C’est un exemple de participation et c’est peut-être l’une des luttes citoyennes les plus connues qui se dresse contre la corruption et l’attitude soumise des autorités et des politiciens face aux intérêts financiers. » Lors d’une manifestation le 21 septembre, plus de 6000 personnes ont formé une chaîne humaine autour de l’édifice du Parlement à Bucarest, dans un geste symbolique visant à rappeler aux élus les droits démocratiques des citoyens. Les partisans du projet sont également descendus dans la rue, affirmant que la mine de Rosia Montana va créer des milliers d’emplois très attendus et attirer des investissements étrangers. Selon Gabriel Resources, le projet pourrait créer des milliers d’emplois dans la région des Carpates occidentales et générer 24 milliards de dollars américains en retombées pour l’économie roumaine. La communauté roumaine proteste au Canada En solidarité avec les manifestants anti-mines dans son pays natal, Juliana Dutkay – arrivée au Canada il y a 13 ans – a participé à l’organisation de manifestations à Montréal et à Toronto durant tout le mois de septembre. Le soulèvement de la population contre la mine a profondément ému la communauté roumaine au Canada, affirme M me Dutkay, alors qu’elle espère que les manifestations pourront amener un changement politique et social dans le pays rongé par la corruption. « Ce serait bien que cela se traduise en de nouveaux dirigeants et de nouveaux partis », mentionne-t-elle. « C’est un premier pas, un bon premier pas. C’est en lien avec un projet spécifique, mais ça soulève des questions beaucoup plus larges en général. J’espère que cela se traduira en confrontation politique qui puisse s’élever au-delà de toute corruption et de ces gouvernements successifs qui défilent en Roumanie depuis un bon moment maintenant. » Le président roumain, Traian Basescu, qui dans le passé avait signalé son Époque Times OTTAWA – Le gouvernement Harper a été sévèrement critiqué la semaine dernière en raison de son refus persistent de prendre part à un traité historique réglementant le commerce international des armes. Contrôlez les armes, un regroupement d’agences non gouvernementales, s’est dit frustré et déçu que le Canada n’ait pas imité les États-Unis et plus de 90 autres pays dans la signature du Traité sur le commerce des armes (TCA). Le Nouveau Parti démocratique (NPD) a pour sa part accusé le gouvernement de s’accrocher à des théories du complot, puisqu’il continue d’affirmer que le traité pourrait affecter les propriétaires légitimes d’armes à feu au Canada. Les reproches contre le gouvernement ont déferlé après que le secrétaire d’État américain, John Kerry, a signé le traité en marge de l’Assemblée générale des Nations Unies. M. Kerry a parlé d’un « pas important » pour rendre le monde plus sûr. Il s’est également adressé à ses adversaires politiques en disant que le traité n’affecterait pas les propriétaires d’armes à feu aux États-Unis, où beaucoup s’inquiètent que le traité pourrait enfreindre le droit des Américains de porter des armes. « Ce traité ne va pas réduire la liberté de personne », a insisté M. Kerry, ajoutant que les États-Unis « ne songeraient jamais à appuyer un traité qui est incompatible […] avec les droits des citoyens américains d’être en mesure d’exercer leurs droits garantis par notre Constitution ». Le point de vue de M. Kerry semble différer grandement de celui du gouvernement Harper sur le sujet. Le ministre des Affaires étrangères, John Baird, a affirmé qu’il y avait un lien potentiel entre la signature du traité et le registre canadien des armes à feu maintenant aboli. Son bureau a indiqué que le gouvernement tentait toujours de déterminer si le traité affecterait les propriétaires légitimes d’armes à feu récréatives au Canada. « Nous avons dit que nous ferions des consultations avant de prendre une décision », a déclaré M. Baird la semaine dernière lorsqu’on lui a demandé pourquoi le Canada n’avait toujours pas signé le traité. « [Les consultations] sont à une étape initiale, donc évidemment nous n’allons pas signer quelque chose [de manière prématurée]. » Actualité Extrait des Neuf commentaires incomparables du PCC dans une pareille oppression. Les membres du Parti sont une masse physique qui a été utilisée pour remplir le corps du Parti. Beaucoup d’entre eux sont honnêtes et bons et ont peut-être une vie sociale tout à fait accomplie. Ce sont les personnes que le PCC aime bien recruter, puisque leur réputation et leurs compétences peuvent être utilisées pour servir le Parti. Beaucoup d’autres, outre leur désir de devenir fonctionnaires et de jouir d’un statut social plus élevé, sont prêts à travailler dur pour rejoindre le Parti et aider l’entité perverse. Il y a aussi ceux qui choisissent de venir au Parti parce qu’ils veulent faire quelque chose dans leur vie et qu’ils se rendent compte que sous la domination communiste ils n’y parviendront pas à moins d’adhérer au Parti. Certains ont rejoint le Parti parce qu’ils voulaient se faire attribuer un appartement ou simplement obtenir une meilleure image. C’est ainsi que, parmi les dizaines de millions de membres du Parti, il y a à la fois de bonnes et de mauvaises personnes. Peu importe les motifs, une fois que vous jurez votre allégeance en face du drapeau du Parti, de plein gré ou non, cela signifie que vous vous êtes volontairement voué au Parti. Vous allez alors subir un processus de lavage de cerveau en participant aux études politiques hebdomadaires. À la suite de leur endoctrinement par le Parti, un nombre significatif de ses membres n’auront tout au plus que peu de pensées propres et seront facilement contrôlées par le spectre pervers, hôte du corps du PCC. Ces gens fonctionneront dans le Parti comme les cellules d’un corps humain et travailleront sans arrêt pour le Parti, même si eux-mêmes font partie de la population asservie par le Parti. Plus triste encore, une fois que la servitude de la « nature du Parti » vous a été imposée, il devient très difficile de s’en défaire. Dès que vous montrez votre nature humaine, vous serez victime d’une purge ou serez persécuté. Vous ne pouvez pas vous retirer du Parti de votre propre chef, même si vous le voulez, car le Parti avec sa politique d’acceptation des entrées et de refus des sorties vous considérerait comme un traître. C’est pourquoi les gens révèlent souvent une double nature : dans leur vie politique, la nature du Parti communiste 5 « Affirmations fallacieuses » Toutefois, les détracteurs se font de plus en plus impatients. « Il n’est plus temps pour le Canada de se cacher derrière des affirmations fallacieuses selon lesquelles le traité va affecter les propriétaires légitimes d’armes à feu et il doit rejoindre les États qui veulent sauver des vies en mettant fin au transfert irresponsable d’armes », a déclaré Ken Epps du groupe Project Ploughshares. Project Ploughshares est membre de la coalition canadienne, qui comprend également OxfamCanada, OxfamQuébec et Amnesty International. Le critique du NPD en matière d’Affaires étrangères, Paul Dewar, s’est dit bouleversé que les États-Unis – dont le lobby des armes à feu est beaucoup plus puissant – a signé le traité avant le Canada. « Le fait que le gouvernement continue de refuser de signer le traité indique une préférence pour les théories du complot plutôt que pour la simple vérité : il s’agit d’un traité qui va aider à sauver la vie de millions de civils à travers le monde et il n’affectera pas les propriétaires d’armes à feu au Canada », a écrit M. Dewar dans un courriel. Robert Fox, directeur général d’OxfamCanada, s’est dit déçu de l’inaction du gouvernement et l’exhorte à signer le traité le plus rapidement possible. « Nous vivons dans un monde où il y a plus de réglementations sur le commerce des bananes que sur celui des AK-47 », a déclaré M. Fox en entrevue. « Nous croyons que le traité se penche sur les préoccupations [du gouvernement]. Si les États-Unis sont en mesure de le signer, alors c’est un mystère pour nous que le Canada ne puisse pas. » Il n’est pas clair comment le traité va aider à endiguer le commerce international des armes, qui s’élève entre 60 à 85 milliards de dollars annuellement. Beaucoup dépendra de la ratification par les pays et comment il sera sérieusement appliqué une fois qu’il entrera en vigueur. Le traité, qui ne vise pas à contrôler l’utilisation des armes à l’intérieur des pays, englobe les chars d’assaut, les véhicules de combat d’infanterie, les systèmes d’artillerie de haut calibre, les avions de combat, les hélicoptères de combat, les navires de guerre, les missiles et les lance-missiles ainsi que les armes légères. Avec des informations de La Presse Canadienne Depuis la publication des Neuf commentaires sur le Parti communiste en novembre 2004 par le Dajiyuan (édition chinoise d’Époque Times), plus de 147 200 000 personnes ont démissionné du Parti communiste chinois (PCC) et de ses organisations. Nous republions donc ces commentaires ayant déjà une portée historique. Leur intégralité est disponible sur le site [www.epoquetimes.com]. Huitième commentaire EN QUOI LE PARTI COMMUNISTE CHINOIS EST UNE SECTE PERVERSE Washington signe le traité sur les armes mais pas Ottawa appui au projet minier, a récemment appelé à freiner le projet de loi favorable à la mine, affirmant qu’il est « inconstitutionnel ». Dans la foulée des tensions entourant la mine, le Parlement roumain a mis sur pied, le 18 septembre, une commission chargée d’évaluer le projet de loi. Cette commission aura jusqu’au 20 octobre pour produire son rapport, qui sera alors livré au Parlement pour un vote final. Selon Alburnus Maior, la commission n’est qu’une tentative d’apaiser la population et de contourner l’application régulière de la loi en amendant certains des points les plus controversés du projet de loi tout en ne détournant pas du but fondamental du gouvernement qui est d’approuver le projet minier. Les opposants à la mine demandent la démission de M. Ponta, le rejet du projet, l’imposition d’une interdiction sur l’extraction minière au cyanure en Roumanie et l’inclusion de la région de Rosia Montana dans la liste nationale de propositions de sites à inclure au Patrimoine mondial de l’UNESCO. M. Bradatan affirme que les manifestants vont continuer leur lutte pour la transparence et l’obligation de rendre des comptes, peu importe le temps nécessaire. « La démocratie n’est pas une bataille que l’on remporte une seule fois ; c’est une lutte constante », dit-il. « Aussi longtemps qu’il y aura de l’or dans Rosia Montana, il y aura une bande de gens cupides qui souhaitent se l’approprier sans se préoccuper des conséquences. Mais je sais aussi qu’il y aura assurément un autre groupe de gens conscients qui ne laissera pas cette bande de gens cupides changer les lois et empoisonner l’environnement pour quelques pépites d’or. » Gabriel Resources Ltd. n’a pas répondu aux demandes d’entrevue avant la publication. et, dans leur vie quotidienne, la nature humaine. Les cadres du Parti forment un groupe qui garde le pouvoir parmi ses membres. Bien qu’ils puissent choisir entre le bien et le mal et prendre leurs propres décisions dans des circonstances spécifiques, dans des moments spécifiques et lors d’évènements spécifiques, dans leur ensemble, ils doivent suivre la volonté du Parti. Le mandat stipule : « Le Parti entier obéit au Comité central ». Les cadres du Parti sont des dirigeants à différents niveaux ; ils sont la colonne vertébrale du Parti. Eux aussi ne sont que des instruments dans les mains du Parti. Eux aussi ont été trompés, utilisés et persécutés par le Parti pendant les campagnes politiques passées. Le critère sous-jacent du PCC est de tester si vous suivez le juste gourou et si vous êtes sincère dans votre dévotion.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :