Époque Times Montréal n°352 18 mar 2013
Époque Times Montréal n°352 18 mar 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°352 de 18 mar 2013

  • Périodicité : bimensuel

  • Editeur : La Grande Époque Inc.

  • Format : (279 x 559) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 2,8 Mo

  • Dans ce numéro : le marché de l'or blond.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8 Art de vivre 18 au 31 mars 2013 ÉpoqueTimes Un ingrédient délicieux et étonnant Le goût spécifique de l’algue Valeria Beroiz Époque Times occidentale que récemment. Elle est bien connue pour être l’un des principaux ingrédients de la soupe miso. Cette algue peut être utilisée comme un condiment – saupoudrée sur des plats tels que le riz – elle peut être bouillie, frite, utilisée dans les salades ou encore accompagnée d’autres légumes. Elle est riche en calcium et en niacine, a un fort pouvoir reminéralisant, purifie le sang et détoxifie le corps. La cuisine japonaise traditionnelle s’est toujours distinguée par des saveurs délicieuses, fraîches et naturelles, c’est une des raisons pour lesquelles elle est intéressante pour les personnes qui cherchent à suivre un régime macrobiotique ou végétarien. Une de ses caractéristiques plus importantes est l’utilisation de l’algue dans ses plats savoureux et parfumés. Un exemple de l’utilisation de cet ingrédient particulier est l’un des plats les plus célèbres et renommés : les sushis. Bien que l’idée d’utiliser l’algue dans les plats ne soit pas très excitante pour beaucoup de gens, il est bon d’expérimenter et d’exposer le palais à de nouvelles expériences. Il est étonnant de découvrir la variété de plats qui peuvent s’apprêter avec différentes algues : des soupes, des salades et des desserts, tels que gelées, confitures et crèmes glacées. L’algue n’est pas seulement un ingrédient exotique, elle est également utile pour assurer la cohérence des aliments et rehausser les saveurs originales des plats tout en apportant des éléments nutritifs essentiels. Il est très important de noter cela, puisque les algues ont des propriétés naturelles qui sont nutritives et bonnes pour votre santé, comme des minéraux, des oligoéléments, des protéines et des fibres. Afin d’intégrer les algues dans notre régime alimentaire, voici une liste des algues les plus utilisées et les plus communes dans la gastronomie japonaise, en prenant en compte les principales caractéristiques de chacune d’elles. L’aramé Il est largement utilisé dans diverses Un plat japonais avec ail, wakamé et sauce soja Wikipedia recettes asiatiques traditionnelles, comme pour les plats de tofu et de légumes. Il a un goût très délicat, doux et est surtout sans calories. Cette algue est riche en calcium, en fer, en phosphore, en iode et en vitamines A, B1 et B12. Le kombu Il est également connu sous le nom de dashima en coréen ou haidi en chinois. Cette algue est couramment utilisée, en particulier en Asie du Nord-Est. Généralement, on peut la trouver sur le marché sous forme de feuilles coupées en morceaux de 3 à 4 centimètres (oboro kombu) ou fraîche avec du sashimi (lanières de poisson cru). Le kombu est largement utilisé pour cuisiner des plats à base de haricots, car il facilite la digestion. Un des plus célèbres plats japonais est le kombu dashi, une base de la soupe japonaise. Le kombu est très riche en iode, en calcium (pas autant que l’aramé), en fer, en vitamines A, C et en niacine. Il est recommandé de le consommer cuit à la vapeur pour réduire la quantité d’iode. Il est déconseillé pour les personnes souffrant d’hyperthyroïdie. Le wakamé Cette algue a été longtemps utilisée dans la cuisine asiatique, mais n’a été découverte et utilisée dans la gastronomie Le nori Il entre généralement dans la préparation des sushis. Il est habituellement utilisé sous forme de feuilles grillées et pressées. Parmi les propriétés présentes dans le nori, on trouve des vitamines A, B et de la niacine. Il est déconseillé pour les personnes souffrant d’hyperthyroïdie, même si c’est une algue à teneur moindre en iode. L’agar-agar Cette algue a la particularité de n’avoir aucun goût ni odeur, elle est donc largement utilisée dans la préparation de desserts comme la gelée, la crème glacée et autres produits laitiers en raison de sa capacité à donner une consistance désirée et à épaissir les préparations. L’agar-agar est idéal pour les personnes à la diète, car il est très faible en calories et est très nutritif. La dulse C’est une algue généralement consommée comme collation et, sous forme de poudre, comme assaisonnement. Contrairement à d’autres algues, la dulse n’a aucune vitamine A ni niacine et contient peu de calcium et de fer, mais elle a de la vitamine C et des oméga-3. La liste des algues utilisées dans la cuisine japonaise est longue, mais il est bon de connaître leur existence et d’en tenir compte pour dépasser les frontières culinaires. Lorsque vous commencez à utiliser des algues dans les plats, il est recommandé de commencer par de petites quantités et des variétés «plus légères» comme l’aramé ou le kombu. RECETTE Nouilles de riz aux légumes et aramé Ingrédients • 1 paquet de nouilles de riz • 1 carotte moyenne, coupée en bâtonnets • 1 poivron, coupé en lanières Préparation • 1 tasse de fèves germées • 1 peu de maïs égoutté • 2 échalotes, coupées dans le sens de la longueur • Huile de cuisson • 1/2 tasse d’aramé, trempé dans l’eau pendant 10 minutes • Sauce de soja • Sel et poivre, au goût Faire bouillir les nouilles de riz selon les instructions sur le paquet, les passer sous l’eau froide et les mettre de côté. En même temps, dans un wok, commencer à frire avec l’huile de cuisson tous les légumes coupés. Cuire à feu vif pendant 5 minutes, en prenant soin de ne pas trop cuire pour ne pas ramollir les légumes. Ajouter quelques gouttes de sauce de soja et les algues trempées dans le mélange. Incorporer les nouilles et poursuivre la cuisson jusqu’à ce que ce soit chaud. Ajouter quelques gouttes de sauce de soja et servir. Plan de carrière et rétrospection vont de pair Song Woo C’est toujours une bonne idée de réfléchir à la façon dont votre carrière a progressé durant la dernière année. La nature humaine a tendance à avoir hâte au lendemain, mais au fil des ans j’ai appris que si vous souhaitez vous déplacer dans la bonne direction, il faut examiner le passé. En tant que grand amateur de football et de sports en général, j’aime transférer ce que je vois dans le sport au monde des affaires. L’un des points que j’aime dans le football est que les entraîneurs et les joueurs font beaucoup de planifications stratégiques. Ils regardent tous les films disponibles des jeux passés à la recherche de moyens pour s’améliorer afin de battre leurs adversaires. Une bonne équipe ne va pas jouer le prochain match sans visionner le jeu de son adversaire ou sans plan de jeu. Les grandes équipes et les joueurs sont toujours préparés et sont toujours à la recherche de moyens pour s’améliorer. Je ne pense pas que ce soit le cas dans le milieu du travail. Ce n’est vraiment pas surprenant, car pour la plupart des gens chaque jour efface la veille. Il est facile pour l’employé moyen d’entrer au bureau, de se mettre au travail et de rentrer à la maison. Puis, de revenir au travail le lendemain et de recommencer. Le travail est un cycle répétitif. Avant de vous en rendre compte, une année est passée, puis deux, puis cinq et ainsi de suite. En tant que formateur et devant mes collègues, j’ai souligné sans relâche que si l’on veut aller de l’avant l’on ne peut pas rester coincer dans le «cycle du travail». Ce que je veux dire par là, c’est que cette façon de faire n’est pas assez bonne. Il faut faire davantage. Dans le football, c’est le temps de jeu qui est rémunéré, c’est leur «travail». Cependant, les joueurs de haut niveau ne se présentent pas seulement au jeu. Ils ont pris du temps en dehors du jeu officiel pour s’améliorer afin de mieux effectuer leur travail. Tout le monde peut voir ce qui se passe dans le jeu, mais on ne voit pas la préparation qui se déroule en dehors du jeu – le conditionnement supplémentaire, l’étude du jeu en regardant les films, etc. Quelle que soit votre carrière, je sais que vous pouvez faire plus et mieux. Nous avons tous des vies à l’extérieur de nos carrières, je comprends cela. Le temps est une denrée limitée. Aucun d’entre nous n’a suffisamment de temps pour faire tout ce qu’il veut, mais si le fait d’avancer dans votre carrière est important pour vous, alors vous devez être présent aussi en dehors de votre travail. Donc, prenons le temps de passer en revue la dernière année en répondant aux questions suivantes : • Quels sont les objectifs que je me suis fixés? • Quels sont les objectifs auxquels je ne satisfais pas et pourquoi je n’y arrive pas? • Dans quels domaines puis-je m’améliorer? • Comment est ma relation avec mes pairs/mon patron/mes subordonnés? Passer en revue le passé pour aller de l’avant dans la bonne direction • Comment puis-je améliorer l’organisation? C’est notre façon de revoir le film du jeu. Si vous pouvez répondre efficacement à ces questions, vous pouvez mettre en place un bon plan de jeu pour la présente année. Au lieu de vous borner à travailler et à laisser passer le temps, vous pouvez aller au travail avec des objectifs et plus de motivation. Ne vous laissez pas prendre par la routine et efforcez-vous toujours de vous améliorer. La croissance est un état d’esprit. Photos.com
ÉpoqueTimes 18 au 31 mars 2013 9 Santé La gratitude est bonne pour la santé Trois étapes simples pour devenir plus reconnaissant Tysan Lerner Époque Times Avant de profiter de notre repas de fête, ma famille et mes amis font chacun l’éloge des choses dont ils sont reconnaissants. Ce fait nous réunit, nous faisant nous sentir plus proches les uns des autres tout en rendant la soirée plus riche et plus significative qu’un simple repas festif. Le lendemain du «vendredi noir», j’ai lu dans le journal que des Américains s’étaient chamaillés pour mettre la main sur le dernier gadget avant la fin de cette journée traditionnellement consacrée aux soldes aux États-Unis. Des comportements comme la compétition pour acquérir des choses peuvent créer un mur entre les personnes, alors que la gratitude peut améliorer les relations et générer une meilleure santé. La gratitude est généralement définie comme «le sentiment d’être redevable d’un bienfait reçu», selon l’étude Gratitude and Well Being: The Benefits of Appreciation (Gratitude et bien-être : les avantages de la reconnaissance) menée par Randy A. Sansone, M.D. et Lori A. Sansone, M.D., publiée dans Psychiatry (Edgmont), selon le National Center for Biotechnology Information. La gratitude peut donner un sens à notre vie et parfois nous aider à dépasser des petits détails. Elle peut nous aider à voir le bien dans les situations, les évènements, etc. Elle peut nous aider à reconnaître ce qui a de la valeur dans notre vie et, peut-être plus important encore, elle peut nous aider à sourire. Pourquoi attendre une occasion spéciale pour devenir plus reconnaissant? Rendons grâce dès maintenant de tout ce qui est bénéfique dans notre vie, commençons dès aujourd’hui à être une personne reconnaissante. Voici trois manières simples que l’on peut pratiquer pour devenir une personne plus reconnaissante. Commencer un journal de gratitude Tous les soirs, avant de vous coucher, écrivez au moins cinq choses pour lesquelles vous êtes reconnaissant. Pensez à ce qui a de la valeur à vos yeux, ce qui est important pour vous et écrivez-le. Il s’agit d’un moyen facile pour devenir une personne plus optimiste parce qu’au milieu des nombreux défis dans notre vie, il y a aussi beaucoup de choses pour lesquelles nous pouvons être reconnaissants. Trouver ce qu’il y a de bon chez les autres Définissez ce qui vous procure un sentiment de reconnaissance, l’appréciation de ce qui est précieux et utile, puis trouvez ces qualités parmi les gens qui vous entourent. Parfois, on entre dans une ornière négative avec les autres, parce qu’on les voit à travers des ressentiments, une accumulation de notions et de la colère refoulée Bien qu’il puisse être utile de traiter ces questions, la réalité est que vous ne pouvez pas changer les autres. Si vous George Doyle/Photos.com Devenir plus reconnaissant permet d’améliorer son bien-être et de développer l’optimisme. souhaitez vraiment améliorer vos relations avec les autres, vous devriez commencer par changer votre façon de penser. Voir la gratitude Il y a peut-être beaucoup de choses que votre conjoint(e), ami(e) ou parent vous donne régulièrement et vous les tenez pour acquises. Commencez à manifester votre gratitude envers les personnes qui font quelque chose de bien pour vous. Cela peut avoir ou ne pas avoir d’effet sur les autres, mais cette attitude va certainement vous aider à ressentir une plus grande satisfaction dans vos relations avec eux. Ces trois étapes simples vont vous aider à devenir plus reconnaissant. Quand vous le serez, vous deviendrez naturellement plus optimiste. L’optimisme est intimement lié à une vie plus longue et en meilleure santé. Les fusillades de masse sont souvent attribuées à des médicaments sur ordonnance Martha Rosenberg Ce n’est plus un secret que des médicaments sur ordonnance, notamment les antidépresseurs, peuvent aggraver l’état de personnes souffrant de troubles psychiatriques et même les inciter à la violence. Les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) [Selective serotonin reuptake inhibitor (SSRI)], comme le Prozac, le Zoloft et le Paxil, sont donc liés à la violence. Cela a donné lieu à un avertissement de la part de la FDA «Agence fédérale américaine des produits alimentaires et médicamenteux» en 2004. La mise en garde vise les risques suicidaires qu’ils peuvent créer chez les jeunes adultes. Selon plusieurs rapports publiés, les hommes armés impliqués dans les fusillades de masse à Columbine High School, dans la réserve de Red Lake, à Northern Illinois University et à Virginia Tech étaient sous l’influence de médicaments psychiatriques ou avaient cessé le traitement. Environ 5000 articles font le lien entre les médicaments psychiatriques et les crimes violents, dont les fusillades dans les écoles, selon le site Internet du ISRS [ssristories.com] où on peut lire ces articles. D’après les reportages archivés sur ce site, trois hommes âgés entre 70 et 80 ans ont attaqué leurs épouses avec des marteaux alors qu’ils étaient sous l’influence de médicaments psychiatriques. Un patient, âgé de 54 ans, atteint d’une maladie respiratoire et respirant à l’aide d’un tube et d’une bonbonne d’oxygène, mais n’ayant aucun casier judiciaire, a braqué une banque. En Australie, un homme furieux a poursuivi son facteur et menacé de lui couper la gorge parce qu’il lui avait apporté un courrier indésirable. Au Texas, un homme âgé de 58 ans, n’ayant aucun antécédent criminel, a tenté d’enlever trois personnes. Une femme de l’Oklahoma a accepté une tasse de thé d’une infirmière âgée qu’elle venait de rencontrer et l’a tuée. «Le genre d’énergie, de rage et de folie que l’on observe dans un grand nombre de crimes d’aujourd’hui n’existait pas dans le passé», a déclaré Rosie Meysenburg, cofondatrice de SSRI Stories, dans une interview peu avant sa mort en 2012. M ME Meysenburg n’est pas la seule à avoir observé cette violence étrange, imprévisible et inexplicable qui est apparue depuis le début de l’engouement pour des médicaments psychiatriques comme le Prozac il y a 25 ans. Est-ce que les personnes âgées commettaient fréquemment des crimes autrefois? Est-ce que les gens tuaient aussi souvent leurs familles? Au cours de quelques semaines en 2009, les évènements suivants ont été rapportés. À Middletown, au Maryland, un homme est accusé d’avoir tué sa femme et ses trois enfants. Un homme de Milton, dans le Massachusetts, est accusé d’avoir tué ses deux sœurs lors d’une fête d’anniversaire. Un homme de Santa Clara est accusé d’avoir tué ses deux enfants et trois autres membres de sa famille. À Orting, Washington, un homme est accusé d’avoir tué ses cinq enfants. À Chicago, un homme est accusé du meurtre de la sœur de sa petite amie, de son père et de son grand-père. Un homme de l’Alabama est accusé d’avoir tué sa mère et ses grands-parents. Que se passe-t-il? Il y a une autre source d’information qui relie les médicaments psychiatriques sur ordonnance au taux élevé de suicide et de violence, il s’agit du taux élevé de suicide dans l’armée où les antidépresseurs sont largement distribués. Durant le mois de juillet 2011 seulement, il y a eu 32 suicides suspects, 22 parmi les troupes de service actif et 10 parmi les réservistes. Dans un rapport, 36 % des hommes qui se sont suicidés n’avaient même jamais été affectés. Cela signifie que le stress au combat et le stress post-traumatique n’étaient pas des facteurs déclenchant ce comportement autodestructeur. Sans être cynique, on peut se demander si l’origine de ces suicides, au moins en partie, ne proviendrait pas de la prise de ces médicaments. Ce n’est pas être cynique que de se demander si certains, parmi les 20 millions d’Américains qui prennent ces médicaments, ne seraient pas derrière les fréquentes fusillades de masse et les meurtres familiaux. Martha Rosenberg est auteure et journaliste spécialisée dans le domaine de la santé. Elle vit à Chicago Brendan Smialowski/AFP/Getty Images Animaux en peluche et fleurs au mémorial de fortune près de l’entrée de l’école primaire de Sandy Hook, à Newtown, Connecticut, le 18 décembre 2012. Un homme armé a tué vingt élèves et six adultes quatre jours plus tôt.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :