Époque Times Montréal n°350 18 fév 2013
Époque Times Montréal n°350 18 fév 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°350 de 18 fév 2013

  • Périodicité : bimensuel

  • Editeur : La Grande Époque Inc.

  • Format : (279 x 559) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 2,4 Mo

  • Dans ce numéro : les conditions pour que le grand ménage ait lieu, rencontre avec Louise Harel.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8 Art de vivre 18 février au 3 mars 2013 ÉpoqueTimes Suivez ces conseils avant de dire « j’achète ! » Cinq pièges à éviter lors de l’achat de diamants Ira Weissman Peut-être que certains d’entre vous envisagent la possibilité de faire l’un des achats les plus importants de leur vie : une bague de fiançailles en diamant. C’est une ironie malheureuse que cet achat – supposé unique dans l’expérience d’une vie – soit aussi celui que la plupart des gens maîtrisent le moins. Souvent l’investissement est mal géré parce que bon sens et émotivité sont confrontés. Alors, si vous êtes l’un de ces chanceux qui vont se lancer dans l’aventure, voici cinq des principaux pièges à éviter lors de l’achat de cette pierre précieuse. Ainsi, vous pourriez même bénéficier d’une économie. Ne le prenez pas au sérieux Trouver la femme de sa vie est un exploit en soi. Décider de passer le reste de sa vie avec elle est la plus grande décision que vous avez jamais prise. Elle ainsi que toutes ses amies auront peutêtre feuilleté les catalogues des bijouteries les plus luxueuses, mais vous n’êtes pas obligé de suivre le même exemple. Ainsi, l’industrie veut vous faire croire qu’il existe une corrélation directe entre l’argent dépensé pour un diamant et la valeur de votre amour pour votre future épouse. Quand vous entrerez dans une bijouterie, les vendeurs vous diront tout sur le symbolisme et la signification de l’anneau. Pourtant, il y a une centaine d’années, pratiquement personne n’offrait un diamant, il s’agit d’un phénomène moderne fabriqué de toutes pièces par un conglomérat de mines de diamants. Il fallait trouver une manière de faire fortune ! Qu’est-ce que cela signifie pour vous ? Malheureusement, le marketing est extrêmement astucieux pour distiller le mythe du diamant dans les mentalités. Par ailleurs, les bijouteries doivent acheter les diamants inventoriés ou encore consigner les pierres chez leur grossiste. Quand un magasin doit faire son stock, il a besoin de faire des emprunts très importants pour couvrir l’achat. Même un inventaire modeste peut valoir plusieurs millions de dollars. De plus, les intérêts sont très élevés. C’est évidemment le consommateur qui devra supporter la majoration de ces frais. Si un magasin prend des diamants en consigne, son prix d’achat sera encore beaucoup plus élevé, car les concessionnaires concèdent à la bijouterie un emprunt sur une longue période. Ils perdent alors la possibilité de vendre ces diamants à quelqu’un d’autre. Ce privilège a donc un prix, un prix qui est répercuté sur le consommateur. Ce qui semble génial pour les marchands de diamants en ligne, c’est qu’ils contournent ces deux problèmes. Ces boutiques virtuelles ne possèdent pas de diamants et elles n’en empruntent pas non plus. Ils importent les listes d’inventaire des grossistes participants, avec tous les détails qui les accompagnent. Ils répertorient ces diamants comme étant les leurs. Quand la vente est conclue, le commerçant en ligne expédie la pierre dessertie au consommateur directement à partir du grossiste. Parce que ces revendeurs n’ont les diamants que virtuellement, ils sont libres de les vendre à tout public. Quand ils ont vendu la pierre en ligne, elle disparaît de l’assortiment. Ces économies, et le fait que la concurrence entre les vendeurs en ligne est à son apogée, permettent d’acheter en ligne votre diamant beaucoup moins cher. N’optez pas pour la couleur de plus haute qualité Si vous recherchez un diamant en ligne ou dans un magasin, vous constaterez que la couleur des diamants est évaluée par des lettres qui vont du J ou K, pour l’extrémité inférieure, à D pour l’extrémité supérieure. Puisqu’il y a tellement d’options, les consommateurs, confrontés au choix entre ces deux extrêmes, ont tendance à penser qu’il vaut mieux choisir un diamant de haute qualité (ou, au pire, dans le milieu) afin d’éviter d’acheter un diamant à l’aspect jaunâtre. Il est vrai que si vous placez un diamant de couleur J à côté d’un D, vous seriez en mesure de voir la différence ; cependant, pris séparément, une couleur J de coupe ronde idéale sera incolore à l’œil nu. L’analogie que j’aime utiliser est les dents. Certaines personnes ont les dents normalement blanches et d’autres ont des dents incroyablement blanches. Pour les gens ayant des dents normalement blanches, vous ne remarquerez jamais que leurs dents ne sont pas si blanches tant qu’ils ne se tiennent pas près de quelqu’un avec des dents ultra blanches, presque phosphorescentes. Étant donné que les nuances de couleur sont si finement distinguées, vous ne voyez pas bien la différence de couleur (même côte à côte), à moins de faire un saut de deux ou trois classes (c’est-à-dire de J, H ou G). Donc, si vous voulez acheter la meilleure qualité, le diamant va probablement vous en coûter plus cher que vous ne le pensez. Pour mettre les choses en perspective, choisir une couleur F au lieu d’une couleur G augmentera le prix d’environ 20%, une couleur D coûtera plus de 45% plus cher ! Voici une règle rapide : quel que soit le choix que vous ferez, l’or jaune absorbera la couleur de toute façon, il vaut donc mieux choisir la couleur la plus basse. Dans le cas contraire, pour des diamants ronds, s’en tenir à la classe I ou J. Pour les coupes princesse et découpe émeraude, choisissez la classe H ou I. Pour tout le reste, les classes G ou H suffisent. Ne choisissez pas le degré de clarté le plus élevé La gamme typique de clarté offerte dans la majorité des bijouteries est le milieu de gamme selon ce qui suit (du pire au meilleur) : I1 (inclusions), SI2 et SI1 (légères inclusions de premier et second degré), VS2 et VS1 (très légères inclusions), VVS2 et VVS1 (très, très légères inclusions) et IF (pur). Comme pour la couleur, la plupart des gens, face à une gamme étendue, ont tendance à croire qu’ils ont besoin de choisir ce qu’il y a de meilleur par crainte de se retrouver avec un diamant laid, jonché d’imperfections. C’est là que les gens finissent par perdre le plus d’argent. Fait peu connu sur les diamants, les imperfections ne sont pas visibles à l’œil nu et un diamant de classe SI2 semblera identique à un diamant impeccable, en partant du principe que tout le reste est pareil. À la différence de couleur, vous n’obtenez, Stockbyte/Photos.com Vous pouvez trouver le bon diamant pour l’être aimé sans dépenser excessivement. Truth About Diamonds Ce diamant ovale a été classé en couleur F par le Gemological Institute of America. Sa clarté et les inclusions sont en I1, mais le laboratoire de gemmologie européen l’a classé en couleur D VS2 (de légères inclusions), permettant de le vendre 70% plus cher. en fait, rien à payer pour une classe supérieure de clarté. Mon opinion sur la clarté : en passant d’un SI2 à un VVS2, il pourrait facilement vous en coûter plus de 80% de plus ! Vous n’obtiendrez absolument rien de visiblement perceptible en retour. Choisissez toujours la classe de clarté la plus basse, puisque vous ne pouvez pas le voir à l’œil nu. Ne tombez pas dans le procédé du certificat de dupe Il est déjà assez difficile d’apprendre le langage tout à fait spécifique du milieu pour pouvoir acheter un diamant, mais de plus vous devez aussi être à l’affût des vendeurs de bijoux peu scrupuleux qui vous feront faire une mauvaise affaire. Ne connaître que les catégories de coupe, clarté, couleur et carat n’est pas suffisant pour garantir la bonne affaire. Il existe plusieurs certificats gemmologiques (www.diamants-infos.com/taille/certificat.html). Aux États-Unis, les certificats peuvent être proposés par les laboratoires GIA (Gemological Institute of America) et AGS (American Gem Society). Afin de vous garantir d’obtenir un bon rapport qualité-prix, limitez votre recherche exclusivement aux bijoutiers qui utilisent ces certificats. La question la plus courante que nous recevons sur notre site Web est la suivante : « J’ai trouvé un diamant avec un certificat EGL (European Gemological Laboratory) qui ressemble beaucoup au GIA ! Je sais que EGL est critiqué pour surévaluer les pierres contrairement à GIA, devrais-je l’acheter ? » La réponse, dans près de 100% des cas, est un « non » catégorique. J’ai découvert que si j’avais envoyé à EGL Israël un diamant déjà certifié par GIA, j’aurais été en mesure de le vendre 70% plus cher. Cela signifie que le même diamant risque de coûter 70% de plus avec le certificat EGL qu’avec le certificat GIA ! Donc, en achetant un diamant avec discernement, vous allez économiser beaucoup d’argent que vous pourrez investir dans votre mariage ou votre voyage de noces, par exemple. Ira Weissman est expert dans l’industrie du diamant. Il a travaillé près de dix ans chez l’un des plus grands polisseurs de diamants au monde. Il a parcouru le globe pour acheter et vendre des diamants. Il consacre désormais son temps à aider les consommateurs à faire les meilleurs choix dans l’achat d’un diamant. Il a été présenté sur Anderson Cooper, CNBC, The Huffington Post et a été cité par MarketWatch, The Village Voice et BankRate. Visitez le site www.truthaboutdiamonds.com pour vous renseigner sur les diamants et obtenir de l’aide gratuitement dans votre recherche de diamants selon votre budget et vos besoins. Truth About Diamonds (À gauche) Un carat, couleur, clarté SI2, coupe idéale. (À droite) Un carat, couleur, clarté VVS2, coupe idéale. Les deux diamants montrés ici sont identiques à l’œil nu. Le diamant de gauche coûte 4940 $, tandis que le diamant de droite coûte 7120 $ !
ÉpoqueTimes 18 février au 3 mars 2013 Art de vivre 9 Le seul moyen d’arrêter le météorisme abdominal causé par les haricots D r W. Gifford Jones Alex Wong/Getty Images Nous aimons le quinoa, les haricots noirs et la salade de maïs, mais pas leurs effets indésirables. Vous souffrez de douleurs abdominales chroniques, de ballonnements, de flatulence, de crampes à l’estomac, de diarrhée et de constipation ? Il est possible que le diagnostic soit le syndrome du côlon irritable. C’est un problème très fréquemment diagnostiqué. Cependant, la plupart des gens ne sont pas traités correctement et détruisent leurs intestins avec des laxatifs. Il serait plus judicieux d’utiliser une thérapie naturelle. D RE Linda Lee, professeure de gastroentérologie à l’Université Johns Hopkins, déclare que lorsque les patients se plaignent de symptômes du côlon irritable, elle commence par exclure des maladies graves comme l’ulcère à l’estomac, la colite ulcéreuse et les tumeurs malignes de l’intestin. Ces problèmes, les plus graves, sont plus susceptibles d’être présents chez les patients qui se plaignent aussi de perte de poids, ou sont réveillés par la douleur, ou encore ont du sang dans les selles. Elle commence habituellement le traitement en supprimant les aliments qui peuvent être difficiles à digérer par le tractus gastro-intestinal. Par exemple, certaines personnes peuvent être sensibles à une légère quantité de production de flatulence. En vieillissant, le corps fabrique moins de lactase, une enzyme qui décompose le lactose qui est un glucide présent dans les produits laitiers. Ces glucides non absorbés atteignent le côlon où ils fermentent sous l’effet des bactéries et sont à l’origine des flatulences. Réduire les produits laitiers peut diminuer énormément les désagréments intestinaux. D RE Lee ajoute que si le problème ne provient pas d’une intolérance au lactose, elle vérifie si les symptômes sont causés par une maladie cœliaque ou une allergie au gluten. Cette protéine est présente dans de nombreuses céréales. Le tube digestif peut également avoir de la difficulté à absorber d’autres hydrates de carbone comme le fructose. Les patients atteints par ce dysfonctionnement devraient éviter les boissons gazeuses et les produits emballés comme les biscuits. Peut-être que vous aimez beaucoup les haricots, mais vous savez qu’ils sont connus pour être à l’origine du météorisme intestinal. Si vous y avez renoncé à cause de ce désagrément, sachez qu’il existe une façon de le contourner. Les haricots contiennent du raffinose qui est à l’origine de ces manifestations. D RE Lee ajoute que les haricots sont un aliment sain et qu’il n’y a aucune raison de les supprimer de notre alimentation. Au contraire, il y a un moyen simple de vaincre les flatulences causées par les haricots. Pour retirer le raffinose, il suffit de les faire tremper dans de l’eau avec un peu de bicarbonate et de ne pas consommer cette eau. Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi le thé à la menthe est traditionnellement offert après les repas ? D RE Lee précise que la meilleure des menthes est la menthe poivrée. Les bonbons à la menthe artificiellement aromatisés ne fonctionneront pas, mais l’huile essentielle de menthe poivrée peut aider les patients atteints du syndrome du côlon irritable. Est-ce que l’utilisation des bactéries probiotiques est efficace ? Des études montrent qu’elles aident certaines personnes, mais il y a tellement de produits non réglementés sur le marché qu’il est difficile d’évaluer leur efficacité. Les yaourts contiennent des organismes qui peuvent soulager ces symptômes et sont une bonne solution de remplacement aux bactéries probiotiques. En fait, les yaourts peuvent être consommés par les personnes qui souffrent d’intolérance au lactose, car ils contiennent des bactéries qui « digèrent » le lactose. D RE Lee est également partisane des thérapies psychocorporelles, d’ailleurs beaucoup de patients souffrent aussi d’anxiété et de troubles dépressifs. Elle signale qu’il existe certaines preuves que la rétroaction biologique (biofeedback), l’acupuncture et l’écoute de CD de détente utilisé pendant l’hypnose peuvent aider à apprivoiser les tensions intestinales. Il n’y a aucun doute sur le fait que l’anxiété a un effet majeur sur la fonction intestinale. À une occasion, Napoléon Bonaparte a eu besoin d’un soldat pour une affectation dangereuse. On raconte qu’il a donné l’ordre à plusieurs soldats de faire face à un peloton d’exécution. Il a choisi celui qui, devant la mort, a su maîtriser ses sphincters. Dans notre société, marquée par la médication, je suis en faveur de tout ce qui va à l’encontre des médicaments et ne présente aucune menace. Toutefois, n’oubliez pas de consulter votre médecin si vous remarquez un changement dans vos habitudes intestinales. Certaines personnes quittent cette planète prématurément parce qu’elles croyaient que les saignements qui accompagnaient leurs selles étaient causés par des hémorroïdes, alors que c’était malheureusement une tumeur maligne de l’intestin. Surtout, ne jamais remettre à plus tard si des problèmes surviennent, n’hésitez pas à consulter, pourquoi remettre à demain ce que l’on peut faire aujourd’hui ? D R Gifford-Jones est chroniqueur spécialisé en médecine. Il dispose d’un cabinet médical privé à Toronto. Son site Web est Mydoctor.ca/gifford-jones. Il peut être contacté à Info@docgiff.com Le diplomate Su Wu a été un berger solitaire pendant 19 ans David Wu Époque Times Durant les premières années de la dynastie Han, il y avait eu pas mal de troubles et d’agitation avec les Xiongnu sur la frontière nord. Les fréquentes intrusions des Xiongnu avaient été l’un des plus gros soucis des empereurs de la dynastie Han. Cette situation changea une fois que l’empereur Wu, dont la forte armée vainquit les Xiongnu bien des fois, fut monté sur le trône. Dès lors, les conflits entre les Xiongnu et les Han s’apaisèrent peu à peu. Le roi des Xiongnu tenta de faire la paix avec les Han en relâchant des messagers Han qui avaient été détenus par les Xiongnu lors de précédentes périodes de guerre. L’empereur Wu prévoyait de renvoyer vers leur pays des détenus Xiongnu, accompagnés de présents de valeur, en signe de réponse positive à l’effort des Xiongnu. Su Wu fut choisi par l’Empereur pour mener à bien la mission diplomatique d’échange de prisonniers. En l’an 100 av. J.-C., Su Wu prit la tête d’un groupe de plus de cent hommes et laissa la capitale Chang’an pour le territoire des Xiongnu. Il avait alors 42 ans. Nul ne s’attendait à ce que ce voyage lui prit 19 ans en fin de compte. Su Wu arriva sur le territoire des Xiongnu et effectua l’échange des détenus. Cependant, les cadeaux des Han furent interprétés comme indiquant la faiblesse de ceux-ci ; l’arrogance du roi Xiongnu ainsi confortée n’impressionna vraiment personne dans le groupe diplomatique. Un jour seulement avant le départ prévu de Su Wu pour la contrée des Han, il a été arrêté avec l’ensemble de sa suite par le roi des Xiongnu. Ce dernier s’étant senti froissé et humilié et était furieux de découvrir que l’assistant de Su Wu avait comploté contre lui. En conséquence, tous les diplomates Han furent arrêtés et le roi des Xiongnu entra de nouveau en guerre contre les Han. Lorsque Su a été amené devant le roi de Xiongnu, on lui a expliqué qu’il serait exempté de représailles s’il se soumettait aux Xiongnu en sa qualité de diplomate Han de haut rang. Su Wu refusa poliment et indiqua que, bien que lui-même ignorait tout du complot, il se sentait responsable de la conduite de son assistant. Su Wu ajouta cependant qu’il était disposé à mourir en guise de sanction, mais non à se rendre. Le roi des Xiongnu utilisa alors des approches variées pour tenter d’obtenir la reddition de Su Wu, y compris la menace de mort, des promesses de richesse et de pouvoir, la torture et l’emprisonnement, avec privation d’eau ou de nourriture. Su Wu passa par tout cela sans trahir les Han. Constatant qu’il n’y avait aucune chance que Su Wu se rende, le roi l’exila vers la zone abandonnée de la mer du Nord (aujourd’hui celle du lac Baïkal) et lui dit qu’il serait autorisé à retourner dans la contrée des Han quand les béliers allaiteraient des agneaux. Placé devant la perspective d’être un berger toute sa vie et de mourir seul en terre étrangère, Su Wu choisit d’accepter. Pendant le jour, il gardait une troupe de béliers près du lac. La nuit, il logeait sous une tente sans la moindre compagnie. Durant les dures saisons hivernales, le roi des Xiongnu lui coupait délibérément l’accès aux vivres, et Su Wu devait attraper des campagnols ou déterrer des racines pour survivre. Il garda avec lui le bâton impérial et quelquefois l’utilisait comme houlette de berger. Les filaments décoratifs du bâton finirent tous par tomber avec le passage du temps et seul le bâton dépouillé demeura. Des années plus tard, les Xiongnu eurent un nouveau roi qui désirait être en paix avec les Han, alors il renvoya Su Wu et les membres de sa délégation chez eux. En l’an 81 av. J.-C., au bout de 19 années, Su Wu revint enfin sur le territoire des Han avec seulement 9 personnes de sa suite. Quand ils arrivèrent à la capitale Chang’an, l’Empereur, ses ministres, les fonctionnaires et les résidents sortirent tous à sa rencontre. Tous versèrent des larmes quand ils virent le vieil homme frêle aux cheveux gris et à la barbe blanche, tenant toujours fermement la tige nue de son bâton impérial, qui représentait la contrée des Han. Afin de récompenser l’esprit fidèle et patriotique de Su Wu, l’Empereur de Han lui accorda de vastes terres et quantité de présents de valeur. Cependant, Su Wu continua de mener une vie simple et donna à d’autres une grande partie de ses trésors. Il mourut à l’âge de 83 ans, en l’an 60 av. J.-C. Su Wu devint le symbole d’un serviteur de l’État d’une grande foi et d’une volonté inébranlable qui marqua l’histoire chinoise. Le conte de Su Wu gardant les moutons fut transmis de génération en génération. Su Wu, le fidèle diplomate Yeuan Fang/Époque Times



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :