Époque Times Montréal n°344 12 nov 2012
Époque Times Montréal n°344 12 nov 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°344 de 12 nov 2012

  • Périodicité : bimensuel

  • Editeur : La Grande Époque Inc.

  • Format : (279 x 559) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 4,3 Mo

  • Dans ce numéro : Congrès du Parti communiste chinois... formalité rituelle d'une société secrète.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8 Santé Une civilisation moderne, des gens modernes et des maladies modernes 4 e partie Zhang Dong Selon un vieux proverbe chinois : « Fureur et rage violente nuisent au yin, joie soudaine et excessive est dommageable au yang. » Les pratiques médicales traditionnelles, tant chinoises que modernes, mettent l’accent sur la prévention des excès d’humeur. Par exemple, ceux qui souffrent d’affections coronariennes devraient éviter l’exaltation et ceux qui ont des problèmes de foie devraient éviter la colère. Du point de vue de la médecine traditionnelle chinoise, le cœur est sensible à la joie, le foie à la colère, les poumons à la tristesse et à l’angoisse, la rate aux pensées et les reins à la peur. Ces cinq « symptômes » sont les réactions respectives des cinq organes aux diverses émotions que nous vivons. Lorsque les réactions émotives sont fortes, cela peut être dangereux pour l’énergie vitale et la circulation sanguine ; cela aura des conséquences graves pour le corps. La médecine moderne a aussi découvert que les changements incessants de la disposition d’une personne provoquent des changements du système endocrinien, pouvant entraîner de graves effets indésirables. Beaucoup de gens aujourd’hui, contrairement à nos ancêtres, ont un esprit de compétition extrême, ils sont jaloux, tendus et déprimés. Certains sont très ambitieux, ont peu de maîtrise d’eux-mêmes et sont vindicatifs. Si nous avons beaucoup de ressentiments, nous chercherons continuellement à prendre le dessus dans toutes les situations, quitte à nuire à ceux qui nous entourent et, à long terme, à nuire à la société. En outre, nos contemporains sont des inquiets chroniques dès qu’il s’agit de perte ou de gain, ce qui affecte négativement leur psychisme. Ces sentiments malsains provoquent des troubles du système endocrinien et entraîneront, sans exception, des maladies. En revanche, les anciens Chinois étaient très stricts sur les règles de conduite et de morale : ils attachaient énormément d’importance à la maîtrise de soi. Leur comportement était régi par ce qu’ils croyaient être la volonté du Ciel. Ils vivaient en harmonie avec eux-mêmes. Leurs aspirations étaient élevées, ils ne demandaient pas l’impossible et ne s’inquiétaient pas des injustices. Aussi, n’avaient-ils aucun ressentiment. Dans la société antique, la compétition et l’autopromotion n’existaient pas. L’environnement était moins stressant. Les anciens ne montraient pas d’inquiétude, de nervosité ou d’anxiété. Ils n’éprouvaient pas d’indignation. Ainsi, nous pouvons affirmer que les anciens n’étaient lésés ni par leurs pensées ni par leurs actions. Aujourd’hui, les faits et gestes des gens portent préjudice aux autres, engendrant d’innombrables actes générateurs de karma. Dans le bouddhisme, toutes les actions humaines entraînent un bon ou un mauvais karma. Les bonheurs et les malheurs de la vie, comme la richesse ou la maladie, proviennent du bon ou du mauvais karma accumulé. En réalité, l’œil nu ne peut pas voir tout l’Univers. Les dimensions que l’être humain ne peut pas voir sont nombreuses. Les canaux d’énergie principaux et secondaires ainsi que les points d’acupuncture de la médecine traditionnelle chinoise n’existent pas dans le corps de cette dimension. Donc, les outils modernes ne peuvent pas les reconnaître. Pourtant, ils existent vraiment. Le bon et le mauvais karma sont également deux substances qui font partie du corps et qui existent dans une autre dimension. Quand on fait une bonne action, on obtient du bon karma. Quand on fait une mauvaise action, on obtient du mauvais karma. L’esprit primordial d’une personne et son karma se suivent toujours, selon le principe de la réincarnation. La science moderne ne peut pas détecter les autres dimensions et ne peut pas confirmer l’existence des êtres éveillés. Les gens d’aujourd’hui, influencés par la science moderne, feront tout pour un gain personnel avec très peu de considération pour les conséquences. Les gens nuisent inconsidérément à autrui et obtiennent ainsi du mauvais karma. Ils ignorent que le mauvais karma est la racine de toutes les maladies, souffrances et tribulations. Ces choses sont exprimées dans de nombreux livres anciens. Sun Simiao, grand médecin chinois, soulignait dans son livre « Prescriptions précieuses pour situations d’urgence » que les médecins sont nécessaires parce que les gens tombent malades en raison de leur comportement et de leur esprit égaré. Les gens sont têtus et sont limités par leur propre conception. Ils sont incapables de reconnaître leurs erreurs et de se défaire de leurs idées préconçues. Même malades, ils ne sont pas disposés à améliorer leur moralité. Le vent est la cause de toutes les maladies. Selon la médecine traditionnelle chinoise, quand on est calme, le corps est solide et ne sera pas endommagé par les vents forts et la maladie. Dans la médecine moderne, le terme « vent » désigne tous les microorganismes pathogènes et les symptômes des maladies qui se développent et changent rapidement, et sont sujets à des spasmes. Pour l’auteur de cet article, « vent » est synonyme de mauvais karma. Quand une personne est tranquille et calme, elle ne commet naturellement pas de mauvaises actions et n’aura pas peur du mauvais karma qui s’accumule, ni des influences toxiques et mauvaises. Par conséquent, ne pas commettre de mauvaises actions est considéré comme plus important que la simple observation de saines habitudes de vie. Avec le développement de la société, le confort matériel est devenu essentiel à la vie moderne. L’importance donnée à la richesse matérielle a explosé de manière exponentielle. Les mœurs sont tombées au plus bas. L’existence des gens s’est de plus en plus écartée de sa nature innée. Autrement dit, les gens se sont progressivement éloignés du Tao (Voie, terme désignant la vérité et la réalité ultime dans l’école du tao) et du Fa (Loi, droits et principes suprêmes des êtres éveillés de l’école de bouddha). Un sage de l’Antiquité dévoilait ceci : « Le principe fondamental de l’Univers est le principe du yin et du yang. C’est la Loi de la création. Il permet l’avènement de la parentalité. C’est la racine et la source de la vie et de la mort, et on le trouve dans les temples. Afin de traiter et de guérir les maladies, on doit revenir à ce qui est fondamental. » La vie des gens modernes a dévié du yin et du yang et perturbe les cinq éléments. Par égoïsme, les gens ne reculent devant rien, ils s’abaissent plus bas que terre et commettent toutes sortes de crimes. Une telle conduite entraîne des maladies qui sont souvent difficiles, même impossibles à soigner. Dans l’Antiquité, les sages enseignaient qu’il faillait fuir les influences nuisibles et les vents mauvais à certaines périodes en particulier. Les anciens n’étaient pas déstabilisés, ils étaient toujours entourés par la force vitale de la nature et leur esprit fondamental était préservé. Ils n’étaient pas aussi malades que les gens maintenant. 12 au 25 novembre 2012 ÉpoqueTimes Ils s’évertuaient à se maîtriser à force de volonté et ils avaient peu de désirs. Vivant en paix, ils n’étaient pas assaillis par la peur ou les remords. Durs au labeur, ils n’étaient pourtant pas las. Leur esprit était serein. Ils vivaient en harmonie avec leur environnement et suivaient les lois du Ciel. Ils étaient satisfaits et leurs aspirations étaient comblées. Leur nourriture était délicieuse et leurs habillements impeccables. Leur vie était heureuse. Ils étaient satisfaits de leurs sorts peu importait leur position sociale, haute ou basse. On peut dire qu’ils étaient purs de cœur. Leur pureté était telle qu’ils ne cédaient pas à la tentation. Leurs cœurs déjouaient l’appel illusoire de la fortune et du mal. Ils vivaient sans peur, en harmonie avec le Tao. Ils vivaient longtemps, parfois plus de 100 ans. Ils étaient toujours actifs et n’étaient pas handicapés. Leur vertu était exemplaire. Comment suivre le Tao et le Fa ? En se conformant à la loi de la nature, en ayant une vie morale saine et en cherchant à s’améliorer soi-même. Par exemple, peu importe qu’un enfant vienne d’une famille riche ou pauvre, peu importe le nombre de jouets dernier cri qu’il possède, les jeunes enfants préfèrent jouer avec la terre, le sable ou des choses simples qui les entourent. Les êtres humains, par leur comportement, ont dévié du yin et du yang, et entravent le fonctionnement harmonieux des cinq éléments. Le désir inné de revenir à leur origine, leur vrai moi est encore présent en eux. Autrement dit, il est temps pour les gens de revenir à leur vraie nature et de se mettre en harmonie avec l’environnement. Toutefois, si la société continue à ignorer sa véritable nature, la survie de l’homme sera en péril. Le chemin de retour, à sa véritable nature, deviendra de plus en plus étroit. — Pure Insight Aujourd’hui encore, les traditions anciennes permettent aux gens de jouir d’une bonne santé. Jeff Nenarella/The Epoch Times
ÉpoqueTimes 12 au 25 novembre 2012 La bonne température d’un vin David White Époque Times Un vin rouge trop chaud Voici le mythe le plus persistant du monde des vins... le vin rouge devrait être servi à température ambiante. C’est la raison pour laquelle la plupart des gens, et souvent les bars, restaurants et traiteurs, servent les vins rouges trop chauds. Avant l’apparition des thermostats, les maisons étaient beaucoup plus fraîches qu’aujourd’hui. Ainsi, servir le vin rouge « à température ambiante » avait un sens. Il faisait toujours assez frais pour que ce soit une boisson rafraîchissante. Aujourd’hui, dans la plupart des habitations, la température est d’environ 22 °C. À cette température, le goût de l’alcool ressort, déformant les arômes et les saveurs d’un vin. Un vin trop chaud semble généralement plus rustique, plus alcoolisé et peu structuré. Plus le vin est chaud, plus ces traits s’aggravent. Un vin blanc trop froid À l’inverse, les vins blancs sont consommés lorsqu’ils sont trop froids. La majorité des consommateurs sert le vin blanc à peine sorti du réfrigérateur et la plupart des restaurants le servent directement dans un seau à glace. Servir un vin à une température si basse masque ses saveurs. Histoire ancienne Les gens d’aujourd’hui craignent pardessus tout de subir des pertes et préféreraient faire supporter la souffrance à quelqu’un d’autre plutôt que de l’affronter eux-mêmes. Toutefois, les Chinois âgés essaient souvent de persuader leurs enfants et leurs petits-enfants que subir une perte n’est pas une mauvaise chose. Dans l’histoire, il y a eu plusieurs personnes vertueuses qui ont exigé ellesmêmes la force de supporter une perte et ont inculqué la même voie à leurs enfants et petits-enfants. Subir une perte, qui n’est pas facile à accepter, demande d’être tolérant et patient. C’est-à-dire être capable de supporter l’humiliation et de s’accommoder d’une situation adverse. Dans les temps anciens, il y avait un Shangshu [un titre des temps anciens] appelé Lin Tuizhai qui avait de la fortune et de la vertu ainsi qu’une maison pleine d’enfants. Avant sa mort, ses descendants s’agenouillèrent devant lui et lui demandèrent de leur donner ses directives. Lin Tuizhai leur dit : « Je n’ai pas grand-chose à dire. Tant que vous apprenez à endurer, ce sera suffisant. » Depuis la nuit des temps, il y a eu des héros qui ont connu la défaite parce qu’ils n’ont pas su endurer une perte ! Il y en a eu aussi dont les accomplissements ont été attribuables au fait qu’ils ont su endurer la honte et la perte ! Par exemple, Han Xin endura l’épreuve de ramper entre les jambes d’un voyou, mais il devint plus tard un grand général et fut nommé Roi de Sanqi par Liu Bang, alors que le Le fenouil est méconnu et souvent écarté de la table. Peut-être est-ce attribuable à son goût anisé prononcé ? Pourtant, il mérite d’être connu et consommé. Originaire du bassin méditerranéen, le fenouil ou Foeniculum vulgaris est de la famille des apiacées. Ses racines s’enfoncent profondément, il a besoin d’une terre riche. C’est un légume feuille, contrairement à ce que l’on pourrait penser. Le bulbe n’est en fait que le renflement des tiges. Les feuilles ressemblent à un plumeau et les fleurs jaunes ombellifères donnent des graines utilisées en cuisine et en pharmacopée. Il se cultive au potager, nécessite beaucoup de soleil et un arrosage régulier. Mieux vaut le planter en solitaire, car il interfère avec les autres légumes. Lorsque le bulbe commence à grossir, il convient de le butter pour lui permettre de grossir. Il se récolte en mi-été jusqu’à la fin de l’automne et même en hiver dans la zone méditerranéenne. Le préparer Lors de l’achat, choisissez un bulbe brillant et dodu qui ne donne aucun signe de flétrissement sinon les premières tiges seront immangeables. S’il reste des feuilles, séchez-les, elles parfumeront vos poissons. Le fenouil se conserve une semaine au frais. Pour le préparer, retirez les tiges vertes, coupez-le en deux, retirez la partie centrale dure et les fils sur les tiges extérieures. Il se consomme cru ou cuit mais Un verre de vin blanc du Clos de la Coulée de Serrant produit par Nicolas Joly, servi au domaine du Château de la Roche aux Moines le 25 mai 2011. Heureusement, un réfrigérant spécifique n’est pas nécessaire pour servir le vin à la température optimale. Avant de boire un vin rouge, rafraîchissez-le au réfrigérateur 20 à 30 minutes. Pour le vin blanc, retirez-le du réfrigérateur environ 20 à 30 minutes avant de le servir. Il sera à température idéale si légèrement refroidi. Subir une perte est une bénédiction Qing Yan jeune qui l’avait insulté devint un de ses subalternes. La capacité d’endurer une perte faisait partie des normes des anciens, permettant de distinguer un héros d’un vaurien. L’érudit Wei Xi de la dynastie Qing a dit : « Je ne sais pas ce qu’est un homme de bien, mais je considère celui qui peut son goût anisé, qui s’accommode particulièrement bien avec le poisson, est totalement différent s’il est cru ou cuit. L’accompagner Bien qu’on ait l’habitude de le marier au poisson, on peut très bien le consommer avec de la viande, des œufs ou du fromage, car il favorise la digestion et limite l’aérophagie que provoquent les protéines lors de leur digestion. Pour le préparer en salade, coupez de très fines lanières. Assaisonnez avec de l’huile d’olive, un filet de citron et du sel une demi-heure avant de servir. Cuit, il peut être cuisiné avec des tomates, de la courge et de l’ail. Nature, il sera meilleur grillé après avoir été cuit à la vapeur ou en gratin avec une béchamel ou du gruyère. Les propriétés du fenouil Il contient peu de calories mais est riche en fibres, en vitaminesC, A, E et en vitamines B. Il est également riche en minéraux, tels le potassium, le calcium, le phosphore, le magnésium ainsi que le fer dont la teneur est supérieure à ce que l’on trouve dans les autres légumes frais. C’est un excellent antioxydant – surtout ses feuilles – un anti-inflammatoire et antibactérien, particulièrement ses graines. Si le légume favorise la digestion, une tisane de graines de fenouil soignera l’aérophagie, les maux d’estomac et autres désordres digestifs, comme les calculs biliaires, et stimulera l’appétit. Il est aussi utilisé comme galactogène, favorisant la production de lait maternel. Art de vivre Comme le critique de vin Bill Ward l’explique : « Foncièrement, tout vin devrait être refroidi – mais pas trop – et servi entre 6 °C, pour les blancs doux, frais ou à bulles, et 18 °C pour les rouges capiteux. Les blancs plus riches, comme le Chardonnay, et les rouges plus légers, comme le Pinot Noir, le Gamay et le Cabernet de France tombent au milieu. » supporter une perte comme un homme de bien ! Je ne sais pas ce qu’est un vaurien, mais je considère celui qui veut toujours gagner comme un vaurien ! » Depuis les temps anciens, selon un dicton : « Subir une perte est une bénédiction ! ». Selon les croyances anciennes, la véritable signification de subir Le fenouil, peu connu et pourtant si riche Catherine Keller Époque Times Frank Perry/AFP/Getty Images 9 La température est importante au moment de servir le vin, mais elle l’est aussi pour le conserver. Si vous souhaitez conserver une bonne bouteille longtemps, la plupart des experts conviennent qu’elle devrait être placée au frais et à l’ombre. Les caves à vin conservent une température d’environ 13 °C. Cela permet au vin de se développer lentement comme prévu, en devenant plus complexe avec le temps et en développant ses saveurs et ses arômes. Il vaut la peine aussi de noter que le vin est périssable et peut s’altérer très vite s’il est exposé à une chaleur extrême. Éviter les dommages causés par la chaleur Comme la crème glacée, les vins peuvent être endommagés lorsqu’ils sont laissés à l’extérieur ou, pire encore, dans une voiture par une chaude journée d’été. Si un vin est juste un peu « cuit », le dommage sera difficile à percevoir ; il semblera juste un peu insipide. Lorsqu’un vin est un peu plus altéré par la chaleur, il est marqué par des arômes de fruits cuits et de sucre brûlé. Lorsque les effets de la chaleur sont importants, le vin se dilate à l’intérieur de la bouteille, au risque de faire sauter le bouchon. C’est un point à ne pas négliger, surtout en période de canicule. Pensez à refroidir vos vins à la bonne température pour en savourer tous les arômes. David White, écrivain spécialiste du vin, est le fondateur et rédacteur en chef de Terroirist.com. Ses articles sont lus sur Wines.com Sxc.hu une perte est de pouvoir transformer le karma en vertu. Les choses qu’une personne ordinaire obtient dans la vie sont échangées contre la vertu, et les choses qu’elle peut faire et qui causent du tort aux autres accroissent son karma et lui font perdre la vertu. De ce point de vue, subir une perte est une bénédiction ! Photos.com



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :