Époque Times Montréal n°312 1er aoû 2011
Époque Times Montréal n°312 1er aoû 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°312 de 1er aoû 2011

  • Périodicité : bimensuel

  • Editeur : La Grande Époque Inc.

  • Format : (279 x 559) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 5,6 Mo

  • Dans ce numéro : l'Otan face à une crise identitaire et budgétaire.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
4 International Oslo : crime et idéologie François-Bernard Huyghe Affaires-stratégiques.info Analyse Le massacre d’Oslo est indéniablement un crime idéologique. Si l’on peut qualifier Breivik de fou, ce fou-là raisonnait et son action n’était que la mise en œuvre d’une pensée politique. S’il reconnaît son acte et revendique la responsabilité de près de 80 morts, les victimes sont pour lui les simples lettres d’un message : moyen efficace de démontrer quelque chose (en l’occurrence que les travaillistes mutlikulti proimmigration doivent être châtiés), avertissement, mais aussi outils « publicitaires » pour faire connaître son idéal. Cette tragédie illustre deux principes généraux valables pour toutes les stratégies terroristes : 1 - Les terroristes disent toujours ce qu’ils vont faire (titre d’un ouvrage que j’ai coécrit avec A. Bauer) : en l’occurrence, Breivik laisse un film vidéo disponible sur YouTube et un texte de près de 1600 pages, accessible sur Internet, où il explique ce qu’il fera, pourquoi il le fera et comment il s’y prépare 2 - Les terroristes tuent des idées, pour répandre des idées et au nom des idées. Quand nous disons qu’ils « tuent des idées », cela signifie que, dans leur logique, on ne frappe pas des gens pour des raisons individuelles (logique du crime) ni pour causer le plus de pertes possible à l’ennemi (logique militaire). On tue des gens pour que leur mort produise un effet psychologique (peur chez les uns, enthousiasme chez les autres) et un effet pédagogique (elles démontrent la justesse ou la faiblesse d’une cause). II. LE PARTI COMMUNISTE CHINOIS DÉTRUIT LA CULTURE TRADITIONNELLE (SUITE) 4. La destruction des croyances spirituelles Le PCC ne s’est pas contenté de détruire les formes de la religion et de la culture, il a aussi employé toutes ses capacités pour supprimer l’identité spirituelle des gens, formée par la foi et la culture. Prenons comme exemple la manière dont le PCC a traité les croyances des groupes ethniques. Le PCC considérait les traditions du groupe des musulmans Hui comme faisant partie des « Quatre vieilleries » – vieilles pensée, culture, tradition, coutumes. Il a donc forcé le groupe des Hui à manger du porc. Les fermiers musulmans et les mosquées devaient élever des porcs et chaque foyer Les terroristes tuent des idées, pour répandre des idées et au nom des idées. Une nouvelle idéologie de la peur Cette idéologie comment la qualifier ? On a beaucoup écrit que Breivik était un « fondamentaliste chrétien ». Se qualifiant de protestant plutôt traditionnel, il comptait certes la religion parmi les valeurs identitaires européennes. Pour autant, il ne citait pas la Bible à tout bout de champ et se disait lui-même modérément croyant. D’extrême-droite ? Certes, quelqu’un qui déteste les immigrés au point de tuer n’est ni modéré ni de gauche. Mais « extrêmedroite » est une catégorie très floue. Racisme ? Si Breivik détestait les Arabes, c’était parce qu’il voyait en eux les instruments d’une domination du monde par l’Islam, pas au nom de la supériorité des Aryens. Antisémitisme ? Breivik soutient les sionistes pour leur fermeté et voit certains Juifs comme les meilleurs alliés des bons Européens. Admiration pour Hitler ou des dictateurs ? Au contraire, Breivik dénonce le génocide (mais, il est vrai, pour le relativiser par rapport au génocide communiste et surtout aux 2000 millions de morts dont il attribue la responsabilité à l’Islam au cours de l’Histoire). Valeurs antidémocratiques ? Une des raisons pour lesquelles Breivik hait les travaillistes norvégiens (il a finalement massacré des protestants blonds aux yeux bleus, non des musulmans ou des Arabes) est leur politique de tolérance (droits concédés aux immigrés, protection des minorités ethniques ou sexuelles, refus de la répression). Mais cette ouverture à la norvégienne, il la condamne comme suicidaire : elle profite au vrai ennemi, l’islam. Il progresse grâce à l’abaissement des défenses immunitaires des Européens et à cause de leur haine d’eux-mêmes (ce que Breivik appelle le « marxisme culturel », le politiquement correct : le souci de ne marquer aucune discrimination envers aucune différence). Mais Breivik explique que ce triomphe de l’islam, religion autoritaire et « génocidaire », signifierait la fin des libertés et de la démocratie typiques de la culture européenne. Populiste ? Certes, Breivik a été membre du parti du Progrès norvégien (encore qu’il l’ait quitté comme traître à l’Europe), de la nébuleuse des populistes européens, craignant l’immigration et la perte d’identité, inquiets de la mondialisation et de l’État providence. Cependant, cette étiquette s’appliquerait à des millions de gens. Islamophobie ? On a compris que l’ennemi principal est pour lui l’islam, ou plutôt le projet fantasmique dit « Eurabia » de conversion de notre continent entier à la religion musulmane, objet de tous ses fantasmes. Breivik se croit donc en légitime défense. D’autres loups solitaires ? Sur cette bouillie idéologique se sont surajoutés deux éléments. D’une part, une attirance pour tout ce qui est occulte, avec des références à un bizarre ordre de templiers après un passage dans la francmaçonnerie. D’autre part, une capacité intellectuelle à tout expliquer par une cause unique : tout procède d’un plan diabolique de conquête du monde (que partageraient donc secrètement tous les musulmans). Il aurait deux complices objectifs : le capitalisme mondialiste favorable à la circulation des hommes et des capitaux, et les « belles âmes » humanistes soucieuses de non-agressivité et leur bonne volonté à tout ce qui est minoritaire ou étranger. Le tout fait un motif de tuer, d’ailleurs sans réflexion stratégique (l’acte de Breivik sera probablement très anti-productif et va disqualifier, au moins dans certaines parties de l’Europe, tout discours aux relents anti-islamiques comme potentiellement terroriste). Toutefois, l’idéologie n’est devenue mortelle que pour deux raisons. Breivik, avec l’obstination d’un maniaque, a réussi un « exploit » technique (en impact psychologique et nombre de morts) auquel n’est parvenu jusqu’à présent aucun « loup solitaire » islamiste ou autre. Ensuite, il a fait tout cela seul (si cela est confirmé) ou du moins sans appartenir à une organisation bien repérée. Deux conditions qui peuvent se retrouver chez un autre, éventuellement pour une tout autre cause : cela change singulièrement les perspectives des politiques antiterroristes, jusqu’à présent orientées vers l’extrémisme islamiste. Sources : www.affaires-stratégiques.info PLANÈTE 1er au 14 août 2011 ÉpoqueTimes QUESTION ET RÉPONSE Q ET R Qu’est-ce que la plupart des gens ignorent à votre sujet ? De cette personne qui fréquente en secret les marchés gitans, ou celle qui adore les dessins animés ou qui vit avec la peur de la mort, voilà certaines habitudes et traits de personnalité que les gens cherchent à garder pour euxmêmes. C’est ce qu’ont appris des journalistes d’Époque Times de la Bulgarie au Pakistan lorsqu’ils ont demandé aux habitants : « Qu’est-ce que la plupart des gens ignorent à votre sujet ? » VARNA, BULGARIE ELINA KANDEVA, 32 ANS, JARDINIÈRE ISLAMABAD, PAKISTAN ALI MALIK, 30 ANS, GESTIONNAIRE La plupart des gens ne savent pas que j’aime aller au marché gitan où toutes sortes de trucs antiques sont vendus. Aussi, j’aime ramasser des choses que je trouve dans les poubelles, comme des meubles, des bouteilles colorées et des poupées. La dernière fois, j’ai trouvé une chaise longue brisée. Je l’ai réparée et j’ai cousu une housse par-dessus. Maintenant, elle embellit ma maison. Il y a très peu de gens qui savent que j’adore cuisiner. Au Pakistan, c’est normalement les femmes qui font la cuisine et les hommes ne cuisinent pas. J’aime vraiment la cuisine et j’aime essayer de nouvelles recettes. J’invite souvent mes bons amis à souper et ils aiment vraiment les plats. Les membres de ma famille veulent toujours que j’aille faire les emplettes, car ils savent que j’achète les meilleurs légumes et la meilleure viande. ESTEPONA, ESPAGNE TERESA MÁRQUEZ DÍAZ, 57 ANS, REPRÉSENTANTE PUERTO MONTT, CHILI SILVANA GOMEZ, 30 ANS, REPRÉSENTANTE Un des aspects de ma vie que la plupart des gens ne connaissent pas, c’est que j’adore lire et apprendre des choses sur l’évolution et le progrès de l’esprit humain ; toutes les trouvailles réalisées par les scientifi ques sur le sujet. J’ai hâte de voir où les récentes découvertes et celles des prochaines années vont nous amener. Ce que la plupart des gens ne savent pas à mon sujet, c’est que, malgré mon âge, je n’ai pas abandonné ma passion pour les dessins animés. Par exemple, je suis vraiment une fan de la série DragonBall Z. BUCAREST, ROUMANIE CARMEN ILIE, 26 ANS, PROFESSEURE D’ANGLAIS Je crois que peu de gens savent que je suis une personne angoissée. Par exemple, je vis avec cette sensation d’avoir peur de la mort. C’est presque imperceptible et c’est subtil, mais subconsciemment j’ai cette peur. Il n’y a pratiquement pas de raison pour expliquer ça et je sais aussi que la mort est quelque chose de naturel. Extrait des Neuf commentaires devait donner deux porcs par an à la nation. Lors d’un incident extrêmement cruel, les Gardes rouges ont forcé le deuxième bouddha tibétain vivant de la hiérarchie, le Panchen Lama, à manger des excréments humains, et trois moines du temple bouddhiste de Harbin, dans la province de Heilongjiang, ont été obligés de tenir un panneau où on lisait « Au diable les Soutras – ce n’est qu’un tas de merde ». En 1971, Lin Biao, le viceprésident du Comité central du PCC, s’est échappé de Chine, mais a été tué lorsque son avion s’est écrasé à Undurkhan, en Mongolie. Par la suite, dans la résidence Maojiawan de Lin à Pékin, on a retrouvé des citations de Confucius. Le PCC a alors lancé un mouvement frénétique pour « Critiquer Lin Biao 1 et Confucius ». Un écrivain, dont le pseudonyme est Liang Xiao 2, a publié un article dans Le Drapeau Rouge, le magazine phare du PCC, intitulé Qui est Confucius ? L’article décrivait Confucius comme un fou qui voulait retourner en arrière, un démagogue vicieux et fourbe. Puis, a suivi une série de bandes dessinées et de chants diffamant Confucius. C’est ainsi que l’on a anéanti la dignité et le caractère sacré de la religion et de la culture. 5. Une destruction sans limite Dans l’ancienne Chine, l’autorité du gouvernement central s’étendait jusqu’au niveau du canton, au-dessous duquel les clans patriarcaux maintenaient un contrôle autonome. Ainsi, dans l’histoire chinoise, les phénomènes de destruction, tels que « l’autodafé des livres et l’enterrement des érudits confucéens » par l’empereur Qin Shi Huang 3 dans la dynastie Qin (221-207) et les quatre campagnes pour éliminer le bouddhisme entre le Ve et le Xe siècle par « Les trois Wus et un Zong », ont tous été imposés du haut vers le bas, et n’ont pas pu éradiquer la culture. Les classiques et les idées bouddhistes et confucéens ont continué à survivre dans de vastes sphères de la société. En contraste, la campagne « À bas les quatre vieilleries » menée par de jeunes étudiants sous l’incitation du PCC a été un mouvement national et populaire à « l’enthousiasme spontané ». L’extension du PCC à chaque village, à travers des sections du Parti au niveau des villages, a contrôlé la société si étroitement que rien n’a empêché le mouvement « révolutionnaire » de s’étendre et d’affecter chaque personne, sur chaque once de terre en Chine. Jamais dans l’histoire un empereur n’avait tenté d’éradiquer de l’esprit des gens ce qu’ils considéraient comme le plus beau et le plus sacré, en utilisant la violence et une propagande insultante, comme l’a fait le PCC. L’élimination de la croyance peut faire souvent plus de dégâts et durer plus longtemps que la seule destruction physique. 1. Lin Biao (1907-1971), un des plus anciens dirigeants du PCC, a servi sous Mao Zedong en tant que membre du Politburo de la Chine, en tant que vice-président (1958) et ministre de la Défense (1959). Lin Photos par Époque Times Depuis la publication des Neuf commentaires sur le Parti communiste en novembre 2004 par le Dajiyuan (édition chinoise d’Époque Times), plus de 99 600 000 personnes ont démissionné du Parti communiste chinois (PCC) et de ses organisations. Nous republions donc chaque semaine une partie de ces commentaires ayant déjà une portée historique. Leur intégralité est disponible sur le site [www.epoquetimes.com]. Sixième commentaire COMMENT LE PARTI COMMUNISTE CHINOIS A DÉTRUIT LA CULTURE TRADITIONNELLE a été désigné comme successeur de Mao en 1966, mais est tombé en disgrâce en 1970. On dit qu’il a essayé de s’enfuir de Chine. Son avion s’est écrasé en Mongolie, provoquant sa mort. 2. « Liang Xiao » représente un groupe d’écrivains assignés, parmi lesquels Zhou Yiliang, dont l’implication dans le groupe de rédaction lui valut une lettre anonyme d’un ancien ami qui se référait à « l’extrême de l’effronterie ». 3. L’empereur Qin Shi Huang (259-210 av. J.-C.), aussi connu sous le nom de Ying Zheng, a été le premier empereur de l’histoire de la Chine unifiée. Il a normalisé les codes juridiques, le langage écrit, les devises, les poids et mesures et a ordonné la construction de la Grande Muraille. Toutes ces mesures ont eu une grande et profonde influence sur l’histoire et la culture chinoise. Il a ordonné que les livres de diverses écoles soient brûlés y compris ceux de Confucius et du taoïsme, et à une autre occasion il a donné l’ordre d’enterrer vivants 460 érudits confucéens. Ces évènements furent par la suite appelés dans l’histoire « l’autodafé des livres et l’enterrement des érudits confucéens ». Il a édifié un immense mausolée pour lui-même, et l’Armée en terre cuite de la tombe de l’empereur Qin a été reconnue comme une merveille du monde.
ÉpoqueTimes 1er au 14 août 2011 Le quinoa, un aliment complet Chani Blue Époque Times Le quinoa, appelé autrefois l’« or des Incas », fait sa sortie des cuisines obscures et anciennes pour entrer dans la cuisine moderne. Cette graine si nutritive, souvent prise pour une céréale, n’en est pas une bien qu’elle se mange comme telle et qu’elle peut être comparée par sa texture au couscous ou au boulgour. À la différence des céréales comme le blé, le quinoa ne contient pas de gluten qui provoque des intolérances chez certaines personnes. En plus de se substituer au blé, le quinoa possède d’autres avantages comme celui d’être un aliment complet et riche en protéines. Les protéines contenues dans le quinoa sont des protéines complètes, possédant les neuf acides aminés essentiels. Cela en fait un bon choix pour ceux qui sont végétariens et pour ceux qui surveillent leur ligne, c’est la protéine permettant de garder plus longtemps la sensation de satiété. Voici pourquoi les Incas le surnommaient la nourriture des guerriers. Les experts nous répètent qu’un régime riche en fibres avec peu de calories et de graisses saturées réduit le risque de maladies cardiovasculaires Radio Son de l’Espoir qui sont si communes dans le monde occidental moderne. L’introduction du quinoa dans l’alimentation est une façon de diminuer l’apport en calories tout en profitant de la protection d’antioxydants qu’il fournit. Il est communément qualifié de « super aliment », car il contient aussi des minéraux comme le magnésium qui protège des maladies cardiaques, de l’hypertension et du diabète. Le fer est aussi présent en bonne quantité. Il est particulièrement nécessaire dans l’alimentation des femmes afin qu’elles maintiennent un bon taux d’hémoglobine dans les cellules, élément essentiel pour transporter l’oxygène dans l’organisme. La préparation de cette nourriture est très facile. Rincez d’abord le quinoa dans l’eau pour enlever le goût amer de la saponine. Le quinoa peut aussi s’acheter prérincé. Faites bouillir une tasse de quinoa dans deux tasses d’eau en remuant de temps en temps. La graine est prête quand elle a un aspect translucide avec un centre blanc. Quand elle est cuite, le germe se déroule, révélant une queue en spirale. Comme les pâtes, le quinoa devrait avoir une texture légèrement al dente. Essayez d’ajouter le quinoa aux salades, aux potages ou dans les hamburgers pour augmenter le taux de Voici des pommes de terre un peu piquantes sous forme de galettes cuisinées à la coréenne ! Ingrédients pour 4 personnes Pour la sauce : 2c. à café de graines de sésame 2 gousses d’ail 2 oignons nouveaux 60 ml de sauce de soja claire 1c. à soupe de vinaigre de riz 2c. à soupe d’huile de sésame 2c. à café de sucre en poudre 1c. à café de piment frais haché Faire griller à sec les graines de sésame 3 à 4 min dans une poêle, en les secouant de temps en temps. Quand elles sont dorées, les laisser refroidir hors de la poêle 5 min. Hacher les gousses d’ail et émincer très finement l’oignon nouveau. Mettre dans un bol de service et bien mélanger les graines de sésame, l’ail et l’oignon avec la sauce de soja, le vinaigre de riz, l’huile de sésame, le sucre et le piment. Pour les crêpes : (faire au dernier moment, car les pommes de terre noircissent vite au contact de l’air) 500 gr de pommes de terre 1 gros oignon 2 œufs 2c. à soupe de Maïzena 60 ml d’huile Casser les 2 œufs dans une jatte et les battre. Hacher finement l’oignon. Peler les pommes de terre, les râper grossièrement. Mélanger le tout en ajoutant la Maïzena, saler et poivrer. Faire chauffer l’huile dans une grande poêle à fond épais. Verser 1c. à soupe comble du mélange et étaler doucement avec le dos de la cuillère (diamètre de la crêpe, environ 6 cm). Faire dorer 4 à 5 min. Retourner et faire cuire de l’autre côté. Faire autant de crêpes à la fois que possible et veiller à ce que la poêle ne soit pas trop chaude, les crêpes brûleraient sans cuire à l’intérieur. On peut tenir les crêpes cuites dans le four chauffé entre 60 et 100 °C. Servir avec la sauce. Bon appétit ! Radio Son de l’Espoir Galettes de pommes de terre à la coréenne Art de vivre protéines. Utilisez-le à la place du riz en accompagnement de légumes sautés, ou ajoutez du miel, des fruits et du yaourt pour un petit-déjeuner sans gluten. Cette graine polyvalente peut aussi être consommée germée comme la luzerne. Le quinoa s’achète dans les magasins de diététique ou dans la section « alimentation saine » de la plupart des supermarchés. La culture du quinoa, comme celle du riz, remonte à plus de 5000 ans dans la région des Andes en Amérique du Sud. Avec le maise, l’ancêtre du maïs, et la pomme de terre, le quinoa a composé le régime de base des peuples de ces régions, majoritairement paysans. Il existe plus de 17 variétés de quinoa, et la gamme de couleurs varie d’un rose lumineux à un noir profond en passant par des rouges et des bruns. Certaines variétés de quinoa sont cependant plus petites et moins nutritives que d’autres. La variété principale du quinoa est le « real », le plus commun sur le marché. Sa couleur est ivoire, ses graines sont de grandes tailles avec un haut pourcentage de protéines, car il peut absorber plus de substances nutritives du sol. La variété rouge est aussi recherchée pour sa saveur douce distinctive, une solution de remplacement pour des plats sucrés. Michael Courter La thérapie interactionnelle parentenfant est directe et très efficace pour traiter diverses pathologies mentales et des comportements difficiles des enfants. La différence essentielle entre la thérapie traditionnelle et la thérapie interactionnelle parent-enfant est que la personne qui s’occupe de l’enfant − parent ou éducateur − interagit avec l’enfant à la place du médecin. Le médecin passe la plupart du temps à l’extérieur du cabinet, observant l’interaction entre l’enfant et le parent et entraîne le parent par un dispositif de communication bilatérale. Grâce à cette approche, la relation qui se crée au cours de la thérapie s’effectue entre le parent et l’enfant plutôt qu’entre le thérapeute et l’enfant. Cela permet aussi au parent d’acquérir des compétences avec l’espoir qu’il les maintiendra dans ses relations quotidiennes avec l’enfant. La thérapie interactionnelle parentenfant est communément décomposée en deux phases : l’interaction dirigée sur l’enfant et l’interaction dirigée sur le parent. Dans la phase dirigée vers l’enfant, l’accent est placé sur l’amélioration du rapport entre l’enfant et le parent, en apprenant au parent à communiquer avec leur enfant de façon positive et efficace. Pendant la phase dirigée vers l’enfant, on apprend au parent un jeu basé sur la communication appelé « stimulation positive ». Il s’agit de faire des compliments, de stimuler la réflexion, de montrer l’exemple, de décrire la situation ou l’émotion et de manifester son enthousiasme. La plus grande partie du travail dans cette phase implique d’enseigner au parent comment et quand utiliser exactement ces types de communication. Le parent est entraîné à réduire ses questions, ses ordres et ses critiques envers l’enfant. Il va apprendre à ignorer certains comportements, ce qui est souvent la façon la plus efficace pour que l’enfant les cesse. Les résultats dans cette phase dirigée vers l’enfant sont souvent étonnants. Le rapport qu’un enfant entretient avec ses parents est un facteur incroyablement puissant en ce qui concerne sa santé mentale et son bien-être. Il est souvent possible de noter un impact significatif sur la conduite d’un enfant et son humeur en seulement quelques semaines. Interaction dirigée vers le parent La phase dirigée vers le parent vise à l’aider à mieux contrôler les comportements difficiles de son enfant, comme les défis et les crises de colère ou pire encore. On enseigne au parent un nouvel ensemble de techniques disciplinaires pour obliger l’enfant à se conformer aux ordres. Cette partie de la thérapie est beaucoup plus proche de la thérapie comportementale traditionnelle, mais le fait que la relation parent-enfant se soit améliorée la rend souvent beaucoup plus efficace. L’attention positive dont bénéficie l’enfant devient un point de levier clé 5 Wikimedia Commons Un plan de quinoa. Le quinoa est maintenant présenté comme l’aliment diététique du futur. La thérapie interactionnelle parentenfant pour l’équilibre des enfants dans l’amélioration du comportement de l’enfant. Après lui avoir appris de nouvelles techniques, le thérapeute entraînera le parent à les utiliser au cabinet. Cependant, une fois que le parent a maîtrisé les nouvelles qualifications, il constate que cela fonctionne souvent beaucoup mieux durant la thérapie qu’à la maison. Dans la dernière phase du traitement, le thérapeute peut se déplacer pour conduire les séances au domicile ou dans le cadre de vie de l’enfant afin d’aider le parent à utiliser ces nouvelles compétences. Le thérapeute se déplacera également là où le comportement de l’enfant est le plus difficile à gérer − souvent au supermarché − afin de montrer au parent comment utiliser les techniques efficacement. Résultats La thérapie interactionnelle parentenfant est une technique directe et efficace que les thérapeutes utilisent avec des enfants ayant des troubles du comportement ainsi qu’avec leurs parents. Plusieurs études académiques ont démontré qu’elle amène ces enfants à avoir des comportements sociaux normaux, qu’elle améliore la relation parent-enfant et réduit le niveau de stress parental. La recherche a aussi indiqué que cette technique donne d’excellents résultats dans la prévention des mauvais traitements sur les enfants. Si vous choisissez ce traitement pour votre enfant, assurez-vous que le thérapeute a reçu la formation appropriée et la certification pour mener à bien cette thérapie. Comme cette méthode thérapeutique implique que le thérapeute et le parent communiquent pendant les séances à travers un miroir à sens unique, « la magie » est perdue quand l’enfant atteint l’âge de sept ans environ. Cependant, un bon thérapeute et un parent impliqué peuvent trouver de nombreuses applications au-delà du miroir en appliquant leurs compétences de communication à presque n’importe quel type de relation. Beaucoup de parents utilisent cette méthode avec leurs adolescents et même avec leur conjoint et ont constaté de bons résultats. J’ai moi-même utilisé ces compétences dans mon travail de thérapie familiale. Michael Courter est un thérapeute clinique et coach de vie en Californie du Nord, aux États-Unis. Pour en savoir davantage : pcittraining.tv Photos.com



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :