Époque Times Montréal n°304 12 avr 2011
Époque Times Montréal n°304 12 avr 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°304 de 12 avr 2011

  • Périodicité : bimensuel

  • Editeur : La Grande Époque Inc.

  • Format : (320 x 540) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 6,7 Mo

  • Dans ce numéro : l'artiste chinois répité Ai Weiwei arrêté.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
4 International DAKAR – Les partisans de Laurent Gbagbo et ceux de son rival Alassane Ouattara s’accusent mutuellement d’être à l’origine du massacre de centaines de civils à Duékoué, dans l’ouest du pays. Selon les habitants de Duékoué, la tuerie du 30 mars était un « règlement de comptes » qui a été facilité par la prise de la ville par les forces pro- Ouattara. M. Ouattara a nié l’implication de ses troupes dans le massacre de plus de 800 civils, mais le président reconnu par la communauté internationale doit répondre aux questions des groupes de défense des droits humains, des Nations Unies et des gouvernements de plusieurs pays qui lui ont rapidement accordé leur soutien après les élections de novembre 2010 contre M. Gbagbo. Les partisans de M. Ouattara estiment que ces accusations sont infondées et que les pires actes de violence qui ont eu lieu à Duékoué ont été commis par les forces pro-Gbagbo. M. Ouattara a malgré tout promis de faire la lumière sur les circonstances de la tuerie. Il a par ailleurs ajouté qu’il était ouvert à la tenue d’une enquête internationale. Le sous-secrétaire général des Nations Unies pour les droits de l’homme, Ivan Simonovic, est arrivé en Côte d’Ivoire la semaine dernière afin d’évaluer la situation dans l’ouest du pays. Duékoué est l’une des villes tombées récemment aux mains des forces pro-Ouattara – qui se font désormais appeler les Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI). Selon le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et d’autres organisations d’aide humanitaire, les combats à Duékoué ont fait au moins 800 victimes. Si on ignore encore les détails, il semble que la plupart des victimes soient issues de l’ethnie Guéré, traditionnellement favorable à M. Gbagbo. Certains habitants de Duékoué contactés par IRIN ont blâmé les fermiers qui vivent aux alentours de Duékoué dans des campements situés sur les terres qu’ils cultivent depuis plusieurs dizaines d’années. Les Guéré tentent de les en expulser depuis l’arrivée au pouvoir de M. Gbagbo. M. Gbagbo avait cherché à résilier les baux consentis aux Burkinabés, aux Baoulé et à d’autres groupes qui travaillent dans les plantations de cacao afin de favoriser les anciens propriétaires Guéré et leurs descendants. « Ce massacre était un règlement de comptes », a dit un homme Guéré. « Des gens sont venus et ils ont tué les propriétaires terriens [principalement issus des ethnies Wobé et Guéré]. » Des résidents ont dit que d’autres personnes étaient venues à Duékoué après les FRCI et qu’elles étaient surtout armées de fusils de chasse et de machettes. L’homme, qui a préféré garder l’anonymat, a dit que les forces pro- Ouattara devaient fournir des explications. « Nous ne comprenons vraiment pas ce qui s’est passé. Quelqu’un des FRCI doit nous expliquer pourquoi ce massacre s’est produit juste après leur arrivée. » Carrefour D’après certaines informations, le massacre a surtout eu lieu dans le quartier Carrefour, qui est connu pour être une base de miliciens pro- Gbagbo. Des habitants ont dit que la milice avait fui et que des civils innocents avaient été laissés derrière. « [Les groupes qui cultivent la terre] tirent parti de la présence des FRCI pour éliminer le plus de locaux possible afin de prendre le contrôle de leurs terres », a dit l’un des milliers d’habitants qui a trouvé refuge à la mission catholique de Duékoué. Des résidents ont dit que toutes les maisons de Carrefour avaient été brûlées et que des maisons des autres quartiers avaient été pillées. Selon des habitants de Duékoué, deux jours après le massacre, les nouvelles autorités des FRCI ont envoyé un griot – un poète, musicien et conteur traditionnel en Afrique de l’Ouest – pour appeler les gens au calme, les inciter à reprendre leurs activités normales et souligner que la ville était désormais sûre. Le griot a cependant lancé de sévères avertissements : « Toute personne trouvée armée et qui ne fait pas partie des FRCI sera désarmée. Toute personne découverte en train de voler sera tuée sans exception. » « Duékoué a toujours été un endroit difficile », a dit Laurent, qui a grandi dans le quartier de Yopougon, à Abidjan, mais qui rendait souvent visite à sa famille dans l’ouest du pays. « Quand notre véhicule s’arrêtait à Duékoué, on nous avertissait toujours de faire attention à nos affaires, qu’il y avait des voleurs ici. » Un passé violent La population de Duékoué, qui tourne autour de 75 000 personnes, a été témoin des pires violences en Côte d’Ivoire depuis la rébellion de 2002. Les combats qui ont eu lieu à l’occasion de cette rébellion ont été brefs mais destructeurs, et ils ont entraîné le déplacement de milliers de personnes. Les forces gouvernementales pro-Gbagbo luttaient contre une faction armée largement composée de mercenaires libériens qui a fini par fusionner avec les rebelles des Forces Nouvelles. Le pays a été divisé en deux, et Duékoué – à 480 kilomètres au nordouest d’Abidjan – est devenue une ligne de front dans une zone tampon séparant les forces gouvernementales pro-Gbagbo et les rebelles. Cet arrangement était impopulaire auprès des partisans de M. Gbagbo, en particulier des Guéré, qui se plaignaient de l’existence d’un vide sécuritaire. Et puisqu’ils étaient aussi sceptiques quant à la capacité des Forces de défense et sécurité (FDS) de M. Gbagbo à les défendre, les combattants Guéré ont décidé de rejoindre les milices pro-Gbagbo. Le conflit est venu exacerber les tensions entre les Guéré et les communautés migrantes. Comme dans d’autres régions de l’ouest du pays, il existe une division de longue date entre les propriétaires initiaux des terres et les Malinké du nord, les Baoulé du centre et les Burkinabés. Les arrangements fonciers, qui prévoient que les groupes allochtones travaillent dans les plantations appartenant aux familles de l’ouest, ont suscité de plus en plus de tensions, et le système a commencé à s’effondrer. Des éruptions de violence ont eu lieu à quelques kilomètres de Duékoué entre les Guéré et les Baoulé en 1997 et entre les Guéré et les Burkinabés en 1999. Dans un rapport publié en 2009, le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA) indiquait que « les affrontements intercommunautaires pour la possession de terres étaient un grave sujet de préoccupation. » Duékoué et les villages voisins sont divisés depuis longtemps en quartiers distincts qui sont chacun associés à une communauté. Malgré les efforts 12 au 18 avril 2011 ÉpoqueTimes Côte d’Ivoire : qui faut-il blâmer pour le massacre de Duékoué ? IRIN News Suite de la une Expulsions Interviewé par plusieurs chaînes de radio, le président Rafael Correa a estimé que les relations avec les États- Unis sont actuellement bonnes et qu’il est donc regrettable « qu’on espionne notre police et qu’on tente d’impliquer le président de la République dans des cas de corruption ». Il en a rejeté la responsabilité sur l’ambassadrice Hodges, « qui n’a jamais aimé notre gouvernement », et il a souhaité que « cela ne nuise pas aux relations entre les États-Unis et l’Équateur mais, quoiqu’il en soit, ici nous allons faire respecter la souveraineté du pays ». Début 2009, le gouvernement équatorien avait déjà expulsé deux fonctionnaires de l’ambassade américaine, les accusant de s’immiscer dans les affaires internes de la police équatorienne. Représailles américaines Aux États-Unis, la mesure d’expulsion est jugée « injustifiée » par le I. POURQUOI LE PCC A-T- IL VOULU DÉTRUIRE LA CULTURE CHINOISE ? 2. La théorie communiste perverse s’oppose à la culture traditionnelle La « philosophie » du Parti communiste est à l’opposé de la culture traditionnelle chinoise authentique. La culture traditionnelle respecte le mandat du Ciel, tel que mentionné département d’État. Selon son porteparole, Mark Toner, l’ambassadrice Hodges est l’une des diplomates américaines « les plus expérimentées et talentueuses ». Il a ajouté que Washington « regrette profondément » la décision de Quito. Les États-Unis ont donc décidé le 7 avril d’expulser l’ambassadeur d’Équateur. Le sous-secrétaire d’État adjoint pour l’Amérique latine, Arturo Valenzuela, a appelé l’ambassadeur équatorien le 7 avril pour l’informer de la décision, selon un communiqué diffusé à Washington par le département d’État. « La décision injustifiée du gouvernement équatorien de déclarer persona non grata l’ambassadrice Hodges ne nous a pas laissé d’autre option que de prendre une mesure réciproque », ajoute le communiqué. « L’ambassadeur Luis Gallegos doit quitter les États-Unis au plus vite », note encore le texte. Washington a également suspendu une réunion bilatérale prévue en juin, tout en réaffirmant que les États-Unis continuent de souhaiter « une relation positive » avec le pays andin. Pour Washington, le conflit diplomatique avec l’Équateur s’ajoute à ceux non résolus avec la Bolivie et le Venezuela. Les États-Unis n’ont actuellement plus d’ambassadeur, remplacé par un chargé d’affaires, dans aucun de ces trois pays sud-américains gouvernés par la gauche radicale et membres de l’Alliance bolivarienne pour les Amériques (ALBA). Autres mesures Le démocrate occupant le plus haut rang au sein du comité pour l’Amérique latine de la Chambre des représentants des États-Unis, Elliot Engel, a averti dans un communiqué que l’expulsion « décevante et contre-productive » de Heather Hodges met en péril le renouvellement, au profit des exportations équatoriennes, des avantages douaniers octroyés par les États- Unis aux pays andins. Consignés dans l’Andean Trade Preferential Drug Eradication Act (ATPDEA - Accord commercial préférentiel andin d’éradication de la drogue), ces avantages incitant à lutter contre les stupéfiants permettent aux exportateurs de la Communauté andine – Équateur, Bolivie, Pérou et Colombie – de maintenir des dizaines une fois par Confucius : « La vie et la mort sont prédestinées, et la richesse et la position sont déterminées par le Ciel 1 ». Le bouddhisme et le taoïsme croient au divin, au cycle de réincarnation de la vie et de la mort et à la causalité karmique du bien et du mal. Le Parti communiste, au contraire, non seulement croit à l’athéisme, mais il défie le Tao et attaque les principes célestes. Le confucianisme valorise la famille, mais le Manifeste du Parti communiste promulgue clairement l’abolition de la famille. La culture traditionnelle différencie le Chinois de l’étranger, mais le Manifeste du Parti communiste prône la fin de la nationalité. La culture confucéenne enseigne la bienveillance envers les autres, mais le Parti communiste encourage la lutte des classes. Les confucéens encouragent la loyauté envers les hommes nobles et l’amour de la nation, cependant, le Manifeste du Parti communiste encourage l’élimination des nations. Pour obtenir et maintenir le pouvoir en Chine, le Parti communiste devait tout d’abord planter ses pensées immorales sur le sol chinois. de milliers d’emplois. La Bolivie a été écartée de cet accord après l’expulsion par le gouvernement de La Paz, en 2008, de l’ambassadeur des États- Unis et des agents de la Drug Enforcement Administration (DEA), l’agence américaine de lutte contre la drogue. Le Pérou, lui, jouit d’un accord de libre-échange avec les États-Unis et n’aurait plus besoin d’un renouvellement de sa participation à l’ATPDEA. Arrivée à Quito en juillet 2008, l’ambassadrice Heather Hodges écrivait dans son télégramme diplomatique du 10 juillet 2009 que la corruption est « généralisée » au sein de la police équatorienne et que celui qui fut son commandant en chef d’avril 2008 à juin 2009, le général Jaime Aquilino Hurtado, utilisa son autorité pour recourir à l’extorsion, faciliter le trafic de personnes et faire obstruction aux enquêtes sur des compagnons corrompus, accumulant ainsi argent et propriétés. L’ambassadrice signalait que les agissements de Jaime Aquilino Hurtado étaient connus du haut commandement de la police nationale. Elle ajoutait que des fonctionnaires de l’ambassade des États-Unis étaient Extrait des Neuf commentaires Depuis la publication des Neuf commentaires sur le Parti communiste en novembre 2004 par le Dajiyuan (édition chinoise d’Époque Times), plus de 93 000 000 personnes ont démissionné du Parti communiste chinois (PCC) et de ses organisations. Nous republions donc chaque semaine une partie de ces commentaires ayant déjà une portée historique. Leur intégralité est disponible sur le site [www.lagrandeepoque.com]. Sixième commentaire COMMENT LE PARTI COMMUNISTE CHINOIS A DÉTRUIT LA CULTURE TRADITIONNELLE Zoom Dosso/AFP/Getty Images Des miliciens pro-Ouattara se font prendre en photo près de la municipalité de Duékoué, dans l’ouest de la Côte d’Ivoire, endroit où un massacre de civils a été perpétré dernièrement. Mao Zedong a déclaré : « Si nous voulons renverser l’autorité, nous devons tout d’abord faire de la propagande et travailler sur la question de l’idéologie 2 ». Le PCC a réalisé que la violente théorie communiste, soutenue seulement par les armes, est la poubelle des conceptions occidentales et ne pouvait se mesurer aux 5000 ans de profonde histoire culturelle de la Chine. Alors, il a complètement détruit la culture traditionnelle afin que le marxisme et le léninisme puissent occuper la scène politique en Chine. 1. Des Analectes de Confucius. 2. Du discours de Mao lors de la huitième Session plénière du dixième comité du PCC. soutenus des leaders religieux, des groupes de la société civile et des organisations non gouvernementales (ONG) internationales en faveur de la coexistence pacifique, Duékoué est toujours caractérisée par une grande instabilité. En juin 2005, des dizaines de villageois – principalement issus de l’ethnie Guéré – ont été attaqués lors de raids nocturnes sur deux villages voisins, Petit Duékoué et Guitrozon. Des maisons ont été incendiées et des hommes, des femmes et des enfants ont été massacrés à coups de machette. Certains ont accusé les Dozo, des chasseurs traditionnels associés à la communauté Malinké et considérés par plusieurs comme des alliés des rebelles – des accusations qui ont d’ailleurs refait surface après le récent massacre. Les accords de paix qui ont mis fin à la rébellion appelaient au désarmement des milices pro-Gbagbo et des autres groupes. Mais les armes ont continué de circuler dans l’ouest du pays, où les citoyens ordinaires et les autorités locales se plaignent fréquemment du nombre élevé d’actes de banditisme, et particulièrement des agissements des « coupeurs de route », qui attaquent régulièrement les véhicules privés et les autobus. Si Duékoué est restée relativement paisible pendant les élections présidentielles qui ont eu lieu en octobre-novembre dernier, la violence a refait surface en janvier lorsqu’une commerçante a été tuée lors d’une attaque sur la route qui a été menée, selon les résidents, par les miliciens pro-Gbagbo. L’évènement a provoqué une série d’affrontements, principalement entre les communautés Guéré et Malinké, et a fait un grand nombre de victimes. La population locale a par ailleurs afflué en masse à la mission catholique de Duékoué, qui a accueilli des milliers de personnes déplacées à plusieurs occasions au cours des dix dernières années. Les organisations d’aide humanitaire ont exprimé leurs préoccupations face à la détérioration de la situation humanitaire à Duékoué et les conséquences potentielles d’une plus grande instabilité. Source : www.irinnews.org persuadés que le président Rafael Correa savait qu’il assurait la promotion d’un officier corrompu lorsqu’il nomma Hurtado commandant en chef de la police. Par cette nomination, le président équatorien aurait cherché à avoir sous la main un homme facilement manipulable. Investissements freinés par la corruption « Les activités corrompues décrites dans ce câble nuisent aux investissements américains en Équateur. Les investisseurs des États-Unis se montrent réticents à risquer leur patrimoine, car ils savent qu’ils pourraient être extorqués par des agents corrompus des corps de sécurité », poursuivait l’ambassadrice Hodges. À son avis, « en prêtant assistance au trafic de personnes, Hurtado créait des opportunités d’entrée aux États-Unis » que risquaient de mettre à profit « des délinquants et des terroristes ». Toujours selon le câble signé par Heather Hodges, les pratiques corrompues de la police équatorienne frapperaient la majorité de la population, disposée à verser des pots-devin, importants ou non, pour mener à bien tout type de gestion, évitant ainsi une bureaucratie inefficace et asphyxiante. Aux yeux de l’ambassadrice, les mécanismes devant veiller à la probité des institutions seraient faibles en Équateur et les changements constitutionnels de septembre 2008 les auraient affaiblis davantage. De « nombreuses sources », lit-on encore dans le câble, ont informé l’ambassade des États-Unis que Jaime Aquilino Hurtado extorquait même des policiers. En contrepartie, il les protégeait et facilitait leurs activités illégales. Des enquêteurs gênants étaient destitués. Suite à la publication de ce document diplomatique polémique, le parquet équatorien a annoncé l’ouverture d’une enquête sur les faits imputés au général Hurtado, aujourd’hui à la retraite. Ce dernier clame son innocence et envisage de saisir lui-même la justice pour défendre son honneur. Dans un classement de 180 pays dressé en 2009 par Transparency International, sur le continent américain, seuls le Paraguay (154 e), le Venezuela (162 e) et Haïti (168 e) étaient jugés plus corrompus que l’Équateur (146 e). Source : www.latinreporters.com
ÉpoqueTimes 12 au 18 avril 2011 Nettoyage de printemps Barbara Gay Époque Times Recette de la semaine L’édition Nouvelles Ces délices du Sud sont fameux pour leur couleur rouge et sont une gâterie sucrée à servir à longueur d’année. Donne 24 petits gâteaux Temps de préparation : 15 minutes Temps de cuisson : 25 minutes Temps de refroidissement : 30 minutes L’édition Nouvelles Petits gâteaux velours rouge Ingrédients 625 ml (2 1/2 tasses) de farine tout usage, tamisée 375 ml (1 1/2 tasse) de sucre 30 ml (2c. à soupe) de cacao en poudre 5 ml (1c. à thé) de bicarbonate de sodium 5 ml (1c. à thé) de sel 300 ml (1 1/4 tasse) de Mazola VegPlus (mélange d’huiles de canola et végétale) 250 ml (1 tasse) de babeurre (à température ambiante) 1 bouteille (30 ml) de colorant alimentaire rouge 5 ml (1c. à thé) de vinaigre blanc 10 ml (2c. à thé) d’extrait de vanille bourbon pur à 100% Spice Islands Glaçage, pour glacer Pour décorer : sucres colorés, bonbons, petits fruits frais, noix hachées, etc. Préparation Préchauffer le four à 180 ºC/350 ºF. Déposer des moules en papier dans les moules à muffins ; mettre de côté. Dans le grand bol du malaxeur, mélanger la farine avec le sucre, le cacao en poudre, le bicarbonate de sodium et le sel. Dans un bol moyen, fouetter ensemble l’huile, le babeurre, les œufs, le colorant alimentaire, le vinaigre et la vanille jusqu’à mélange parfait. Ajouter les ingrédients liquides aux ingrédients secs, bien mélanger jusqu’à l’obtention d’une pâte lisse. Répartir la pâte à gâteau uniformément dans les moules à muffins préparés, en les remplissant aux 2/3. Cuire de 22 à 25 minutes ou jusqu’à ce qu’un curedents inséré au centre en ressorte propre. Laisser tiédir de 8 à 10 minutes dans les moules. Démouler ; laisser refroidir complètement. Glacer et décorer les petits gâteaux, au goût. J’ai 45 ans et je serais prête à parier que la plupart des gens de mon âge, ou plus jeunes, ne savent pas ce qu’est le « nettoyage de printemps », n’en ont jamais entendu parler ou encore ne se sont jamais vraiment donné la peine de savoir en quoi cela consiste. Est-ce parce que nous sommes convaincus que les femmes n’ont plus le temps de rester à la maison pour faire ce genre de nettoyage qui nécessite beaucoup de temps et d’efforts ou pensons-nous que le travail lui-même n’est pas vraiment nécessaire ou important ? Le grand ménage de printemps contribue réellement à nous maintenir en bonne santé. Il consiste à sortir tout ce qu’il y a dans une pièce, à la nettoyer de fond en comble ou, du moins, si l’on n’a pas la possibilité, on regroupe tous les meubles au centre de la pièce pour tout nettoyer, et ce, dans chaque pièce de la maison. Que signifie tout nettoyer ? Il s’agit de laver les murs, les plafonds, les plinthes, les cache-prises électriques, les interrupteurs, les luminaires, les planchers et tout ce qui a été déplacé dans la pièce, le tout de fond en comble. En effet, après l’hiver où la maison n’est pas bien aérée, les germes et les bactéries se sont développés. Aérer la maison est un peu comme un nettoyage, cela permet d’éliminer beaucoup d’éléments nocifs, c’est aussi très important. Avez-vous remarqué l’augmentation du nombre des parfums d’ambiance ? Savez-vous ce qui cause la plupart du temps les mauvaises odeurs dans votre maison ? Ce sont des germes et des bactéries qui ne peuvent pas vraiment être éliminés par une simple pulvérisation dans l’air, mais seulement par un véritable nettoyage. J’ai travaillé en tant que femme de ménage dans le passé et ce qui m’a le plus frappée, c’est que les gens ont beaucoup de choses qui encombrent leur espace de vie et le rendent impossible à nettoyer. En plus, tout ce qu’il y a dans votre maison est potentiellement susceptible d’accueillir des germes. Ainsi, plus vous avez d’objets, plus il y aura de germes, à moins que vous puissiez garder toutes ces choses propres, bien sûr ! Personnellement, je ne sais pas comment il est possible pour la plupart d’entre nous de tout nettoyer dans nos maisons comme le faisaient nos grands-mères. Cependant, je peux vous dire par expérience que la propreté de nos maisons est un gage de santé, tant pour notre mental que pour notre physique. Si vous voulez faire le nettoyage de printemps, voici quelques suggestions : • Débarrassez-vous des objets inutiles.• Nettoyez votre salle de bains plus régulièrement. Portez une attention particulière aux toilettes, surtout à l’extérieur de la cuvette, au sol et à ce qui est autour.• Ne pas attendre de voir la saleté pour reconnaître son existence, les germes ne sont pas visibles à l’œil nu ! • Si vous avez des enfants, quel que soit leur âge, leurs objets et leurs chambres sont des endroits qui Toile d’épices L’oseille des prés est spontanée et courante dans la campagne française et dans toutes les zones tempérées. Bien qu’elle possède un pollen allergisant, on utilise ses feuilles acidulées comme légume ou comme herbe aromatique. L’oseille fait partie de la famille des polygonacées comme la rhubarbe, le rau ram (polygonum odoratum) et autres. C’est une plante vivace de 30 cm à 1m, dioïque (fleurs mâle et femelle sur des pieds différents). Elle pousse dans un sol non calcaire à la mi-ombre et les limaces en raffolent. Crues, les jeunes feuilles et pousses parfument agréablement les salades. Cuites (fondues au beurre ou ébouillantées), les feuilles servent dans les soupes, omelettes ou comme base de farce pour divers poissons. Certains l’utilisent pour en faire une boisson rafraîchissante en l’infusant à froid dans de l’eau sucrée. L’oseille se congèle très bien pour toutes ses applications cuites. En Laponie, l’oseille sert comme présure pour faire du fromage. On peut aussi la transformer en une teinture jaune vert avec un mordant à l’alun. Le sel d’oseille (bioxalate de potasse) est utilisé comme détachant. Elle a aussi laissé son nom dans quelques expressions populaires : « de l’oseille » : contiennent beaucoup de germes, il faut les nettoyer régulièrement.• Tout le monde doit se laver les mains après avoir utilisé les toilettes – chaque fois – et se laver avant le repas n’est pas seulement une vieille habitude du passé, c’est nécessaire pour éviter de transmettre les germes.• Si vous avez des tapis, envisagez de vous en de l’argent ; « faire oseille » : se moquer de quelqu’un, le duper ou le contraire : « ne pas se laisser faire oseille ». Son nom botanique est Rumex acetosaL. En français, on l’appelle aigrette, oseille commune, oseille des prés, patience, patience acide, surelle, surette. Art de vivre débarrasser. En ce qui me concerne, les tapis n’auraient jamais dû être inventés, ils ne sont que des nids pour la poussière et les germes. Une fois par année, même si vous ne pensez pas que c’est nécessaire, nettoyez toute votre maison de haut en bas, du mieux que vous le pouvez. Si ce n’est pas possible, embauchez quelqu’un pour le faire à votre place. Historique Elle est originaire d’Europe où elle pousse encore à l’état sauvage. L’oseille était néanmoins connue en Égypte antique où elle faisait et fait toujours partie de la cuisine traditionnelle. Pour les Romains, l’oseille avait un goût trop rude et, pour Plaute, elle est à mettre « au nombre des herbes qu’entassent certains cuisiniers mal habiles ». Jusque-là produit de la cueillette, elle apparaît comme plante cultivée au Moyen Âge en même temps qu’elle entre dans la cuisine française. Le Moyen Âge est l’âge d’or pour l’oseille ; elle apparaît en bonne place dans le Viandier de Taillevent, maître queux médiéval. En 1587, A. Mizauld nous dit : « On s’en sert pour mettre es potages et pour donner goust es salades ; mesme on en fait de la sauce verde pour y tremper la chair qui est de fort bon goust et resveille merveilleusement l’appétit et on ne fait guères festin qu’il n’en y ait ». L’oseille atteint son apogée au XVII e siècle aussi bien comme aliment que comme médecine, et ce, jusqu’au milieu du XX e siècle. Vertus médicinales Elle ne semble pas connue 5 Photos.com Le grand ménage de printemps consiste à sortir tout ce qu’il y a dans une pièce, à la nettoyer de fond en comble ou, du moins, si l’on n’a pas la possibilité, on regroupe tous les meubles au centre de la pièce pour tout nettoyer, et ce, dans chaque pièce de la maison. L’oseille commune et précieuse L’oseille de jardin est issue de cultivar. Époque Times Assurez-vous que tout le mobilier soit nettoyé ainsi que les jouets et l’électronique, tous les objets avec lesquels nous sommes beaucoup en contact doit être nettoyé. Je sais, je sais, cela peut sembler exagéré, mais parlez-en à vos grands-parents ou aux membres plus âgés de votre famille. Ils vous diront que c’est juste du bon sens, et le bon sens n’est jamais démodé. Vitamines (pour 100 g) Pro-A (Beta-carotène) : 3-4 mg C : 125 mg B1 : 0,04 mg B2 : 0,1 mg B3 (ou PP) : 0,5 mg B5 : 0,04 mg B6 : 0,12 mg B9 : 0,15 mg E : 1,5 mg Minéraux et oligoéléments Calcium : 44 mg Cuivre : 0,2 mg Fer : 2,4 mg Iode : 0,007 mg Magnésium : 103 mg Manganèse : 0,6 mg Phosphore : 63 mg Potassium : 390 mg Sodium : 4 mg Soufre : 20 mg Zinc : 0,2 mg des médecines traditionnelles chinoises et indiennes (Ayurveda). Néanmoins, elle est apéritive, diurétique (décoction des graines et racines), dépurative, laxative, digestive et stomatique. Elle serait antiscorbutique antioxydant et tonique grâce à la vitamine C qu’elle contient. Elle aide en cataplasmes dans les problèmes de peau comme l’acné, contre la gale et la dartre en décoction de graines et racines. ATTENTION : à cause de son fort taux en acide oxalique, il ne faut pas abuser de l’oseille, et elle est déconseillée à certaines personnes (calculs rénaux, hépatique, arthrite, etc.) Elle contient de l’acide oxalique, malique, citrique, salicylique ainsi que des vitamines et des minéraux.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :