Époque Times Montréal n°304 12 avr 2011
Époque Times Montréal n°304 12 avr 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°304 de 12 avr 2011

  • Périodicité : bimensuel

  • Editeur : La Grande Époque Inc.

  • Format : (320 x 540) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 6,7 Mo

  • Dans ce numéro : l'artiste chinois répité Ai Weiwei arrêté.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
10 Enviro - science Des fourmis zombies manipulées par de nouvelles espèces de champignons Ryan Cassie Époque Times Que sont les gaz à effet de serre ? L’édition Nouvelles Les gaz à effet de serre (GES) sont des gaz qui piègent la chaleur dans l’atmosphère. Ils entraînent une élévation de la température à la surface de la Terre, d’où vient l’expression « à effet de serre ». L’effet de serre maintient la surface de la Terre suffisamment chaude pour permettre aux humains d’y vivre ; toutefois, une chaleur trop intense pourrait présenter des risques pour les humains, les animaux et les plantes. Certains GES, comme la vapeur d’eau, sont naturellement présents dans l’atmosphère, tandis que d’autres, comme le dioxyde de carbone, le méthane, les oxydes nitreux et les gaz fluorés, sont augmentés par l’activité humaine. Afin d’aider le gouvernement du Canada à respecter son engagement global de réduire les émissions de GES, l’Office de l’efficacité énergétique de Ressources naturelles Canada (RNCan) appuie trois initiatives d’efficacité énergétique pour les maisons neuves dans le cadre du programme écoÉ- NERGIE pour les bâtiments et les habitations : • système de cote ÉnerGuide ; • norme R–2000 ; • ENERGY STAR pour les maisons neuves. Nous pouvons tous prendre des mesures pour réduire les GES que nous pourrions produire sans le savoir. Aujourd’hui, l’exploitation des habitations canadiennes représente 17% de toute la consommation d’énergie au pays et est responsable de 15% des émissions de gaz à effet de serre. Faire construire ou acheter une maison neuve éconergétique est une bonne façon de commencer à réduire votre empreinte écologique. Par exemple, une maison neuve répondant aux exigences du programme ENERGY STAR pour les maisons neuves peut réduire les émissions de GES d’environ trois tonnes par an. Afin d’obtenir de plus amples renseignements sur les initiatives pour les maisons neuves offertes au Canada, visitez le site Web de RNCan à l’adresse www.maisonsneuves.rncan.gc.ca ou composez le 1 800 O–Canada (1 800 622–6232). Les fourmis zombies, ou les fourmis charpentières parasitées, sont plus présentes que nous le pensions auparavant d’après la découverte au Brésil de quatre nouvelles espèces de champignons rendant « zombie ». Les résultats de cette découverte sont publiés dans la revue en ligne PLoS ONE du 2 mars 2011. Les champignons nouvellement identifiés appartiennent aux Ophiocordyceps et se trouvent tous dans la forêt humide amazonienne au Brésil « Une zone sensible de biodiversité fortement détériorée sur la planète », mentionne un communiqué de presse. Seulement 8% de l’habitat d’origine a été conservé. Ces champignons contrôlent chimiquement le cerveau des fourmis charpentières et autres espèces qu’ils infectent, les conduisant à l’extérieur de leurs colonies, à une feuille où les parasites peuvent se reproduire. En arrivant à destination, la fourmi mord une veine de feuille − appelée la « morsure mortelle » − et meurt. Ensuite, un sporophore pousse à partir de la tête de la fourmi et envoie des spores infecter de nouvelles fourmis. Les quatre nouvelles espèces contrôlant les fourmis ont été nommées par les docteurs Harry Evans, Simon Elliot et David Hughes, qui ont constaté que deux des nouvelles espèces forment des tiges à partir d’autres parties du corps de la fourmi zombie, dont les pieds et le bas des articulations des pattes. Les chercheurs ont étudié la façon dont les parasites tels que ces champignons manipulateurs de fourmis réagissent face à la fragmentation de l’habitat ; ils France Héloïse Roc Époque Times Une équipe de chercheurs spécialisés dans l’étude des forêts a découvert que les grands mammifères forestiers de la forêt ont la capacité d’éparpiller des graines. Les chercheurs rattachés à l’INRA, Institut national de recherche agronomique, et au Cemagref, Institut de recherche en sciences et technologies pour l’environnement, ont été particulièrement étonnés. Les cervidés, malgré les nombreux dégâts qu’ils causent aux jeunes arbustes et aux terres cultivées, favorisent la diversité végétale. La dissémination des graines par les animaux n’avait été jusque-là étudiée que dans les forêts tropicales. Cette découverte a été faite, un peu par hasard, en étudiant la végétation des sous-bois dans la forêt domaniale d’Arc-en-Barrois, en Haute-Marne, France : des plantes qui avaient jusque-là disparu venaient de refaire leur apparition. Les cerfs, les chevreuils et les sangliers en plus grand nombre Les cerfs, les chevreuils et les sangliers ne sont pas appréciés par les forestiers, car selon eux, ces animaux herbivores qui aiment se nourrir de végétaux tendres, peuvent abîmer les jeunes pousses des arbres. Philippe Ballon, spécialiste de l’interaction entre la forêt et les ongulés, indique « qu’en ce moment, dans la forêt domaniale du Donon, entre l’Alsace et la Lorraine, ils détruisent toutes les plantations de jeunes pins ». Pourtant ces animaux représentent une faune riche et variée, ils enrichissent la biodiversité de nos forêts et contribuent aux équilibres naturels. Malgré cela, ils ne sont pas souvent considérés comme des espèces autorisées ou bénéfiques. On les estime lorsqu’il s’agit de chasse et on les déteste pour les dégâts qu’ils causent. Moins craintifs que les carnivores, ces herbivores sont un plaisir des yeux pour les promeneurs et pour les amoureux de la nature. Les cerfs sont des animaux qui enrichissent la biodiversité de nos forêts et contribuent aux équilibres naturels. Donner un lieu de vie aux grands animaux On ne les apprécie pas toujours à leur juste valeur. Parfois, la forêt est réduite à un parc d’élevage et d’abattage. On oublie la vie de la faune et le regard ne se porte que sur les rapports financiers des arbres et la vente du bois. Ainsi, la forêt est devenue un champ d’arbres, on ne tolère aucun dégât sur les plantations. Les sangliers, qui se nourrissent dans les champs voisins de leur habitat, cherchent simplement à s’alimenter, il faudrait prévoir aussi pour eux des clôtures suffisamment hautes pour préserver les cultures des agriculteurs. La régulation des espèces est une démarche sérieuse. Elle doit être prise d’une manière plus vaste dans l’intérêt de l’écosystème forestier. Les grands animaux des forêts doivent souvent s’adapter à l’environnement que les hommes leur créent ou leur laissent. Selon la ligue Roc, les dégâts sont souvent révélateurs d’un dysfonctionnement. Elle déclare également que les dégâts causés par la grande faune sauvage sont attribuables à la capacité d’accueil réduite des massifs forestiers. Elle souhaite que les forêts deviennent plus accueillantes pour les grands animaux, comme le cerf, le sanglier et le chevreuil. La ligue Roc pense également que le rôle économique de la forêt existera toujours, si on respecte chacun des éléments qui la constituent. 12 au 18 avril 2011 ÉpoqueTimes Pontoppidan et al et PLoS ONE Suite à une infection par le champignon Ophiocordyceps unilateralis, une fourmi zombie mord la face ventrale d’une feuille. ont remarqué que les sites à haute altitude, où les espèces coexistent, sont devenus nettement plus secs et plus chauds. Ils ont rédigé un document d’accompagnement détaillant leurs conclusions sur les probabilités de nombreuses interactions inconnues et complexes entre les espèces qui existent dans les habitats menacés. D r Hughes croit que les Thierry Zoccolan/AFP Inventaires floristiques des forêts réalisés de 1976 à 2006 Le domaine forestier d’Arc-en-Barrois en Haute- Marne s’étend sur 20 000 hectares. C’est un site d’observation unique en France pour la recherche, c’est aussi un lieu de vie privilégié pour les animaux forestiers sauvages. Les chercheurs du Cemagref observent la mutation végétale dans cette forêt. Ils ont pu démontrer que les animaux de la forêt pouvaient participer à l’évolution des plantes sauvages et favoriser sa diversité. Par exemple, une plante, la Cynoglosse officinale, était absente de la forêt lors du premier inventaire de 1976. Elle est de nouveau apparue en 1981 et s’est fortement répandue depuis. Désormais, elle est visible sur les lieux fréquentés par les grands mammifères forestiers. Comment cette plante a-telle pu connaître cette évolution, dans un lieu aussi passant ? En fait, les chercheurs ont pu voir que les graines voyageaient accrochées au pelage des animaux. Elles ont la faculté d’adhérer à la fourrure des mammifères et ainsi d’assurer les semences. La Cynoglosse officinale est une plante à rosette, ce qui lui donne une résistance à l’arrachement, non consommable pour la faune, car elle contient des substances toxiques. Ainsi, ces particularités lui donnent de sérieux avantages pour s’établir en toute liberté. Désormais, cette plante constitue une partie du décor forestier. fourmis vont survivre aux changements climatiques locaux, mais « les champignons ne pourront pas », d’après le blog de PLoS ONE. « Ce que nous pensons qui va se produire, c’est l’extinction des champignons que nous venons à peine de décrire », a-t-il dit, expliquant que les champignons sont essentiellement aquatiques, et donc plus sensibles aux climats secs. Les grands mammifères forestiers favorisent la diversité végétale Les poils du sanglier sous les projecteurs Selon les chercheurs, le sanglier présenterait de nombreux atouts dans la récupération des graines dans son pelage. La construction de son pelage est particulière, il est constitué de deux couches : l’une composée de poils de bourre souvent bouclés et l’autre formée de longues soies rigides. Ce pelage caractéristique permet de stocker et de transporter des graines facilement sur plusieurs kilomètres, contrairement aux cerfs et aux chevreuils qui ont un pelage plus lisse. Le comportement du sanglier présente aussi un atout déterminant pour la dispersion végétale. Il se rafraîchit dans la boue, il récupère ainsi les graines présentes dans la terre, qu’il redonne au sol en se grattant ou en se frottant contre les arbres. Les chercheurs ont prélevé, après un brossage minutieux des animaux de la forêt, les graines qu’ils transportaient. Ils ont remarqué que le sanglier possédait plus d’une quarantaine de graines d’espèces végétales différentes. Ainsi, il obtient la palme du meilleur semeur de graines de la forêt. La Cynoglossum officinale dans la forêt C’est une plante qui croît dans les zones tempérées d’Europe, d’Asie et d’Amérique du Nord, particulièrement sur les versants rocailleux, des terrains incultes et aux bords des chemins. En Espagne, elle grandit dans les montagnes septentrionales, spécialement dans les Pyrénées. Elle était autrefois considérée comme plante officinale, mais aujourd’hui elle est simplement utilisée en homéopathie pour le traitement de la toux et contre la diarrhée, elle est également utilisée pour le traitement des hémorroïdes 1. Elle est toxique pour les animaux à sang froid mais non pour les mammifères. Les chasses à courre dans la forêt Depuis Robert II Le Pieux, Capétien, les rois de France sont venus chasser en forêt. Les cervidés, les chevreuils et les sangliers étaient chassés à courre ; les faisans et les lièvres, chassés à tir ; le petit gibier à plume, chassé au vol. Aujourd’hui, la chasse au grand gibier est toujours pratiquée sur l’ensemble des grands massifs forestiers, surtout sous forme de battues dirigées par l’ONF et en licence collective. La chasse à courre, encore actuelle, du cerf et du chevreuil, est un héritage de l’histoire. C’est une tradition séculaire à laquelle nous devons certaines allées cavalières. Souvent mal perçue, la chasse raisonnée régule les populations de grands mammifères afin de limiter leurs dégâts aux forêts, cultures, voitures, en l’absence de prédateurs.
ÉpoqueTimes 12 au 18 avril 2011 FAITES VOTRE MARQUE ! TRANSFORMEZ VOTRE POTENTIEL COMMUNICATEUR EN UNE FORCE BIEN ANCRÉE ! Améliorez votre confiance en vous, votre influence personnelle et votre vie professionnelle. Carole Meyer, formatrice agréée vous guide dans une pratique conviviale et chaleureuse. Prochains ateliers, appelez-nous ! OFFREZ-VOUS UN CADEAU INOUBLIABLE ! ESSAI GRATUIT ! Programmes sur mesure 514 356-2232 Organisations publiques, privées, ONG, OBNL, particuliers ACHETONS cmformation.com Depuis 15 ans DIAMANTS DIAMANTS ET 329-CASH 514 329-2274 11 ESTIMATION GRATUITE LES MEILLEURS PRIX EN VILLE JUSQU’À 5849 Henri-Bourassa Est, Montréal Nord Voisin CLSC (514) 329-CASH Heures d’ouveretureL.M.M. 10h30 à 18h00 J.V. 10h30 à 20h00 3600892

1 2-3 4-5 6-7 8-9 10-11 12


Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :