Époque Times Montréal n°302 29 mar 2011
Époque Times Montréal n°302 29 mar 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°302 de 29 mar 2011

  • Périodicité : bimensuel

  • Editeur : La Grande Époque Inc.

  • Format : (320 x 540) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 6,4 Mo

  • Dans ce numéro : la vague de soulèvements frappe finalement la Syrie.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
4 International Un contrôle permanent de l’information La jeune journaliste sait très bien qu’en Chine la démocratie n’existe pas et que le pays est classé au 171 e rang sur 178 du classement de Reporters sans frontière sur la liberté de la presse. Toutefois, elle décide d’y aller en acceptant provisoirement de « tirer un trait sur la déontologie » journalistique. Elle est mise en garde au début par son chef direct, le responsable du service français : « Ici on ne fait pas du journalisme. Au mieux, du secrétariat de rédaction. » À la radio chinoise, « tout est rédigé à l’avance pour les journaux comme les émissions, et le direct est proscrit, notamment pour les journaux d’actualité ». L’enregistrement permet un contrôle du contenu, et donc de l’information. Les émissions et journaux sont réécoutés avant diffusion. Anne Soёtemondt observe que « la langue de bois favorise la parole officielle et empêche l’expression de pensées critiques » et que le « vocabulaire policé, répétitif » est aussi destiné à empêcher l’auditeur de mettre en doute le discours véhiculé. La seule solution pour décrypter la véritable actualité chinoise – qu’il s’agisse des séismes et autres catastrophes où le nombre des victimes est minimisé, des émeutes qui éclatent souvent dans les provinces, des succès dans tous les domaines économiques, de la pollution, de l’exposition universelle de Shanghai ou des Jeux olympiques – c’est de lire « a contrario les nouvelles qui font la une ». Une journaliste au statut « d’expert » Au sein de la rédaction de Radio Que ce soit par l’entremise d’appels aux chefs des gouvernements étrangers, par des grands titres dans les médias officiels ou des sections spéciales sur ses sites Internet, le Parti communiste chinois (PCC) a lancé une offensive diplomatique et médiatique contre l’intervention occidentale en Libye. Le PCC qualifie l’intervention militaire de jeu de pouvoir géopolitique violant la souveraineté, qui doit cesser immédiatement. Certains voient dans cette soudaine démarche le prolongement des tentatives du PCC de discréditer les soulèvements actuels au Moyen-Orient tout en protégeant ses intérêts substantiels en Libye. Une dépêche de l’agence officielle Xinhua le 25 mars indiquait que Yang Jiechi, ministre des Affaires étrangères chinois, a contacté son homologue allemand, Guido Westerwelle, pour lui signaler que « toutes les parties impliquées devaient cesser les hostilités immédiatement ». Yang était « profondément préoccupé » par les pertes civiles, selon l’agence. Xinhua ainsi que d’autres médias officiels, comme le Quotidien du peuple, focalisent sur les problèmes qui sont, selon eux, causés par l’opposition à Kadhafi. « Le gouvernement chinois commence à adopter sa position typique de « plus blanc que neige » », observe Richard Fisher, chercheur sur les questions militaires asiatiques à l’International Assessment and Strategy Center. « Si la Libye est renversée, et particulièrement si quelque chose de pluraliste en émerge, alors ce sera une catastrophe majeure pour le Parti », a commenté M. Fisher en entrevue. Cela deviendrait un autre exemple où une révolte populaire amène du changement et démontrerait que « si les Chinois ne veulent vraiment plus du Parti alors eux aussi, avec assez de force, peuvent s’en débarrasser », affirme-t-il. Le Quotidien du peuple a écrit dans un article que les récents soulèvements en Afrique du Nord et au Moyen-Orient ne sont que des mauvaises nouvelles. Plutôt que de les qualifier de soulèvements contre la dictature, ce sont plutôt de « l’instabilité politique et des troubles sociaux ». L’article conclut en disant que les Chinois devraient chérir « leur harmonie et leur stabilité » actuelles, selon une traduction publiée par Chinascope. « Chacun d’entre nous devrait faire de son mieux, atteindre un plus grand développement sous Chine Internationale, ses attributions sont grosso modo celles de corriger l’orthographe et la grammaire, et de soigner la syntaxe sur les textes des émissions de radio avant enregistrement. Son statut spécial porte officiellement l’intitulé « expert numéro 003112 étranger auprès du service français de RCI ». Le discours officiel de bienvenue lui remémore la « novlangue », la langue inventée du célèbre roman d’Orwell, 1984. C’est inévitable, elle perçoit immédiatement l’atmosphère de la prison – « Je me sens prisonnière d’un système auquel je ne souscris pas » – et elle vit constamment avec le sentiment qu’elle est surveillée, soit par des militaires-robots qui ne disent jamais bonjour ou, le plus terrifiant, par des bénévoles : des gens portant un brassard rouge dont le boulot consiste « à faire des rapports sur qui fait quoi ». Elle cherche à deviner les lieux où ils ont caché les microphones et les caméras dans sa chambre d’hôtel. Le plus dur au début est d’accepter le manque de professionnalisme et d’exigence de ses collègues chinois, l’atmosphère qui règne dans la rédaction de la radio, le contrôle des informations, la censure pratiquée par les autorités communistes, la langue de bois utilisée par la propagande dans tous les médias, les mécanismes de la terreur entretenue par le régime, mais aussi la corruption répandue à tous les niveaux. « Se faire harmoniser » Radio Chine Internationale est – selon Liu Xiaobo, lauréat du prix Nobel envoyé en prison parce qu’il a parlé de la corruption dans les médias d’État – le média le plus corrompu de cette stabilité et récolter continuellement les fruits heureux [du labeur] durant notre développement. » Mais ces déclarations, comme celle au sujet d’une préoccupation pour les civils, sont trompeuses, selon Zhang Kaichen, un ex-responsable de la propagande à Shenyang, en Chine, qui a fait défection aux États- Unis. Il dit connaître les rouages de ces campagnes. « C’est hautement hypocrite », affirme M. Zhang en entrevue. « Lorsque Kadhafi utilisait ses avions et ses bombes pour attaquer sa population, le Parti n’a pas protesté. » Mais, lorsque l’Occident utilise la force contre un dictateur, le régime réagit, souligne-t-il. « Peuvent-ils déclaré « nous sommes tout simplement une dictature et soutenons les dictateurs » ? Non. Ainsi, ils concoctent cette bouillie pour chats au sujet d’une certaine préoccupation pour la vie », assène M. Zhang. « Ils ont vraiment peur de ces soulèvements en Afrique du Nord. Ils veulent que les dictateurs massacrent les gens et écrasent les manifestations, afin d’envoyer le message aux Chinois que c’est ce qui arrive lorsqu’on manifeste », poursuit-il. « Ils savent qu’ils pourraient faire face au même sort », dit-il, en référence aux manifestations. Chine. « Se faire harmoniser » signifie, au sein de la rédaction de Radio Chine Internationale, « se faire censurer ». Cette pratique a lieu chaque fois qu’un expert essaie de couper ou de réécrire les textes pour les rendre plus digestes pour les auditeurs. Il existe aussi des tabous, des noms absolument interdits de citation dans les médias chinois. Le massacre des étudiants sur la place Tiananmen en juin 1989 n’a jamais existé officiellement. De même, le Tibet a été libéré en 1950 quand les troupes chinoises sont entrées dans le pays et le dalaïlama n’est qu’un politicien. La Chine et Taiwan sont considérés comme un pays « seul et uni », malgré la volonté de Taiwan. Falun Gong – une école de qigong persécutée en Chine depuis 1999 – et d’autres minorités ethniques ou religieuses telles que les Ouïgours et les chrétiens, Reporters sans frontières ou le nom de certains dissidents, avocats de droits de l’homme, sont bannis. « Quand une information embarrasse l’État, c’est simple, il verrouille la presse et cela marche. » Le tout semble difficile à croire quand il existe dans ce pays, selon les statistiques du ministère de l’Information, 2000 journaux, 9000 magazines en mandarin et en dialectes, un taux de couverture radio de 96,31%, 2000 chaînes de télévision pour les centaines de millions de téléspectateurs et que, de plus, chaque province chinoise, 22 au total, a sa propre chaîne. La journaliste voit de ses propres yeux que « peu de Chinois s’imaginent que les médias peuvent être un vecteur de contestation sociale ». M. Li, le professeur de chinois d’Anne, lui dira : « Personne ne croit les journalistes ici, ils font de la propagande. » Quand le réseau CCTV lui offre un contrat pour présenter les journaux en français, la journaliste comprend Et lorsque cela surviendra, le Parti communiste ne voudra pas que l’Occident se porte à la défense des Chinois, mentionne M. Zhang, ajoutant que cet argumentaire se retrouve dans les médias officiels. Un article de Xinhua comprenant 28 pages de photos titrait Les pays occidentaux continuent de bombarder Tripoli, la voix antiguerre de la communauté internationale se fait plus forte chaque jour. Dans les reportages des médias officiels, on répète à de nombreuses reprises que l’intervention militaire est survenue après que le ministre des Affaires étrangères libyen, Moussa Koussa, a déclaré un cessez-le-feu. On omet cependant de mentionner que les forces de Kadhafi avaient continué leur offensive contre les rebelles. Un éditorial de Xinhua condamne les frappes aériennes. « Les conflits devraient être résolus de manière pacifique », est-il écrit. « Toute action qui manque d’équité et de justice pourrait amener des conséquences imprévues à l’initiateur. » Le régime chinois s’est abstenu lors du vote au Conseil de sécurité de l’ONU qui a donné le feu vert à une intervention militaire en Libye. Depuis, il a exprimé une opposition de plus en plus vive par l’entremise de son appareil de propagande. que c’est le moment de choisir et elle va refuser parce que « accepter ce poste à la CCTV, c’est non seulement mettre en forme la propagande, mais aussi lui donner un visage, le mien […] L’éthique a cette fois-ci dépassé ma curiosité ». Un journalisme mis en scène Comme les autres 150 experts qui travaillent pour les 50 services en langues étrangères, Anne Soёtemondt a aussi une fonction de représentation, cela veut dire qu’elle est poliment « escortée » et photographiée dans des endroits stratégiques pour montrer au monde qu’il y a des journalistes étrangers en Chine. Elle est « invitée » à participer aux évènements « culturels », comme le concours de « chants rouges » ou à faire la publicité pour certains sites touristiques, le célèbre « tourisme rouge », un profitable pèlerinage sur les lieux mythiques de la Révolution chinoise, la cité troglodyte où Mao a vécu après la Longue marche (1935-1948). Cela fait partie aussi d’une campagne que le gouvernement chinois a lancée depuis quelques années, une énorme opération de soft power. « Pékin mise sur la culture et les médias pour redorer son blason. Objectif : changer l’image souvent négative de la Chine à l’étranger. » C’est certainement grâce à cette politique et parce que la radio « veut mieux profiter de ses compétences » qu’au bout de quelques mois, Anne Soёtemondt est chargée d’une émission de société, Prise directe. Elle va tout faire pour donner aux émissions enregistrées un certain dynamisme et amener certains sujets intéressants, comme la condition de la femme et le mariage, Internet, le voyage au Tibet, etc., à ne pas subir une censure. Elle veut montrer à ses collègues chinois à quoi ressemble le vrai journalisme. Son concept est « faire parler les Chinois des Chinois », et cela marche. On 29 mars au 4 avril 2011 ÉpoqueTimes Pékin dénonce l’intervention militaire en Libye Matthew Robertson Époque Times I. POURQUOI LE PCC A-T- IL VOULU DÉTRUIRE LA CULTURE CHINOISE ? 1. La longue tradition de la culture chinoise est basée sur la croyance et la vénération de la vertu La culture authentique de la nation chinoise a commencé il y a environ 5000 ans avec le légendaire empereur Huang, considéré comme le premier ancêtre du peuple chinois. En fait, l’empereur Huang est reconnu pour avoir fondé le taoïsme – aussi connu sous le nom de l’école de Suite de la une Propagande Extrait des Neuf commentaires pensée Huang-Lao (Lao Tseu). La profonde influence du taoïsme sur le confucianisme est perceptible dans les paroles confucéennes : « Rechercher le Tao, se conformer à la vertu, s’en tenir à la bienveillance et s’immerger dans les arts » ; « Si quelqu’un entend le Tao le matin, il peut mourir sans regret le soir 1 ». Un des plus importants classiques chinois, le Livre des mutations (Yi King ou Yi Jing), est une compilation de notes sur le ciel et la terre, le yin et le yang, les changements cosmiques, l’ascension sociale et le déclin ainsi que les lois de la vie humaine. Le pouvoir prophétique de ce livre a surpassé de loin ce que la science moderne peut concevoir. En plus du taoïsme et du confucianisme, le bouddhisme, en particulier le bouddhisme zen, a eu une subtile mais profonde influence sur les intellectuels chinois. Le confucianisme est la partie de la culture traditionnelle chinoise qui se concentre sur « l’entrée dans le monde humain ». Il met l’accent sur une éthique basée sur la famille dans laquelle la piété filiale jouait un rôle très important, enseignant que toute bonté commence par la piété filiale. Confucius prônait « bonté, droiture, bienséance, sagesse et authenticité », mais il a dit aussi : « La piété filiale et l’amour fraternel ne sont-ils pas les racines de la bonté ? » L’éthique familiale peut naturellement être appliquée pour guider la morale sociale. La piété filiale peut aussi être appliquée à la loyauté envers le monarque. On dit qu’« il est rare que quelqu’un ayant de la piété filiale offense ceux d’en haut 2 ». L’amour fraternel peut aussi s’appliquer à la loyauté envers les amis. Les confucéens croient que dans une famille, un père devrait être bon, un fils dévoué, un frère aîné amical et un frère cadet respectueux. Ici, la bonté paternelle peut aussi s’appliquer à la bonté d’un Empereur envers ses subordonnés. Tant que les traditions d’une famille peuvent être maintenues, la moralité sociale peut naturellement perdurer. « Se cultiver soi-même, réguler sa propre famille, gouverner justement son propre État et offrir tranquillité et bonheur à tout le royaume 3. » Le bouddhisme et le taoïsme, par contre, sont la partie de la culture chinoise qui se concentre sur « la sortie du monde séculaire », guidant les La France, qui a effectué les premières frappes, est souvent pointée du doigt. Selon une analyse de la chaîne officielle CCTV, la motivation de la « France, qui a d’ordinaire un profil bas », d’intervenir en premier était pour mettre la main sur le pétrole libyen. Dans une section du site web du Quotidien du peuple, on met l’accent sur les dangers d’un « coup porté à l’économie mondiale » qui serait causé par l’intervention en Libye. Cependant, tandis qu’un éditorial du Quotidien du peuple se concentre sur les « effets économiques négatifs » de l’intervention sur la population libyenne, les vrais perdants de la quasi-chute de Kadhafi sont plutôt les Chinois, selon M. Fisher. « Ils ont embrassé Kadhafi et récolté les bénéfices de tout ce commerce. » Il y avait 35 000 Chinois en Libye qui travaillaient sur des projets de construction de plusieurs milliards de dollars. De grandes entreprises chinoises proches de l’État, comme Huawei, étaient impliquées dans de grands projets d’infrastructure. Les investissements chinois en Libye l’année dernière ont atteint 10 milliards de dollars et on prédit que les entreprises chinoises vont éponger des dizaines de millions de dollars en pertes en raison des récents évènements. peut voir ainsi de belles petites victoires contre le système. La plus grande surprise vient au moment où la journaliste commence à comprendre le pragmatisme des Chinois. Ils ne sont pas dupes, ils ne croient pas aux mensonges de l’État mais, pour vivre mieux, ils deviennent membres du Parti et participent à la mascarade, ayant la capacité « d’être à la fois dans le système et en dehors ». Ainsi, elle va découvrir peu à peu « une autre Chine : les rires, les chants, la simplicité, l’humour plutôt que la politique, Mao, la corruption et la pollution ». Heureusement, la journaliste s’est fait en Chine quelques bons amis parmi ses collègues venus du monde entier ; et en riant, en parlant un peu de tout, la vie est devenue plus respirable. « J’ai rarement autant ri de ma vie, et d’aussi bon cœur. » Elle ne regrette pas sa décision d’être allée vivre en Chine au sein d’un média chinois. Elle a ainsi eu l’occasion de beaucoup réfléchir au travail et à l’éthique journalistique. Racontant sa vie quotidienne, Anne Soёtemondt fait preuve d’humour, de courage et d’une grande capacité à observer le monde dans lequel elle vit. Même s’il s’agit d’un livre-document, d’un vrai témoignage, elle a fait le choix de changer les prénoms, de flouter les visages, de brouiller les pistes, d’inventer des personnages afin de protéger ses collègues et amis restés là-bas, tout en faisant leur éloge. En parlant de son ouvrage, Anne Soёtemondt déclare : « Il ne s’agit pas d’un manuel de journalisme ni d’un essai antichinois », et c’est vrai. C’est beaucoup plus et peut-être, avant tout, un bildungsroman, un « roman d’apprentissage », un roman qui a pour thème le cheminement évolutif d’un héros, souvent jeune, jusqu’à ce qu’il atteigne l’idéal de l’homme accompli et cultivé. Depuis la publication des Neuf commentaires sur le Parti communiste en novembre 2004 par le Dajiyuan (édition chinoise d’Époque Times), plus de 92 000 000 personnes ont démissionné du Parti communiste chinois (PCC) et de ses organisations. Nous republions donc chaque semaine une partie de ces commentaires ayant déjà une portée historique. Leur intégralité est disponible sur le site [www.epoquetimes.com]. Sixième commentaire COMMENT LE PARTI COMMUNISTE CHINOIS A DÉTRUIT LA CULTURE TRADITIONNELLE gens dans leur élévation spirituelle. L’influence du bouddhisme et du taoïsme se reflétait dans tous les aspects de la vie du peuple chinois. Les pratiques profondément enracinées dans le taoïsme incluent la médecine chinoise, le qigong, la géomancie (feng shui) et la divination. Ces pratiques, ainsi que les conceptions bouddhistes du royaume des cieux et de l’enfer, la récompense karmique du bien et la rétribution du mal, ont, en synergie avec l’éthique confucéenne, formé le noyau de la culture traditionnelle chinoise. 1. Analectes de Confucius. 2. Ibid. 3. Confucius a écrit dans La grande étude : « Leurs personnes étant cultivées, leurs familles étaient régulées. Leurs familles étant régulées, leur État était justement gouverné. Leur État étant justement gouverné, le royaume tout entier devenait tranquille et heureux. »
ÉpoqueTimes 29 mars au 4 avril 2011 Tout sur la vanille Toildepices.com Étant le fruit d’une orchidée, la vanille est une épice fort appréciée de nos jours. Elle existe dans le commerce sous trois formes : en gousse, en poudre ou en extrait. Il est préférable de l’utiliser en gousse, car son parfum reste plus longtemps intact. En cuisine, elle se marie avec les desserts, le chocolat, le punch, les viandes blanches, les poissons, les crustacés, etc. Pour bien choisir, veillez à ce que la gousse ait une belle couleur brun noir, qu’elle soit grasse, souple, pulpeuse et, si possible, givrée ! En effet, la meilleure est la vanille givrée (qui est naturellement couverte de cristaux de vanilline). Elle se conserve dans un bocal bien fermé. Vous pouvez recycler les gousses de vanille en les lavant, elles ne perdent que très peu de leur saveur. La vanille est digestive et stimulante mais attention, à forte dose, elle peut provoquer des inflammations et des irritations. La vanille est digestive et stimulante, mais à forte dose, elle peut provoquer des inflammations et des irritations. L’appellation « Vanille Bourbon » désigne les gousses de Vanilla planifolia cultivées à la Réunion, à Madagascar ou aux Comores. Recette de la semaine L’édition Nouvelles Ingrédients pour 4 personnes 200 g de parmesan râpé 50 g de copeaux de parmesan 200 g de champignons porcini 100 g de roquette 1 morceau de citron 1 gousse d’ail 20 g de persil 1c. à table d’huile d’olive extra vierge Sel et poivre Préparation Faire chauffer une poêle anti-adhérente, y verser le parmesan râpé de façon à recouvrir uniformément le fond et cuire pendant une minute. Verser ensuite pardessus une tasse à cappuccino pour donner forme au fromage. Laisser refroidir. Couper les champignons porcini en petites tranches, ajouter la gousse d’ail coupée en morceaux, le jus de citron, le persil haché ainsi que du sel et du poivre. Mélanger la roquette avec l’huile d’olive. Radio Son de l’Espoir Panier au parmesan avec salade de champignons porcini Mettre le panier de parmesan dans une assiette, placer la roquette à l’intérieur et les champignons porcini par-dessus. Garnir d’huile d’olive et de copeaux de parmesan. Histoire La vanille est découverte « aux Indes » par Christophe Colomblors de son troisième voyage en septembre 1502. Dès que les Espagnols mirent le pied à terre, les indigènes leur offrirent un chocolat parfumé à la vanille, le cacaoatl des Aztèques. Ils nommaient la gousse de vanille tlilxochitllt mais comme ce nom était imprononçable, le vainilla (petite gousse en espagnol) resta. Déjà la vanille était une épice de luxe pour les Aztèques, ils l’offraient à leur empereur comme tribut. Le conquistador Hernan Cortès Cortés ramena de nombreux plants de vanille qui ne produisirent jamais de gousses, car les espèces de colibris et d’abeilles qui fécondent les gousses n’existaient pas en Europe. Ainsi, pendant longtemps, les seules gousses de vanille que l’on trouvait en Europe venaient uniquement du Mexique. En 1841, un jeune esclave, Edmond Albius, changea l’histoire de la vanille en observant les plantations et en inventant la fécondation artificielle des fleurs de vanille. Cette méthode est encore utilisée de nos jours. Depuis, la culture de la vanille s’est répandue sur tout le globe : Madagascar, Indonésie, Mexique, Chine et autres. Tahiti produit aussi une vanille particulière, la vanille de Luahine issue de Vanilla tahitensis qui a son goût propre ! Au XVII e siècle, à la cour de Versailles sous Louis XIV, elle était achetée en cachette et portait le nom de « pastille de Richelieu », elle parfumait aussi le tabac ainsi que les lieux d’aisance. Elle était considérée comme aphrodisiaque. Mat Sing Après des jours à marcher ensemble, ils en vinrent à se disputer et l’un des deux donna une gifle à l’autre. Ce dernier, endolori, ne fit qu’écrire dans le sable : « Aujourd’hui, mon meilleur ami m’a frappé. » Continuant à marcher, ils trouvèrent une oasis, il y avait une source et ils y plongèrent. Celui qui avait reçu la gifle manqua de se noyer et son ami le sauva. Après s’être remis, il écrivit sur une pierre : « Aujourd’hui, mon meilleur ami m’a sauvé la vie. » Botanique Son nom latin est Vanilla planifolia Roscoe de la famille des orchidacées. La vanille est la seule orchidée parmi les 30 000 espèces connues qui donne des fruits charnus. Elle se présente comme une liane avec ses racines aériennes pouvant monter jusqu’à cinq mètres de haut à l’ombre de l’arbre support. Elle a un feuillage persistant et des fleurs vert clair. On la trouve sous les climats tropicaux chauds et humides (à l’origine, uniquement en Amérique centrale). L’histoire des deux amis qui marchaient dans le désert Celui qui avait donné la gifle et avait sauvé son ami lui demanda : « Quand je t’ai frappé, tu as écrit sur le sable et, maintenant, tu as écrit sur la pierre. Pourquoi ? » L’autre lui répondit : « Quand quelqu’un nous blesse, nous devons l’écrire dans le sable où les vents du pardon peuvent l’effacer. Mais, quand quelqu’un fait quelque chose de bien pour nous, nous devons le graver dans la pierre où aucun vent ne peut l’effacer. » Apprends à écrire tes blessures dans le sable et à graver tes joies dans la pierre. Source : fr.clearharmony.net Art de vivre La vanille donne ses premiers fruits durant sa quatrième année. Ils mettront sept mois pour arriver à maturité. Ce sont des gousses vertes de 10 à 20 centimètres et sans odeur ! Pour faire apparaître l’odeur caractéristique de la vanille, il faut que les gousses subissent un traitement pour libérer la vanilline. Tout d’abord, elles passent dans un bain à 60-70 °C. Puis, 12 heures d’étuvage, ensuite deux à trois semaines de séchage au soleil et enfin un mois de séchage à l’ombre. Il ne restera plus qu’à les affiner 5 Domaine public en caisse (il faut un à deux ans pour obtenir des gousses givrées). Ce traitement libère l’arôme, fait noircir les gousses, les givre pour les plus affinées ; c’est-àdire que la vanille forme de petits cristaux blancs sur la gousse. Culture La vanille pousse très bien comme plante d’intérieur, sa liane se développe rapidement. Cependant, pour obtenir des fleurs, il faudra que le plant atteigne plus de cinq mètres et bénéficie d’un fort ensoleillement. Photos.com



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :