Époque Times Montréal n°300 15 mars 2011
Époque Times Montréal n°300 15 mars 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°300 de 15 mars 2011

  • Périodicité : bimensuel

  • Editeur : La Grande Époque Inc.

  • Format : (320 x 540) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 6,3 Mo

  • Dans ce numéro : Séoul peut-elle agiter efficacement carotte et bâton devant Pyongyang ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
10 Environnement Les huîtres sont en voie d’extinction, selon une étude Jack Phillips Époque Times Les huîtres de la planète deviennent de plus en plus rares à cause de la surcueillette et des maladies, selon une étude publiée dans la revue BioScience Une équipe de chercheurs dirigée par Michael W. Beck, de Nature Conservancy et de l’Université de Californie, Santa Cruz, a examiné les récifs d’huîtres dans 144 baies et 44 écorégions. L’équipe a comparé la population actuelle des mollusques aux données historiques et aux données de la pêche. Dans leur article, les chercheurs ont partagé les résultats de leurs recherches selon lesquelles 85% des récifs d’huîtres de par le monde ont disparu. Actuellement, plus de 75% des huîtres dans le monde proviennent de cinq régions en Amérique du Nord. Cependant, les chercheurs ont écrit qu’en dehors du golfe du Mexique, « l’état des récifs dans ces écorégions est, dans le meilleur des cas, pauvre ». Dans la mer des Wadden, en Europe, et dans beaucoup d’autres endroits, « plus de 99% des récifs d’huîtres ont été perdus et sont fonctionnellement éteints », indique la revue. Cela signifie que le nombre d’huîtres est si faible qu’il est impossible pour les populations restantes de se reproduire davantage et qu’elles vont éventuellement Chris 73/Wikimedia Communes disparaître. Pendant des siècles, les huîtres ont été un mets de choix dans le monde entier. La surexploitation des huîtres sauvages et l’introduction d’espèces non autochtones ont conduit à leur actuelle disparition, selon l’étude. Une méthode de conservation proposée par l’équipe de Beck est de ne plus récolter les récifs si la population mondiale d’huîtres est inférieure à 10% de son ancienne population. Cela peut être contourné si une pêcherie montre qu’elle peut récolter les huîtres d’une manière durable. En plus de servir d’aliment, les mollusques peuvent également filtrer l’eau. L’étude avance que des efforts d’amélioration cartographiques seraient nécessaires à l’amélioration des conditions des huîtres. Héloïse Roc Époque Times 15 au 21 mars 2011 ÉpoqueTimes Les tigres en quête d’un renouveau Les tigres pourraient bien disparaître de notre planète d’ici 12 ans, selon les prévisions du WWF, si rien n’est fait pour contrer leur extinction. Il y a un siècle, près de 100 000 tigres vivaient dans les régions sauvages d’une grande partie de l’Asie. Actuellement, il n’en reste à peine que 3200, reclus dans des espaces réduits correspondant à 7% de leur territoire initial. Pendant un siècle, les tigres ont été chassés par un braconnage pervers, encouragé par les demandes incessantes de peaux et d’autres dérivés du tigre. L’année du Tigre, dans le calendrier lunaire chinois, s’est terminée le 3 février dernier ; les dirigeants du monde entier ont pris la résolution de doubler le nombre de tigres à l’état sauvage d’ici à 2022, une résolution prise lors du Sommet du Tigre de Saint-Pétersbourg fin novembre 2010. « La conservation du tigre offre des crédits de carbone, protège les ressources en eau et favorise le développement durable. » Doubler et même tripler les tigres dans les dix ans à venir « Suite à la déclaration de Saint-Pétersbourg, le Népal s’engage à doubler le nombre de tigres sauvages dans les forêts du pays d’ici à 2022 », d’après les propos de Deepak Bohara, ministre pour les Forêts et la Conservation des Sols du Népal. Cependant, selon une étude scientifique récente, publiée dans le journal Conservation Letters, l’effectif de conservation de l’espèce pourrait tripler et permettre d’atteindre 10 500 individus dans les dix ans à venir. Des scientifiques et des ONG qui ont réalisé l’étude pensent qu’il serait utile d’entretenir et de favoriser les corridors naturels reliant les 20 réserves protégées susceptibles d’héberger le tigre. Ainsi, en reliant les 20 zones protégées et en permettant aux tigres de circuler d’un territoire à l’autre, la reproduction serait accrue, les femelles pourraient aller d’un lieu à l’autre à la recherche d’un partenaire, donnant du sang neuf et un renouveau génétique. Cependant, il serait impératif de sécuriser les territoires pour arrêter l’hémorragie déclinante : s’employer à interdire le braconnage et supprimer la chasse. D’après leur étude, les scientifiques affirment que « cela peut être fait, non seulement au Népal, mais aussi dans les autres territoires d’accueil, en créant une planification régionale dans tous les habitats du tigre et en favorisant la coopération des pays et des réserves. De plus, la conservation du tigre offre des crédits de carbone, protège les ressources en eau et favorise le développement durable ». Des corridors reliant les territoires des tigres L’étude s’appuie notamment sur des exemples historiques. Décimée lors d’un conflit entre 2002 et 2006, la population de tigres des plaines népalaises a pu se reconstituer grâce à l’arrivée d’individus venus de réserves contiguës situées en Inde. Les corridors forestiers, existants entre l’Inde et le Népal, ont permis la reconstitution de l’espèce. Même chose pour la Russie extrême-orientale vidée de ses tigres dans les années 1940 et recolonisée par des félins venus de Chine. Un corridor d’habitat est signalé à la frontière sinorusse, les tigres se reproduisent dans les montagnes du Changbaishan, là où ils avaient également disparu dans les années 1990. C’est aussi dans le parc national de Nagarahole en Inde que nous rencontrons un grand nombre de tigres sains, grâce aux liens établis avec les autres réserves de la région. On compte ainsi près de 300 tigres dans ce paysage où les parcs et les réserves sont étroitement connectés. Les auteurs de l’étude ont remarqué que le manque de connectivité entre les réserves empêche la population des tigres de se reproduire. Les tigres de Sariska et des réserves de Panna ont disparu de Sariska entre 2005 et 2009, la cause principale est le braconnage et leur isolement géographique. Effectivement, les tigres n’ont pas été en mesure de recoloniser les réserves voisines à travers les corridors de l’habitat. Par conséquent, les tigres sauvages ont été transférés dans ces réserves pour tenter de réhabiliter les populations. Parcs nationaux et réserves au Népal Le Népal a créé huit parcs nationaux et quatre grandes réserves naturelles. Ces aires protégées comprennent les plus hauts écosystèmes de la planète et couvrent près de 19% de la superficie du pays. Le parc national de Chitwan, dans le Terai, offre une grande protection aux animaux sauvages, aux tigres du Bengale et aux rhinocéros unicornes menacés d’extinction. Dans ces vastes morceaux de jungle des anciens maharajas, si bien décrits par Rudyard Kipling, on peut même s’y balader à dos d’éléphant et, avec un peu de chance, faire la rencontre d’un tigre ou d’un rhinocéros. Récemment, un tigre sauvage muni d’un collier satellite a été déplacé du parc national de Chitwan vers le parc national de la vallée de Babai. Le tigre sauvage a été blessé par les gardes du parc après qu’il s’est approché trop près d’un hôtel situé aux abords du parc. Après guérison complète, le félin a été déplacé à 600 kilomètres de là dans le parc national de la vallée de Babai. Le collier donne l’emplacement de l’animal toutes les 30 minutes. Ainsi, les scientifiques en apprendront davantage sur son comportement et les données récoltées permettront d’améliorer les mesures de protection. « La vallée de Babai est un endroit idéal pour la translocation du fait de ses vastes dimensions et des proies abondantes ; des efforts contre le braconnage ont été menés, moins de conflits entre l’homme et le tigre et une bonne corrélation avec d’autres aires protégées à travers les paysage de l’Arc de Terai jusqu’au sanctuaire de faune sauvage de Suhelwa en Inde », indique Krishna Acharya, directeur général du département de parc nationaux et de conservation de la faune et de la flore sauvage. Parcs nationaux et réserves de Sibérie La plupart des tigres de Sibérie vivent dans la cordillère du Sikhote-Alin, dans l’extrême est de la Russie. Cette chaîne de montagnes abrite l’une des forêts tempérées les plus riches et les plus insolites du monde. C’est une zone mixte entre la taïga et les régions subtropicales où des espèces du sud comme le tigre et l’ours de l’Himalaya cohabitent avec des espèces du nord comme l’ours brun et le lynx. Le site qui s’étend depuis les sommets de Sikhote-Alin jusqu’à la mer du Japon est important pour la survie de nombreuses espèces menacées comme le tigre de l’Amour. Les forêts boréales sont aussi appelées « taïga ». Il s’agit de forêts tempérées dominées par des conifères comme l’épicéa, le sapin ou le pin. Elles sont entourées de toundra au nord et de steppes au sud.
ÉpoqueTimes 15 au 21 mars 2011 ACHETONS * IMMEUBLES DE PRESTIGE * CENTRE-VILLE CONDOS DE LUXE 2005 - 2006 Plein soleil, garage/piscine, terrasse, meublé + équipé/semi-meublés... Superbe Vue Panoramique ! À pied : services, universités, affaires, loisirs... FAITES VOTRE MARQUE ! TRANSFORMEZ VOTRE POTENTIEL COMMUNICATEUR EN UNE FORCE BIEN ANCRÉE ! Améliorez votre confiance en vous, votre influence personnelle et votre vie professionnelle. Carole Meyer, formatrice agréée vous guide dans une pratique conviviale et chaleureuse. Prochains ateliers, appelez-nous ! OFFREZ-VOUS UN CADEAU INOUBLIABLE ! ESSAI GRATUIT ! Programmes sur mesure 514 356-2232 Organisations publiques, privées, ONG, OBNL, particuliers Depuis 15 ans Style Lofts DIAMANTS DIAMANTS ET 329-CASH 514 329-2274 11 ESTIMATION GRATUITE LES MEILLEURS PRIX EN VILLE JUSQU’À 5849 Henri-Bourassa Est, Montréal Nord Voisin CLSC (514) 329-CASH Heures d’ouveretureL.M.M. 10h30 à 18h00 J.V. 10h30 à 20h00 234 900 $ et +C. Brun, RE/MAX DLP, 514 708-8131 cmformation.com 3600892

1 2-3 4-5 6-7 8-9 10-11 12


Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :