Epoch Times Paris n°356 11 jan 2016
Epoch Times Paris n°356 11 jan 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°356 de 11 jan 2016

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Epoch Times France

  • Format : (289 x 410) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 4,0 Mo

  • Dans ce numéro : opération séduction réussie à Las Vegas.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
6 11 - 17 JANVIER 2016 Capture d’écran « J’aide les gens à renforcer leur confiance en eux, à renforcer leur engagement pour la vie, pas pour la mort », a déclaré Karim Wasfi. De la musique contre les bombes Le chef de l’Orchestre national irakien refuse de céder face au terrorisme. Karim Wasfi a amené son violoncelle sur les sites attaqués par le groupe terroriste État islamique. Il a joué sur le pavé portant les stigmates des bombardements, pour dénoncer les combats à sa manière. « J’aide les gens à renforcer leur confiance en eux, à renforcer leur engagement pour la vie, pas pour la mort », a déclaré Karim Wasfi. Les passants sont souvent frappés par l’association insolite des gravats et de la musique. Une foule se forme automatiquement, certains sourient tandis que d’autres filment la scène. « Que Dieu te bénisse, dommage que nos hommes politiques ne soient pas comme toi, tu nous étreins grâce à ton art et à sa beauté », lance une personne au violoncelliste entre deux pièces musicales, selon le site Al Jazeera. « Ils ont dépassé leur état de confusion et étaient unis grâce au son du violoncelle et de la musique », a déclaré Karim Wasfi après l’un de ses échanges avec les passants. En jouant des pièces à l’improviste dans les rues de sites bombardés, le violoncelliste et chef d’orchestre irakien a désigné son action comme étant une « campagne de musique pour la paix ». INTERNATIONAL Parmi les soutiens de Karim Wasfi, un jeune homme de 18 ans, Mustafa Abdel-Jabbar. Il passait par là, tête baissée, pour se rendre au lycée lorsqu’il a entendu de la musique. Il a observé et écouté le musicien jouer du violoncelle. Après en avoir appris un peu plus sur l’artiste via Internet, Mustafa Abdel-Jabbar s’est inscrit au Centre d’art pour la paix, établi par Karim Wasfi. Le chef d’orchestre et violoncelliste conclut  : « Le terrorisme nous menace avec ses explosions, ses armes et ses massacres. Nous y répondons par la musique. » www.EpochTimes.fr Zachary Stieber « Le groupe État islamique craint un seul pays » Un journaliste allemand ayant passé dix jours avec des combattants du groupe État islamique affirme que le groupe craint actuellement un seul pays. « Ils n’ont pas peur des Britanniques ni des Américains », affirme Jürgen Todenhöfer, journaliste et ex-membre du Parlement allemand. « Ils craignent les Israéliens et ils m’ont dit que l’armée israélienne représente le vrai danger. » « Ils m’ont dit qu’ils savent que l’armée israélienne est trop puissante pour eux », a indiqué Todenhöfer à Jewish News, soulignant que le groupe EI estime que les Forces de défense israéliennes peuvent sortir victorieuses d’une guerre de guérilla. L’auteur de My 10 Days in the Islamic States (Mes dix jours dans le groupe État islamique) affirme que l’un des objectifs du groupe terroriste dans la conduite d’attaques comme à Paris est de provoquer les pays occidentaux à envoyer des troupes au sol au Moyen-Orient. « Ils pensent pouvoir vaincre les soldats américains et britanniques qui, selon eux, n’ont pas d’expérience en guerre asymétrique, mais ils savent que les Israéliens sont très forts en matière de lutte contre les guérillas et les terroristes », indiquet-il. Todenhöfer a également rapporté que les djihadistes du groupe NTD Ils savent que les Israéliens sont très forts en matière de lutte contre les guérillas et les terroristes. – Jürgen Todenhöfer EI lui ont mentionné qu’ils ne luttent pas seulement contre les non-musulmans, mais aussi contre les musulmans qui n’adhèrent pas à certaines interprétations du groupe. Les musulmans dans les pays occidentaux sont perçus comme des ennemis de premier plan, ajoute-t-il. Toutefois, malgré ce que Todenhöfer rapporte, le groupe EI a émis une déclaration visant Israël dans un récent message audio. « Nous nous rapprochons de vous jour après jour. […] Ne pensez pas que nous vous avons oubliés », a déclaré le chef du groupe, Abu Bakr al-Baghdadi. « Dieu a fait que les juifs du monde se rassemblent en Israël et la guerre contre eux est devenue facile. C’est l’obligation de chaque musulman de faire le jihad. » Todenhöfer a dit à Al Jazeera qu’il estime qu’un seul groupe peut vaincre l’organisation État islamique. « Je pense que seuls les Irakiens sunnites peuvent vaincre les djihadistes de l’EI. Ils l’ont fait auparavant. En 2007, ils les ont vaincus, mais à cette époque l’organisation EI était beaucoup plus faible. Toutefois, c’est la seule possibilité et façon d’avancer », a-t-il dit. « Mais les sunnites en Irak sont victimes de discrimination, ils sont exclus de la société et c’est une grave erreur commise par l’ancien et le nouveau gouvernement irakien. Tant que ces sunnites ne seront pas intégrés, ils ne vont pas lutter contre l’EI. Mais si les gouvernements irakien et américain arrangeaient l’intégration des Irakiens sunnites dans la société […] alors ils seraient prêts à combattre l’organisation EI. » « Alors j’affirme que les pays occidentaux ne vont pas vaincre l’organisation EI. Seuls les arabes, seuls les Irakiens sunnites, peuvent les vaincre. Cependant, il y a encore beaucoup de chemin à faire. » ZS
RMN-Grand Palais (musée de la Renaissance, château d'Ecouen)/Adrien Didierjean ARTS CULTURE Une reine sans couronne ? Louise de Savoie, mère de François I er L’exposition Louise de Savoie, mère de François I er est présentée jusqu’au 1er février au musée national de la Renaissance, abrité au château d’Écouen dans le Val-d’Oise. Alors que le château de Chantilly présente Le siècle de François I er à l’occasion des célébrations des 500 ans de la bataille de Marignan et du début du règne de François I er, le musée national de la Renaissance a choisi de rendre hommage à un personnage moins connu mais non moins important, la mère de François I er, Louise de Savoie. Il s’agit de la première exposition à être entièrement consacrée à l’une des figures les plus remarquables de la première Modernité européenne. 72 œuvres – dessins, enluminures, peintures, tapisseries, objets d’art et d’orfèvrerie – sont présentées dans les appartements d’Anne de Montmorency et de Madeleine de Savoie qui accueillent l’exposition. L’éducation d’abord C’est avec François I er que la France entre dans l’ère de la Renaissance. Dans la mémoire collective, il reste le roi des arts et de l’ouverture d’esprit. C’est un humaniste et le bâtisseur de somptueux châteaux. L’exposition au château d’Écouen consacrée au rôle politique de Louise de Savoie met également l’accent sur sa contribution aux arts, aux lettres et à la vie intellectuelle du royaume de France. Fille de Philippe, duc de Savoie et de Marguerite de Bourbon, elle épouse le comte Charles d’Angoulême à l’âge de 12 ans. Elle se consacre à l’éducation de ses deux enfants Marguerite de Navarre et François d’Angoulême et leur apprend l’ouverture au monde, le goût pour l’esprit florentin et le sens de l’esthétique. Intelligente et avide de pouvoir, elle prépare avec acharnement son fils – qu’elle appelle avec admiration « mon César » – à succéder à son oncle Louis XII. À 20 ans, François d’Angoulême hérite du trône sous le nom de François I er. Il doit rapidement quitter la France pour gagner les guerres d’Italie et confie la régence à sa mère. Louise de Savoie exerce pleinement son pouvoir  : elle punit ceux qui résistent à son fils et se réjouit de plusieurs succès diplomatiques. Elle devient à nouveau régente pendant la deuxième campagne de son fils en Italie en 1525. Alors que François I er est capturé à Madrid et qu’aucune issue ne s’annonce, elle mène les négociations avec Marguerite d’Autriche et instaure la fameuse « Paix des Dames » qui réconcilie Charles Quint et François I er et met fin à la deuxième guerre d’Italie. Amatrice des arts et des lettres, elle protège les artistes et les poètes, suscitant la création artistique et littéraire des quinze premières années du règne de François I er. Son influence et son goût pour l’art de l’Europe du Nord se manifeste également dans l’architecture des châteaux édifiés par son fils les Châteaux de Blois et de Fontainebleau. Michal Bleibtreu Neeman 11 - 17 JANVIER 2016 DERNIERS JOURS Buste Louise de Savoie. Vers 1515. Terre cuite. Paris, musée du Louvre, département des Sculptures. SEPIK, Arts de Papouasie-Nouvelle-Guinée ⊳ Du haut vers le bas. Le rondeau des vertus  : - Patience contre Ire - Humilité contre Orgueil - Charité contre Envie - Libéralité contre Avarice Par André De La Vigne ; Jean Pichore (enlumineur). Vers 1500. Miniature sur parchemin 18,3 x 12,3 cm. Sepik est le nom du fleuve le plus long de Papouasie-Nouvelle-Guinée. Source de vie, mais également berceau d’un imaginaire complexe, la vallée du Sepik fournit depuis le premier millénaire avant notre ère, aux femmes et aux hommes qui peuplent ses rives, un environnement fertile à l’éclosion d’une culture aux productions artistiques uniques et aux nombreux rites sociaux. En France, l’art de l’Océanie a été connu surtout grâce à l’enthousiasme des surréalistes, depuis il n’a jamais arrêté de fasciner. Le musée du quai Branly consacre une première exposition à la vallée du Sepik et ses diverses populations. 230 objets ont été rassemblés  : masques, sculptures, peintures, coiffes, objets de culte aux motifs animaliers, humains ou abstraits mais toujours en lien avec la nature, les esprits et les ancêtres. Une riche production artistique qui permet aux visiteurs de découvrir les rapports, l’organisation sociale, les mythes et les coutumes des peuples de la vallée autour d’un village typique avec sphères publiques et privées, espaces cérémoniels, monde des femmes, des hommes et des initiés, structurés, définis. L’exposition présente les résultats des 35 ans de recherches menées par Philippe Peltier, Markus Schindlbeck et Christian Kaufmann. L’ensemble des objets témoigne de la grande diversité des formes développées et des matériaux utilisés par les habitants des berges du fleuve. MBN INFOS PRATIQUES Musée national de la Renaissance. Château d’Écouen, 95440 Ecouen. ouvert tous les jours sauf le mardi de 9h30 à 12h45 et de 14h00 à 17h15 Tél  : 01 34 38 38 50 Droit d’entrée  : 7 € /Tarif réduit  : 5,50 € /Gratuit pour les moins de 26 ans Conférence Vendredi 15 janvier 2016 à 20h45 Une reine sans couronne ? Louise de Savoie, mère de François I er Par Thierry Crépin-Leblond, conservateur général du patrimoine, directeur du musée national de la Renaissance. Le public pourra également apprécier les campagnes militaires de François I er avec l’exposition Chevaliers et bombardes  : d’Azincourt à Marignan, 1415-1515, au musée de l’Armée, 129 rue de Grenelle, Paris 7 e jusqu’au 24 janvier. Photo Governatorato dello Stato della Città del Vaticano Berlin, EthnologischesMuseum, photo Claudia Obrocki Pirogue à balancier. À l’entrée de l’exposition, la visite commence à bord de deux immenses pirogues en forme de crocodiles. Chaque membre de la famille possède une pirogue. Après une longue fabrication, une cérémonie permet de mettre la pirogue à l’eau. L’avant est sculpté à l’image d’un animal, souvent une tête de crocodile. ⊳ Crochet iatmul. Communs aux maisons individuelles et aux maisons des hommes, les « crochets » sont omniprésents dans les villages du fleuve Sepik. Ils servent à suspendre la nourriture tout autant que des biens précieux. Ils incarnent le passage entre l’ensemble public et les maisons des hommes. 7 RMN-Grand Palais (musée du Louvre)/Martine Beck-Coppola Traité des vertus, de leur excellence, et comment on les peut acquérir. F. Demoulins. Miniature 30 x 21,5 x 1 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, Département des Manuscrits. Bnf



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :