Epoch Times Paris n°351 30 nov 2015
Epoch Times Paris n°351 30 nov 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°351 de 30 nov 2015

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Epoch Times France

  • Format : (289 x 410) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 4 Mo

  • Dans ce numéro : les français et la COP21.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
10 30 NOVEMBRE - 6 DÉCEMBRE 2015 www.epochtimes.fr NOTRE HISTOIRE Liberté de la presse et droits humains sont les principes fondamentaux d’Epoch Times. Nous veillons à assurer le respect de l’indépendance éditoriale et à produire une information fiable. En 2000, Epoch Times est né pour fournir une véritable couverture des événements en Chine, où la presse n’était qu’un outil de propagande CULTURE TRADITIONNELLE contrôlé par la censure. Après avoir été témoins de tragédies telles que le massacre de la place Tiananmen et la persécution du groupe spirituel Falun Gong, de jeunes Sino-Américains ont lancé la publication d’Epoch Times en langue chinoise au péril de leur vie. Parmi eux, certains journalistes ont été emprisonnés en Chine, d’autres ont subi de graves tortures et d’autres encore sont toujours portés disparus. Epoch Times est publié dans 35 pays en 21 langues et touche des millions de lecteurs. Epoch Times, tout en traitant l’essentiel de l’information avec fiabilité, inspire et enrichit la vie de ses lecteurs grâce à ses récits inédits. Epoch Times s’engage pour vous dans une démarche d’intégrité et d’indépendance de l’information. Édité par EPOCH TIMES FRANCE 83 rue du Château des Rentiers 75013 Paris Tél. 06 24 30 66 55 Directrice de la publication Isabelle Meyer Directeur de la rédaction Rémi Bleibtreu Rédactrice en chef Véronique Raabon Maquette Siaoyong Sou Imprimeries IPS ZA du chant des oiseaux 80800 FOUILLOY www.EpochTimes.fr Xu Da, un général exceptionnel, loyal et prudent Chef militaire renommé, Xu Da (1332-1385) participa grandement à l'établissement de la dynastie Ming. Ses exploits militaires, sa loyauté et sa prudence lui valurent d'avoir son portrait installé, en première place, dans le temple Ming des hommes méritants par l'empereur Taizu Zhu Yuanzhang. Un guerrier et un ami fidèle Dans sa jeunesse, Xu était connu pour être un grand et courageux guerrier. À l’âge de 22 ans, il rejoignit le groupe rebelle du futur empereur Zhu Yuanzhang. De par leur respect mutuel pour leurs compétences et ambitions respectives, ils devinrent de proches amis. Quand Zhu, alors officier de bas rang, fut envoyé dans le Sud pour de dangereuses missions militaires, Xu fut le premier guerrier à se joindre à lui. Ensemble, ils menèrent de nombreuses batailles. Une fois, à cause d’un malentendu, Zhu fut pris en otage et risqua d’être tué par un groupe de rebelles. Xu se porta volontaire pour le remplacer en tant qu’otage. Zhu revint en toute sécurité et Xu fut libéré par la suite. Cet événement renforça leur amitié. Xu fut une figure clé de l’unification du Sud qui était auparavant composé de nombreux groupes rebelles indépendants. Il fut le fer de lance dans de nombreuses batailles critiques et gagna le respect de ses compagnons d’armes. Un chef militaire respectable Initialement un guerrier, Xu devint un chef militaire connu et respecté grâce à sa personnalité droite et empathique. Il persuadait souvent les guerriers capturés durant les batailles de rejoindre ses troupes et de le servir  : il enrichit ainsi ses troupes de soldats plus qualifiés. Incapable de faire comme on le désire () Après avoir atteint le grade de général, Xu imposa une discipline et un code militaire stricts à ses troupes. Après que son armée eut pris une ville importante et prospère dans le Sud, il instaura la peine de mort comme châtiment contre le pillage et la dégradation des propriétés civiles ou pour errances non autorisées hors des zones militaires désignées. Ces mesures différencièrent son armée des groupes rebelles et gagnèrent un large soutien auprès de la population civile. C’est lui qui orchestra la chute de la dynastie Yuan, dans le Nord. Quand son armée prit enfin la capitale mongole au Nord, il ordonna que la réserve des trésors nationaux fut scellée et que furent répertoriés toutes les cartes, les livres, les œuvres littéraires ainsi que les bijoux saisis dans le palais. Il envoya également une troupe d’élite garder le palais et protéger les membres de la famille royale mongole ainsi que les jeunes filles, serviteurs et autres résidents. Ces mesures permirent de grandement améliorer la confiance des civils et des relations dans les affaires envers le nouvel envahisseur et elles assurèrent une calme transition avec la nouvelle dynastie mise en place ensuite. Prudent et humble Xu fut considéré comme le chef militaire le plus remarquable dans l’établissement de la dynastie Ming Ban Chao (32-102) était un célèbre général et diplomate de la dynastie des Han orientaux (25-220) ou Han postérieurs. Il fut envoyé par le second empereur de cette dynastie dans les régions de l’Ouest (en Asie centrale), en l’an 73. Ban Chao contribua grandement l’équilibre de ces régions en terrassant un ennemi majeur de la dynastie et en apportant la paix dans plus de 50 pays voisins. Il ré-ouvra et sécurisa les routes commerciales de l’Ouest. En l’an 88, le quatrième empereur de la dynastie des Han orientaux accéda au trône et Ban Chao garda sa position de gouverneur des régions de l’Ouest. L’empereur et les ministres le considéraient comme irremplaçable. En raison de la confiance qui lui était accordée, Ban Chao resta en poste dans les régions de l’Ouest durant 30 ans, loyal à son devoir. Devenu vieux et n’ayant eu aucune opportunité de visiter sa ville natale, il eut de plus en plus envie de retourner chez lui. Il écrivit beaucoup de lettres à l’empereur, lui demandant Xu Da, un général exceptionnel, loyal et prudent. d’être mis à la retraite, mais en vain. Il reçut à la place des lettres de réconforts inutiles. En apprenant cela, sa sœur Ban Zhao, historienne et littéraire, envoya une lettre directement à l’empereur. Elle y écrivit  : « Parmi tous ceux qui servent dans les régions de l’Ouest, mon frère Ban Chao est le plus vieux. Il a presque 70 ans, il est faible et malade. Il n’est plus aussi fort que naguère ». « Ses cheveux sont blancs, ses mains tremblent, son ouïe est défaillante et ses yeux ne sont plus aussi perçants qu’autrefois. Aujourd’hui, il ne peut plus marcher sans une canne. » « Si des ennemis venaient à envahir, je crains que Ban Chao ne soit incapable d’agir comme il le souhaite, ce qui impacterait alors les intérêts impériaux ; de plus la renommée et les succès obtenus par Ban Chao durant son long service seraient ruinés. Quelle tristesse ce serait ! » Profondément touché par la lettre de la sœur de Ban Zhao, l’empereur donna finalement l’ordre de ramener Ban Chao pour qu’il prenne sa retraite. Dépôt légal  : à parution. ISSN  : 2261-2882. Commission paritaire  : 0716Q92406 PUBLICITÉ 06 77 93 23 22 pub@epochtimes.fr Courrier des lecteurs courrierdeslecteurs@epochtimes.fr Epoch Times Francophone @EpochTimesFR SM Yang/Epochtimes dont Zhu Yuanzhang devint l’empereur Taizu (ou empereur Hongwu). Bien qu’il eut atteint un tel poste sans avoir reçu d’éducation particulière, Xu ne se montra pas arrogant envers les intellectuels confucéens. Au contraire, il était prudent et se montrait très courtois envers eux ; il garda ainsi de bonnes relations avec les cercles intellectuels. Bien que les mongols furent expulsés par-delà la Grande Muraille, ils représentaient toujours une menace pour le Nord de la Chine. Pour consolider la frontière Nord, Xu lança des expéditions militaires loin dans le Nord et Nord-Ouest. Durant plusieurs années, il quitta la capitale au printemps et revint tard en hiver, mais il ne se plaignait aucunement et venait présenter le sceau officiel de l’armée à l’empereur Taizu, dès son retour dans la capitale. Plusieurs chefs militaires éprouvaient de la rancœur envers l’empereur Taizu lors de son ascension au trône, mais celui-ci put toujours avoir confiance en Xu. L’empereur organisait des fêtes de bienvenue à chaque retour de campagnes militaires de Xu et le considérait comme son frère, pourtant Xu se montrait d’autant plus prudent et respectueux. Xu menait une vie simple et discrète. Il vivait dans une petite maison, prenait sa calèche sans emmener un bataillon de gardes et il invitait des intellectuels chez lui pour discuter et apprendre sur divers sujets. Un grand accomplissement (Da Gong) L’empereur Taizu dit une fois a Xu  : « Mon frère, tu as apporté une grande contribution à la dynastie et pourtant tu vis toujours dans une petite maison. Je voudrais te donner mon ancienne demeure en cadeau ». Cette soi-disant ancienne demeure était le manoir de Zhu avant qu’il ne devint empereur, quand il était encore le Roi Wu. Xu L’expression chinoise « » (lì bù cóng xīn) signifie « incapable de faire comme on le désire » ou ne plus avoir des compétences à la hauteur de ses ambitions. Il provient d’une histoire sur Ban Chao, contée dans le Livre des Han postérieurs 1. Quand Ban Chao revint chez lui dans la capitale des Han orientaux, il avait 71 ans. Il décéda un mois plus tard. À partir de cette histoire fut créé l’idiome « Incapable de faire comme on le désire » (). DODO K- BULLETIN D’ABONNEMENT 3 mois  : 25 € 6 mois  : 39 € 12 mois  : 59 € Abonnement de soutien  : 90 € Nom Prénom Adresse Code postal Ville Tél Email Jian Zheng 1 le Livre des Han postérieurs (, hòu hàn shū) est un classique de l’histoire chinoise compilé principalement par Fan Ye (398-445). Il couvre la période de la dynastie Han de l’an 6 à 189. refusa poliment mais fermement. Cependant, l’empereur Taizu ne laissa pas tomber l’affaire. Une fois, il fit boire Xu et le fit dormir dans le manoir. Quand Xu se réveilla et réalisa où il avait dormi, il se dépêcha de se rendre auprès de l’empereur implorer son pardon, car durant cette période il était considéré déloyal et malveillant de vivre dans la demeure d’un roi. L’empereur était enchanté par la loyauté et la conscience politique de Xu, il lui fit construire une nouvelle maison, près de son ancienne maison et fit inscrire sur une plaque de la grille d’entrée « Da Gong » ce qui signifie « grand accomplissement ». L’empereur Taizu fit l’éloge de Xu, déclarant  : « Bien qu’il dirige les déploiements de l’armée sous les ordres de l’empereur et revient toujours triomphant, il reste humble et ne se vante pas le moins du monde. Ni les beautés, ni les trésors ne peuvent le corrompre, son intégrité, sans faille, brille comme le soleil et éclaire comme la lune. Personne ne peut lui faire de l’ombre ». Quand Xu décéda, l’empereur ferma la cour et assista à ses funérailles, exprimant une profonde peine. Sous les ordres de l’empereur Taizu, le portrait de Xu fut installé en première place dans le temple Ming des hommes méritants. Sa descendance pu jouir d’un noble statut durant trois générations. Envoyez ce bulletin accompagné d’un chèque bancaire à l’ordre d’Epoch Times. En France  : Epoch Times 83 rue du Château des Rentiers 75013 Paris Où avez-vous connu Epoch Times ? David Wu Flora Chung/Epochtimes ✂✂
SANTÉ & BIEN-ÊTRE www.EpochTimes.fr Le sucre  : histoire d’un produit inutile Selon les dernières données, la canne à sucre est la troisième culture la plus importante au monde après les céréales et le riz, occupant 27 millions d’hectares de terres à travers le monde. Son apport principal, en dehors de bénéfices commerciaux, est une crise de la santé au niveau mondial. L’épidémie d’obésité, ainsi que les maladies connexes telles que le cancer, la démence, les maladies cardiaques et le diabète se sont répandues dans les pays où les glucides, à base de sucre, dominent l’économie alimentaire. Il est donc nécessaire de prendre du recul, d’examiner l’origine de la culture sucrière et la manière dont elle est devenue une menace directe pour nos paysages, nos sociétés et notre santé. Dix conseils à suivre pour prévenir le cancer 1. Maintenir un poids santé Conclusion d’une recherche de cinq ans menée par 21 scientifiques du monde entier, c’est le premier point de la liste, car le plus important. Les cellules cancéreuses peuvent se développer chez les personnes en surpoids, car les tissus adipeux peuvent produire des hormones, comme l’insuline ou les oestrogènes. 2. Ne jamais utiliser des suppléments nutritionnels pour la prévention du cancer « Je suis en désaccord avec l’utilisation de suppléments nutritionnels pour la prévention du cancer », a déclaré Hao Xishan. « Tout cela est quelque chose qui ne peut être efficace que dans des essais cellulaires ou les tests menés sur les animaux. » 3. Ne jamais manger d’aliments frits « En termes de prévention du cancer, il faut éviter de manger des aliments riches en matières grasses, sel, sucre en trop grandes quantités, telles que les frites », dit Hao Xishan. 4. Ne pas manger les restes La mauvaise habitude de consommer des aliments de mauvaise qualité ou trop vieux peut induire un cancer gastrique. Sun Yan dit qu’une douleur d’estomac occasionnelle n’est pas un problème, mais si elle est récurrente, il conseille de passer un examen médical. Une gastrite atrophique chronique, associée à une infection à Helicobacter pylori, peut être à l’origine de lésions précancéreuses. 5. Mangez à la maison autant que possible Les troubles alimentaires, le tabagisme, l’alcool et la suralimentation – souvent induits par des déjeûners à l’extérieur – peuvent conduire à un gain de poids ainsi qu’à des dommages persistants à l’estomac, ce qui peut provoquer le cancer. Sun Yan préconise de manger à la maison autant que possible. 6. Ne jamais fumer Le tabagisme est lié au cancer du poumon et est l’un des principaux facteurs conduisant au cancer du nasopharynx. 7. Faire un examen de santé deux fois par an La principale méthode pour détecter le cancer à un stade précoce est le bilan de santé annuel. Sun Yan conseille deux examens par an. « Le bilan de santé doit être fait chaque année. Un examen physique plus complet avec une fréquence plus élevée est particulièrement nécessaire pour les personnes âgées. L’anus et d’autres parties privées devraient également être inclus dans les examens », a-t-il dit. 8. Tout type d’exercice vaut mieux que rien M. Sun annonce que les exercices peuvent varier d’une personne à l’autre. Mais tant que l’on bouge, indépendamment du fait que ce soit du jogging, de la natation ou toute autre forme d’exercice, est toujours bénéfique. Pas de lieu particulier ou de moment précis, vous pouvez faire un peu d’exercice pendant le travail ou pendant vos loisirs. 30 NOVEMBRE - 6 DÉCEMBRE 2015 Il semble qu’aucune autre substance que le sucre n’occupe une si grande partie des terres de la planète tout en apportant si peu d’avantages à l’humanité. Examinons le passé La physiologie humaine a évolué à partir d’aliments contenant très peu de sucre et de glucides, pratiquement pas raffinés. En fait, le sucre a probablement pénétré dans nos régimes par accident. Il est probable que la canne à sucre, cultivée principalement pour le fourrage afin d’engraisser les porcs, ait été mâchée par les humains et que son goût les ait séduits. Le premier sucre raffiné est apparu, en Inde, il y a environ 2 500 ans. De là, la technique s’est répandue vers la Chine, la Perse et les Royaumes du Nord de l’Afrique, pour finalement atteindre la Méditerranée vers le XIII e siècle. Chypre et la Sicile sont devenues des centres importants de production de sucre. Au Moyen Âge, il était considéré comme une épice rare et coûteuse. Le premier endroit où l’on a cultivé la canne à sucre pour le raffinement et le commerce, à grande Champs de canne à sucre échelle, a été l’île de Madère, vers la fin du XV e siècle. Puis, les Portugais ont réalisé que des conditions favorables à la plantation de la canne à sucre existaient au Brésil, où une économie de plantation esclavagiste a été établie. Lorsque la canne à sucre brésilienne a été introduite dans les Caraïbes, peu avant 1647, la croissance industrielle s’est développée et a nourri l’engouement du sucre en Europe occidentale. L’étude de l’ADN de restes de plantes suggère que la canne à sucre a évolué en Asie du Sud-Est. Les chercheurs ont cherché des preuves de la culture précoce de la canne à sucre dans le marais de Cook en Papouasie-Nouvelle-Guinée, où d’autres cultures comme le taro et la domestication des bananiers remontent à 8 000 av. J.-C. Cette culture daterait d’environ 3 500 ans et se serait transmise le long de la côte orientale de l’océan Pacifique et Indien par les marins polynésiens austronésiens. Le commerce des esclaves Cette nourriture dont personne n’a besoin, mais dont tout le monde raffole, a conduit la formation de notre monde moderne. Il y avait une énorme demande de maind’œuvre pour cultiver les plantations de sucre au Brésil et dans les Caraïbes. Cette nécessité est à l’origine du commerce transatlantique des esclaves qui a arraché à leur terre près de 12,57 millions d’êtres humains entre 1501 et 1867. Le taux de mortalité, parmi les esclaves à chaque voyage, atteignait 25%. Environ deux millions de personnes ont été jetées à la mer. Pour achater des esclaves à l’élite africaine, l’Angleterre a rapidement augmenté la production de cuivre, de laiton, de rhum, de textile, de tabac et d’armes. Des banques modernes et des compagnies d’assurance peuvent retracer les origines du développement de ces industries dans l’économie de l’Atlantique du XVIII e siècle. L’apogée industrielle est liée aux conditions de vie abominables des esclaves. En 1834, l’empire britannique a finalement libéré les opprimés, mais une compensation a été versée aux propriétaires d’esclaves alors que les esclaves, eux, n’ont jamais été indemnisés. Une grande partie de cet argent a été utilisée pour construire des infrastructures victoriennes, comme les chemins de fer et les usines. Maintenir un esprit joyeux contribue à une bonne santé. Fléaux des temps modernes À bien des égards, l’histoire du sucre et du tabac sont étroitement liés. Les deux produits ont été cultivés par des esclaves et considérés comme bénéfiques pour la santé. Bien que le sucre et le tabac aient des origines très anciennes, la consommation de masse a commencé au milieu du XVII e siècle. Tous deux sont de vrais fléaux pour la santé. La dépendance au tabac est largement reconnue, mais le sucre aussi stimule des réponses comportementales qui sont indissociables de la dépendance. Au XXI e siècle, le pouvoir du sucre est énorme, il a un impact plus important que le tabac ou l’alcool. Le sucre est non seulement omniprésent – il est potentiellement responsable de 20% de la teneur calorique de l’alimentation moderne – mais il occupe également une place centrale dans l’économie mondiale et le patrimoine culturel. On peut établir une comparaison avec notre dépendance aux combustibles fossiles. Ils ne sont pas seulement une mauvaise habitude, mais ils occupent une place centrale dans nos vies, ainsi que dans la géopolitique des zones 11 Au XXI e siècle, le pouvoir de sucre est énorme, il a un impact plus important que le tabac ou l’alcool. où ils sont produits. De même, la hausse de la production du sucre est à la base du commerce mondial et du développement socio-économique, de l’esclavage, de la diaspora africaine et des normes culturelles modernes. En connaissant les origines évolutives et historiques de la canne à sucre, nous comprenons mieux pourquoi le sucre domine la culture moderne et de quelle manière atténuer son influence néfaste. Comme beaucoup de grands défis du XXI e siècle, tel que le changement climatique, l’identification du problème semble claire. La volonté publique et politique d’y faire face pourrait se traduire par une taxe sur le sucre et par un affichage des avertissements sanitaires. Aujourd’hui, le sucre est encore plus profondément ancré dans notre système alimentaire. En 2013, les cultures sucrières constituaient 6,2% du rendement agricole du monde et 9,4% de sa valeur monétaire totale. Seules des mesures socio-économiques audacieuses pourront apporter un changement positif. Mark Horton, Alexander Bentley et Philip Langton Trois membres de l’Académie chinoise d’ingénierie, Hao Xishan, Sun Yan et Zeng Yixin, sont des experts du traitement du cancer. Voici les 10 conseils qu’ils donnent pour prévenir du cancer  : Pixabay Pixabay 9. Se débarrasser de mauvaises habitudes De nombreuses tumeurs sont associées à de mauvaises habitudes. Par exemple, la consommation excessive d’aliments riches en matières grasses, de viande, ou insuffisante de fruits et de légumes peut induire un cancer du côlon, le tabagisme passif un cancer du poumon etc. D’où l’importance d’une bonne hygiène de vie, de prendre le temps de s’alimenter, de dormir et de pratiquer des exercices régulièrement. 10. Être une personne joyeuse et apprendre à ressentir de la satisfaction Le stress, la dépression et l’anxiété sont des facteurs aggravant les risques de cancer. Les émotions négatives à long terme vont provoquer un stress qui affaiblit le système immunitaire, ce qui est propice à la progression du cancer. Le maintien d’un esprit joyeux, contribue à une bonne santé physique. En suivant ces conseils, vous serez sur le chemin d’une vie saine et sans cancer. Monica Song

1 2-3 4-5 6-7 8-9 10-11 12


Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :