Epoch Times Paris n°241 1er mar 2013
Epoch Times Paris n°241 1er mar 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°241 de 1er mar 2013

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Epoch Times France

  • Format : (350 x 510) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 14,4 Mo

  • Dans ce numéro : l'immobilier et l'urbanisme en pleine mutation.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8 Culture 1 – 15 MARS 2013 Sima Qian, père de la première histoire de la Chine depuis l’origine DAVID WU Sima Qian est né sous la dynastie Han. Il est connu pour avoir été le fondateur de l’historiographie chinoise pour son oeuvre, Mémoires du grand historien ou Shiji. Le père de Sima Qian a servi l’empereur Wu de la dynastie des Han comme officiel des grands scribes. En 26 av. J.-C., il a organisé pour Sima Qian, alors âgé de vingt ans, un voyage à travers le pays. Le voyage apporta beaucoup à Sima Qian, notamment une riche collection de documents historiques de première main, une connaissance approfondie et de nouveaux amis. Il lui permit également d’acquérir une certaine ouverture d’esprit. À la fin de son voyage, il fut nommé préposé au palais et accompagna l’empereur Wu lors de l’inspection des différentes régions du pays. Il continua à recueillir et à compiler les documents historiques partout où il se rendait en compagnie de l’empereur. Plus tard, il hérita de la position de son père et conçut le projet ambitieux de produire l’histoire complète de la Chine, commencé par son père, le Shiji. Sima Qian croyait que les historiens devaient être objectifs, faire preuve d’une certaine indépendance d’esprit et ne pas faire écho à tout ce que les empereurs souhaitaient. De manière à pouvoir retracer les personnages historiques et les événements objectivement et de façon impartiale, il consacra une grande partie de son temps et de ses efforts à recueillir les détails historiques et à vérifier les faits, faisant fi de la difficulté. Il concentra ses efforts pour restituer un récit compréhensif et objectif. Un des défis auquel il a eu à faire face a été de rapporter les évènements impériaux, ainsi que ceux de son père. Sima Qian prit la décision de relater tous les faits, les bons comme les moins bons, ce qui provoqua le courroux de l’empereur Wu. En 98 av. J.-C., Sima Qian fut impliqué dans des faits concernant la capitulation du général Li Ling devant les Xiongnu. Sima a été la seule personne au tribunal à prendre la défense du général Li. L’empereur Wu en fut furieux. Il donna l’ordre de l’emprisonner en attendant son exécution pour diffamation. Afin de compléter son monumental travail pour le Shiji, ainsi que la promesse qu’il avait faite sur le lit de mort de son père, Sima Qian choisit de commuer la condamnation à mort en une humiliante castration. Très peiné par la castration et afin de surmonter son envie suicidaire, il consacra chacune de ses précieuses minutes à son oeuvre. En 91 av. J.-C., il termina finalement sa compilation historique, le Shiji, après dix années de travail acharné. Mémoires du grand historien, ou Shiji est l’œuvre la plus extraordinaire, la première Histoire complète de la Chine de l’époque de Sima Qian. Elle couvre plus de 2.000 ans, de l’empereur Jaune à l’empereur Wu de la dynastie des Han. Elle comprend 520.000 mots au total et résume 3.000 ans de l’histoire chinoise. Cet ouvrage aborde toute l’histoire depuis les souverains, les rois, les empereurs et les familles royales jusqu’aux nobles et familles féodales, ainsi que des liens avec les grands principes, mais aussi les rites sociaux, la musique, le calendrier, l’astronomie, la littérature et l’économie. Les citations de Sima Qian dans le Shiji, comme « ne relater que la vérité », « pas de vantardises, juste la vérité » ont été largement plébiscitées par les historiens chinois. Laissant son honneur de côté, il a laissé aux générations qui ont suivi une compréhension de l’histoire complète de la Chine ancienne. Sima Qian, père de la première histoire de la Chine depuis l’origine. Blue Hsiao, Epoch Times Yi : vertu, justice, loyauté BLAKE LI ET MARIE ZHENG Le symbole � a un sens profond riche. Il intègre des valeurs comme la justice, l’honnêteté, la loyauté et la fiabilité. Prononcé Yi, il est composé de � (le mouton) au-dessus et de � (je, moi-même) en dessous. Le mouton, �, est obéissant et gentil, sa viande est goûteuse et nutritive. De par ces caractéristiques, le mouton est considéré comme un symbole de bonne fortune et de prospérité. Le caractère � fut originellement créé à partir de l’écriture ossécaille (une écriture chinoise du XV e siècle avant notre ère), dans laquelle il avait la signification d’un outil de combat fabriqué avec une dent tranchante, bien qu’il prit par la suite le sens de « je » ou « moi-même ». � et � combinés pour donner � peut être littéralement interprété pour vouloir dire « je suis un mouton ». Dans la Chine antique, un mouton ou un agneau était sacrifié pour honorer les dieux. La signification intrinsèque de ce caractère est que, selon ce rituel, quelqu’un peut faire un sacrifice au nom de la justice ou de la vertu. Le caractère chinois � rappelle aux gens comment ils devraient diriger leur vie, de manière altruiste. Yi (�) appartient à une catégorie particulière d’idéogrammes appelée huiyi (sens multiples fusionnés). Ils sont composés d’idéogrammes ayant différentes significations et leur contenu propre est une combinaison de ces différentes significations. Vertu, justice, ou loyauté Thomas Choo
Life ÉDITION FRANÇAISE ÉDITION SPÉCIALE IMMOBILIER 35 PAYS, 21 LANGUES, UN JOURNAL EN PLEINE EXPANSION WWW.EPOCHTIMES.FR | BIMENSUEL | 1 – 15 MARS 2013 | ÉDITION 241 Une fiscalité en faveur de l’investissement locatif LAUREN SMITH Le dispositif Duflot, qui succède au régime Scellier, est entré en vigueur le 1 er janvier 2013 pour une durée de quatre ans. L’objectif de la loi Duflot est d’encourager l’investissement locatif dans le neuf pour les particuliers avec le mécanisme fiscal de réduction d’impôts correspondant à 18% du montant de l’investissement. Le nouveau dispositif Duflot autorise deux acquisitions en investissement locatif par an dans la limite d’un plafond de 300.000 euros. L’échelonnement de la réduction d’impôt est appliqué sur neuf ans, ce qui correspond à la durée minimale de la location du bien acquis en dispositif Duflot. Cela veut dire que la loi Duflot permet de défiscaliser jusqu’à 54.000 euros, soit une réduction d’impôt de 6.000 euros par an. Une dimension sociale étant assignée au dispositif Duflot, plusieurs conditions doivent être respectées par l’investisseur pour qu’il puisse bénéficier de l’avantage fiscal. » Plafonds de ressources des locataires : les plafonds de ressources des locataires, fixés par le décret de façon à favoriser les classes modestes et moyennes, sont variables selon les zones géographique. » Plafonds de loyer : les plafonds des loyers varient en fonction de la surface de logement et sont inférieurs d’environ 20% aux loyers de marché. L’avantage fiscal est censé compenser le moindre rendement locatif. » Zone de la forte demande locative » Logements à énergie positive : les logements doivent respecter les normes thermiques RT 2012 ou avoir le label BBC - Bâtiments Basse Consommation (voir page 10) Afin de limiter l’impact sur la promotion immobilière en cours, la Commission des Finances de l’Assemblée a prolongé l’avantage fiscal locatif Scellier jusqu’au 31 mars 2013, date limite de la signature de l’acte d’achat pour les promesses signées avant le 31 décembre. JOEL SAGET/AFP/Getty Images



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :