Epoch Times Paris n°239 1er fév 2013
Epoch Times Paris n°239 1er fév 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°239 de 1er fév 2013

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Epoch Times France

  • Format : (350 x 510) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 7 Mo

  • Dans ce numéro : la fin de la presse papier, bientôt une réalité ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
6 International 1 – 15 FÉVRIER 2013 Le Pentagone lève l’interdiction aux femmes de combattre JACK PHILLIPS Le 23 janvier dernier, le ministère de la Défense américain a pris la décision historique de permettre aux femmes de servir dans les combats. Le mouvement, qui met fin à une politique de 1994 du Pentagone qui interdisait aux femmes de servir dans les combats terrestres, signifie que des centaines de milliers de combats directs et de postes particuliers des opérations de l'armée américaine seraient envisageables pour les femmes. « Je peux confirmer les informations selon lesquelles le secrétaire et le Président sont attendus pour annoncer la levée de la règle d'exclusion au combat direct des femmes dans l'armée », a déclaré un haut responsable du Pentagone, cité par ABC News. Ces dernières années, le Pentagone a permis aux femmes de se rapprocher de la ligne de front du combat. En février 2012, Leon Panetta, le secrétaire américain à la Défense, annonçait que 14.000 postes liés au combat seraient ouverts aux femmes. Cependant, environ 240.000 postes resteront fermés. La plupart des postes fermés sont dans l'armée et dans le Corps des Marines, a rapporté le Washington Post. « Le moment est venu de revenir sur la règle d’exclusion du combat direct pour les femmes et d'éliminer toutes les barrières (Adek Berry/AFP/Getty Images) Le caporal JessicaL. Williams (à gauche) et le caporal Shawnee Redbear (au milieu) du 2 e bataillon, 1 er Marines de la compagnie du golf, parlent aux enfants afghans lors d'une patrouille avec leurs camarades masculins et soldats afghans de l'armée nationale à Basabad, dans la province de Helmand, le 9 mars, 2011. faisant obstacles aux services », a écrit le général Martin Dempsey, chef d’état-major de l’armée américaine dans une lettre à Leon Panetta le 9 janvier selon ABC. Certains de ces emplois pourraient être ouverts aux femmes d'ici la fin de l'année 2013, a déclaré un fonctionnaire à Associated Press. Les forces d'opérations spéciales comme les Navy et la Delta Force pourraient prendre plus de temps. Chaque branche des services a jusqu'en mai pour établir un plan de mise en œuvre. Ils doivent totalement mettre en œuvre les nouvelles règles d'ici à 2016. Selon les responsables du Pentagone, le mouvement est largement soutenu dans les services. Le Congrès aura 30 jours pour examiner le changement de politique avant qu'il n'entre en vigueur. Le président de la commission des forces armées, le sénateur CarlLevin, un démocrate du Michigan, a déclaré dans un communiqué : « Je le soutiens. Il reflète la réalité des opérations militaires du XXI e siècle. » La sénatrice démocrate Patty Murray de Washington a qualifié cette décision d’« étape historique pour l'égalité ». « Des rues des villes irakiennes, aux villages de l'Afghanistan, les femmes, à maintes reprises, se sont avérées capables de servir honorablement et courageusement », a déclaré Patty Murray dans un communiqué. Duncan Hunter, républicain en Californie et vétéran de la guerre en Irak, a critiqué l'annonce : « La question que vous avez à vous poser à chaque fois que vous faites un changement comme celuici est : cela augmente-t-il l'efficacité au combat de l'armée ? Je pense que la réponse est non, » a annoncé Hunter selon le Army- Times. L'administration Obama a été favorable à l'égalité croissante entre les sexes au sein des forces armées. Environ 14% des 1,4 million de militaires sont des femmes. Plus de 20.000 femmes ont servi en Afghanistan ou en Irak selon le rapport de 2012 du service de la Recherche du Congrès, Les Femmes au combat. « À de nombreuses reprises les femmes ont été reconnues pour leur héroïsme, gagnant deux médailles Silver Star (Étoile d’Argent). Cela s'est traduit par un regain d'intérêt au Congrès, à l'administration, et aussi dans l'examen, la précision ou la redéfinition du rôle des femmes dans l'armée », a indiqué le rapport. Les plus riches pourraient facilement mettre fin à la pauvreté 200 millions de personnes seront sans travail en 2013 ALEX JOHNSTON L'organisme humanitaire mondial OxfamInternational a déclaré que les 100 personnes les plus riches au monde pourraient fondamentalement mettre fin à la pauvreté avec leurs revenus de 2012, selon un récent rapport intitulé « The cost of inequality : how wealth and income extremes hurt us all » (Les coûts de l’inégalité : comment les extrêmes de richesse et de pauvreté nous affectent tous). Les 100 personnes les plus riches au monde ont gagné 240 milliards de dollars l'année dernière, un chiffre qui selon Oxfam, – une coalition internationale de 17 organisations présentes dans 90 pays prêtant attention aux inégalités et aux plus pauvres – pourrait éradiquer quatre fois la pauvreté. « Il est désormais largement admis que l’accroissement rapide des richesses et des inégalités est nuisible au progrès humain et que quelque chose doit être fait », a déclaré Oxfam, tout en citant un rapport pour le Forum économique mondial selon lequel l'inégalité des revenus est considéré comme l'un des risques mondiaux pour 2013. Aussi l’organisation a-t-elle précisé dans un communiqué de presse : « Le pourcentage le plus riche a augmenté ses revenus de 60% au cours des 20 dernières années avec la crise financière, accélérant plutôt que ralentissant le processus. » Dans 14 des 19 principaux pays riches et en développement du G-20, l'inégalité a augmenté depuis 1990, et, a-t-elle précisé, la croissance économique a rarement profité aux pauvres. Les ministres des Finances du G-20 se sont réunis la semaine dernière à Mexico. Oxfammet en garde qu’« une richesse et un revenu extrême sont non seulement contraires à l'éthique, mais sont aussi inefficaces économiquement, sont AFP PHOTO/ISSOUF SANOGO Des enfants nigériens prennent un repas à l'école primaire de Zinder le 1 er juin 2012. Quelques 238 écoles dans la région de Zinder au Niger ont bénéfi cié d'un programme de cantine scolaire géré par le « Programme alimentaire mondial ». source de division sociale et sont destructeurs de l'environnement. » La croissance économique est souvent venue en priorité à l’esprit de nombreux responsables gouvernementaux et décideurs politiques, tandis que les intérêts des populations pauvres ne viennent qu’ensuite, indique le rapport. Les inégalités en Chine, en Russie, en Afrique du Sud et au Japon sont celles qui ont le plus augmenté parmi les pays du G20 depuis 1990, a déclaré Oxfam. La Corée du Sud est le seul pays riche parmi les membres du G20 à avoir réduit les inégalités ces deux dernières décennies. Le Brésil, le Mexique et l'Argentine, également membres du G20, ont aussi fait des progrès notables. « Nous ne pouvons plus prétendre que la création de richesses de quelques-uns va nécessairement profiter à de nombreuses personnes, c’est trop souvent l'inverse qui est vrai », a déclaré Jeremy Hobbs, directeur d'Oxfam, dans un communiqué. « La concentration des ressources aux mains des 1% supérieurs déprime l'activité économique et rend la vie plus difficile pour tout le monde, en particulier ceux qui sont au bas de l'échelle économique. » « Dans un monde où même les ressources de base telles que la terre et l'eau sont de plus en plus rares, on ne peut pas se permettre de concentrer les ressources entre les mains de quelques-uns et laisser le plus grand nombre se battre pour ce qui reste », a-t-il poursuivi. S'exprimant sur l'impact environnemental, Jeremy Hobbs a déclaré que les personnes appartenant au pourcentage le plus riche émettent jusqu’à 10.000 fois plus de CO2 que le citoyen américain moyen. « Dans les paradis fiscaux aux lois laxistes en matière d’emploi, les plus riches tirent profit d’un système économique mondial faussé qui joue en leur faveur. Il est temps que nos dirigeants réforment le système pour que celui-ci œuvre dans l’intérêt de l’ensemble de l’humanité et non d’une élite mondiale. » Oxfamestime que les paradis fiscaux contiendraient jusqu'à 32 billions de dollars, soit un tiers de toutes les richesses du monde entier. Leur fermeture pourrait rapporter 189 milliards de dollars de recettes fiscales supplémentaires. JACK PHILLIPS Des candidats attendent de rencontrer des employeurs potentiels lors d’un salon de l'emploi à Manhattan le 17 janvier 2013 à New York. L'Organisation des Nations unies a averti mi-janvier que 5,1 millions de personnes supplémentaires seront au chômage en 2013, et selon les données démographiques, les jeunes seront les plus touchés. Dans le rapport annuel de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) de l’ONU, intitulé « Tendances Mondiales de l'Emploi 2013 », les chiffres montrent que le chômage mondial est à nouveau à la hausse après une baisse pendant deux années consécutives, ce qui reflète un ralentissement de la croissance économique. Le nombre total de chômeurs dans le monde a augmenté de 4,2 millions en 2012 pour atteindre plus de 197 millions, portant le taux de chômage à 5,9%, d’après l’agence. L'agence a découvert que près de 13% des personnes sans emploi étaient âgées de 24 ans ou moins. « La plupart des nouveaux emplois exigent des compétences que les demandeurs d'emploi ne possèdent pas », a déclaré Guy Ryder, Directeur Général de l’OIT, dans un communiqué sur le site de cette organisation. « Les gouvernements devraient redoubler d'efforts pour soutenir les compétences et les activités de réinsertion afin d'aborder ces inégalités qui touchent particulièrement les jeunes. » 35% de l’ensemble des jeunes chômeurs étaient sans emploi depuis six mois ou plus dans les pays à économies développées, correspondant à une hausse d'environ 6,5% par rapport à 2007, selon l’OIT. « Beaucoup de jeunes aujourd'hui font l'expérience du chômage de longue durée dès le début de leur entrée sur le marché du travail », a déclaré Ryder à CNN. « Lorsque cela se produit très tôt dans la carrière d'une personne, cela peut causer des dommages importants sur leurs perspectives d'emploi sur le long terme. » Environ un quart de l'augmentation du chômage dans le monde se situe dans les économies développées, déclare le rapport de l’OIT. Les autres trois quarts de cette augmentation sont dues à des « retombées » dans d'autres secteurs, à savoir en Asie, Asie du Sud et en Afrique sub-saharienne (d’après l’OIT). « Un contexte économique incertain, et l'insuffisance de mesures pour contrer cela, a affaibli la demande globale, ce qui freine l'investissement et l'embauche », a déclaré Ryder, selon l’OIT. « Cela a prolongé la crise du marché du travail dans de nombreux pays, en réduisant la création d'emplois et provoquant une augmentation de la durée du chômage, même dans certains pays qui présentaient auparavant un chômage faible et des marchés du travail dynamiques. » Le rapport a constaté que le chômage de longue durée a également augmenté, soulignant que près d'un tiers des chômeurs européens n'ont pas eu de travail depuis plus d'un an, selon les déclarations de la BBC. Il souligne aussi qu’environ 39 millions de personnes dans le monde ont renoncé à essayer de trouver un emploi. L'agence a remarqué que les pays pratiquant l'apprentissage, y compris l'Allemagne, la Suisse et l'Autriche, connaissent les plus faibles taux de chômage des jeunes dans le monde. On a connu un pic du taux global de chômage de 6,21% en 2009, après l'effondrement de l'économie mondiale, a déclaré Associated Press. Le taux de chômage mondial l'an dernier était de 5,93%. (Mario Tama/Getty Images)
1 – 15 FÉVRIER 2013 Europe 7 Aéroport Paris-Charles-de-Gaulle : l'art français se voit pousser des ailes MICHAL BLEIBTREU NEEMAN La nouvelle salle d'embarquement du terminal 2E de l'aéroport Paris-Charles-de- Gaulle dans le hall M vient d'inaugurer son Espace Musées. Inédit en taille, volume et signification, cet espace servira de vitrine au meilleur de l'art français. Une dernière salutation à la française aux voyageurs avant leur départ. L'idée n'est peut-être pas tout à fait novatrice car l'art dans les aéroports a déjà fait ses premiers pas : l'aéroport d'Amsterdam présente les œuvres du Rijksmuseum et celui de Toulouse accueille depuis le mois de mai des œuvres contemporaines qui seront renouvelées tous les ans. Cependant, le projet du terminal 2E Paris-CDG – deuxième aéroport en Europe et septième dans le monde avec 61 millions de passagers en 2011 – est plus ambitieux. Aéroports de Paris (ADP) a décidé de proposer aux milliers de passagers de plus en plus exigeants, une escale inoubliable et typiquement parisienne, avec un vrai musée gratuit exposant les œuvres les plus illustres du patrimoine français. Selon Augustin de Romanet, président directeur général d'ADP, il s'agit d'offrir aux passagers de Paris-Charles-de-Gaulle « une grande promenade parisienne, riche en émotions » afin que « les voyageurs du monde entier emportent avec eux une dernière image de la magie de la France ». Cette image de l'art de vivre à la française est liée à la gastronomie et à la mode bien sûr, mais aussi ALINA VARFOLOMEYEVA et non moins à l'offre culturelle et artistique. L'immense hall M (6.000 m² d'espace commercial) intègre espaces verts, salons de repos et boutiques de luxe, évoquant les avenues de Paris, les grands magasins, les places et les jardins parisiens. Tout est à la charge d'ADP. Pour la mise en place de ce projet, dit Augustin de Romanet, « nous nous sommes entourés des meilleurs spécialistes : Francis Briest, co-président de la maison de vente Artcurial, avec qui ADP a initié le projet et qui préside le fonds de dotation Espace Musées, Serge Lemoine, ancien président du Musée d’Orsay, qui assure la direction artistique de toutes les expositions, Nelson Wilmotte qui a conçu l’architecture du lieu sans oublier la mise en scène du designer et scénographe, Hubert Le Gall ». Le concept « On a travaillé sur le concept pendant un an et demi, ce qui est très peu de temps pour un tel projet », nous confie Serge Le Moine, professeur à La Sorbonne, historien de l'art et ancien président du musée d’Orsay, qui conçoit la programmation du nouveau musée. « Nous allons présenter tous les six mois en liaison en direct avec un musée parisien, l'œuvre d'un artiste, de préférence un artiste français ». Ainsi « l'Espace Musées permettra de présenter à la fois un lieu, le musée Rodin donc, une institution et un artiste, un artiste universellement connu. » La première exposition a inauguré l'Espace Musée étalé sur 250 m², intitulée « Les ailes de KIEV, Ukraine - Le Premier ministre ukrainien affirme que son pays serait prêt cette année, pour signer l'accord d'association tant attendue avec l'Union européenne (UE). La finalisation de l'accord peut toutefois s'avérer difficile pour l'Ukraine. L'accord, rédigé en 2011, établit un libreéchange et l’exemption de visa, mais cela implique pour l’Ukraine de faire de sérieuses réformes, ou du moins d’en prendre le chemin. Répondant aux questions posées par Epoch Times, le Premier ministre ukrainien Mykola Azarov a déclaré que le gouvernement ukrainien envisageait d'imposer des réformes mettant en place un plan d'action, dirigé par le Premier ministre lui-même. Azarov a déclaré que cela portera « la résolution des problèmes au plus haut niveau au sein du Gouvernement ». Et d’ajouter : « Ce plan d'action montre notre détermination et notre engagement à faire ce qui est nécessaire afin de signer l'accord cette année ». Même si l'accord a été créé en 2011, il n'a pas été signé en raison des préoccupations de l'UE concernant la justice sélective, la répression politique, ainsi que l'absence d'élections libres et justes en Ukraine. L'accord d'association, qui établit officiellement les relations de l'UE et un pays dans un cadre global, est dans certains cas, utilisé pour préparer les pays à une future adhésion à l'UE. « Tout progrès vers l'association politique et l'intégration économique dépendra de la performance de l'Ukraine, notamment en matière de respect des valeurs communes et de l'État de Droit », a déclaré la délégation de l'UE à l'Ukraine dans un communiqué le 16 mai 2012. L'accord d'association doit recevoir l’assentiment de tous les États membres de l'UE en vue d'être adopté. Mais les responsables européens restent préoccupés par le manque de réforme de l'Ukraine, se concrétisant par le maintien en détention de l'ancienne Premier ministre Loulia la gloire » en partenariat avec le musée Rodin, musée monographique le plus réputé dans le monde et présente 50 œuvres originales de l'artiste. L'exposition consacrée au thème de l'envol est aussi l'occasion de dévoiler des œuvres moins connues et d'autres exposées pour la première fois comme l'Envole, une grande aile en plâtre ainsi que d'autres figures ailées. Une fois franchis le cône en verre d'Espace Musées, les passagers du Hall M pourront également se réjouir des œuvres emblématiques de Rodin comme Le Penseur (1881-1882), Le Baiser (1882), L’Âge d’airain (1877). Dans une ambiance sereine conçue avec des matières choisies pour leur qualité paisible, vieux chêne, acier anthracite, lasure noire et blanche, le visiteur pourra admirer les œuvres de près et profiter d'une intimité qui distingue l'espace muséal de l'avenue commerciale. Et que disent les artistes sur un musée gratuit à la disposition des voyageurs ? Beaucoup ne sont pas encore informés, car trop concentrés dans leur art. C'est ainsi le cas de Haruhiko Sunagawa, artiste français d'origine japonaise. D'autres comme l'artiste peintre Geneviève Claisse sont ravis d'une telle démarche : « C'est très important de promouvoir l'art français et européen, parce que l'Europe est toujours resté très enfermée sur elle-même par rapport aux pays étrangers, je pense que c'est une initiative très intéressante. » 1.500 à 2.000 visiteurs sont attendus chaque jour dans l'Espace Musées. L'Ukraine sur le point de signer un accord avec l'Union européenne (Manjunath Kiran/AFP/Getty Images) Le président ukrainien Viktor Ianoukovitch à Bangalore, en Inde, le 12 décembre 2012. L'Ukraine est prête à faire les réformes politiques exigées pour rentrer dans l'UE. Timochenko. Selon le politologue Volodymyr Fesenko, directeur du Centre des Études Politiques Appliquées, les politiciens européens tentent de trouver une position plus souple à l'égard de l’Ukraine, réalisant la possibilité que l'Ukraine puisse se tourner vers la Russie à la place d’intégrer l’UE. Des passagers regardent des sculptures d'Auguste Rodin (1840-1917) présentées dans la zone du musée de Roissy Charles-de-Gaulle, le 15 janvier 2013. Le Président Ianoukovitch a annulé à la dernière minute sa visite à Moscou en décembre dernier, où il devait s'entretenir avec les autorités russes à propos de l'union douanière soutenue par Moscou, qui comprend actuellement la Russie, la Biélorussie, le Kazakhstan – car la Russie est impatiente de voir l'Ukraine la rejoindre. Selon Igor Jdanov, responsable du groupe de réflexion ukrainien Politique Ouverte, le changement de plan de Ianoukovitch est le résultat d'une conversation téléphonique avec le Président de la Commission européenne, José Manuel Barroso. « Je pense qu'il y avait ce message fort à Ianoukovitch, qu'il a une chance de signer un accord d'association en 2013, c'est pourquoi sa visite à Moscou a été annulée », a dit Jdanov. Mais selon Steven Pifer, un ancien ambassadeur américain en Ukraine et maintenant membre senior à la Brookings Institution, l'Ukraine bluffe sur son intérêt pour l'offre de la Russie à rejoindre l'union douanière. Dans un article d'opinion publié dans le Financial Times, Monsieur Pifer déclare : « Les expressions d'intérêt de Kiev dans l'union douanière visent à susciter des inquiétudes dans l'ouest, qu'il est en quelque sorte en train de ‘perdre’l'Ukraine au profit de la Russie. » Des sondages en Ukraine montrent que le public est d’avantage en faveur de l'intégration européenne plutôt que de se tourner vers la Russie et l'Asie. Un sondage publié par le Centre Razoumkov en janvier montre que 42,4% des électeurs sondés sont favorables à s’orienter en direction de l'intégration de l'UE, et 32,1% préféreraient voir l'Ukraine rejoindre l’union douanière de la Russie. L’efficacité allemande en question Suite de la première page Des observateurs extérieurs pourraient être surpris de ces erreurs qui ne correspondent pas à l’image d’une Allemagne industrieuse et efficace. Cependant, certains économistes peuvent nous éclairer sur la pratique allemande de supervision de tels projets et la place de l’opinion publique allemande peut aussi nous informer sur les retards rencontrés. Selon Michael Adams, professeur d’économie à l’université de Hambourg, une des raisons du naufrage de ces constructions réside en la structure consensuelle des conseils d’administration liés aux projets publics de construction. Monsieur Adams estime qu’il s’agit d’un « système obsolète ». Selon Michael Adams, l’histoire a enseigné aux Allemands à restreindre le pouvoir de l’économie. Il cite pour exemple, les puissants magnats de l’acier qui ont aidé le parti nazi à monter au pouvoir. En conséquence, AFP PHOTO/ERIC PIERMONT les Allemands ont développé un système de gouvernance dans de nombreux domaines, impliquant le maximum d’acteurs possibles de la société afin de conduire idéalement vers un modèle consensuel. Matthias Schäfer, un expert en économie de la fondation Konrad-Adenauer-Stiftung, pour la recherche sur la politique, a expliqué : « Une telle structure participative est quasiment devenue "une partie du génome allemand". Cette situation rend chaque projet majeur plus compliqué qu’il n’est nécessaire », a-t-il ajouté. La complexité de cette structure de supervision s’avère particulièrement coûteuse et longue à mettre en œuvre, sans pour autant garantir une meilleure qualité, déclare Matthias Schäfer. Michael Adams a suggéré la nécessité de recourir à des conseils d’administration plus petits, plus professionnels constitués d’experts de tous les domaines et de tous les cantons. (AFP PHOTO/JOHN MACDOUGALL) Le site en construction de l’aéroport de Berlin-Brandebourg, le 4 mai 2012. L’aéroport ne constitue que l’un des nombreux projets bloqués en Allemagne, dont le coût et les délais dépassent les estimations initiales.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :