Epoch Times Paris n°200 16 mai 2011
Epoch Times Paris n°200 16 mai 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°200 de 16 mai 2011

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Epoch Times France

  • Format : (285 x 430) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 3 Mo

  • Dans ce numéro : NTD, la diffusion en Chine d'une télévision indépendante menacée.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
2 International www.lagrandeepoque.com Catherine Ashton devant le Parlement européen. En plein printemps arabe et alors que les combats font rage de l’autre côté de la Méditerranée, l’Union européenne peine à jouer son rôle en politique internationale. La construction européenne a permis de créer des positions communes dans de nombreux domaines, mais pas la politique étrangère pour laquelle les nations dominantes maintiennent des positions individuelles fortes. C’est le cas pour le confl it en Libye, où la France a déployé en premier ses avions de combat, suivie par le Royaume-Uni mais pas par l’Allemagne qui a refusé tout engagement militaire. La Britannique Catherine Ashton est devenue la première Haute représentante européenne pour les affaires étrangères à la suite de l’adoption du traité de Lisbonne en 2009. Elle est depuis sous le feu constant des critiques des nations membres. Sa position n’est pas des plus simples : créer une fonction inexistante auparavant et gérer les ministres des Affaires étrangères des 27 pays européens. Les critiques La Bosnie-Herzégovine passe par sa pire crise politique depuis la fi n de la guerre en 1995, indique un représentant des Nations unies. La nation sud-européenne n’a pas encore été capable de constituer un gouvernement, sept mois après des élections nationales en octobre dernier. La vie législative est en conséquence complètement inexistante. « Aujourd’hui et de façon regrettable, nous passons par la plus grande et sérieuse remise en question de l’accord lui reprochent son manque de pugnacité. Mais le choix de la personne de Lady Ashton comme voix de la diplomatie européenne préfi gurait la situation actuelle : le fait que Catherine Ashton n’ait pas d’expérience signifi cative en relations internationales montre en soi que les États membres n’ont jamais voulu de quelqu’un qui puisse avoir une présence forte, ce que son titre – « Haut représentant » et non pas « ministre » – confirme. La position de Catherine Ashton est encore compliquée par son poste de viceprésident du Parlement européen, un Parlement qui n’édulcore pas ses critiques à l’encontre du Haut représentant, tout en reconnaissant que sa marge de manœuvre est réduite à néant par la non coopération des États membres. « L’Europe est un nain en politique internationale », commente Joseph Daul, président de la plus large alliance politique européenne, le parti populaire européen. D’après lui, le souhait de l’Europe d’avoir « une voix et un visage » reste une vision théorique, La Bosnie face à sa pire crise depuis 1995 de paix de Paris et Dayton, signé il y a plus de quinze ans », a indiqué Valentin Inzko, Haut représentant pour la Bosnie- Herzégovine, au Conseil de Sécurité des Nations unies. L’accord de paix de 1995 a donné au pays une structure nationale avec division en deux entités semi-autonomes : la fédération bosno-croate (musulmane) de Bosnie et l’Herzégovine – toutes deux composant 51% du territoire et la Republika Sprska, dirigée par des Serbes de Bosnie. D’après Inzko, la crise est de la FREDERICK FLORIN/AFP/Getty Images « Le nain de la politique internationale » L’Union européenne ne réussit pas à fi xer un cap de politique étrangère comme le montre l’attitude européenne face à la répression en Syrie : après plus de 1.000 morts, l’Union n’a décidé que de vagues sanctions et des restrictions de déplacement pour des proches du président Bachar Al-Assad, mais pas pour le président lui-même. Décrivant les événements comme un « Tiananmen arabe », le président des démocrates libéraux Guy Verhofstadt pense que Catherine Ashton a été trop passive : « Je veux que vous donniez quelques jours à Assad, et s’il n’arrête pas, bloquer ses comptes bancaires ainsi que ceux de toute sa famille, et l’interdire de voyage », a réclamé Verhofstadt en séance. Défendant ses actions, Catherine Ashton a expliqué ne pouvoir faire qu’avec la réalité de la construction européenne et rejeté les accusations de manque d’ambition : « Je sais précisément où nous en sommes…, mais ne m’accusez pas de manquer d’initiative » JASPER FAKKERT responsabilité principale de cette dernière partie et de ses aspirations séparatistes. En avril, Republika Srpska a proposé un référendum pour rejeter les agences fédérales et institutions du pays, y compris les cours de justice et le parquet national. « C’est ce qui fait que la communauté internationale a indiqué qu’elle ne soutiendrait jamais un tel référendum », explique Inzko, qui qualifi e l’initiative de « pas dans la mauvaise direction ». A l’étape actuelle, Inzko indique L’Allemagne a commencé à déployer une armée de 80.000 employés pour collecter les informations de premier recensement réalisé depuis la réunification des deux Allemagne. Le dernier a eu lieu en Allemagne de l’Ouest en 1987, et en Allemagne de l’Est en 1981. En 1987, des manifestations avaient émaillé le recensement, accusé d’illustrer une dérive vers un état surveillant, de type big brother - en référence à l’ouvrage 1984 de George Orwell. Également critiquée, l’édition 2011 ne déchaîne par contre pas les passions, même sur Internet, observe le Sueddeutsche Zeitung. L’inquiétude se focalise aujourd’hui sur la quantité d’informations collectées et sur le fait qu’elles soient transmises de façon non anonyme. Les lecteurs du Spiegel s’interrogent pour leur 16 – 31 MAI 2011 ● La Grande Époque L’Allemagne conduit son premier recensement depuis 25 ans Un recenseur en Allemagne. part sur l’intérêt du recensement au vu de son coût, annoncé à 710 millions d’euros, alors qu’il ne concernera qu’un tiers de la population. Toutes les personnes interrogées – propriétaires de commerce, copropriétaires et un Allemand sur dix aléatoirement choisi, sont légalement obligés de répondre ou feront face à une amende de 150 euros. JUNE KELLUM cependant que le risque d’une nouvelle guerre civile n’est pas substantiel, mais que « bien sûr, il y a des gens qui parlent maintenant d’une dissolution pacifi que de la Bosnie-Herzégovine ». Un vœu pieux, considère le diplomate. L’International Crisis Group, un groupe de réfl exion spécialisé en géopolitique, a dans la foulée publié un rapport soutenant les conclusions d’Inzko, tout en prévenant d’une possible aggravation de la situation en l’absence d’apaisement prochaine. Présenté schématiquement, le problème tourne autour du souhait de la partie serbe de maintenir un maximum d’indépendance, alors que les Nations unies et l’Europe, de même que la Croatie, espèrent un gouvernement central fort et des institutions partagées. « Pour ce qui est du gouvernement, la philosophie est la même : nous préférerions que les acteurs locaux forment d’eux-mêmes un gouvernement sans interférence internationale », commente Inzko. JACK PHILLIPS Je m’intéresse au monde, je lis La Grande Époque Ralph Orlowski/Getty Images Abonnez-vous dès aujourd'hui en remplissant le bulletin d'abonnement page 15 33 PAYS 17 LANGUES 1 JOURNAL La Grande Époque The Epoch Times Sean Gallup/Getty Images
La Grande Époque ● 16 – 31 MAI 2011 www.lagrandeepoque.com 3 Suite de la première page Causes diverses Le confl it dépasse nettement la seule question de la propriété d’un ancien temple en ruines. Pour de nombreux analystes, Preah Vehar est surtout devenu un levier médiatique pour la politique intérieure thaï. « Ce n’est pas tellement le temple ou le terrain. C’est plus l’élite politique de Bangkok qui joue le nationalisme pour accroître son pouvoir. C’est un exemple classique de jeu de pouvoir », analyse Charnvit Kasetsiri. Sa remarque fait référence au gouvernement du Premier ministre Abhisit Vejjajiva, qui est aligné à l’Alliance populaire pour la démocratie (PAD), aussi connu sous le nom des « chemises jaunes ». Le PAD est responsable de la chute du gouvernement de Thaksin Shinawatra, dont les soutiens feront face à Abhisit lors des prochaines élections. En novembre 2009, Thaksin a été condamné par contumace à deux ans de prison pour confl it d’intérêt, au même moment où le gouvernement cambodgien le nommait conseiller. « L’affaire est donc plus une question de politique intérieure qui diffuse au-delà de la frontière », conclut Charnvit. Ou Virak n’est par contre pas entièrement convaincu du fait que tout le confl it autour de Preah Vehar vise à poser Thaksin comme un ennemi de la Thaïlande allié à des forces étrangères : « Il y a des opinions différentes sur le fait que ce soit le gouvernement d’Abhisit Vejjajiva, ou bien plutôt quelques généraux renégats, qui cherchent à marquer des points politiques ». Où trouver La Grande Époque à Paris ? Quelques adresses : Hôtel Mansart, 5 rue des Capucines, 75001 Paris Théâtre Le Dejazet, 41, boulevard du Temple, 75003 Paris Boulangerie Vitry d'Aubigny, 133, rue Sèvres, 75006 Paris Brasserie Lutetia, 23, rue de Sèvres, 75006 Paris Les Deux Magots, 6, place Saint-Germain des Prés, 75006 Paris Café de Flore, 172, boulevard Saint-Germain, 75006 Paris Le Bonaparte, 42, rue Bonaparte, 75006 Paris Restaurant François Coppée, 1, boulevard du Montparnasse, 75006 Paris Boulangerie Délices de Sèvres, 70, rue de Sèvres, 75007 Paris Boulangerie Malo, 54, rue de Sèvres, 75007 Paris Les Vins du Terroir, 34, avenue Duquesne, 75007 Paris Le Concorde, 239, boulevard Saint-Germain, 75007 Paris À La Dauphine, 237, boulevard Saint-Germain, 75007 Paris Café Le Bourbon, place du Palais Bourbon, 75007 Paris Hotel Fouquet’s Barrière, 46 avenue George V, 75008 Paris Plaza Athenee, 25 Avenue Montaigne, 75008 Paris Le Paris London, 16, place de la Madeleine, 75008 Paris Restaurant Hédiard, 21, place de la Madeleine, 75008 Paris La Grande Époque, 83, rue du Château des Rentiers, 75013 Paris Maroquinerie Mozart, 13, avenue Mozart, 75016 Paris « Ce n’est pas un secret, différents généraux sont liés à différentes factions politiques », poursuit Ou Virak. Les éléments militaires pourraient aussi créer de l’agitation pour détourner l’attention publique de la situation politique intérieure. « Tant que la situation politique en Thaïlande restera instable, les confl its à la frontière cambodgienne continueront probablement », croit Sheridan Prasso, un chercheur de Asia Society. Côté cambodgien, « ces heurts ont aussi été orchestrés par le Premier ministre Hun Sen qui en tire des gains politiques : cela distrait l’attention des International Diffusion hors zone frontalière du conflit entre Thaïlande et Cambodge Un soldat cambodgien monte la garde à Preah Vihear. TANG CHHIN SOTHY/AFP/Getty Images Les civils pris entre deux feux. problèmes internes comme la corruption, la saisie de terres et l’érosion des libertés civiles ; cela renforce aussi son discours militaire et la popularité de son fils, Hun Manet, héritier désigné qui est devenu récemment général deux étoiles et prendrait en charge des troupes à la frontière », suggère Ou Virak. Et si les temples ne sont pas le problème de fond, ils jouent cependant un rôle important comme symboles de l’identité nationale et cristallisent les frustrations sur ce qui est vécu comme une injustice historique. « Les Thaïs pensent qu’ils ont été victimes d’une injustice en 1962, tandis que les Cambodgiens voient le confl it à travers le prisme de centaines d’années de grignotage de leur territoire par les Thaïs et les Vietnamiens », explique John D. Ciorciari, professeur à l’université du Michigan. Mais cet usage des temples comme symboles nationaux ou pour des gains politiques ne sert d’après lui les intérêts d’aucun des deux pays : « Les temples sont les éléments d’une histoire partagée entre Thaïlande et Cambodge, ils devraient être quelque chose qui rassemble plutôt qu’une source de confl it militaire, c’est là la tragédie ». Les civils sont, comme toujours, les premiers à subir : « Les conséquences ont été évidentes, ils ont dû quitter leur maison, leur bétail et leurs champs et sont sans moyen de subsistance », dit Jean- Pascal Moret, porte-parole du Comité International de la Croix Rouge à Bangkok. Pendant deux semaines, la frontière près des temples Ta Krabey et Ta Moan a été fermée : « Même si les déplacés ont été bien pris en charge, l’impact psychologique a été lourd, ils n’ont pas compris pourquoi il y avait des combats, ni combien de temps cela allait durer ». Du fait de la charge politique et symbolique autour des temples, personne à ce jour n’a de réponse à cette question. KREMENA KRUMOVA TANG CHHIN SOTHY/AFP/Getty Images



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :