Epoch Times Paris n°199 1er mai 2011
Epoch Times Paris n°199 1er mai 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°199 de 1er mai 2011

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Epoch Times France

  • Format : (285 x 430) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 3,0 Mo

  • Dans ce numéro : la culture pachtoune et l'insurrection afghane.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
14 Cinéma www.lagrandeepoque.com 1 – 15 MAI 2011 ● La Grande Époque De la crise des sociétés à l’histoire Les récents confl its – la crise libyenne, le changement de chef d’État en Égypte, la révolution tunisienne, les confl its d’Irak et d’Afghanistan –, sont autant de raisons pour que les spectateurs ne soient plus intéressés que par le pur divertissement. Ils portent leur intérêt cinéphile sur l’actualité brûlante et l’histoire qui les passionnent. Les réalisateurs, les producteurs ainsi attentifs et infl uencés, produisent des fi lms de fiction et des documentaires ancrés dans l’Histoire, autant d’histoires que les scénaristes développeront souvent en se faisant eux-mêmes témoins in situ et recueillant le fruit de leurs écrits auprès de protagonistes locaux. Le fi lm ne reste pas sourd aux confl its qui se trament dans le monde. À titre d’exemple, les disparitions de soldats français en Afghanistan et les attentats en Irak ou en Israël : Balle à blanc de Haïm Bouzaglo (2011) met en scène des extrémistes israéliens et palestiniens déterminés à assassiner le Premier ministre. Dans Démineurs (2009) de Kathryn Bigelow, des soldats reçoivent pour mission de désamorcer des engins explosifs au péril de leur vie et de celle des soldats américains et des civils irakiens. C’est un fi lm étonnant de sensibilité qui sera nominé aux Oscars dans la catégorie meilleur fi lm. La guerre d’Algérie au cinéma Detective Dee, le mystère de la fl amme fantôme (2010). À l’inverse des institutions françaises Cyclone à la Jamaïque d’Alexandre Mackendrick (1965). censurant presque tous les sujets sur la guerre d’Algérie, la réaction américaine la mort d’un protagoniste accusé de crimes. Afi n de rendre l’honneur bafoué de Stewart Granger, George Sanders et Joan Dans M.A.S.H., Robert Altman (1970) Greenwood. Au XVII e siècle, un petit enfant face à la guerre du Vietnam a été à l’opposé. Les producteurs se sont battus avec succès pour livrer tous les secrets de leur « sale guerre », ne dissimulant rien sur le plan des idées et des actions. Cette attitude leur a permis de passer un cap diffi cile en révélant des vérités souvent insupportables où Zemmouri dans Les Folles années du ves de Harvard se retrouvent en 1890 dans admirable mettant en scène l’enfance plon- son mari, le capitaine Caron, au cours d’un débat télévisé par un professeur, Patricia, sa veuve, intente un procès où seront analysés les états de service de son mari. Avec un peu plus de légèreté, Mahmoud décrit l’horreur et prend de la distance pour y installer un humour qui fait parfois grincer des dents. Sur un autre sujet plus subjectif bien que réel, celui de la conquête de son histoire : La Porte du paradis de Michael Cimino (1980). Deux anciens élè- arrive à Moonfl eet et repère des contrebandiers à la recherche du vieil ami de sa mère défunte. Jeremy Fox est le nouveau propriétaire du domaine de ses parents. C’est un aristocrate chef des contrebandiers. Fritz Lang avec ce fi lm a fait une œuvre la cruauté était livrée sans phare. twist raconte l’histoire de deux adolescents le Wyoming. Averill est shérif fédéral tandis que Billy Irvine, rongé par l’alcool, est Les différentes catastrophes qui se sont gée dans des désirs d’aventure. Dans les fi lms français, le thème de qui en 1960 au cours d’une manifestation la guerre d’Algérie a peine à se montrer. Une conspiration du silence a lieu, le Centre National du Cinéma reste vigilant, bran- contre les Français, prennent opportunément position pour les futurs vainqueurs de membre d’une association de gros éleveurs en lutte contre les petits immigrants venus abattues récemment sur la planète, les tragédies écologiques, les conséquences dissant la menace de la censure à tout fi lm cette révolution algérienne. Dans La Guerre sans nom, Bertrand pour la plupart d’Europe centrale. Averill sur la sécurité des centrales nucléaires au s’oppose à l’intervention de l’association Japon, la menace de fuite du réacteur arrêté tentant une quelconque critique vis-à-vis de la politique algérienne passée. Citons La Tavernier (1991) analyse au travers de sur le district. Film interprété par d’immenses acteurs tels que Christopher Walken témoignages d’appelés et de rappelés, de Tchernobyl. Les monstres du cinéma avaient mis en garde la société japonaise Guerre d’Algérie d’Yves Courrière (1972) avec la voix de Bruno Cremer, R.A.S. réalisé par Yves Boisset (1973), Avoir vingt lions entre 1954 et 1962 à être obligés de d’une beauté rarement atteinte dans un nucléaires de 1954. Dans la conscience cette guerre sans nom, appelée bien plus tard guerre d’Algérie. Ils ont été trois mil- et John Hurt ainsi qu’une actrice française talentueuse Isabelle Huppert. Ce fi lm est dans de nombreux fi lms, le plus célèbre étant Godzilla qui est le fruit des essais ans dans les Aures (1971) de René Vautier, et enfi n Hors-la-loi de Rachid Bou- Histoires de vies brisées : les dou- exploitation et gestion, n’a pas connu le tres portent les stigmates et les angoisses se rendre en Algérie malgré eux. tel genre. Le fi lm, à cause de sa mauvaise collective, il incarne la peur et les monschareb (2010) qui met en scène différentes factions rivales cherchant légitimité et crédibilité dans la construction du jeune État algérien. Chassés de leurs terres algériennes, trois frères et leur mère sont séparés. Messaoud s’engage en Indochine et Abdelkader prend la tête du mouvement pour la libération de l’Algérie. ble peine de Lyon de Bertrand Tavernier (2001) décrit les excès du pouvoir judiciaire qui juge de façon excessive des petites affaires rendues tragiques parce que réprimées deux fois, lorsqu’il s’agit d’Algériens souvent nés en France et ayant des enfants. Le préfet a le pouvoir de les interdire de rester sur le territoire français et de succès qu’il aurait dû avoir. C’est à partir des résultats de son exploitation à l’étranger que l’on peut se permettre de telles affi r- mations. En France, le fi lm a connu un franc succès auprès du public et de la critique. Aujourd’hui, le cinéma exploite beaucoup la fi lière historique. Il se retourne sur son passé sans cesse grâce aux ressorties de fi lms mal distribués une première atomique. à jamais des bombes d’Hiroshima et de Nagasaki. Au Japon également, l’histoire est partout présente. Le premier de cette longue série de fi lms est de IshirôHonda, il s’agit de Godzilla (1954). Pluie noire est un fi lm admirable de Shohei Imamura (1989) traitant des conséquences réelles, psychologiques et physiques d’une guerre les expulser en Algérie qu’ils ne connaissent souvent pas du tout et où ils n’ont plus fois et qui tout naturellement retrouvent Le cinéma de Hong Kong produit des Elise ou la Vraie Vie ou l’intimité dans le conflit aucune attache. Partisan de la suppression un public qu’ils n’avaient jamais rencontré fi lms surprenant d’une qualité exceptionnelle. À titre d’exemple, Detective Dee, le Les cinéphiles sont d’autant plus intéressés par l’histoire qu’elle a longtemps été confi squée par le biais de la censure directe ou indirecte, ou par auto-censure. Les distributeurs craignent de distribuer dans leurs circuits des fi lms qui pourraient mettre un frein à leur activité pour cause de tracasseries judiciaires. forts de notre sensibilité. La conscience suivre le répertoire d’une actrice ou d’un symboles. de cette loi, Tavernier tente de donner à ses convictions politiques et dans ses fi lms une vision effi cace, loin des théories idéologiques ennuyeuses. La guerre d’Algérie est un gros morceau d’histoire qui passionne pour ses analyses et ses fictions, touchant souvent des points à leur première sortie. Les cinémas Art et Essai, à l’occasion regrettable de la disparition de vedettes talentueuses comme Elizabeth Taylor ou de cinéastes comme Sidney Lumet ou Stanley Kubrick, ressortent leurs fi lms. La fi lmothèque est le cinéma idéal pour mystère de la flamme fantôme de Tsui Hark (2011) avec Andy Lau, Bingbing Li, Tony Leung Ka Fai. C’est un fi lm de mystère entrant dans la catégorie des fi lms d’histoire tentant de transmettre les épopées chinoises riches en aventure et en Une Nation, l’Algérie de René Vautier (1953) et L’Algérie en flammes (1958) du même réalisateur, sont des fi lms restés pratiquement invisibles. Au début des années notre refus de nous pencher une énième Cyclone à la Jamaïque d’Alexander la veuve du dernier souverain chinois Wu individuelle qui anime les cinéastes permet de mieux appréhender l’histoire et d’extraire le poison que constituent notre ignorance et cinéaste ou tout simplement la sortie d’un vieux fi lm en copie neuve souvent inédite depuis longtemps. L’histoire se situe en l’an 690. L’intrigue n’est pas compliquée mais son traitement est complexe et riche en rebondissements : 1970, Michel Drach montre la condition fois sur notre passé. Mackendrick (1965) d’après le roman éponyme d’Arthur Warren Hughes, traite de la va devenir la première femme à acquérir le Directrice générale : Ze Tian s’apprête à monter sur le trône. Elle d’un Algérien en France pendant la guerre d’Algérie, un amour impossible, voire La guerre d’Indochine vision d’un enfant au XVIII e siècle sur des titre d’empereur de Chine. Dans la ville de Isabelle Chaigneau Directeur de la publication : défendu, entre deux êtres humains appartenant à deux ethnies différentes en pleine tambour (1976) et La 317 e Pierre Schoendoerffer réalise Le Crabe événements graves qu’il ne peut guère Chang-An, tout est prêt pour célébrer cet section (1965). analyser de façon rationnelle. Il ne dispose événement exceptionnel. C’est alors qu’un Cai Meng Chun guerre. Nous parlons d’Elise ou la Vraie Le réalisateur obtiendra le prix du scénario que de ses cinq sens. Il voit, il sent et évalue comme la nature le lui permet. Cinq les festivités. La cité est frappée par un mal rédaction : certain nombre de décès viennent troubler Directeur de la Vie (1970). Ce sera le départ d’une longue au festival de Cannes. Ces deux fi lms sur la CHRONIQUE D’UN OBSERVATEUR DU 7 e période de réfl exion sur cette guerre qui ne guerre d’Indochine sont des œuvres essentielles pour la compréhension de ce confl it. de corsaires poursuivi par la marine britan- Le fi lm est magnifi que, des lumières Rédacteur en chef : enfants se retrouvent à bord d’un navire mystérieux... Rémi Bleibtreu dit pas son nom et la réalisation de plusieurs Aurélien Girard fi lms importants qui culminera avec le fi lm Concernant la représentation de l’histoire, le cinéma américain reste maître en acteurs internationaux tels que Anthony Les trouvailles esthétiques, la beauté des nique. Le fi lm est interprété par de grands de toutes les couleurs ponctuent le fi lm. Rédactrice en chef : de MohammedLakhdar-Hamina, Chroniques des années de braise (1975). la matière. La fi lmographie de la guerre du Quinn, dont le jeu est très fin, et James décors, les prises de vues font rêver. Rien Comité de rédaction : Véronique Raabon Dans les années 1990, le sujet sur la Vietnam est considérable. On peut retenir Coburn qui amène des nuances humoristiques très anglaises. est un représentant des fi lms de sabre – Wu (Economie) d’étonnant à cela, le réalisateur Tsui Hark HannaL. Szmytko guerre d’Algérie sera regardé avec plus tout d’abord Voyage au bout de l’Enfer de de sérénité et de pertinence avec des fi lms Michael Cimino, (1978), Apocalypse Now Lorsque l’on pense aux fi lms traitant de Xia Pian –, style populaire en Chine. Le fi lm Héloïse Roc comme La Question de Laurent de Heynemann(1977), fi lm clé sur la réalité de la de Ted Kotcheff (1982). Ce fi lm affirme que hésiter une belle réussite où l’authenticité tionale, le détective Dee. Ce personnage a de Ford Francis Coppola (1979) et Rambo l’enfance, Cyclone à la Jamaïque est sans repose sur un héros de renommée interna- (Environnement) Michal Neeman torture en Algérie. Dans L’Honneur d’un personne, avant d’y avoir été confronté, ne traverse le fi lm. On pourrait le rapprocher vraiment existé au VII e (Culture) siècle, il fut chancelier de l’impératrice et devint une légende. (Art de vivre, Santé & Catherine Keller capitaine, Pierre Schoendoerffer (1982) peut comprendre la douleur ressentie face sans se tromper du fi lm de Fritz Lang Les montre que l’histoire continue même après à la mort qui rode. Contrebandiers de Moonfleet (1955) avec Elizabeth Taylor est plus qu’un personnage Bien-être) Pourquoi le cinéma cherche-t-il ses sujets dans le passé ? de l’histoire. Comme un caméléon, d’un fi lm à l’autre, elle change d’aspect physique et psychologique. Elle a été la femme d’un grand comédien, Richard Burton, qui lui a disputé la vedette toute sa vie sans parvenir à ses fins. La meilleure illustration de ce fait est Qui a peur de Wirginia Wolf ? de Mike Nichols (1966). Richard Burton le comprendra une fois sa vie écoulée. Dans Soudain l’été dernier de Joseph Mankiewicz (1959) d’après la pièce de Tennessee Williams, Elizabeth Taylor parvient à montrer que l’extériorité peut devenir ami de l’intériorité car l’esprit se loge dans toutes les cavités de notre corps. C’est ce que la médecine réfl échie défi nit comme somatisme. Le plus important, dit le psychiatre Cucowicz interprété par Montgomery Cliff, c’est de dire la vérité. Sa tante ne veut pas l’entendre et elle refuse d’admettre que son fils n’est pas un homme ordinaire capable de se marier. Mme Veneble veut fi nancer les recherches du chirurgien venu à sa demande que si elle lobotomise la nièce qu’elle a fait interner depuis un tragique week-end avec son fils à Villa de Lobo. Le médecin parvient à extraire la vérité à Catherine Holly que tous auraient gagné à ne pas entendre. L’histoire et le passé immédiat se trouvent être les meilleures thématiques cinématographiques par ces temps de crise. Et sans doute un moyen effi cace de se replonger dans une réfl exion approfondie sur l’avenir de nos sociétés. ALAIN PENSO apenso@hotmail.fr La Grande Époque 83 rue du Château des Rentiers 75013 Paris Tél : 06 24 30 66 55 www.lagrandeepoque.com Edité par La Grande Époque SARL au capital de 10.000 euros R.C.S. Paris B 480 550 037 Directeur artistique : Mathieu Sirvins Directeur de la distribution : Stéphane Meyer Impression : OppermannDruck und Verlags GmbH & Co. Gutenbergstraße 1 D-31552 Rodenberg Dépôt légal : À parution. ISSN : 1772-3426. PUBLICITÉ France : 01 45 86 41 95 Belgique : 09 233 7713 Suisse : 079 821 7422
La Grande Époque ● 1 – 15 MAI 2011 Louis XIV, le Roi-Soleil, a donné vie au Château de Versailles qu’il a fait briller de tous ses feux. Emblème de la monarchie absolue, les courtisans y venaient pour rendre hommage au monarque qui pouvait, de par son autorité et son pouvoir, faire ou défaire les richesses et la renommée de la noblesse qui devait une obéissance absolue au roi. Depuis le 1er mars, le château de Versailles renoue avec son faste d’antan et la monarchie absolue à travers un de ses symboles : le trône. L’exposition Trônes en majesté du 1er mars au 19 juin 2011, est l’occasion de pouvoir admirer une cinquantaine de trônes mais aussi de réfl échir à la notion de souveraineté que symbolisent ces trônes venant du monde entier. Ils permettent de prendre la mesure de l’universalité de ce concept de souveraineté, représenté par ces emblèmes que l’on retrouve dans le symbolisme de l’autorité tant spirituelle avec les représentations des dieux et bouddhas, que spirituelle déléguée qui décline la représentation divine sur terre, ou temporelle avec un souverain qui reçoit des dieux le pouvoir absolu de régner et de détenir à la fois l’autorité et le pouvoir. « Le message que nous souhaitons donner c’est d’inviter les visiteurs à réfl échir au rôle qu’a joué le château de Versailles, pendant le long siècle où la monarchie a été installée ici… inviter le public à réfl échir également à l’universalité de la pensée humaine qui dans toutes les civilisations utilise des symboles identiques pour dire les mêmes choses et donner à réfl échir également au fait qu’aujourd’hui encore les pouvoirs politiques ou les pouvoirs religieux utilisent des symboles qui parfois ont été utilisés par l’humanité de façon millénaire », explique Denis Berthonier, administrateur général au Château de Versailles. Ainsi le château de Versailles à travers cette exposition souhaite amener le citoyen à réfl échir, au-delà du symbole que représente le trône, aux notions d’autorité et de pouvoir et de leurs représentations dans l’histoire mais aussi dans la société d’aujourd’hui. Une première dans le monde C’est la première fois qu’une telle exposition a lieu dans le monde, c’est ce que confirme Jean-Jacques Aillagon. « Cette exposition « Trônes en majesté » va réunir ici pour la première fois une cinquantaine de trônes dans un des palais les plus connus au monde, le château de Versailles, qui est un lieu de l’exercice de la souveraineté et le trône, un attribut de l’autorité. L’autorité qui n’est jamais acquise sur quelqu’un d’autre mais qui est toujours une valeur qui est donnée ; donnée soit par une puissance céleste, soit, si elle est donnée par les hommes, par voie élective ou tout simplement par un collège de sages qui confère l’autorité à un tiers ». Parmi ces cinquante trônes, il en est un qui évoque le règne de l’empereur Qianlong, en Chine. « La Chine a su peut-être le mieux mettre en scène le trône dans une sorte de réfl exion qui prend presque la dimension de la planète tout entière car le trône du fils du ciel est tout d’abord placé au centre du monde, au centre de la planète, donc sur l’Empire du Milieu. Au milieu de l’Empire du Milieu, il y a la capitale, Pékin, et cette capitale est construite sur un axe de neuf kilomètres, donc nord-sud, et au centre de cet axe, il y a un grand quadrilatère, de deux kilomètres environ, qui est la Cité interdite, et au cœur de la Cité interdite, au milieu de la Cité interdite, le pavillon le plus élevé, le Pavillon de l’Harmonie Suprême est donc www.lagrandeepoque.com le pavillon où est situé le trône de l’Empereur de Chine. Au milieu de ce pavillon se trouve donc le trône de l’empereur qui est situé, à son aplomb, juste au-dessus d’une coupole qui représente le ciel et dans lequel est lové un dragon qui joue avec le miroir de Qian qui relie, en quelque sorte, l’empereur avec le premier des empereurs de Chine, l’Empereur jaune. Il y a donc une mise en scène du trône, d’une manière tout à fait presque de l’ordre du cosmologique, qui est un exemple unique dans ce que j’ai pu étudier », explique Jean-Jacques Aillagon. « La culture chinoise traditionnelle est quelque chose qui me séduit beaucoup. C’est véritablement une perfection. Cette perfection a demandé une très grande préparation, une très grande ascèse. Ce n’est pas quelque chose qui est spontané, qui est simplement le résultat de pulsions, mais au contraire c’est quelque chose qui est réfl échi et qui demande véritablement une préparation presque ascétique. Mais c’est dans un apprentissage au quotidien, un long apprentissage. Généralement, au sein de la culture chinoise, on retrouve de véritables chefs-d’œuvre qui sont liés précisément à ce long apprentissage », commente Jean-Jacques Aillagon. Ancien ministre de la Culture, Jean-Jacques Aillagon est président de l’établissement public, car géré depuis 1995 par l’établissement public du musée et du domaine de Versailles, le château de Versailles fait partie depuis 2010 1 de l’Etablissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles, un établissement public à caractère administratif placé sous la tutelle du ministère de la Culture 2. Vie culturelle Quand le château de Versailles renoue avec le symbole de la monarchie ► MOTS CROISÉS ◄ Sedia gestatoria du Pape Pie VII (1800-1823). I II III IV V VI VII VIII IX X XI XII 1 ▀ 2 ▀ ▀ 3 ▀ ▀ 4 ▀ ▀ 5 ▀ ▀ ▀ 6 ▀ ▀ 7 ▀ ▀ 8 ▀ ▀ ▀ 9 ▀ ▀ 10 ▀ ▀ ▀ 11 ▀ ▀ 12 ▀ Horizontalement 1 - Magistrat. 2 - Recueille. Astate. Article. 3 - Lettre grecque inversée. Ranime. 4 - User. Filet d’eau. 5 - Do d’antan. Souhaiter. 6 - Modifi cation. 7 - Le germanium. Pierre. Opalin. 8 - Ville d’Italie. Lieu saint au japon. Pas révélé. 9 - Ville d’Italie. Maligne. 10 - Trajectoire. Céréale. 11 - Ancien parti français. Familiers. 12 - Prisme. Pinte. Verticalement 1 - Aperçus. Tourments. 2 - Fatigue. Pitance. 3 - Changeant. Il. A ricané. 4 - Obligée. Dépares. 5 - Même. Sens. Rapport en maths. 6 - Dynamisme. Dévêtues. 7 - Accidents. 8 - Lac. Nation d’Amérique. Grande école. 9 - Mille pattes. Guêtre. 10 - Catastrophes. Bout de fruit. 11 - Coupe. 12 - Régimes. Equerres. ► SUDOKU ◄ 15 Un lien entre le spirituel et le monde moderne Outre la Chine, des trônes venant de royaumes africains, mais aussi de civilisations précolombiennes ou d’Océanie, côtoient des symboles de la monarchie occidentale tels que le trône du célèbre Roi Dagobert, celui du Tsar Nicolas II ou encore des trônes venant du Vatican. Les représentations de l’autorité spirituelle ont aussi leur place dans cette exposition que cela soit sous forme de statut, comme le Bouddha assis, un bronze doré qui vient de la Chine septentrionale et remonte à la dynastie Tang (618-907), ou sous forme de fresque comme celle qui est représentée dans le salon d’Hercule qui ouvre l’exposition, L’Apothéose d’Hercule peinte au plafond par François Lemoine (1688-1737). Le symbolisme de l’autorité a aussi sa raison d’être et Jean-Jacques Aillagon se fait le transmetteur de l’enseignement à tirer de cette exposition. « Trônes en majesté est l’occasion de montrer à quel point l’humanité fait appel, de façon constante et universelle à des symboles récurrents, comme celui de la représentation assise de l’autorité. Ces symboles résistent au temps. La République même, comme le montre la dernière salle de l’exposition, a ses trônes. Je crois qu’il y a un fort intérêt culturel et même politique à inviter les visiteurs du Château à réfl échir à cette question centrale de la mise en scène symbolique de l’autorité. Plus les citoyens comprennent les ressorts de la vie politique, et plus ils exercent leurs propres responsabilités politiques de façon pleine et lucide. L’exposition Trônes en majesté a donc un intérêt historique évident. Elle a également une véritable portée civique 3 ». EDWIGE ANSHA 1 Décret n°2010-1367 relatif à l’établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles. 2 Source Wikipédia. 3 Dossier de presse de l’exposition Trônes en majesté. 1 2 6 7 6 3 2 5 1 7 6 3 2 9 8 5 5 9 8 9 1 1 5 6 4 7 6 4 9 4 6 ► SOLUTION DU NUMÉRO PRÉCÉDENT ◄ 3 9 5 7 2 6 4 8 1 2 6 1 8 3 4 5 9 7 4 7 8 5 9 1 3 2 6 5 2 4 6 7 9 1 3 8 1 8 7 2 4 3 6 5 9 9 3 6 1 8 5 7 4 2 6 1 9 4 5 2 8 7 3 7 4 2 3 1 8 9 6 5 8 5 3 9 6 7 2 1 4 I II III IV V VI VII VIII IX X XI XII 1 V I L L A G E O I S E S 2 U ▀ E ▀ U ▀ V O U E ▀ Y 3 S A G E S S E ▀ L I E S 4 ▀ H E ▀ S ▀ N U E S ▀ T 5 T A R D I V E S ▀ M I E 6 O N ▀ U ▀ I M A G E ▀ M 7 R E L E V E E ▀ U S E E 8 T ▀ U ▀ U ▀ N U E ▀ X S 9 U R I N E N T ▀ T T C ▀ 10 R A ▀ U ▀ U S E R ▀ I T 11 E T R I P E ▀ N O I S E 12 S A I S I S S A N T E S



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :