Epoch Times Paris n°195 1er mar 2011
Epoch Times Paris n°195 1er mar 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°195 de 1er mar 2011

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Epoch Times France

  • Format : (285 x 430) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 3,1 Mo

  • Dans ce numéro : le jasmin méditerranéen pousse-t-il à l'Est ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
4 International www.lagrandeepoque.com 1 – 15 MARS 2011 ● La Grande Époque Amérique latine : la France de plus en plus Tristes tropiques pour la diplomatie française. Le président de la République, préparant son G-20 de 2011, avait pourtant mis la barre très haut. « Il faut reprendre position en Amérique latine, avec ces pays qui sont des têtes de pont (..) avec lesquels la France construira des partenariats du XXI e siècle », avait-il déclaré tambour battant en octobre 2010. Mme Michèle Alliot-Marie [alors encore Ministre des Affaires Etrangères,ndlr], a bien effectué les 21 et 22 février 2011 une visite au Brésil relativement longue. Le Brésil, il est vrai, n’est-il pas un partenaire stratégique de la France depuis la visite effectuée par le président français en 2008 ? Les deux pays n’ont-ils pas un agenda de plus en plus dense, prenant en compte la mondialisation de l’horizon brésilien, de l’Afrique, du Proche-Orient et de l’Iran ? Qui plus est l’environnement des affaires a pris ces derniers temps du volume. 450 entreprises françaises sont présentes là-bas et bataillent durement avec d’autres concurrents. Avec Coréens et espagnols, pour disputer le contrat du TGV Rio de Janeiro- São Paulo, par exemple, et avec Suédois et Nord-Américains pour décrocher la timbale du renouvellement des avions de chasse militaires. La visite a-t-elle répondu aux objectifs qui auraient du être les siens ? La ministre était-elle le bon interlocuteur ? La lecture de la presse brésilienne permet de s’interroger. Elle plante un décor assez décapant pour la France, la défense de ses intérêts, comme pour l’approfondissement d’un partenariat inscrit dans la durée. O Globo, le grand quotidien de Rio, après avoir rappelé les enjeux de la visite, a en effet présenté la ministre française de la façon suivante : « Michèle Alliot-Marie vient au Brésil dans un moment délicat, puisqu’elle court le risque de perdre sa charge en raison de ses liens avec l’ex-président de Tunisie, Zine El Abidine Ben Ali. Selon l’opinion publique, sa visite de deux jours au Brésil sera sa dernière comme ministre des Affaires étrangères de la France. D’après une enquête rendue publique ce PUBLICITÉ FRANCE inaudible et déconsidérée EVARISTO SA/AFP/Getty Images Michèle Alliot-Marie lors de son déplacement au Brésil le 22 février. mardi par Libération, 68% des Français ne lui "font plus confi ance" (..) Les parents de la ministre auraient profi té du voyage pour faire des transactions immobilières avec un entrepreneur proche de Ben Ali. Au-delà de ce scandale, le positionnement peu clair de la diplomatie française face aux révoltes populaires du monde arabe a affecté, selon la presse française, le président Nicolas Sarkozy », a conclu O Globo. O Estado de São Paulo, le quotidien des milieux d’affaires, a très directement demandé à Mme Alliot-Marie si « elle ne regrettait pas d’avoir fourni des armes à Ben Ali utilisées contre les manifestations démocratiques ». Meionorte a lui aussi informé ses lecteurs, que la « ministre arrive au Brésil à un moment où elle est durement critiquée en France » (..) car « il a été découvert qu’elle a passé des vacances en Tunisie pendant la révolte, utilisant l’avion particulier d’un proche de Ben Ali » (..) ainsi que « d’avoir facilité l’envoi de gaz lacrymogènes ». Le Brésil, dira-t-on, n’est pas en Amérique latine le seul membre du G-20. Il y a plus au nord, associé au sein de l’ALENA aux États-Unis et au Canada, le Mexique. Le Mexique doit d’ailleurs après la France présider le G-20. La diplomatie d’infl uence avait mobilisé tous ses moyens pour créer un climat propice à l’écoute par Mexico des grandes propositions françaises sur la réforme et la régulation du système fi nancier international. De grands événements culturels avaient été programmés à cet effet pour présenter en 2011 le Mexique aux Français, et en 2012 la France aux Mexicains. Manifestement, tous ces beaux projets sont partis à vau-l’eau. L’année du Mexique en France a été suspendue. Ernesto Cordero, ministre des Finances du Mexique, a refusé d’assister à la réception de bienvenue donnée par le président Sarkozy aux délégations du G-20 présentes à Paris le 19 février. Il a tenu dans son ambassade parisienne des propos laissant entendre qu’il avait refusé tout contact bilatéral avec la ministre française de l'Économie, Christine Lagarde. La grande politique a manifestement trébuché sur la communication très particulière du président français qui monte en épingle médiatique la situation de jeunes femmes françaises détenues à l’étranger, quelles qu’en soient les raisons. Or le 9 mars 2009, alors qu’il était en visite offi - cielle au Mexique, le chef de l’État français avait de façon insolite interpellé publiquement les sénateurs mexicains. Au mépris des modes opératoires diplomatiques concernant le traitement de ce type de dossiers, il avait signalé à la tribune du parlement la situation d’une ressortissante française condamnée par la justice du Mexique. Depuis cette date, la presse mexicaine, les partis politiques de droite comme de gauche et le gouvernement mexicain ont fustigé la méthode, jugée ingérente. Le président français s’est entêté dans ses démarches et pressions à caractère public. L’accompagnement culturel du G-20 en a fait les frais. La France prétendait placer en 2011 toutes les activités de l’Année du Mexique sous le parrainage moral de la personne incarcérée au Mexique pour complicité d’enlèvement. Le Mexique a refusé tout aussi publiquement cette conditionnalité. Les organisateurs des manifestations programmées, de Lyon à Paris en passant par Toulouse, présentent aujourd’hui l’ardoise fi nancière au président français. Les diplomates, de façon insolite, se sont insurgés dans une tribune libre du journal Le Monde, contre une « diplomatie » qui, en mélangeant les dossiers, - la carpe des affaires individuelles avec le lapin des politiques d’État-, paralyse fi nalement les unes comme les autres. Les relations franco-mexicaines sont désormais gravement altérées, sans que pour autant le sort de Florence Cassez ait bougé d’un centimètre. Il y a quelques années c’est une autre jeune femme qui mobilisait le président français, la franco-colombienne Ingrid Betancourt, alors détenue par les FARC. Recevant à l’Elysée en juillet 2007 Felipe Calderón, le président mexicain, Nicolas Sarkozy avait mis en bonne place dans leur échange, ainsi qu’en fait foi le communiqué publié à l’issue de cet entretien, le dossier Betancourt. On connaît la suite. Le président français a harcelé les autorités colombiennes, exigeant la libération d’un responsable de la guérilla, Rodrigo Granda, alors détenu, afi n d’obtenir un hypothétique échange. Élargi grâce à cette intervention française, Rodrigo Granda a repris du service actif au sein des FARC. Le président français alors a changé son fusil médiatique d’épaule. Il a pris le micro de RFI, pour tenter d’attendrir le chef des ravisseurs, qualifi é pour l’occasion, de « Monsieur Marulanda », et ainsi par la magie du verbe obtenir que l’otage lui soit remise. L’intéressée a fi nalement été libérée début juillet 2008 par les forces armées colombiennes. Ce qui n’a pas empêché Nicolas Sarkozy d’organiser à l’intention des Français un show télévisé avec les enfants de l’ex-otage et son premier ex-mari. La Colombie, dira-t-on, n’avait pas l’importance du Brésil ou du Mexique. Et la France a pu sans trop de dommages passer quelques années en froid avec Bogota. Sans doute. Mais la crédibilité de la France à l’étranger en général, et en Amérique latine de façon particulière, a été écornée par la conception de la diplomatie révélée par cette obsession médiatique. Destinée à infl uencer les téléspectateurs français, cette forme de communication instrumentalise les victimes et obère gravement la diplomatie et les intérêts nationaux. Du reste, les retombées de cette affaire n’en fi nissent pas de provoquer des dégâts collatéraux. Le 22 février 2011, le journal de Bogota, El Tiempo, a sélectionné dans Wikileaks les bonnes pages envoyées au Département d’État par l’ambassade des États- Unis en Colombie, au sujet de l’activisme français concernant l’enlèvement d’Ingrid Betancourt. Selon le quotidien El Tiempo, une dépêche envoyé le 24 juin 2008 par les diplomates nord-américains signale qu’un intermédiaire du président français « a dit à Reyes » (= l’un des responsables des FARC) « que le gouvernement français demanderait à l’Union européenne la levée de la classifi cation des FARC comme groupe terroriste et autoriserait l’ouverture à Paris d’un bureau des FARC, en échange de la libération d’Ingrid Betancourt ». Plusieurs jeunes françaises sont actuellement détenues au Brésil, la plupart pour trafi c de stupéfi ants. On ne peut légitimement au vu de l’obsession féminine et émotionnelle de la diplomatie élyséenne en Amérique latine, qu’être préoccupé pour l’avenir de la relation bilatérale franco-brésilienne. JEAN-JACQUES KOURLIANDSKY Chercheur à l’IRIS
La Grande Époque ● 1 – 15 MARS 2011 Après la mélamine, du « lait de cuir » Le jasmin méditerranéen pousse-t-il à l’Est ? Le 21 février, plusieurs journaux en Asie ont affirmé que les rassemblements avaient été organisés par le leader démocrate Wang Dan, un ancien de la place Tiananmen, et par le mouvement bouddhiste Falun Gong. Problème, les représentants du Falun Gong nient toute implication. « Nous sommes des personnes suivant les principes d’authenticité, compassion et tolérance » explique Yang Sen, un porte-parole du mouvement. « Nous ne nous occupons pas de politique et n’avons aucune position sur ces choses. Le déroulement de ces événements est étrange ». Comme Shi Zangshan, Yang Sen se demande si l’événement n’a pas été initié par le parti communiste chinois, avec comme objectif de renforcer la répression de tout ce qu’il considère comme une menace. Reporters sans frontières rappelle utilement à ce sujet que « lors d’un séminaire qui a eu lieu le 19 février 2011, le président Hu Jintao a défini les'huit www.lagrandeepoque.com Depuis des années, les producteurs laitiers chinois se rendent dans les tanneries locales, afi n de collecter des débris chimiques provenant du processus de ramollissement du cuir, qu’ils ajoutent au lait, pour augmenter sa teneur en protéines. C’est la même logique que pour les ajouts de mélamine qui ont gravement intoxiqué des dizaines de milliers de bébé. Cette fois, pas de calculs rénaux, les produits chimiques ajoutés – protéines de cuir hydrolysées, dichromate de sodium et de potassium, chrome hexavalent – sont cause de cancer. Ce lait toxique a été surnommé « lait de cuir » et ses premières victimes, les plus vulnérables, sont les nourrissons. Le problème a été rapporté dès 2005, mais de récents reportages dans les médias chinois, ainsi que les négations claironnées par le Parti communiste – il n’y aurait « aucun problème » – l’ont à nouveau mis en lumière. Le Zhejiang Metropolitan Daily rapporte par exemple que cinq lots de boissons lactées sur huit provenant de la SARL Laitière Chenyuan de l’agglomération de Jinhua, province de Zhejiang, contiennent des niveaux élevés de protéines hydrolysées AFP/Getty Images Après le scandale du lait contaminé par la mélanine, du « lait de cuir » a été récemment découvert en Chine. provenant du cuir. De plus, six lots de produits vendus sur les marchés de Longyou, alimentaire de Pékin affirme que les protéines de cuir hydrolysées sont plus diffi - encore inconnues, des millions d’enfants technologie et la vendent à d’autres. Fina- de la mélamine chimique en 2008 sont développent spécialement cette sorte de Haining et Jaishan contenaient tous des protéines de cuir hydrolysées. ciles à détecter que la mélamine, à cause concernés devant s’attendre à des conséquences à long terme. lement, elle se diffuse partout ». Le journal Wenweipo de Hong Kong du type de protéine elle-même. La méthode rajoute que depuis 2005, au moins 200 usines laitières de la province de Shandong l'Agriculture vérifi e si les produits laitiers communiste avaient dissimulé les empoi- Certaines victimes du lait en poudre d’inspection élaborée par le ministère de À cette époque, les autorités du Parti Des parents découragés ont ajouté des protéines de cuir hydrolysées à leurs produits. En juillet 2005, l’agence de presse offi - cielle Xinhua expliquait déjà que dans la contiennent de l’hydroxyproline, un type de collagène animal hydrolysé. Si c’est le cas, on peut en déduire que le produit contient des protéines hydrolysées de cuir. sonnements jusqu’à ce que les Jeux olympiques soient terminés. Le professeur Guo Yuhua du département de sociologie de l’université de Tsinghua affirme qu’il s’agit d’un problème du scandales et ne prend pas les mesures contaminé à la mélamine affirment avoir entendu parler auparavant du « lait de cuir ». Pour eux, le Parti communiste ne crée des règles d’inspection qu’après les province de Shanxi, du lait artifi ciel était fabriqué à partir d’arômes de synthèse, Un système social brisé système social chinois, où chacun recherche son propre intérêt. appropriées afi n de protéger les intérêts d’hydrolat de protéines et d’additifs, puis vendu sous des noms de marques célèbres. Aucune action n'est mise en œuvre pour Derrière les additifs divers, des commerçants malhonnêtes rajoutent souvent de l’eau au lait. Celui-ci, ainsi dilué, ne peut passer les tests d’analyses nutritionnels du « Nous vivons dans une société où les gens s’empoisonnent les uns les autres », a déclaré Monsieur Guo à Ming Pao de des consommateurs. Les victimes se plaignent aussi du manque de transparence. L’enfant de Jiang Yalin est tombé malade après avoir ingéré faire cesser la pratique. En mars 2009, fait du taux de protéines réduit. Des substances sont alors ajoutées pour s’assurer Hong Kong. du lait en poudre contaminé à la mélamine. une inspection du site de la SARL Laitière Chenyuan a permis de découvrir 20 kilogrammes de sacs de protéines de cuir hydrolysées, ainsi que 1.300 boîtes de produits laitiers contaminés. Des cas similaires d’hydrolysat de protéines coûte 1.000 chacune leurs moyens propres d’obtenir a été découvert. Ils ne veulent pas nous d’un niveau de protéines acceptable. L’hebdomadaire Xinmin cite un expert de l’industrie laitière qui affirme qu’une tonne Monsieur Guo a précisé que l’environnement social en Chine se détériore rapidement, la dégradation débutant par le sommet avec différentes professions ayant Maintenant, elle veut savoir comment les inspections sont réellement menées. « Ils ne parlent que des inspections, mais ne nous disent pas combien de "lait de cuir" ont été aussi rapportés dans les provinces yuans. Le coût de production normal d’une des bénéfi ces en blessant les autres. dire quels pourraient être les dommages et de Shandong, de Shanxi et de Hebei. tonne de lait en poudre –comprenant le lait « Il n’y a aucune confi ance dans la leur gravité. Et lorsque les problèmes sont L’Administration de la sécurité alimentaire du Conseil d’État chinois a émis, le 13 février, une notice informant que depuis juillet 2010, avaient été découvertes 40 installations illégales dédiées à la fabrication frais, le travail, l’eau et l’électricité—est d’au moins 20.000 yuans. Avec l’hydrolysat de protéines, le coût peut descendre jusqu’à 4.000 ou 5.000 yuans, soit 75% d’économies. société, et les gens honnêtes sont habituellement désavantagés », assène Monsieur Guo. Wang Dingmin, ancien responsable de l’Association de l’industrie laitière de Guangdong, a déclaré à l’hebdomadaire Xinmin : en Chine ont atteint 370.000 tonnes. Les trop importants pour les dissimuler, ils mettent alors sur pied une nouvelle politique », affirme Mme Jiang. Au cours des onze premiers mois de 2010, les importations de lait en poudre et à la vente de produits laitiers. Un total de Le lait est en Chine principalement 2.131 tonnes de poudre de lait contaminé a été confi squé. consommé par les enfants et constitue la seule source nutritive pour les bébés. Les « La technologie utilisée pour les faux produits ne peut venir que des experts. De médias de Hong Kong affirment que les touristes de Chine continentale recherchent Wang Xiaofeng, expert de l’inspection conséquences dévastatrices du scandale nombreuses personnes recherchent et en priorité du lait en poudre lors de leurs Chine 5 « Nous vivons dans une société où les gens s’empoisonnent les uns les autres. » déplacements dans l’île. Certaines grandes marques de lait en poudre pour nourrissons et bébés sont très demandées et les touristes se jettent rapidement dessus. Même constat à Macao, où les médias indiquent que les voyageurs venant de Chine continentale font de l’achat de lait en poudre un thème clé de leur visite—ne laissant souvent plus rien pour les résidents locaux. La source du problème Le docteur David Gao est l’ancien doyen de l’université de l’industrie légère et des sciences de l’alimentation à l’université de technologie du sud de la Chine, de Guangzhou, province de Guangdong. Il dirige actuellement une équipe de recherche sur l’alimentation dans une société de produits naturels aux États-Unis. Dans un courriel à The Epoch Times, il explique que pour le Parti communiste chinois, les gens ne comptent pas. « Les produits alimentaires faux et toxiques inondent le marché chinois et le taux de cancer en Chine est très élevé. Le Parti communiste chinois (PCC) traite ces questions seulement en surface, comme faire des exemples avec quelques individus, généralement simplement pour sauver la face », affirme-t-il. « Le régime est la véritable cause de la destruction de la société civile en Chine. Il ne se soucie pas du bien-être des gens, mais prône un système de survie pour le plus apte. Son point de départ a toujours été d’utiliser les gens pour s’enrichir. » D’après lui, les efforts du PCC au cours des années pour avilir et détruire les valeurs morales traditionnelles, ainsi que les persécutions actuelles des personnes ayant foi et conviction, ont également contribué à cette tendance à la baisse. « Tout ceci a eu pour effet de terroriser et de déshumaniser la société civile. Les Chinois paient un prix très lourd », a-t-il affirmé. « La corruption systématique du haut vers le bas est généralisée. Les gens feraient n'importe quoi pour de l'argent s’ils pensent pouvoir s'en tirer. Peu leur importe que cela nuise à quelqu’un. » YIRAN FENG ET GISELA SOMMER axes'de sa stratégie de contrôle social, dont la septième traite de la cybercensure. Il a ainsi appelé les dirigeants provinciaux à'augmenter le niveau de contrôle de la société virtuelle et à perfectionner les mécanismes de canalisation de l’opinion publique en ligne'. Cette stratégie vise à'consolider l’harmonisation de la société', euphémisme souvent utilisé par le gouvernement pour justifier la censure. » Le jasmin méditerranéen ne pousse pas en Chine diront les spécialistes. Mais en Chine, on semble s’interroger quand même. AURÉLIEN GIRARD ET QUINCY YU



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :