Epoch Times Paris n°190 16 déc 2010
Epoch Times Paris n°190 16 déc 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°190 de 16 déc 2010

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Epoch Times France

  • Format : (285 x 430) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 2,3 Mo

  • Dans ce numéro : après le barrage des Trois Gorges, le nouveau projet hydrique chinois.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
2 International www.lagrandeepoque.com Les élèves sud-coréens, champions du monde de la bonne acquisition de connaissances. L’éducation n’a pas de prix L’organisation pour la Coopération et le Développement économique (OCDE) a rendu public début décembre les résultats d’une étude sur les performances des différents systèmes éducatifs. Au tout premier rang mondial viennent la Corée du Sud et la Finlande. Le programme d’évaluation internationale des élèves mesure tous les trois ans les capacités en lecture, mathématiques et sciences des adolescents de 15 ans. Hong Kong, Singapour et le Canada complètent le peloton de tête. En termes d’alphabétisation, le Chili, Israël et la Corée du Sud ont connu la plus forte progression, progression également très notable de l’Italie, de la Norvège et des États-Unis dans l’enseignement scientifi que. Dépenses Globalement, les dépenses d’éducation ont régulièrement augmenté durant les 12 dernières années. Sur les 31 pays membres étudiés, l’augmentation moyenne est de 49%, pour atteindre 6,2% du produit intérieur brut. Les États-Unis y consacrent par exemple 7,6% de leur PIB, contre 4,0% pour la Slovaquie, le pays le plus économe dans le domaine. L’OCDE insiste sur l’importance de ces investissements : « Les meilleurs résultats éducatifs prédisent de façon précise les futures croissances économiques », a Chung Sung-Jun/Getty Images Nouvelles données de l’OCDE sur l’effi cacité des systèmes éducatifs OTTAWA – Le chef de la police de Toronto, Bill Blair, fait face à un front demandant sa démission pour abus de pouvoir lors de la tenue du G20 à Toronto, en juin dernier. L’Ombudsman de l’Ontario, André Marin, a indiqué dans un communiqué de presse que le gouvernement de la province avait donné à la police des pouvoirs exagérés. Ceux-ci étaient « d’une légalité douteuse et sans utilité » et ont eu pour conséquence un non-respect des droits civiques, indique M. Marin dans son rapport. Les pouvoirs exceptionnels donnés à la police de l’Ontario pendant le G20 sont normalement applicables uniquement en cas de guerre. « Ici, en 2010, la province d’Ontario a donné à la police des pouvoirs de temps de guerre alors que nous sommes en temps de paix. Cette décision n’aurait pas dû être prise à la légère et gardée secrète, en particulier au vu des dispositions de notre Charte des Droits et des Libertés », a indiqué l’Ombudsman. « Le sujet est ici une des plus grandes arrestations de masse de notre histoire, avec près de 1.000 personnes à qui on a dénié le droit à se rassembler pacifi quement et à s’exprimer », commenté Angel Gurria, Secrétaire Général de l’organisation. Mais les dépenses ne sont pas tout. Les États-Unis, 17 e du classement, dépensent par exemple 14.300 $ par élève, contre 8.400 $ pour la Finlande et 7.300 $ pour la Corée, qui sont de loin plus effi caces que les autres pays de l’OCDE tout en dépensant moins que la moyenne. « Ceci montre que l’image d’un monde qui serait nettement séparé entre les pays riches et bien éduqués et les pays pauvres et mal éduqués a maintenant vécu », commente Mme Gurria. Parmi les autres données intéressantes de l’étude de l’OCDE, le fait que le niveau de salaire des enseignants corrèle de façon assez étroite avec la qualité de l’enseignement donné, et que le nombre d’élèves par classe n’est pas un facteur aussi important qu’il avait été supposé. MARCO T HOEN Le chef de la police de Toronto sur la sellette tempête Don Davies, député du NDP (New Democrat Public) chargé des questions de sécurité publique. « Nous avons entendu des exemples de mauvaise conduite policière, y compris 90 policiers qui ont caché leur nom et numéro de plaque. Nous devons savoir tout ce qui s’est passé et examiner minutieusement chaque point. » Des journalistes avaient également été arrêtés, voire frappés par la police de Toronto. Bill Blair, qu’un groupe Facebook de plusieurs milliers de personnes appelle à démissionner, reconnaît avoir fait des erreurs mais considère qu’aucune n’est assez sérieuse pour justifi er sa démission. MATTHEW LITTLE Le Programme pour le développement des Nations Unies a annoncé le 9 décembre que la construction de maisons pour 50 familles vient de se terminer dans la province de Gilgit- Baltistan, au Nord du Pakistan. Un chiffre dérisoire quand on pense que dans cette seule province, 87.000 personnes ont été déplacées par les inondations du mois de juillet. Le manque d’abris prend une importance dramatique avec l’arrivée de l’hiver. Ce sont au total près de 20 millions de personnes qui ont été affectées, à des degrés divers, par les inondations, la catastrophe naturelle la plus grave de l’histoire du pays. La communauté Près de la moitié des adultes de l’Union Européenne sont obèses ou en surpoids, d’après les résultats d’une recherche épidémiologique publiée début décembre. La publication, faite sous l’ombrelle de la Commission Européenne, indique que la proportion d’obèses à plus que doublé en Europe durant les 20 dernières années. Parmi les enfants, un sur sept est obèse : « Les enfant en surpoids ou obèses ont un risque accru de santé fragile 16 – 31 DÉCEMBRE 2010 ● La Grande Époque La plupart des victimes des inondations au Pakistan toujours sans abri internationale a été largement critiquée pour la lenteur et la mollesse de sa réponse. JASPER FAKKERT Une petite attaque à la bombe a eu lieu le 6 décembre au soir dans la ville de Pouchkine, à proximité de Saint Petersbourg, séparant en deux une statue de Lénine. L’explosion a également souffl é toute les fenêtres, entre le rez-de chaussée et le troisième étage d’un bâtiment voisin. Le vandalisme contre les représentations des anciens dirigeants soviétiques arrive de temps à autre en Russie et en Ukraine, où de nombreuses statues héritées de l’époque soviétique demeurent. Dans la plupart des cas, les statues sont défi gurées à la peinture ou à coups de marteau. En avril 2009 déjà, une attaque à la bombe avait eu lieu en plein cœur de Saint-Petersbourg. L’explosion avait creusé un trou de 40 centimètres à la base de la grande statue de Lénine présente à la sortie de la gare de Finlande. Les responsables n’ont pas été trouvés. ANDREY VOLKOV à l’adolescence et à l’âge adulte », s’inquiètent les chercheurs. J. F. Simon Hayter/Getty Images Rizwan Tabassum/AFP/Getty Images Des enfants pakistanais touchés par les inondations, jouent dans un camp humanitaire à Shewan le 3 décembre. Une nouvelle statue de Lénine dynamitée près de Saint Petersbourg L’Union Européenne dans la lignée des États- Unis : 50% de la population en surpoids Paul Ellis/AFP/Getty Images Une manifestante en pleurs au mois de juin. Je m’intéresse au monde, je lis La Grande Époque Abonnez-vous dès aujourd'hui en remplissant le bulletin d'abonnement page 15 33 PAYS 17 LANGUES 1 JOURNAL La Grande Époque The Epoch Times
ANALYSE Que devient la Géorgie ? À bien des égards celle-ci apparaît sur le fi l du rasoir. Située sur le fl anc sud du Caucase, la Géorgie a une superfi - cie offi cielle de 70.000 kilomètres carrés, soit deux fois plus que la Belgique, mais 244 fois moins que la Russie. Une Russie qui occupe, en outre, depuis août 2008 deux régions qui font partie des frontières de la Géorgie au regard du droit international : l’Abkhazie et l’Ossétie du Sud. Moscou ne respecte pas tous ses engagements auprès de l’Union européenne et dispose de forces et de moyens sur ces deux territoires qui représentent 20% de la superfi cie de la Géorgie. Pis, Moscou a reconnu l’indépendance de l’Abkhazie et de l’Ossétie du Sud. Et le Kremlin fait la sourde oreille aux tentatives de Tbilissi de renouer le dialogue. Dans ce contexte stratégique diffi cile, quels sont les faiblesses et les atouts de la Géorgie ? Faiblesses On ne s’attardera pas sur la disproportion des forces militaires avec la Russie, la démonstration en a été faite en 2008. Au nombre des faiblesses de la Géorgie, il faut mentionner la rareté de ses ressources naturelles et la pauvreté relative d’une économie où l’agriculture joue encore un rôle signifi catif. La population du pays reste peu nombreuse : 4,6 millions d’habitants, soit presque… 31 fois moins que la Russie. Autrement dit, la taille du marché géorgien n’est pas à même de pousser les partenaires occidentaux à une prise de risque majeure. Si l’accroissement naturel géorgien avoisine actuellement 0,3% par an, l’accroissement migratoire est négatif : - 2 pour mille par an. Plusieurs explications à cette émigration signifi cative, en voici deux : - le Produit national brut par habitant en parité de pouvoir d’achat est de 4.850 dollars américains (2008) ; soit 7 fois moins qu’au Canada ou en France et 3,2 fois moins qu’en Russie ; - en novembre 2010, le chômage avoisine en Géorgie 20% de la population active, soit le niveau du pays de l’Union européenne le plus touché (Espagne) mais le double de celui de la France. Il est vrai que la Russie a décrété un embargo sur certains produits géorgiens, notamment son eau minérale et ses vins. Atouts Au nombre des atouts de Tbilissi, il importe de mentionner une nouvelle classe dirigeante, jeune et formée à l’américaine, très motivée. Si la Géorgie compte peu de ressources naturelles - sauf l’eau qu’elle utilise pour produire de l’hydroélectricité - la géographie en fait un corridor énergétique entre les hydrocarbures situés à l’est (Azerbaïdjan, Asie centrale) et les marchés de l’ouest (Turquie, Balkans occidentaux, Union européenne). Reste que l’Union européenne semble bien en peine de sortir des limbes le gazoduc Nabucco évoqué depuis une demi-douzaine d’années pour acheminer un jour - qui sait ? - ces hydrocarbures, voire ceux de l’Iran. En attendant, la Géorgie dépend surtout de la bonne volonté des investisseurs étrangers, d’où qu’ils viennent. Autre atout : une volonté farouche des autorités de s’attaquer à la corruption, faiblesse endémique de la région. Rappelons qu’en 2010 l’Indice de perception de la corruption en Russie se situe à 2,1 sur 10, soit au 154 e rang mondial. Ce qui place la Russie au même niveau que le Congo. En Géorgie, des mesures vigoureuses ont été prises, comme le licenciement des policiers les plus corrompus et la formation de jeunes remplaçants mieux payés donc supposés moins sensibles aux billets glissés pour les amadouer. Les experts européens qui travaillent en Géorgie reconnaissent volontiers que les efforts sont signifi catifs. Résultat : l’Indice de perception de la corruption 2010 de Tranparency international situe la Géorgie à 3,8 sur 10, soit au 68 e rang mondial. Ce qui place, certes, la Géorgie en dessous de la moyenne mondiale (5 sur 10) mais dans une situation un peu moins médiocre que ces pays déjà membres de l’Union européenne : la Roumanie (3,7), la Bulgarie (3,6) et la Grèce (3,5). Il faudra attendre une décennie pour juger des Où trouver La Grande Époque à Paris ? Quelques adresses : Hôtel Mansart, 5 rue des Capucines, 75001 Paris Théâtre Le Dejazet, 41, boulevard du Temple, 75003 Paris Boulangerie Vitry d'Aubigny, 133, rue Sèvres, 75006 Paris Brasserie Lutetia, 23, rue de Sèvres, 75006 Paris Les Deux Magots, 6, place Saint-Germain des Prés, 75006 Paris Café de Flore, 172, boulevard Saint-Germain, 75006 Paris Le Bonaparte, 42, rue Bonaparte, 75006 Paris Restaurant François Coppée, 1, boulevard du Montparnasse, 75006 Paris Boulangerie Délices de Sèvres, 70, rue de Sèvres, 75007 Paris Boulangerie Malo, 54, rue de Sèvres, 75007 Paris Les Vins du Terroir, 34, avenue Duquesne, 75007 Paris Le Concorde, 239, boulevard Saint-Germain, 75007 Paris À La Dauphine, 237, boulevard Saint-Germain, 75007 Paris Café Le Bourbon, place du Palais Bourbon, 75007 Paris Hotel Fouquet’s Barrière, 46 avenue George V, 75008 Paris Plaza Athenee, 25 Avenue Montaigne, 75008 Paris Le Paris London, 16, place de la Madeleine, 75008 Paris Restaurant Hédiard, 21, place de la Madeleine, 75008 Paris La Grande Époque, 83, rue du Château des Rentiers, 75013 Paris Maroquinerie Mozart, 13, avenue Mozart, 75016 Paris Que devient la Géorgie ? Manifestation de l’opposition géorgienne à Tbilisi. Par Pierre Verluise, directeur de recherche à l’IRIS progrès comportementaux consolidés en la matière. Calculs En attendant, faute de pouvoir obtenir de l’OTAN davantage qu’une promesse d’adhésion (Sommet de Bucarest, 2008), les dirigeants actuels de la Géorgie entendent tisser des liens avec l’Union européenne. Certains rêvent même d’une adhésion, mais pour l’heure le propos vise un accord d’association (ASA). L’équipe au pouvoir, convaincue des vertus du libéralisme économique, entend négocier sa conception du droit du travail. Que la population géorgienne imagine l’Union européenne comme une opportunité ne fait aucun doute mais combien ont une vision précise de ce que cela impliquerait ? Toutes les parties ont à réfl échir à la balance coûts/avantages. Avec d’un côté une Russie capable - de facto - de bloquer son processus de rapprochement avec l’OTAN, disposant aisément en Ossétie du Sud de troupes à moins d’une heure et demi de la capitale géorgienne, et de l’autre côté une Union européenne « fatiguée » par ses récents élargissements et à la croissance économique atone, la Géorgie joue une partie très diffi cile, sur le fi l du rasoir. Article publié en partenariat avec Global Brief. PUBLICITÉ FRANCE International La Grande Époque ● 16 – 31 DÉCEMBRE 2010 www.lagrandeepoque.com 3 VANO SHLAMOV/AFP/Getty Images JUAN BARRETO/AFP/Getty Images Une action de GreenPeace à Cancun lors du sommet mondial sur le changement climatique : l’immersion de miniatures de grandes constructions comme avertissement des effets du réchauffement climatique. Le texte adopté à Cancun prévoit la création d’ici à dix ans d'un fonds de 100 milliards de dollars par an pour lutter contre la déforestation et aider les pays en voie de développement. Le fi nancement de ce fonds, initialement géré par la Banque Mondiale, reste une grande zone de fl ou. Enfin, tous les pays s’engagent à limiter à un maximum de 2 °C la hausse de la température moyenne de la planète en comparaison des températures de l’ère pré-industrielle.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :