Epoch Times Paris n°188 16 nov 2010
Epoch Times Paris n°188 16 nov 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°188 de 16 nov 2010

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Epoch Times France

  • Format : (285 x 430) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 2 Mo

  • Dans ce numéro : « biens mal acquis », première victoire de la lutte anti-corruption en France.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
4 International www.lagrandeepoque.com 16 – 30 NOVEMBRE 2010 ● La Grande Époque République de Corée, Séoul : Les chefs d'État à l'ouverture de la session plénière du G20 le 12 novembre 2010. Au terme du sommet de Séoul (des 11 et 12 novembre), la France a hérité de la présidence du G20 pour un an, succédant ainsi à la Corée du Sud. Dans la foulée, elle assumera également la présidence du G8 à partir du 1er janvier 2011. Cette double présidence française est l’occasion pour le chef de l’Etat de redorer son blason – sur la scène nationale et internationale – et de promouvoir une certaine conception de la gouvernance mondiale. À cette fin, la stratégie diplomatique de la France devra allier prudence/modestie et volontarisme/ambition politiques. Le succès de cet exercice d’équilibriste dépendra notamment de la qualité de l’organisation de la présidence française sur le plan politique, administratif, logistique et fi nancier. PUBLICITÉ FRANCE Les priorités politiques de la présidence française des G8/G20 L’unilatéralisme n’est pas le mode adéquat pour l’exercice de la présidence du G8 et du G20. Cette fonction s’inscrit en effet dans un jeu complexe – alliant rapport de forces et multilatéralisme - qui structure le fonctionnement de ces enceintes. La diplomatie française est donc vouée à pratiquer l’art du compromis. Ce travail de concertation a commencé avec la visite d’État en France du président chinois Hu Jintao, et se prolongera à travers une série de rencontres bilatérales entre Nicolas Sarkozy et certains de ses homologues, notamment Barack Obama, lors d’une visite à Washington fi xée pour le 20 décembre. Celle-ci sera l’occasion pour le président français de convaincre la Maison blanche de participer au G8. Ces échanges n’excluent pas l’initiative personnelle et la mise en avant de certains dossiers prioritaires aux yeux de la présidence française. Conformément à ses prérogatives constitutionnelles, c’est au chef de l’État qu’il revient de défi nir les priorités et positions politiques de la France dans le cadre de l’exercice de la présidence du G20. Celles-ci ont été déclinées lors du traditionnel discours annuel de politique étrangère devant la Conférence annuelle des Ambassadeurs, le 25 août 2010, avant d’être précisées dans le discours d’ouverture du XIII e Sommet de la Francophonie à Montreux le 23 octobre dernier. La première priorité porte sur la réforme du système monétaire international, car l’instabilité des changes fait peser une lourde menace sur la croissance mondiale. Sur le modèle des travaux qui ont abouti aux accords de Bretton Woods, la France suggère la tenue d’un séminaire de spécialistes chargés de réfl échir aux moyens de renforcer les mécanismes de gestion de crise, de défi nir un actif de réserve international qui ne soit pas émis par un seul pays et de mieux coordonner les politiques économiques et monétaires. La seconde priorité est relative à la lutte contre la volatilité du prix des matières premières. La France incitera le G20 à se pencher sur le fonctionnement même des marchés de dérivés des matières premières et à mettre en place des mesures de transparence ainsi qu’un dialogue approfondi entre producteurs et consommateurs pour limiter les fluctuations des cours de l’énergie. Troisième priorité française : la réforme de la gouvernance mondiale à travers le G20 et le Conseil de sécurité de l’ONU. Afi n de donner les moyens au G20 d’être le « principal forum » mondial pour les questions économiques et fi nancières, la France soutient la création d’un secrétariat pour suivre en permanence la mise en œuvre des décisions prises et instruire les dossiers, en liaison avec toutes les organisations internationales concernées. La France propose également d’élargir les compétences du G20 aux problématiques du développement et du fi nancement du climat. Au sujet du Conseil de Sécurité de l’ONU, le chef de l’État devrait revenir sur l’idée d’élargir le cercle des membres permanents à des États émanant des continents africain et sudaméricain, tout en soutenant les candidatures de l’Inde, de l’Allemagne et du Japon. Enfin, la dernière priorité offi cielle de la présidence française porte sur les fi nancements innovants pour aider les pays pauvres à se développer. Le président de la République devrait défendre l’idée d’une taxe sur les transactions fi nancières et plus généralement des fi nancements innovants pour lutter contre la pauvreté, favoriser l’éducation et résoudre les grandes pandémies sanitaires de la planète. Pour le président de la République, seul le G20, « créé sur proposition de la France » comme il ne manque jamais de le rappeler, « dispose du poids spécifi que, de la légitimité et de la capacité de décision nécessaires pour donner les impulsions indispensables aux chantiers de demain ». Toutefois, contrairement aux États-Unis, la France tient à la pérennité du G8 dont le prochain sommet aura lieu au printemps 2011 à Nice. L’organisation spécifique de la présidence française des G8/G20 La Présidence française des G8 et G20 représente un enjeu organisationnel. REPUBLIC OF KOREA OUT AFP PHOTO/HO/YONHAP/SEOUL G20 MEDIA POOL Stratégies de la présidence française des G8/G20 « Compte tenu de l’importance des enjeux et de l’attention qu’y portent tous ses partenaires », la double-présidence du G8/G20 « appelle à la mobilisation de tout l’appareil diplomatique français », a déclaré Pierre Sellal, secrétaire général du Quai d’Orsay. Une instance interministérielle placée auprès du Premier ministre a été spécialement créée par le décret 2010-833 du 22 juillet 2010 : le secrétariat général de la présidence française du G20 et du G8 1. Celui-ci a pour fonction de coordonner les événements, réunions et manifestations, dans un souci d’étroite coordination et de maîtrise des coûts. En pleine rigueur budgétaire, le chef de l’État a cherché à éviter toute polémique sur le coût des futurs sommets des G8 et G20 en France. Il est vrai que les 171 millions d’euros dépensés par la présidence française de l’Union européenne au second semestre 2008, l’une des plus coûteuses de l’histoire, avait été sévèrement critiqué à l’époque (y compris par la Cour des comptes). Prévus dans le projet de loi de fi nances 2011, les moyens fi nanciers destinés à assurer les responsabilités qui incombent à l’État au titre de cette double présidence sont ouverts au sein d’un programme spécifi que à la « présidence française du G20 et du G8 » placé auprès du ministère des Affaires étrangères et européennes, compte tenu de son expérience de gestion des évènements diplomatiques. Ce programme fi nancier est doté de 60 millions d’autorisations d’engagement et de 50 millions de crédits de paiement pour couvrir spécifi quement les dépenses liées à six types d’actions (hors frais de sécurité) : l’organisation du sommet du G8 ; l’organisation du sommet du G20 (en prévision, ces deux actions devraient absorber 75% des crédits) ; l’action diplomatique préparatoire aux sommets ; les réunions relevant du ministère des Affaires étrangères et européennes ; les réunions relevant du ministère de l’Économie, de l’industrie et de l’emploi ; ainsi que les activités interministérielles dites biens collectifs. Le chef de l’État compte sur l’exercice de cette double présidence des G8 et G20 pour soigner sa stature internationale et gagner en crédibilité sur le double échiquier politique national et mondial. La séquence se clôturera (fi n 2011) à la fi n du mandat de Nicolas Sarkozy. Un moment stratégique pour parfaire le bilan de l’action internationale du chef de l’État à l’approche de l’échéance présidentielle. Ainsi, à 18 mois de l’élection présidentielle, l'événement international que constitue la présidence d’un G20 est un événement politique national qui pèsera incontestablement sur son éventuelle élection pour un second mandat présidentiel. BÉLIGH NABLI Affaires-strategiques.info 1 Franck GELLET, conseiller des affaires étrangères, a été nommé secrétaire général de la présidence française du G20 et du G8.
La Grande Époque ● 16 – 30 NOVEMBRE 2010 Paris 13e. À SAISIR, EXCEPTIONNEL Butte aux Cailles/Place d'Italie. Maison moderne façon loft, 145 m², Lumière et calme sur rue piétonne. Bon état, gaz. Rez-de-chaussée (2 accès) : buanderie, bureau, chambre, salle de bains, wc, cuisine américaine, salle à manger, cave. Au 1 er : salon, 2 chambres. Utilisable atelier, studio, profession libérale. 1.125.000 euros. Tél : 06.10.44.71.39 Photos à voir absolument sur : www.labaleine.net E-mail : brt76@free.fr www.lagrandeepoque.com Jolliet Constructions Bois Jolliet Montages Bois Sàrl Constructions, entreprise générale Partenaire "Minergie" 1669 Montbovon www.jollietbois.ch Chine Tremblement de terre du Sichuan : un « héros » fabriqué par la presse officielle Une récente enquête montre qu’un héros populaire encensé dans les médias d’État chinois après le séisme du Sichuan en 2008, serait l’objet d’une remise en cause. Tan Qianqiu, professeur de collège, était célébré pour avoir protégé de son corps quatre enfants dans un bâtiment qui s’écroulait, sauvant leur vie mais mourant lui-même. D’après le Southern Metropolis Daily de Canton, trois des enfants cités n’ont jamais existé, et l’histoire entière a été montée de toutes pièces. Le journal est l’un des rares quotidiens à réaliser des enquêtes sur des sujets politiquement sensibles, ce qui a valu des peines de prison à plusieurs de ses journalistes. Le séisme d’une amplitude de 7,9 sur l’échelle de Richter, qui a frappé la province de Sichuan le 12 mai 2008, a tué environ 90.000 personnes selon les chiffres offi ciels. Parmi elles, environ 10.000 enfants écrasés par l’effondrement de leurs écoles. À certains endroits, les écoles se sont écroulées alors que les bâtiments offi ciels sont restés debout. Appelées « fromages de soja » par les parents des victimes, les écoles auraient été construites avec des matériaux de second choix du fait des détournements de fonds opérés par des responsables du gouvernement local. L’histoire du professeur ayant donné sa vie pour ses élèves est apparue dans les médias trois jours après la catastrophe. Tan Qianqiu était enseignant au collège Dongqi dans le canton Hanwang, proche de l’épicentre du séisme. Son école a fait partie de celles qui se sont effondrées en tuant de nombreux enfants. L’agence offi cielle Xinhua décrivait alors Tan comme « un ange de contes de fées » qui aurait recouvert de son corps quatre enfants pour les protéger lors de l’effondrement du bâtiment, les sauvant et y laissant sa vie. L’article de Xinhua a rapidement été largement reproduit et Tan Qianqiu célébré comme un héros et « un excellent membre du Parti. » En 2009, un fi lm intitulé La dernière leçon a été réalisé sur la base de cette histoire, qui a également été intégrée dans les ouvrages China Photos/Getty Images Des conséquences dévastatrices : une maison endommagée par le séisme de Wenchuan en 2008, qui a fait quelque 90.000 morts et disparus. d’école primaire publiés par la maison d’édition offi cielle de la province de Jiangsu pour les livres scolaires. Une histoire fabriquée Dans un article publié à la fi n du mois d’octobre, le Southern Metropolitan Daily remet en cause la véracité de l’histoire. D’après les enquêteurs du journal, un seul des quatre enfants prétendument sauvés par leur enseignant est en réalité vivant. Des trois autres, un est décédé durant le tremblement de terre, alors que les deux autres n’ont jamais existé. Liu Hongli, l’enfant vivant, indique au journal que l’histoire n’est pas vraie. Elle explique qu’elle était assise au second rang de la classe, soit à plus de deux mètres du professeur. « Professeur Tan n’aurait tout simplement pas eu le temps de venir de l’avant La réaction offi cielle aux déclarations du Premier ministre chinois Wen Jiabao, qui avait sur CNN estimé que l’ouverture politique était essentielle au développement de la Chine, est venue par l’organe de presse du parti communiste. Dans une série de cinq éditoriaux sur le sujet, le Quotidien du Peuple et l’agence de presse offi - cielle Xinhua réaffirment que le pouvoir chinois « maintiendra fermement la direction politique appropriée » et « conservera de manière inébranlable le pouvoir du Parti ». Les éditoriaux, dont le premier a été publié le 21 octobre, se suivent avec régularité tous les 4-5 jours, sur un ton résolument… offi ciel : « Dans la période de grande opportunité, soyons enthousiastes et accélérons », « gagnons le futur en accélérant les méthodes de développement économique » et « avançons activement et fermement la réforme politique en suivant le bon chemin politique ». Les éditoriaux sont la première réaction offi cielle aux propositions de « réforme politique » formulée à huit reprises ces derniers temps par le Premier ministre Wen Jiabao, et de façon extrêmement appuyée lors de son déplacement aux États-Unis en octobre. Ils font suite à la cinquième session plénière du parti. « C’est une vieille habitude du PCC [parti communiste chinois] », explique Hu Ping, rédacteur en chef du Printemps de Pékin, un journal pro-démocratique chinois. « Ils aiment faire la propagande de leurs décisions et position après les grandes réunions. » Avant la session, Wen Jiabao avait à plusieurs occasions parlé de démocratisation de la classe pour me sauver. » « Nous les élèves savons tous que ce n’est pas vrai. Nos professeurs parlent tout le temps de l’histoire du Professeur Tan, mais nous, les élèves, nous en rions », continue-t-elle. Une simple erreur reprise par les médias ? Le Southern Metropolitan insiste sur les incohérences des reportages offi - ciels. La première interview de la petite Liu Hongli a ainsi eu lieu une semaine après le séisme, alors qu’elle était encore en soins intensifs dans l’hôpital Huaxi de la ville de Chengdu. Un média hongkongais lui a alors demandé, face aux caméras de « remercier le professeur Tan. » Liu dit avoir fait ce qu’on lui demandait sans avoir la moindre idée d’un lien supposé entre son professeur et le fait qu’elle soit en vie. « Je ne sais plus exactement ce que j’ai et de ce qu’il appelait « les valeurs universelles. » Pour Hu Ping, « ce sont des choses qui provoquent des discussions au sein du parti et parmi le peuple, donc les dirigeants veulent transmettre clairement le message du comité central du parti, faire taire les voix différentes, et unifi er les pensées ». Même si certains passages des éditoriaux sont ambigus, « le ton général est très clair : le parti ne va pas mener de réforme politique. Ils ont clairement fait passer ce message », analyse Hu Ping. Les médias chinois se sont focalisés sur le troisième éditorial du Quotidien du Peuple. Intitulé « Avançons activement et fermement la réforme politique en suivant le bon chemin politique : troisième commentaire sur le fait de saisir l’occasion historique et de construire une société relativement prospère ». dit, j’ai juste marmonné n’importe quoi. » Certains commentateurs chinois ont commencé à appeler l’histoire « la Chute de l’ange de contes de fées » et à la prendre comme nouvelle référence de la propagande affective du pouvoir chinois. Des parents harcelés L’invention d’un héros, comme dans les périodes de guerre, pourrait avoir eu pour but d’adoucir la colère populaire sur le manque de réactivité du pouvoir chinois après le séisme et sur le scandale des écoles « fromage de soja ». Le gouvernement avait d’abord promis une enquête complète sur les raisons de l’écroulement des écoles et une punition sévère des responsables. Un mois après, les actes disaient le contraire. Les journalistes ont reçu l’ordre de ne Avant cet éditorial signé par Zheng Qingyuan, deux article signés sous le même nom avaient été publiés les 21 et 25 octobre. Mais, contrairement aux deux premiers éditos qui adoptaient un ton modéré voire ouvert, le troisième s’oppose frontalement à toute réforme. D’après Zhang Haishan, analyste de l’actualité chinoise du journal Da Ji Yuan, la différence de style et de ton entre les différentes versions fait supposer que le nom de Zheng Qingyuan a été utilisé par une faction politique opposée à Wen Jiabao pour exprimer son opposition aux propositions de réforme du Premier ministre. Des noms de plume sont régulièrement utilisés par différentes sections du parti communiste pour transmettre de façon pseudo-anonyme leur dernier positionnement. Pour Hu Ping, derrière le nom 5 pas écrire d’articles critiques sur le sujet, des espions ont été envoyés pour infi ltrer les associations de parents et la police a commencé à disperser les manifestations de familles portant des t-shirts avec le slogan « punir les responsables corrompus. » Certains parents qui ont tenté de porter l’affaire devant les juges ont été arrêtés. En absence de travail sur le sujet, le nombre exact d’enfants victimes reste inconnu à ce jour. En février 2009, Tan Zuoren, un activiste qui avait rassemblé des informations sur le sujet et demandait l’ouverture d’une enquête sur la qualité des constructions des écoles, a été arrêté et placé en détention préventive. En février cette année, il a été condamné à cinq ans de prison pour avoir « incité à la subversion. » GISELA SOMMER Réponse à Wen Jiabao par le Quotidien du Peuple : pas de réforme politique « Zheng Qingyuan » se cache un groupe de « théoriciens du parti » ou de cadres de haut niveau, le troisième éditorial venait du sommet de la hiérarchie communiste. « Tous les médias du parti ont dû le reproduire. Quel que soit l’auteur, c’est de façon évidente quelqu’un qui donne le point de vue du plus haut niveau du comité central du parti. » « Les textes de Zheng Qingyuan ont pour but de protéger et renforcer la direction du PCC », écrit le commentateur Wu Fan. « La ‘direction politique correcte’est la dictature du parti… depuis l’époque de Mao Zedong jusqu’à la cinquième génération de dirigeants, au pouvoir actuellement, tout est toujours pour maintenir le monopole du PCC sur tout, et tout le monde doit toujours les écouter. » MATTHEW ROBERTSON



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :