Epoch Times Paris n°186 15 oct 2010
Epoch Times Paris n°186 15 oct 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°186 de 15 oct 2010

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Epoch Times France

  • Format : (285 x 430) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 2,2 Mo

  • Dans ce numéro : l'Europe malade de ses déchets.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
14 Cinéma www.lagrandeepoque.com 16 – 31 OCTOBRE 2010 ● La Grande Époque CHRONIQUE D’UN OBSERVATEUR DU 7 e Argent et sentiments au cinéma : la confrontation Un film n’est pas assuré du succès si le sentiment, l’amour n’y sont pas présents. Sinon, « à quoi bon », disent les auteurs… Il faut y ajouter richesse, argent, atours, actions – tout ce qui représente la réussite sociale, sous peine de déplaire. La pauvreté peut mener au succès si l’histoire se déroule comme un conte de fées, faisant intervenir une âme magique qui fera du miséreux un héros riche d’un coup de baguette magique. La contradiction et le sentiment Le sentiment et l’argent sont deux éléments de la vie qui s’affrontent et se répondent. De nombreux scénarios s’élaborent avec une prise dans la réalité, si proche, qu’il ne paraît plus utile d’entrer de front dans la fiction pour faire tourner un film. L’argent appelle l’argent, il est respecté plus que les hommes qui se livrent, en dehors du marché, à toutes sortes de combinaisons sociales afin de pouvoir sortir la tête de l’eau. La bourse est aussi dotée de sentiment, sa logique ne s’embarrasse pas de morale ou de scrupules : gagner plus et plus vite par le jeu et le souci du gain, sans volonté d’améliorer l’humanité. La revanche de la justice sociale sur l’argent Dans Un Fauteuil pour deux de John Landis (1983), la réussite survient en faisant communiquer deux classes sociales radicalement différentes qui cherchent à faire payer le système politique pour s’être moqué d’eux et avoir été aussi présomptueux. Dans Wall Street : l’argent ne dort jamais (Wall Street : Money Never Sleeps, 2010), les traders sont fascinés non par l’argent, mais par les anciens rois du marché, ceux qui ont fait exploser les valeurs. Ils veulent être comme les leaders précédents, recevoir l’onction. L’un deux cherche son père en Michael Douglas, qui a su placer de l’argent dans un paradis fiscal en attendant sa sortie de prison. C’est une suite triomphante au premier Wall Street (1987), film tragique et terne que réalise le cinéaste Oliver Stone. Dans Krach (2009) de Fabrice Genestal, c’est avec subtilité que le cinéaste dessine le portrait réaliste d’un homme dont le but est de devenir un maître des marchés financiers, en utilisant des formules scientifiques transposables aux finances. L’égoïsme associé à la prétention peut mener le monde à la catastrophe... Le vol pour assouvir sa domination Le sucre de Jacques Rouffio (1978) aborde le monde financier autrement, à partir de matières premières toujours cotées en bourse. Sur la base d’une bulle spéculative, de nombreux petits actionnaires vont se retrouver ruinés avec la complicité des institutions. Les banques vont applaudir car elles sortiront indemnes de ce mauvais pas qu’elles ont elles-mêmes fomenté. Michel Piccoli interprétera un caricatural, quoique réaliste, financier en quête de gros coups, qui pourtant donnera une leçon de morale à ces hommes d’affaires soucieux de faire encore mieux que ce qui leur était proposé, au risque de faire sauter toute la bourse. Roger Hanin, en homme d’affaires exubérant, et Claude Piéplu en président de banque, écœuré par le manque de professionnalisme de ses assistants, complètent le tableau. La solidarité défie les spéculateurs officiels Dans le film français classé comme documentaire, on se rapproche sans aucun doute du film de fiction bien que les employés jouent leur rôle : Entre nos mains de Mariana Otero (2010) traite de la reprise, par ses employés, d’une entreprise de lingerie féminine qui tombe en faillite. Les idéaux se heurtent aux réalités économiques mais cette expérience collective permet aux individus investis dans ce projet de se lancer dans une aventure où s’ouvriront de nouvelles perspectives de vie, jamais imaginées avant cette expérience profonde et fraternelle. Woody Allen avait réalisé un petit bijou avec le film Prends l’oseille et tire-toi (Take the Money and Run) (1969). La perspective de vies meilleures engendre parfois des troubles profonds où les dommages collatéraux sont souvent la solitude et l’ennui... Quelle perspective peut engendrer la rupture de deux êtres qui ont vécu quarante années de mariage. L’attachement, l’amour, la présence des enfants peuvent être un chantier qu’il est difficile de remettre systématiquement en cause sans blesser grièvement l’un ou l’autre. Woody Allen est catégorique. Chaque rencontre peut être un risque qu’un adulte doit assumer. Par rapport à l’argent, le sentiment fluctue lorsque les êtres ne se sont pas construit une conscience. Développer son esprit uniquement dans la monnaie, sans aucun autre choix, peut devenir un handicap. Pour Woody Allen, mon metteur en scène favori qui me berce, depuis ses premiers films, de ses plaintes, de ses rires, de sa poésie, de ses problèmes psychanalytiques, de ses interrogations sur la métaphysique et sur ses PUBLICITÉ SUISSE errements géographiques : Dieu que le cinéma est beau ! La France ne mise pas sur la maturité de ses jeunes À Paris, Larry Clark est censuré par la mairie de Paris devant la montée de protestations des associations appartenant à des mouvements prudes. Personne n’est obligé d’aller voir une telle exposition alors qu’à Paris, 150 autres se proposent d’occuper les jeunes visiteurs non suffisamment nantis de maturité aux dires de leurs parents. À côté de cela, personne ne dit rien sur la formation à la délation qui existe maintenant dans toutes les salles de cinéma où l’on invite le spectateur à signaler tous les comportements suspects à la direction de la salle. Un comble dont il conviendrait d’arrêter la prolongation au risque de voir se développer un esprit loin de la générosité prônée, elle, par notre ami Woody Allen. Vous allez rencontrer un bel et sombre inconnu (You Will Meet a Tall Dark Stranger) (2010) est le quarante-sixième film de Woody Allen. On y retrouve Naomi Watts, Antonio Banderas, Josh Brolin, Anthony Hopkins, etc. Tous les personnages connaissent une fragilité de tous les instants, ils fonctionnent par couple. L’un veut changer, l’autre veut par la force des choses rester stable car la fidélité a du bon : il nourrit le couple d’une sécurité où le parfum de l’amour règne. Ce n’est pas un devoir mais un bonheur, c’est ce que nous enseigne le film. Les gâteries psychologiques ne sont là que pour révéler des situations impossibles à vivre. Parfois, l’euphorie mène à la catastrophe prévisible, comme cet écrivain qui mise sur la mort prochaine de son ami et qui se trompe. Woody Allen réfléchit profondément à l’excès de désir de changement pour certains sans bien réfléchir à ce qui peut se produire à force de spéculation mortifère et conduire à la comparaison avec une crise boursière où tout le monde est responsable sauf soi-même. Il ne faut pas mettre l’amour des autres en danger, car sur ce produit, l’offre est rare, sachons conserver ceux qui nous aiment. C’est un peu moraliste, mais souvenons-nous de notre Éric Rohmer qui faisait de ses films, ces sortes de fables dont Woody Allen est passé maître. ALAIN PENSO apenso@hotmail.fr Prends l’oseille et tire-toi (Take the Money and Run) est une comédie de Woody Allen avec Woody Allen et Janet Margolin (1969).
Petites annonces Antiquités Paire de pots couverts porcelaine à contrefond craquelé, élégant décor bleu/blanc d’arcatures fl orales. Cerclé en partie médiane et haute. Origine Chine diamètre 13 cm Hauteur 13 cm : 202 € la paire. Tel : 0661326863 ► MOTS CROISÉS ◄ 1 La Grande Époque 83 rue du Château des Rentiers 75013 Paris Tél : 01 45 86 41 95 www.lagrandeepoque.com Edité par La Grande Époque SARL au capital de 10.000 euros R.C.S. Paris B 480 550 037 Directrice générale : Isabelle Chaigneau Directeur de la publication : Cai Meng Chun Directeur de la rédaction : Rémi Bleibtreu Rédacteur en chef : Aurélien Girard Rédactrice en chef : Véronique Raabon Comité de rédaction : HannaL. Szmytko (Economie) Héloïse Roc (Environnement) Michal Neeman (Culture) Catherine Keller (Art de vivre, Santé & Bien-être) Directeur artistique : Mathieu Sirvins Directeur de la distribution : Stéphane Meyer Impression : OppermannDruck und Verlags GmbH & Co. Gutenbergstraße 1 D-31552 Rodenberg Dépôt légal : À parution. ISSN : 1772-3426. PUBLICITÉ France : 01 45 86 41 95 Belgique : 09 233 7713 Suisse : 079 821 7422 Important vase à Calligraphies couvert de forme dit balustre, porcelaine à contrefond craquelé. Décor bleu/Blanc de calligraphie « dit aux lettrés » ; Prise animalière stylisée, quatre masques à l’épaulement. Cerclé en partie haute. Origine Chine, (Hauteur I II III IV V VI VII VIII IX X XI XII 2 ▀ ▀ ▀ 3 ▀ ▀ 4 ▀ ▀ 5 ▀ 6 ▀ ▀ ▀ 7 ▀ ▀ 8 ▀ ▀ ▀ 9 ▀ ▀ 10 ▀ ▀ ▀ 11 ▀ ▀ 12 ▀ France : 01 45 86 41 95 - Suisse : +41 (0) 79 821 74 22 52 cm), Nien Hao à six caractères sous la base : 319 €. tel : 0661326863 Gwan YIN marbre blanc, déesse de la Compassion chevauchant un lion, Chine, (104X72 cm) : 3.200 €. tel : 0661326863 Horizontalement 1 - Images. 2 - Cordage. 3 - Fille. Habillé. 4 - De forme ovale. Mail. Avant nous. 5 - Tableau. Casque. 6 - Sans la TVA. Coup. Poème. 7 - Nonchalante. Douille. 8 - Il faut le doubler pour ressentir une douleur. Souverain. Lieu saint au japon. 9 - Opposé. Nullard. 10 - Nobélium. Exister. Il est mis en bocal. 11 - Mémoires. 12 - Moyens. Mauvais coup. Verticalement 1 - Chauvin. 2 - Acclames. 3 - Caprices. Prénoms. 4 - Ennui. Forme de pouvoir. 5 - Champ. Maternelle. 6 - Cri du tambour. Changements. 7 - Traite. A ricané. 8 - Du verbe pouvoir. Discourent. 9 - Saison. Possessif. 10 - Lieu saint au japon. Ameublement. 11 - Réservées. Elle traque les espions en France. 12 - Compensation. Epoque. ► SUDOKU ◄ 3 4 5 8 1 5 3 8 7 5 2 6 1 5 6 1 7 9 8 3 7 6 9 1 6 5 3 1 4 9 2 7 15 ► SOLUTION DU NUMÉRO PRÉCÉDENT ◄ 5 8 3 6 2 4 7 1 9 7 2 6 5 9 1 3 4 8 4 1 9 8 7 3 5 2 6 6 3 4 9 1 7 8 5 2 1 5 7 2 6 8 4 9 3 8 9 2 4 3 5 1 6 7 9 7 5 1 8 2 6 3 4 2 4 8 3 5 6 9 7 1 3 6 1 7 4 9 2 8 5 I II III IV V VI VII VIII IX X XI XII 1 N U M E R A T I O N S ▀ 2 U S U R A I R E S ▀ O U 3 T E ▀ R ▀ S A ▀ S O T S 4 R E V E R E N C E ▀ T U 5 I ▀ U S E ▀ ▀ U S E E 6 T E E ▀ T R E S S E ▀ L 7 I N S E R E ▀ P E R I L 8 F E ▀ B O C A L ▀ I R E 9 ▀ R P R ▀ I ▀ E R E ▀ M 10 U V ▀ A U T R E ▀ U S E 11 S E N S ▀ E ▀ N U S ▀ N 12 E ▀ P E T R I S S E N T



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :