Épicure n°4 décembre 2007
Épicure n°4 décembre 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4 de décembre 2007

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Éditions Épicure

  • Format : (150 x 210) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 8 Mo

  • Dans ce numéro : LRU et blocages des facs : sachez décrypter.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
Culture Biblio{culture des OVNI et des hommes À l’occasion de la sortie d’une synthèse pour une fois recommandable sur le phénomène, en l’occurrence une Histoire originale et phénoménologique du fait OVNI, EPICURE s’est intéressé au sujet jusqu’à vous proposer un florilège de bouquins à la fois sérieux et intéressants sur le sujet. By Muldy & Sculler Un fait maudit, Histoire originale et phénoménologique du fait OVNI 26 { EPICURE #4 — décembre 2007 Trier le bon grain de l’ivraie en matière de publications sur un sujet aussi casse-gueule n’est pas évident. Ici, on a pour une fois affaire à quelqu’un d’a priori prudent, qui prend garde de ne pas prendre une mouette radioactive pour un bêta-centaurien en goguette. Le propos ressort davantage du relevé que de la démonstration militante et surtout, il est abondamment documenté, souvent avec des références de première main (et pas seulement avec des références d’autres types qui ont écrit sur le sujet et qui n’en citent pas, comme c’est souvent le cas dans cette littérature). On apprend ainsi – avec la possibilité de le vérifier soi-même dans la première BU venue – que dès l’Antiquité, des gars aussi sérieux que Pline l’ancien, Tite-Live ou Cicéron ont témoigné de curieux phénomènes, sans céder d’ailleurs à l’interprétation mystique ou religieuse, mais de manière très factuelle. Témoignages écrits et picturaux abondent tout au long de l’histoire, du Moyen Âge à nos jours, et pas seulement en Occident. Si vous faites partie comme moi des gens qui croyait que, comme par hasard, guerre froide oblige, les premiers OVNI avaient été observés à partir de 1947 depuis Roswell et Cie, la remise en question s’impose. Quant à Roswell, on peut dire que, depuis cette date, soit les pilotes de l’US Air Force ont vu des choses intéressantes, soit c’était un sacré repaire d’alcooliques… Voilà donc une synthèse exhaustive et accessible sur un phénomène que l’addition de faits et la découverte de dizaines d’exoplanètes ne permettent plus de traiter par le mépris. Thibaut Canuti, JMG Éditions, 2007, 445 p., 21 euros. OVNI : 60 ans de désinformation Le nom de l’auteur sent le pseudo à 15 années-lumière. On suppose le chercheur tout ce qu’il y a de respectable mais qui ne veut pas plomber sa carrière. L’a priori se vérifie dès les premières pages : à quoi se reconnaît un ouvrage sérieux ? À l’exposer méthodologique qui précède ou accompagne le propos. Un exposé parfois fastidieux, mais qui témoigne de la formation et de la rigueur de l’auteur. Du reste ici, ce ne sont pas directement les OVNI le sujet, mais la manière dont est traitée l’information sur le phénomène. Nuance. Le discours, construit, convaincant mais prudent, démontre qu’indépendamment de l’existence ou non d’ET et de ses potes, l’information sur le sujet fait l’objet d’un enjeu stratégique insoupçonné, et que les autorités savent intelligemment tirer les ficelles pour désinformer les opinions. Il ne dit pas pourquoi, il montre simplement comment, et c’est déjà pas mal. La publication dans une collection dirigée par Vladimir Volkoff, grand spécialiste de la désinformation, est un autre gage de sérieux. François Parmentier, Éditions du Rocher, 2004, 300 p., 18,90 euros.
Phénomènes aérospatiaux non identifiés, un défi à la science Yves Sillard n’e s t r i en moins qu’ancien directeur général du CNES (Centre national des études spatiales) et ancien délégué général pour l’armement. Du sérieux, du lourd même, tout comme les collaborateurs convoqués dans cet ouvrage, tous scientifiques peu réputés pour leur fantaisie. Ici aussi, la méthodologie occupe une large place : elle est nécessaire pour exposer la typologie scientifiquement établie en matière de PANI (Phénomènes aérospatiaux non identifiés). Les PANI dont il est question ont par ailleurs été dûment enregistrés et non moins scientifiquement traités par le CNES, notamment par le GEIPAN (Groupe d’études et d’information sur les PANI, qui vient d’ouvrir ses archives sur www.cnes-geipan.fr). Le propos s’intéresse notamment à ceux qui ont résisté aux explications astronomiques, spatiales et météorologiques… Il conduit inévitablement à poser des questions et à formuler des hypothèses qu’on ne peut plus balayer d’un revers de main avec le traditionnel « laisse tomber Roger, reprends un jaune, ça va passer ». Sous la direction d’Yves Sillard, Le Cherche Midi, 2007, 272 p., 17 euros. Des hommes, des dieux et des extraterrestres. Ethnologie d’une croyance moderne Signé par un prof de l’École des hautes études en sciences sociale (EHESS), voilà un ouvrage solide et passionnant qui se penche sur les origines de la passion occidentale pour les croyances insolites. Depuis les sommesésotériques d’Héléna Blavatsky à la fin du xix e et surtout le succès considérable dans les années 60 et 70 des théories de von Däniken sur les vestiges extra-terrestres supposés disséminés sur la planète, il était temps de disposer d’une grille de lecture pour une littérature qui surfe non sans succès sur l’étrange, l’occultisme et les visiteurs venus d’ailleurs (les fameux « anciens astronautes »). L’essai ne répond pas à la question des petits hommes verts – ce n’est pas son propos – mais s’intéresse aux mécanismes rationnels qui nous conduisent à entretenir la croyance en eux et dans leur interaction avec notre réel. Il fournit un outillage indispensable pour s’intéresser au phénomène OVNI et à sa sociologie en observateur averti. Wictor Stoczkowski, Flammarion, 1999, 474 p., épuisé (damned !). Rapport COMETA : quand des gens au-dessus de tout soupçon interpellent l’État « Il ne faut pas sourire du problème OVNI. Selon toute vraisemblance, des objets volants totalement inconnus, aux performances de vol et au silence remarquables, impressionnent fortement, par leurs manœuvres, des pilotes civils et militaires, qui hésitent à parler, par crainte du ridicule principalement. » Cette conclusion figure dans le très sérieux rapport Les OVNIs et la Défense, à quoi doit-on se préparer ?, remis par l’association COMETA en 1999 à Jacques Chirac et Lionel Jospin. Parmi ses signataires : deux généraux de l’armée de l’air, un amiral, un commissaire de la DST, un directeur de recherche à l’ONERA (Office national d’études et de recherches aérospatiales), deux ingénieurs généraux de l’armement… Leur exposé des faits fait froid dans le dos, notamment les comptes rendus détaillés, en France ou ailleurs, par des autorités militaires, d’observations et de contacts visuels qui laissent planer peu de doutes sur leur réalité. Et d’attirer l’attention de l’État – sans succès jusqu’à présent – sur le fait qu’aucun gouvernement n’est préparé à faire face à ce qui peut se cacher derrière. À télécharger sur www.cnes-geipan.fr/documents/Cometa.pdf EPICURE #4 — décembre 2007 } 27



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :