Épicure n°4 décembre 2007
Épicure n°4 décembre 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4 de décembre 2007

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Éditions Épicure

  • Format : (150 x 210) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 8 Mo

  • Dans ce numéro : LRU et blocages des facs : sachez décrypter.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
Citoyenneté Élections universitaires : ce que vous devez savoir Tous les deux ans, dans les universités, les étudiants élisent leurs représentants dans une multitude de conseils… Mais que fontils, les uns (les conseils) comme les autres (vos élus) ? À périodes régulières, les tableaux d’affichage et les murs des bâtiments universitaires sont recouverts d’appels au vote et de propagande électorale. Le problème pour beaucoup d’étudiants qui souhaitent remplir leur devoir citoyen dans les urnes, c’est qu’ils ne savent bien souvent ni de qui ni de quoi il s’agit. Du coup, ils ne s’y intéressent pas vraiment (quel euphémisme) et les taux de participation dépassent rarement les 20% … Sachez donc que les étudiants élisent tous les deux ans, lors de différents scrutins, leurs représentants dans les conseils d’UFR, dans les trois conseils centraux de l’université et au conseil d’administration du CROUS de leur académie. S’ils sont si nombreux, c’est qu’ils ne font pas tous la même chose… 18 { EPICURE #4 — décembre 2007 Des conseils de partout Pour y voir plus clair, passons-les en revue un par un. Les conseils d’UFR ont pour mission de gérer la vie de chaque composante (faculté ou institut), ce qui peut aller du déroulement des examens à la création d’un nouveau diplôme en passant par l’organisation d’une exposition. Les conseils dits centraux sont quant à eux au nombre de trois. Le Conseil d’administration (CA) est le conseil le plus important de l’université car il mène la politique de l’établissement : vote du budget, signature des conventions avec les partenaires privés ou publics, ouverture d’antennes délocalisées, etc. Le Conseil des études et de la vie universitaire (CEVU) délibère sur tout ce qui concerne la pédagogie et la vie à l’université : organisation des enseignements, création de nouvelles filières, validation des acquis, orientation des étudiants, etc. À noter que la nouvelle loi sur l’autonomie des universités impose qu’un vice-président du CEVU soit choisi parmi les étudiants. Enfin, le Conseil scientifique (CS) propose au CA des orientations en matière de politique de recherche ; il s’occupe également des habilitations et des créations de masters et de doctorats. En revanche, seuls les étudiants inscrits en M2 ou en doctorat peuvent être électeurs pour ce conseil. Le dernier conseil pour lequel les étudiants (mais ce coup-ci ceux de toute l’académie) élisent leurs représentants est le conseil d’ad-
ministration du CROUS. Pour faire simple, il remplit six grandes missions : les bourses, les jobs, la restauration, le logement, les activités culturelles (vote de subventions aux projets étudiants !) et l’accueil des étudiants étrangers… Sachez que si ce conseil est présidé par le recteur, c’est un étudiant qui en assure la vice-présidence. À vous de jouer ! Ayant voix délibérative (donc elle compte !) dans les conseils, les étudiants participent à l’élaboration et à l’adoption de toutes les mesures, à tous les échelons de décision. Ce ne sont donc pas des « sous-élus » ni des potiches : certains deviennent même des acteurs connus et reconnus de la vie étudiante. De plus, les élus du CROUS et de l’Université sont des grands électeurs (donc des candidats potentiels) pour les conseils nationaux (voir encadré). En début d’année ou à l’occasion des élections, n’hésitez pas à vous renseigner auprès des associations étudiantes de votre filière (BdE, amicale, corpo). Elles sont là, entre autres, pour assurer la représentation et la défense des étudiants. Pour cela, elles proposent des listes de candidats et surtout des idées et des projets pour améliorer vos conditions de vie et d’études. Y participer, c’est profiter de l’occasion de faire vivre la citoyenneté à l’Université ! Les conseils nationaux Saint-John Alexis CNESER : le Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche est un organe consultatif qui peut émettre des avis sur l’habilitation des diplômes, le budget de l’enseignement supérieur, les arrêtés pris par le ministère… Il est présidé par le-la ministre de l’Enseignement supérieur (bien qu’il-elle ne soit là que très rarement). CNOUS : le Centre national des œuvres universitaires et scolaires est à la tête du réseau national des CROUS. Il a vocation à faciliter la vie des étudiants dans de nombreux domaines : restauration, logement, bourses, action sociale et culturelle, ouverture sur l’international… ((EXPÉRIENCE)) Rémi Raher, élu multicarte Étudiant en sciences politiques, Rémi a animé pendant plusieurs années un mandat d’administrateur universitaire et de vice-doyen de fac avant de devenir administrateur du CROUS de Nantes et élu national au CNOUS. Au quotidien, à quoi ressemble l’activité d’un élu étudiant ? C’est assez fluctuant. Par exemple, pendant les délibérations budgétaires, la principale mission est d’informer les étudiants… qui s’en fichent souvent. En revanche, lorsque l’on aborde les modalités d’examens ou les problématiques de vie étudiante, ça fuse parfois dans tous les sens. Le but est alors de consulter les étudiants et de faire remonter leurs griefs et leurs souhaits, avec l’impératif de concilier l’opinion de la majorité et les nécessités de l’intérêt général. En quoi consistait ta fonction de vicedoyen ? C’était une expérience vraiment sympa ! J’étais l’interface entre les étudiants et l’équipe du doyen, je réglais notamment les problèmes liés aux examens… et au blocus anti-CPE ! J’avais également en charge l’animation du campus, ce qui m’a permis d’organiser une Semaine du Droit puis une Semaine de l’Europe, avec de nombreux intervenants dont plusieurs députés et une ministre ! Y a-t-il une grande différence entre élu local et élu national ? Oui, mais pas celle qu’on croit ! Loin d’être notabilisé par un suffrage national, on sert plutôt d’alibi. La composition des conseils nationaux est telle que les représentants des ministères (qui sont nommés) peuvent faire passer des décisions sans l’accord des représentants élus. Du coup, on ressent assez vite un sentiment d’impuissance face à la machine étatique. Mais ce n’est pas pour ça qu’on abandonne la partie : il faut avoir les crocs ! EPICURE #4 — décembre 2007 } 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :