Épicure n°4 décembre 2007
Épicure n°4 décembre 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4 de décembre 2007

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Éditions Épicure

  • Format : (150 x 210) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 8 Mo

  • Dans ce numéro : LRU et blocages des facs : sachez décrypter.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
Méthodes Petit b-a-ba de la prise de notes C’est l’une des angoisses principales du tout frais bachelier qui arrive à la fac, mais aussi celle de l’étudiant un peu chevronné qui maudit ses limites pendant un cours magistral particulièrement touffu… Comment diable prendre des notes de façon intelligente, puisqu’il est impossible de tout mémoriser ? Pertinente question, à laquelle nous allons tenter d’apporter quelques réponses tout aussi pertinentes, tant il est vrai que la maîtrise de la chose vous servira toute votre vie. La première bonne nouvelle, c’est que, la méthode reposant essentiellement sur le bon sens, elle ne nécessite pas une dextérité intellectuelle hors norme. La seconde, que les bons réflexes peuvent s’acquérir rapidement. Bref, un peu de jugeote et un peu d’entraînement suffisent. La situation de base Dans un amphi plein à craquer, s’agite un prof aussi volubile que passionné. Vous voilà tout à coup au bord de la syncope. Idem quand le chargé de TD vous livre le corrigé du dernier partiel. Il expose, il développe, revient en arrière, apporte une précision, est interrompu par une question, y répond, insiste soudain sur une notion qu’il n’a pas encore abordée… Pendant ce temps, pauvre de vous, vous griffonnez fébrilement un torchon infâme qui se révélera, c’est un comble, impossible à exploiter. À la base, pourtant, le constat est simple : on estime généralement qu’une personne prononce environ 150 mots par minutes, et que pendant le même laps de temps, on peut en écrire, au mieux, une trentaine. Quadrature du cercle ? Nenni. 14 { EPICURE #4 — décembre 2007 Une technique globale L’exhaustivité : une fausse bonne idée Nul besoin d’apprendre la sténo ou d’enregistrer un cours (certains profs s’y opposent, et ils en ont le droit) : la prise de notes n’est pas une dictée. Et l’exhaustivité, qui semble si rassurante, génère en réalité un surcroît de travail : vous devrez fatalement passer par l’étape « analysesynthèse » lorsque vous apprendrez et réviserez vos cours. Le bon sens le plus élémentaire pousse tout bêtement à comprendre qu’il s’agit d’écrémer le message, d’en extraire l’essence. C’est la clef du succès ! D’abord, traquez les répétitions. Tous les pédagogues en font. Exprès. Pour enfoncer le clou. Ils vous serinent jusqu’à trois fois la même chose avec des mots différents, pour être sûrs que vous pigez bien ce qu’ils expliquent. Or, il est parfaitement inutile de noter trois fois la même chose. Et lorsqu’un propos est illustré par un chapelet d’exemples, faut-il vraiment tous les reprendre ? Ensuite, vous devez connecter vos petits neurones et adopter une démarche analytico-résumante, si on veut bien accepter le terme. Il s’agit d’écouter, de comprendre, de synthétiser une parole donnée pour en retranscrire le plus fidèlement possible le contenu. La méthode permettra également de dégager la structure et les idées-forces du discours. Titres, chapitres,
sections, paragraphes, sont d’ailleurs autant de balises sur le chemin du raisonnement de l’enseignant. Lequel a généralement la bonté de les signaler. Ne les ratez pas ! Trucs et astuces additionnels En plus de la démarche intellectuelle que nous venons de pointer, on pourra faire appel à des « trucs » qui faciliteront encore le processus. Ils permettent de gagner du temps dans la transcription du contenu. Usez et abusez donc du style télégraphique, des abréviations, petites flèches, schémas, tableaux. Mais pas de surcharges, aérez suffisamment la feuille pour pouvoir revenir en arrière, ajouter quelque chose si le prof fait un flash-back ou un aparté. Vos abréviations peuvent s’inspirer du langage SMS. Il est évidemment malin d’identifier et de coder en priorité les mots qui reviennent le plus souvent, selon vos matières. Pour les juristes, par exemple, le terme de jurisprudence sera abrégé Jp, et on tâchera de se souvenir que ça ne signifie pas Jean-Pierre ! (faitesvous donc un petit lexique pour parer les oublis). Attention, tout ceci doit rester éminemment lisible, et compréhensible, au moins par vous ! Le but n’est pas de vous retrouver face à une page de hiéroglyphes énigmatiques... Les pièges Pour s’exercer Organisez une « vraie-fausse réunion » de vingt minutes, autour d’un thème donné, au cours de laquelle chaque participant prend des notes. À la fin, on compare. Très instructif. Profitez du journal télévisé ou d’un débat radiophonique. Attention, ça va vite. Au bout de deux semaines de pratique assidue, à raison d’une demi-heure par jour, on est imbattable. Au secours ! Qu’est-ce qu’elle a dit, la prof, après : « Tout ceci débouche, on peut le dire, sur ce qu’il est convenu entre spécialistes d’appeler… ? ». Et voilà. Le piège du mot à mot. Sur la feuille de qui a compris la technique, l’ensemble de la formule sera (éventuellement) représentée… par exemple grâce à une petite flèche qui va de gauche à droite ! Autre piège fréquent : interpréter ou déformer. Ne changez pas d’un iota le sens du discours professoral. En cas de doute, gribouillez votre petit signe cabalistique (toujours le même) signifiant : « Attention, à vérifier ! ». Et puis, surtout, plus tard, vérifiez vraiment. Vous aurez tout le loisir de le faire au moment où vous exploiterez vos notes. Qui n’ont jamais vocation à rester ce qu’elles sont. C’est la matière première qui vous permettra de réaliser, pourquoi pas pendant le weekend, d’authentiques fiches de synthèses de cours. Basées une fois encore sur le plan et un condensé de ce qu’a dit l’intervenant. Mais au propre, et avec des codes-couleurs, selon votre domaine, pour les définitions, les formules, les dates importantes… Au finish ? Plus jamais de notes incomplètes, inadaptées ou incompréhensibles trois mois après un cours.. Sylvie de Mathuisieulx EPICURE #4 — décembre 2007 } 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :