Épicure n°3 novembre 2007
Épicure n°3 novembre 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3 de novembre 2007

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Éditions Épicure

  • Format : (150 x 210) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 10,4 Mo

  • Dans ce numéro : vos conditions d'études à la loupe.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
Actus Logiciels anti-plagiat à Lyon Un fraudeur averti en vaut deux (paraît-il). Initiée par l’université de Lyon, une démarche anti-plagiat vient d’être généralisée aux 16 établissements du Pôle universitaire lyonnais : depuis cette rentrée, les enseignants qui le souhaitent peuvent utiliser le logiciel anti-plagiat compilatio. net pour vérifier que les travaux de leurs étudiants ne ressemblent pas à un festival de Ctrl A/Ctrl C/Ctrl V. Selon une enquête réalisée auprès d'établissements lyonnais, quatre étudiants sur cinq interrogés ont recours au plagiat et neuf enseignants sur dix sont confrontés à ce problème. Cette info serait également un copié-collé. Les étudiants en droit avalent de travers L'UNEDESEP (Union nationale des étudiants en droit, gestion, sciences économiques et politiques) déplore « l’absence de concertation avec les étudiants en droit dans la mise en place du Conseil national du droit », dont une réunion a eu lieu au mois d’octobre. « Les évolutions nécessaires à apporter aux études en droit ne peuvent se faire sans que soient entendus tous les acteurs de cette filière dont les étudiants sont le premier maillon », a expliqué l’association monodisciplinaire. Il faut instruire une plainte, ça fera toujours une étude de cas. Charité bien ordonnée… Un ancien élève d’HEC s’est délesté de 4 millions d’euros au profit de son ancienne école, battant tous les précédents records en matière de donation à l’école de la part d’un particulier. Pour mon ancienne fac, j’ai quelques tickets resto, mais bon… 6 { EPICURE #3 — novembre 2007 Nouveau président pour PDE Grégory Golf, étudiant à l'ENSIETA et par ailleurs ancien président du Bureau national des élèves ingénieurs, est le nouveau président de PDE (Promotion et défense des étudiants, www.pde.fr), organisation étudiante nationale représentée au CNESER (Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche) et au CNOUS (Centre national des œuvres universitaires et scolaires). PDE regroupe quatre associations nationales monodisciplinaires : le BNEI (Bureau national des élèves ingénieurs), la FNEB (Fédération nationale des étudiants en biologie), l'UNEDESEP (Union nationale des étudiants en droit, gestion, sciences économiques et politiques) et l'UNEG (Union nationale des étudiants en gestion). Promis, les sigles c’est fini pour ce mois-ci. Handimanagement, 3 e ! Handimanagement, 3 e édition ! Lancée le mois dernier, celle-ci va impliquer plus de 300 étudiants d'une trentaine d'écoles françaises dans le dispositif imaginé il y a trois ans par l'association Companieros et soutenu désormais par la Conférence des grandes écoles, l’AGEFIPH et une quinzaine d'entreprises partenaires. Objectif : former des équipes de 10 étudiants chacune, les sensibiliser au problème de l'insertion des personnes handicapées, pour qu'elles puissent à leur tour organiser, dans leur établissement, une semaine de sensibilisation à ce problème. Étrangement, un dispositif semblable n’existe pas dans les universités à l’échelle nationale. Vous savez ce qui vous reste à faire… En savoir plus : www.companieros.com/handimanagement/presentation
On va en boîte à Dam’ ? Pour pallier la pénurie de logements étudiants, la mairie d'Amsterdam a trouvé la solution, apprend-on dans Libé du 4 octobre : des containers de 2,50 mètres sur 12 conçus pour le transport de marchandises. Ils sont 1 500 étudiants à vivre dans ces habitations, parfois empilées sur cinq étages, pour 250 euros par mois. C’est Hamsterdam ? 130 QI + Fribourg = 0 euro L'université allemande de Fribourg exonère désormais de droits d’inscription pendant trois semestres tous ses étudiants dont le QI dépasse 130 ou qui sont soutenus par une association d'aide aux surdoués. À Constance, l’université propose déjà une remise aux étudiants particulièrement doués. Vous savez ce qui vous reste à faire pour faire des économies. Chère fac hongroise En Hongrie en revanche, on doit manquer de génie (ou alors ils sont tous partis en Allemagne) puisque le gouvernement vient de réintroduire les droits d’inscription à la fac. Ils peuvent désormais atteindre 420 euros en moyenne à partir de la deuxième année, soit les trois quarts du salaire moyen hongrois, sachant que les universités peuvent les moduler de plus ou moins 50% sur cette base. Après le premier cycle, les droits seront portés à 595 euros. Comme quoi, hongrois toujours que c’est mieux ailleurs mais ça se discute. Actu internationale Le monde en bref Le monde étudiant est aussi un village, où il se passe toujours quelque chose ! L’Espagne entre deux âges ? L’introduction de l’éducation pour la citoyenneté et les droits de l’Homme dans les écoles et les universités fait du bruit en Espagne. Ses défenseurs les plus actifs exercent dans les universités publiques, tandis que les universités privées et catholiques la contestent, estimant qu’elle cherche à imposer un modèle de conscience morale et religieuse. Des universitaires plus modérés jugent positifs des contenus comme le constitutionnalisme ou les droits de l’Homme, mais s’opposent au traitement de thèmes tels que l’homosexualité, estimant qu’ils peuvent choquer certaines familles. D’un autre côté, l’Espagne a adopté le mariage homo, alors no comment. Le chinois à la conquête de l’Afrique 50 universités d’Afrique du sud vont enseigner le mandarin, suite à des accords conclus avec la Chine. Plus au nord, les universités sénégalaises de Dakar et Saint-Louis viennent d’introduire la langue chinoise dans leurs cours cette rentrée. Tout le monde s’y met. À Paris, pour parler chinois, le plus simple est d’aller déjeuner dans un resto japonais. Grève du RU en Chine Les cantines d’une dizaine d’universités de la province du Guangdong, dans le sud de la Chine, étaient presque vides le 17 septembre. Dans la seule université de technologie du Guangdong, 18 000 étudiants auraient boycotté les RU, pour protester contre une hausse des tarifs des cantines d’un à deux yuans par repas (10 à 20 centimes d'euro). Ces incidents ont été pris très au sérieux par les autorités locales qui ont ordonné, par l’intermédiaire du Bureau de la propagande du Guangdong, l’interdiction de la publication d’informations concernant l’événement. C’est pour ça qu’on vous en parle. EPICURE #3 — novembre 2007 } 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :