Épicure n°2 octobre 2007
Épicure n°2 octobre 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2 de octobre 2007

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Éditions Épicure

  • Format : (150 x 210) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 8,7 Mo

  • Dans ce numéro : financement des études, attention chantier

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
Société Les 15-35 ans, des individualistes solidaires ? Égalité, respect, solidarité : tel serait le nouveau triptyque des valeurs des 15-35 ans selon une enquête. Pour autant, cette génération manifeste aussi de fortes tendances à l’individualisme. Explication du paradoxe. 15-35 ans « perçoivent la société française comme une société bloquée. Ce rapport d’impuissance Les développe une individualisation des attitudes pour contourner cette situation. De ce fait, si on ajoute l’autonomisation des individus face aux institutions et le progrès technologique, nous sommes en présence d’une génération individualisée qui va devenir au fil des ans la règle de la société française tout entière. » Telle est l’une des conclusions de l’étude « 15-35 ans : les individualistes solidaires » que vient de publier le très sérieux Observatoire de la Fondation de France. L’égalité des droits comme valeur politique Et pourtant, la solidarité apparaît également comme une valeur phare de cette génération. Y aurait-il un paradoxe à associer ainsi individualisme et solidarité ? Pas forcément : en fait, dans la mesure où « les valeurs qui ont aujourd’hui une réelle dynamique consacrent l’individu », cette génération est, très logiquement, attachée à l’égalité des droits et surtout des chances comme valeur politique, mais aussi à la solidarité, pour que chacun puisse vivre décemment, comme valeur sociale. À cela se rajoute le respect de l’autre, « valeur protectrice de l’individu au quotidien ». En clair, l’individu doit être protégé comme cellule de base de la communauté. 16 { EPICURE #2 — octobre 2007 En quelques mots LE NOUVEAU TRIPTYQUE RÉPUBLICAIN : ÉGALITÉ, RESPECT, SOLIDARITÉ LES VALEURS QUI NE FONT PLUS ÉCHO : FRATERNITÉ, LIBERTÉ L’intégralité des résultats est téléchargeable sur le site de la fondation de France www.fdf.org DES NOTIONS PLUS DISTANTES : LE COURAGE, LA FOI La solidarité comme valeur sociale Évidemment, ces valeurs ont un impact sur la manière de percevoir la vie de la cité : « Très critique sur la société française, les jeunes ne font plus confiance aux politiques, à l’entreprise et aux médias. Ils privilégient de nouveaux acteurs qui sont liés à l’action des individus. Les associations et l’action citoyenne vont être privilégiées ». Autre enseignement intéressant, « l’écologie n’est plus la valeur refuge des jeunes. Si le respect de la nature fait partie des préoccupations, il l’est au même titre que le respect des individus ». On en revient toujours au même point. L’avenir dira si cette mutation des valeurs et la poursuite de l’émancipation de l’individu, héritage de la modernité, sont porteuses de sens ou annonciatrices d’un repli sur soi généralisé. WF.C.
Un scolarisé dans étudiant, tuteur durant un an d’un jeune élève une zone d’éducation prioritaire, avec pour principale mission de lui donner l’envie de poursuivre des études supérieures souvent considérées inaccessibles, tel est l’objectif principal de l’opération « 100 000 étudiants 100 000 élèves ». Lancée en 2006, celle-ci a déjà bénéficié à 5 000 élèves. Si la valeur ajoutée est évidente pour les élèves, elle est bien réelle aussi pour les étudiants qui décident de s’engager. « Cela leur ouvre l’esprit sur des choses que, bien souvent, ils ne connaissent pas, les problématiques des quartiers, la politique de la ville… », se réjouit le secrétaire général de l’AFEV*, Nicolas Delesque. « Résultat, ils ont l’impression d’avoir plus appris que ce qu’ils ont appris aux enfants ! » Une expérience riche pour les uns et les autres Enrichissement d’autant plus important que l’accompagnement ne se limite pas à du soutien scolaire, l’objectif étant surtout d’aider les jeunes « à trouver leur place », comme le souligne Nicolas Brumauld, * Association de la fondation étudiante pour la ville, principale partenaire du ministère de l’Éducation nationale dans cette opération. Vivre ensemble Étudiants et collégiens, ensemble contre l’échec scolaire Ils sont déjà 5 000 collégiens à avoir bénéficié de l’opération nationale « 100 000 étudiants 100 000 élèves ». Plus qu’un soutien scolaire, ils ont trouvé ainsi une aide à l’orientation et une ouverture sur le monde qui les entoure. Pour les étudiants qui se sont portés volontaires, l’expérience est tout aussi enrichissante… EPICURE #2 — octobre 2007 } 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :