Épicure n°1 septembre 2007
Épicure n°1 septembre 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°1 de septembre 2007

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Éditions Épicure

  • Format : (150 x 210) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 8,3 Mo

  • Dans ce numéro : réformes des facs, ce qui va changer.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
Rencontre Thiébaut Weber président de la FAGE Élu en octobre 2006, Thiébaut Weber est étudiant en histoire à Mulhouse et président de la FAGE (Fédération des associations générales étudiantes). À un mois de la fin de son mandat, c’est l’occasion de dresser un premier bilan. « Loin d’être nihiliste ou individualiste, la jeunesse d’aujourd’hui s’investit » Thiébaut peux-tu nous présenter brièvement la FAGE que les médias ont souvent du mal à identifier et à définir d’un point de vue politique ? TW : La FAGE est la première organisation de jeunesse par le nombre de bénévoles qu’elle touche. Agréée Jeunesse et Éducation populaire par le ministère de la Jeunesse et des Sports, elle est représentative au regard de la loi et représente 1 400 associations étudiantes par le biais de ses fédérations territoriales et de ses fédérations de filière. L’engagement au sein de la FAGE est fondé sur la solidarité, 14 { EPICURE #1 septembre 2007 l’indépendance et le pluralisme : nous sommes indépendants de tout parti politique et de tout autre syndicat, ce qui nous permet une grande liberté d’action, loin de tout carcan idéologique. Notre but est d’améliorer les conditions de vie et d’études des étudiants, en restant libres avant toute chose. Non contente d’être une organisation représentative des étudiants, la FAGE est aussi une organisation de jeunesse et d’éducation populaire ; qu’est-ce que cela signifie en terme d’activités ? TW : La FAGE organise des actions de citoyenneté, de prévention et de solidarité sur et en dehors des campus, afin de placer les jeunes et les étudiants comme acteurs de la société. On dit souvent que la jeunesse est le monde de demain, nous pensons que la jeunesse est aussi le monde d’aujourd’hui. Un des slogans de la FAGE est « générateur d’engagement » ; quel est le sens de l’engagement étudiant alors qu’on dit de l’actuelle jeune génération qu’elle est plus individualiste que jamais ? TW : Justement ! L’existence même de la FAGE et des associations étudiantes prouve que l’image que certains donnent de la jeunesse est biaisée. Loin d’être nihiliste ou individualiste, la jeunesse d’aujourd’hui s’investit dans la vie de son campus, de son université, de la société… Les jeunes bâtissent la société dans laquelle ils veulent vivre. Après la réforme LMD accouchée dans la douleur, la ministre Pécresse veut obtenir au plus vite l’autonomie des universités et la réforme de leur gouvernance ; quelle
Créer une association étudiante, c’est créer du lien social, c’est créer une dynamique de projet au service des autres est la position de la FAGE sur ces sujets ? TW : La FAGE réclame depuis longtemps une réforme de nos universités, car elle est nécessaire. D’abord en terme de moyens : l’Université a prouvé qu’elle peut exister bon an mal an à moyens constants ; donc, en la dotant de moyens supplémentaires, qu’ils soient humains ou matériels, elle peut faire des miracles ! Sur ces réformes, la FAGE a affirmé dès le début des négociations qu’elle était favorable à l’autonomie mais que cette dernière ne devait pas se faire à n’importe quel prix. Or, la première mouture du texte présenté par la ministre prévoyait une autonomie à la carte, avec un système à deux vitesses au profit des universités qui en ont les moyens, alors que l’État doit garantir le même statut pour toutes les universités. Le deuxième problème de cette réforme est la remise en cause de la démocratie universitaire, qui est un principe essentiel du service public d’enseignement supérieur français : on peut réduire la taille des conseils d’administration, mais la FAGE ne peut accepter que les étudiants soient les grands perdants avec une représentativité amoindrie par rapport aux enseignants et aux personnels. Il y a un an, le gouvernement créait l’ALINE, largement inspirée des propositions de la FAGE ; peux-tu nous expliquer en quoi consiste ce dispositif et quelles sont les revendications de la FAGE en ce qui concerne une allocation de rentrée ? TW : L’ALINE (Allocation d’installation étudiante) concerne 80 000 étudiants dits « décohabitants » (qui quittent le domicile familial pour s’installer) en leur apportant une aide de 300 €. L’Allocation de rentrée étudiante (ARE) demandée par la FAGE a une ambition bien plus grande : elle concerne tous les boursiers et les étudiants des classes moyennes. Nous ne l’avons pas obtenue, mais nous restons optimistes car c’est une revendication réaliste qui répond à un besoin manifeste des étudiants. C’est comme l’allocation de rentrée scolaire : elle était modeste au début pour donner quelque chose de satisfaisant aujourd’hui. Peutêtre que l’ALINE évoluera ainsi… En tout cas, la FAGE n’abandonnera pas cette revendication ! Après un an à présider une structure aussi grosse que la FAGE, peux-tu faire un bilan de cette expérience d’un point de vue personnel ? TW : C’est une expérience vraiment magique ! C’est une chance parce que c’est particulièrement enrichissant de s’engager pour améliorer la condition étudiante en agissant directement au cœur du processus de décision. C’est tout simplement une expérience unique qui m’a donné définitivement le virus de l’engagement : quoique je fasse de ma vie, l’engagement citoyen restera ancré en moi. Enfin, que conseillerais-tu à ceux qui veulent s’engager comme acteurs citoyens au sein des associations étudiantes ? TW : D’aller pousser la porte de leur association étudiante ou tout simplement d’en créer une si elle n’existe pas. Car créer une association étudiante, c’est créer du lien social, c’est créer une dynamique de projet au service des autres. Et ça permet de démontrer que les étudiants ne sont pas que des usagers mais aussi des acteurs d’un monde en mouvement ! m Propos recueillis par S.-J.A. EPICURE #1 septembre 2007 } 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :