Entreprendre n°291 juin 2015
Entreprendre n°291 juin 2015
  • Prix facial : 4,50 €

  • Parution : n°291 de juin 2015

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 180

  • Taille du fichier PDF : 61,5 Mo

  • Dans ce numéro : les petits génies de la reprise.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 90 - 91  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
90 91
Traduction et interprétariat Rédaction technique et traduction  : une évidence à l’heure de la mondialisation Notices d’utilisation ou de montage, liste d’ingrédients… de l’informatique à l’agroalimentaire, toutes les industries ou sociétés de service internationales passent par la rédaction de documentation technique  : à destination du grand public ou d’autres entreprises. Le rédacteur technique se doit de posséder une solide formation dans le domaine pour lequel il opère et cette compétence nécessite souvent de longues années d'expérience. Car, pour rédiger une documentation technique, il est nécessaire déjà de comprendre le produit, sa valeur ajoutée, son utilité. Une certaine forme de pédagogie est elle aussi nécessaire quand il faut rendre compréhensible le produit à des personnes qui ne l’utiliseront peut-être qu’une seule fois. Pour bien rédiger la documentation technique, le rédacteur doit être impliqué dans le cycle de vie de l'information. Il pourra s’impliquer en amont, pour la recherche d’une terminologie adaptée au produit, devra connaître les cibles commerciales, afin d’adapter son niveau de langage, jusqu’à la publication des textes, sur le web ou sur papier ; en effet, selon le support, il sera important d’organiser son texte de telle ou telle façon. Il devra être informé de la traduction éventuelle de son texte car si celui-ci est traduit ultérieurement, il devra le rédiger de façon à faciliter ce travail. La traduction technique  : s’assurer de la maîtrise métier en plus de la maîtrise de la langue… n Pour une bonne traduction, il est déjà essentiel de s’assurer de la qualité rédactionnelle du document d’origine  : si le texte comporte des erreurs de syntaxe, des fautes grammaticales ou d’orthographe, si le sens des phrases n’est pas clair, le document traduit ne sera pas de bonne qualité non plus. Vous pouvez en amont demander à l’agence de faire relire le document par un natif de la langue pour vous rassurer ou corriger le document. n Si votre document contient des éléments techniques, un verbatim lié à un domaine d’activité particulier, vous pouvez fournir à la société de traduction un lexique ; si vous n’en possédez pas, vous pouvez demander à l’agence de traduction d’en créer un surmesure qui servira dans toutes les traductions. Ainsi, le traducteur doit posséder une expérience métier concrète car l'acceptabilité de la traduction dépend de son adéquation et de la confiance qu'il inspire à un ensemble d'utilisateurs. Il appartient au traducteur de s’assurer que le document est facile à s'approprier et à utiliser, notamment en le dotant d'une architecture apte à conforter sa crédibilité. n Pour donner des repères au traducteur, vous pouvez lui communiquer l’adresse de quelques concurrents dont les textes sont déjà traduits ; cela lui donnera quelques informations utiles sur le vocabulaire à employer. n Si le texte a été traduit dans votre langue maternelle, faites une relecture. S’il contient des fautes, c’est peut-être que le traducteur soit n’est pas natif de la langue dans laquelle il traduit, soit que le texte d’origine n’est pas de qualité… Dans l’industrie ou le secteur informatique, par exemple, il existe de multiples options, qui peuvent être différentes d’un pays à l’autre, ce qui rend le travail du texte « source » beaucoup plus complexe qu’il n’y parait a priori. La rédaction technique doit suivre un processus qualité rigoureux. La rédaction technique transmet aussi une certaine image de l’entreprise et de ses produits à l’utilisateur. Si le fond doit être pertinent, simple, lisible, il faudra – par exemple dans l’industrie du luxe – que la forme également soit à la hauteur de la marque. 90 Entreprendre
Traduction et interprétariat CapMundi, votre partenaire pour conquérir le monde… Rédaction technique, traduction, interprétariat, accompagnement à l’international  : CapMundi a plusieurs cordes à son arc dans les services qu’elle offre aux entrepreneurs des Pays de la Loire et de Bretagne. Interview de José Martinez, dirigeant de CapMundi. Publireportage Vous êtes une agence de traduction  : comment vous positionnez-vous ? A nos yeux, la traduction n’est pas qu’un exercice linguistique. La langue maternelle du traducteur doit être avant tout celle du métier de notre client. Le plus beau compliment que l’on puisse nous faire, n’est pas de nous féliciter pour notre niveau d’anglais, mais pour notre maîtrise du sujet  : « vous avez fait des études de mécanique ? » voilà ce que nous aimons entendre ! En outre, les outils d’aide à la traduction (mémoires de traduction et bases de données terminologiques) permettent aujourd’hui de gagner en qualité et en productivité. Encore fautil les maîtriser ! C’est pourquoi nous formons les traducteurs avec lesquels nous collaborons de manière régulière, tant au maniement des logiciels qu’à la connaissance du métier de nos clients. La traduction est un métier, et on oublie souvent que le document a d’abord été rédigé, mais par qui ? Pendant des années nous avons traduit des documents que d’autres rédigeaient. Très vite nous nous sommes rendu compte que rédaction et traduction étaient intimement liées. En étroite collaboration avec le bureau d’études de nos clients, nous rédigeons des modules de texte et nous construisons une bibliothèque d’illustrations que nous assemblons ensuite comme eux assemblent leurs machines. La modularisation nous permet de réduire les délais de réalisation et facilite les mises à jour ainsi que les traductions. Nous venons d’investir dans un logiciel qui nous permet de travailler en mode collaboratif avec nos clients et d’automatiser ensuite la mise en page sur différents supports. Le métier de rédacteur n’est pas très connu en France, mais les besoins des entreprises dans ce domaine ne cessent de croître, mais c’est là un autre sujet ! Vous produisez des contenus techniques pour l’entreprise  : qui a besoin de vos services ? Potentiellement toutes les industries, notamment les constructeurs de machines qui doivent répondre à la directive européenne. L’objectif de la rédaction technique est de fournir à l’utilisateur final une documentation, dans sa langue, qui lui permette d’être autonome avec le matériel acquis et d’en faire un usage performant en toute sécurité. Vous accompagnez les entreprises dans leur développement international  : pouvez-vous détailler le type de prestations fournies ? Ecouter nos clients et apporter des réponses à leurs multiples besoins fait partie de notre ADN. C’est ce qui au fil des ans nous a conduits à mettre en place une équipe pluridisciplinaire qui exerce plusieurs métiers. Une TPE ou une PME qui démarre à l’international se trouve d’emblée confrontée à toute un ensemble de contraintes nouvelles  : langue, culture, normes, législation et procédures douanières dès la première vente. CapMundi, un engagement territorial José Martinez est le Délégué départemental pour la Loire-Atlantique de « Produit en Bretagne », première marque collective territoriale en France avec plus de 350 membres et 100.000 emplois dont 19.000 dans le 44. Un réseau qui milite pour la défense de l’emploi local. A compétence égale, CapMundi fait appel à des « traducteurs locaux » situés dans un rayon de 300 km autour de Nantes. Infos & contact  : Tél. +33 (0)2 40 52 70 50 contact@capmundi.com www.capmundi.com Entreprendre 91



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 1Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 2-3Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 4-5Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 6-7Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 8-9Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 10-11Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 12-13Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 14-15Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 16-17Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 18-19Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 20-21Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 22-23Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 24-25Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 26-27Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 28-29Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 30-31Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 32-33Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 34-35Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 36-37Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 38-39Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 40-41Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 42-43Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 44-45Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 46-47Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 48-49Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 50-51Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 52-53Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 54-55Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 56-57Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 58-59Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 60-61Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 62-63Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 64-65Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 66-67Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 68-69Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 70-71Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 72-73Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 74-75Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 76-77Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 78-79Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 80-81Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 82-83Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 84-85Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 86-87Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 88-89Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 90-91Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 92-93Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 94-95Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 96-97Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 98-99Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 100-101Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 102-103Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 104-105Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 106-107Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 108-109Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 110-111Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 112-113Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 114-115Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 116-117Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 118-119Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 120-121Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 122-123Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 124-125Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 126-127Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 128-129Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 130-131Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 132-133Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 134-135Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 136-137Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 138-139Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 140-141Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 142-143Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 144-145Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 146-147Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 148-149Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 150-151Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 152-153Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 154-155Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 156-157Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 158-159Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 160-161Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 162-163Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 164-165Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 166-167Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 168-169Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 170-171Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 172-173Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 174-175Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 176-177Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 178-179Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 180