Entreprendre n°291 juin 2015
Entreprendre n°291 juin 2015
  • Prix facial : 4,50 €

  • Parution : n°291 de juin 2015

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 180

  • Taille du fichier PDF : 61,5 Mo

  • Dans ce numéro : les petits génies de la reprise.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 102 - 103  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
102 103
Traduction et interprétariat La traduction assermentée  : pourquoi et comment ? La traduction assermentée a pour but de traduire un certain nombre de documents. Elle constitue l’unique moyen d’authentifier et d’officialiser un document traduit devant les autorités administratives ; c'est à dire qu'il s'agit d'une traduction certifiée et reconnue. Pour qu’une traduction soit certifiée il faut qu’elle ait été réalisée par un traducteur expert près d’une Cour d’Appel ou Cour de Cassation. Le particulier comme l’entreprise peuvent avoir besoin de faire appel à une traduction assermentée. Le particulier utilise la traduction assermentée pour traduire par exemple, des actes de mariage, de naissance, de divorce, des diplômes, un casier judiciaire, une procuration, carte grise, permis de conduire, des actes notariés ou encore des pièces administratives. Cela peut concerner aussi sa vie professionnelle comme pour la traduction d’un curriculum vitae, un ancien ou nouveau contrat de travail… L’entreprise fait appel à la traduction assermentée pour la traduction de ses statuts, un acte d’achat ou de vente, un extrait K-bis, des conditions générales de vente, la diffusion internationale d’un cahier des charges… Il est très important de savoir dès le début de la prise en charge du dossier si une traduction certifiée est nécessaire ou non car le prix et le délai de réalisation diffèrent sensiblement de ceux d’une traduction non-certifiée (plus généralement appelée « traduction libre »). Une traduction certifiée coûte en effet beaucoup plus cher (le traducteur assermenté engage sa responsabilité) et nécessite des délais plus importants (les traducteurs assermentés sont beaucoup moins nombreux que leurs confrères non‐assermentés, et sont donc très sollicités et peu disponibles). Les traducteurs-experts valident le contenu des documents traduits, de façon totalement conforme aux originaux. Les documents ainsi officialisés portent alors la mention « traduction certifiée conforme à l’original », suivie d’un cachet, et de la date et de la signature du traducteur assermenté. La responsabilité du traducteur assermenté est ainsi particulièrement importante. Celui-ci doit faire preuve d’une rigueur et d’une précision extrêmes, car les documents authentifiés sont généralement destinés à être produits en justice ou à servir de référence devant toutes les administrations publiques. Une fois le document traduit, le particulier ou l’entreprise peuvent être obligés de faire authentifier le document vis-à-vis du pays destinataire à travers une démarche de légalisation. Cette procédure de légalisation consiste à authentifier la signature et le sceau de l’autorité, la qualité et le nom du signataire. Cette validation est purement formelle et ne concerne pas le contenu du document. Certaines agences de traduction se chargent d’effectuer les démarches administratives auprès du ministère des Affaires étrangères, des Ambassades et autres Autorités habilitées à authentifier les documents traduits. En fonction des conventions établies avec les pays concernés, les démarches et les autorités aptes à légaliser le document peuvent différer. La légalisation d’un document peut nécessiter de monter un dossier complet avec plusieurs pièces administratives et parfois, une première certification par un notaire ou une Chambre de Commerce, l’Apostille de la Cour D’Appel dont dépend le traducteur assermenté à l’origine de la traduction, ou/et la légalisation par le Ministère des Affaires étrangères ou/et l’ambassade du pays concerné. Le traducteur-expert peut également tenir une fonction d’interprète au cours d’une audience ou d’une instruction. 102 Entreprendre
Traduction et interprétariat Explorer de nouveaux marchés grâce à 2M Language Services Créée en 1999, 2M Language Services aide les entrepreneurs français à conquérir et à affirmer leur présence à l’international grâce à une communication juste et pertinente vers les clients ciblés du pays de destination. Entretien avec Tea C Dietterich, CEO de 2M Language Services. Publireportage La communication internationale est déterminante pour convaincre un client ou remporter un appel d’offre  : quels services proposez-vous ? 2M est une agence de traduction spécialisée dans la communication et travaille avec des entreprises qui souhaitent accéder à de nouveaux marchés à travers le monde. 2M propose la localisation de sites Internet, des médias sociaux, de tous les supports marketing et de la documentation technique  : nos clients ont ainsi l’assurance que le contenu dans la langue étrangère soit culturellement approprié et adapté à l’optimisation des moteurs de recherche (SEO) du pays ciblé car la recherche d’un produit ou d’un service sur les moteurs de recherche varie énormément d’un pays à l’autre. 2M Language Services soutient les entreprises et collabore par exemple avec TransDev, Keolis, Veolia et Thales. 2M propose aussi des services de traduction vidéo, la production de sous-titrages et de voixoff dans son studio d’enregistrement. 2M fournit également des interprètes de conférences lors d’évènements internationaux  : conférences de GAFI, du G20 et de la Banque Mondiale. Quelles technologies utilisez-vous et pourquoi ? 2M utilise les outils de TAO (traduction assistée par ordinateur) les plus performants pour garantir une consistance terminologique et une assurance qualité stricte. Nous créons aussi des mémoires de traduction ; chaque client optimise ainsi ses investissements car seuls les nouveaux mots sont facturés dans la mise à jour de documents. Notre système nous permet d’intégrer les textes au CMS du site Internet et les mises à jour sont automatiques. +33 (0)9 53 82 45 59 @2mtraduction paris@2m.com.au www.2m.com.au Verba Translations, la traduction « haute couture » Créée en 1997, Verba Translations est aujourd’hui un groupe de traduction très fortement spécialisé dans certains domaines d’activité. Entretien avec Brigitte Lacroix, Directrice chargée du développement de Verba Translations. Quels sont les champs d’action de Verba Translations ? Nous apportons notre savoir-faire de traduction - localisation dans les domaines de la communication, la culture et le patrimoine, le droit et la finance, les nouvelles technologies, le luxe et les cosmétiques. Notre équipe est exclusivement composée de linguistes très spécialisés ; par exemple dans le domaine du droit, pour une parfaite maîtrise de la terminologie, nous ne travaillons qu’avec des juristes professionnels. Les agences de traduction Polyphonia et Antiope Traductions, respectivement expertes dans le secteur du luxe et celui du droit, ont été acquises pour offrir à nos clients une très haute qualité de prestation dans leurs domaines. Comment vous différenciez-vous ? Notre positionnement est très qualitatif. Nos process vont bien au-delà de la norme européenne de qualité EN 15038. Nous ne répondons aux demandes des agences de communication et des entreprises que pour des sujets où nous sommes certains de livrer des traductions directement publiables. Pour atteindre ce niveau d’excellence, nous effectuons plusieurs relectures et nous nous attachons à adapter le document à la culture du pays. Compte tenu du travail effectué sur le texte traduit, presque réécrit parfois, nous restons très compétitifs. Quelle est votre principale force ? C’est notre clientèle ! Depuis des années, nous bénéficions de la fidélité de nos clients. Étant une agence à taille humaine exclusivement composée de linguistes expérimentés, les clients nous confient leurs dossiers les yeux fermés. Infos & contact  : www.verba-translations.com Entreprendre 103



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 1Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 2-3Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 4-5Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 6-7Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 8-9Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 10-11Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 12-13Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 14-15Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 16-17Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 18-19Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 20-21Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 22-23Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 24-25Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 26-27Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 28-29Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 30-31Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 32-33Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 34-35Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 36-37Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 38-39Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 40-41Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 42-43Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 44-45Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 46-47Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 48-49Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 50-51Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 52-53Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 54-55Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 56-57Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 58-59Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 60-61Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 62-63Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 64-65Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 66-67Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 68-69Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 70-71Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 72-73Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 74-75Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 76-77Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 78-79Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 80-81Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 82-83Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 84-85Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 86-87Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 88-89Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 90-91Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 92-93Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 94-95Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 96-97Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 98-99Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 100-101Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 102-103Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 104-105Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 106-107Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 108-109Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 110-111Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 112-113Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 114-115Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 116-117Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 118-119Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 120-121Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 122-123Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 124-125Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 126-127Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 128-129Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 130-131Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 132-133Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 134-135Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 136-137Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 138-139Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 140-141Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 142-143Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 144-145Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 146-147Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 148-149Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 150-151Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 152-153Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 154-155Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 156-157Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 158-159Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 160-161Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 162-163Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 164-165Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 166-167Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 168-169Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 170-171Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 172-173Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 174-175Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 176-177Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 178-179Entreprendre numéro 291 juin 2015 Page 180