Entreprendre n°287 février 2015
Entreprendre n°287 février 2015
  • Prix facial : 4,50 €

  • Parution : n°287 de février 2015

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 212

  • Taille du fichier PDF : 48,7 Mo

  • Dans ce numéro : milliardaires à 30 ans... comment font-ils fortune si vite ?

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 180 - 181  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
180 181
180 Entreprendre Succès Une réussite à la force du poignet GAEL BONNEL SANCHEZ Un Français à Hollywood NNé le 25 août 1985 à Pau, la passion du théâtre et du cinéma l’anime dès son enfance. Il se lancera d’abord dans une carrière de footballeur mais son agent véreux le dégoutera de ce milieu. Il décidera donc te tourner la page en allant vivre en Espagne pour travailler dans l’univers de la mode. Pourtant, Gaël continuera de rêver secrètement de cinéma… Adorant créer, investir et entreprendre, le milieu du cinéma l’attire toujours. Il refuse pourtant certains projets et attend le bon moment pour éclore. Il choisira le long métrage qu’il a écrit intitulé « La Dame Blanche », un thriller/fantastique mêlant paranormal, faits divers et enquêtes, sur cette fameuse légende présente dans tous les pays du monde qu’il était temps de dévoiler… ! Auriez-vous pu monter ce projet avec autant de « facilité » en France ? Le fait d’aller à Hollywood a-t-il permis d’accélérer le projet et de lui donner de la consistance ? En France, il existe malheureusement des barrières qui sont posées et qui empêchent d’évoluer. Lorsque vous êtes dans un secteur, vous vous devez d’y rester ! Si on n’est pas dans le cinéma depuis 30 ans, il faut se battre et s’imposer, ce que j’essaye de faire et qui commence à porter ses fruits. Je n’ai pas hésiter à pousser les portes, voir les enfoncer pour arriver à me faire entendre... Tandis qu’à Hollywood, aux Etats- Unis en général, ils acceptent tous les profils tant que les idées sont bonnes et les projets bien menés. Gael Bonnel Sanchez et Victoria Bonya. Concernant la recherche de financements, comment vous y êtes-vous pris pour attirer des investisseurs et valoriser votre projet (votre œuvre d’art) ? Toute la difficulté consiste à monétiser du vent dans la mesure où un projet de cinéma n’est pas palpable. C’est une histoire qu’il faut raconter en très peu de temps en réussissant à capter l’attention et en embarquant ses interlocuteurs dans l’histoire. Le scénario est jalonné de surprises et de rebondissements afin que la personne ait envie d’en savoir plus et se laisse séduire. J’ai investi environ 100.000 euros de ma poche en cumulant mes économies, un prêt bancaire et l’aide de mes parents. Serge Patrice, l’associé avec qui j’ai monté cette boite de production BSP Pictures, a également investi à hauteur de 100.000 euros. Dans le « À Hollywood, aux Etats- Unis en général, ils acceptent tous les profils tant que les idées sont bonnes et les projets bien menés. » monde du cinéma, le producteur « doit » investir les « 5% du producteur », nous avons donc satisfait cette règle et nous sommes à présent à la recherche des fonds complémentaires mais nous avons la chance d’être entourés de personnes disposant d’une force de frappe financière importante, d’une finesse et une compréhension artistique ; des personnes ayant conscience de l’impact qu’aura ce film de par son côté novateur et des benefices qu’il va engendrer. Si je comprends bien, vos investisseurs ne sont pas de purs financiers ? Ce sont des personnes avec une grande capacité financière, ayant la possibilité d’investir et s’intéressant au projet. Nous ne voulons pas de personnes qui ne s’intéressent pas à notre histoire et qui souhaitent simplement injecter de l’argent. Il serait facile d'accepter ce profil mais nous n'en voulons pas. Notre premier investisseur qui avait l’habitude d’investir dans l’immobilier ne comprenait pas certains éléments artistiques à prendre en considération. Il n’arrivait pas à avoir ce ressenti artistique. Investir dans un film peut rapporter énormément... Encore faut-il en avoir cette sensibilité artistique pour mener à bien ce projet. Nous avons décidé de dire stop à ces personnes qui nous ralentissaient... Nous voulons faire profiter de cette aventure, qui ne sera pas qu’un one shot mais du long terme, aux personnes réellement passionnées. Nous sommes confiants car nous avons conscience de l'aspect révolutionnaire de notre film. Par chance, nous avons l'un des meilleurs réalisateurs, l'un des pionniers en effets spéciaux au monde qui nous a ouvert les yeux sur une nouvelle façon de tourner grâce à la mise à disposition d'une technologie récente et d'une
« Nous avons l’un des meilleurs réalisateurs, pionniers en effets spéciaux au monde... » réalisation novatrice que seuls quelques réalisateurs sont pour le moment capables de maîtriser pour en proposer un contenu efficace et "explosif". Nous serons à mesure d'annoncer prochainement (contrat en finalisation lors de l'écriture de cet article) d'être le premier film français et parmi les premiers films au monde à tourner de cette façon et qui mettra désormais le spectateur en immersion totale, au centre de l’action. Cette nouvelle manière de filmer sera le cinema du futur et nous avons décider d'embrasser à 100% cette direction et ce tournant. Le marché est énorme… Un marché ouvert qui permet une distribution mondiale et simultanée. C'est simple, dans notre business plan basé sur les chiffres officiels, nous prévoyons, en gardant la tête sur les épaules et en le démontrant de manière réaliste, un gain de 50 000 millions de dollars minium pour un investissement de 6.5 millions USD. La cerise sur le gâteau ? D'avoir une actrice bankable américaine, star internationale qui rentre dans ce budget ! Et qui apporte en sus une certaine garantie sur la distribution et les ventes. Pour résumer, nous produisons un film qui offrira cette nouvelle expérience spectaculaire, un film qui sera l'avenir du cinema mais aussi qui comptera dans son casting comme je le disais une actrice Serge Patrice, le réalisateur Pitof et Gael Bonnel Sanchez. star internationale. Un film avec des acteurs de qualités, fédérateurs (des millions de fans dans leur propre pays) et qui fera partie des premiers films mondiaux à être proposé sur cette plateforme qui elle même sera distribuée par millions dans tous les pays du globe et qui sera en manque de contenu ; Le tout en ayant un budget inférieur à celui d'un film d'auteur français qui est d'environ 7 millions d’euros et bien sûr inférieur à celui d'un film US (budget moyen d'environ 40 millions USD). C'est aussi, entre autres, cette ouverture de marché qui n'arrive que très rarement dans une vie artistique qui permet de nous positionner de manière favorable dans cette fameuse loi de l’offre et la demande et qui nous permet d'afficher ces résultats minimums de 50 millions USD. Je le rappelle, tout cela pour un budget de 6.5 millions USD ! Un budget qui est donc inférieur à un film d'auteur français et qui frôle le budget d’un téléfilm sans en rechigner, comme vous l'aurez compris, sur la qualité mais en y apportant en plus une nouvelle vision et expérience ! Nous sommes excités de faire partie de ce nouveau marché, de ce tournant cinématographique. Vous comprenez pourquoi nous ne sommes pas inquiets quant-à cette question d'investissement. Nous avons déjà nos contacts et ne doutons pas, en tout modestie, qu'il y en aura en plus de nouveaux après l'annonce officielle de notre film sur ce nouveau support nouvelle génération. Le tout sera de choisir des personnes passionnées, de confiance et humaines… Vous projetez-vous au delà de ce projet ? Un second scénario est déjà en cours. Pour le premier, j’ai écrit l’histoire entière, mais je l’ai transmise à une dialoguiste qui a écrit les dialogues pour parfaire le scénario. Je ferai de même pour le deuxième projet. Le nouveau scénario porte sur le thème de la planète Mars, il comporte également des effets de surprise et toujours réalisé de cette même manière novatrice, c’est un peu l’idée de notre production pour tenir en immersion notre public. Ce nouveau film sera tourné dans le désert américain afin de recréer l’univers martien. Propos recueillis par Isabelle Jouanneau Entreprendre 181



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 1Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 2-3Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 4-5Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 6-7Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 8-9Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 10-11Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 12-13Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 14-15Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 16-17Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 18-19Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 20-21Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 22-23Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 24-25Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 26-27Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 28-29Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 30-31Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 32-33Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 34-35Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 36-37Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 38-39Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 40-41Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 42-43Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 44-45Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 46-47Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 48-49Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 50-51Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 52-53Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 54-55Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 56-57Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 58-59Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 60-61Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 62-63Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 64-65Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 66-67Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 68-69Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 70-71Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 72-73Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 74-75Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 76-77Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 78-79Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 80-81Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 82-83Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 84-85Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 86-87Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 88-89Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 90-91Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 92-93Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 94-95Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 96-97Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 98-99Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 100-101Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 102-103Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 104-105Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 106-107Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 108-109Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 110-111Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 112-113Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 114-115Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 116-117Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 118-119Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 120-121Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 122-123Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 124-125Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 126-127Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 128-129Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 130-131Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 132-133Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 134-135Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 136-137Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 138-139Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 140-141Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 142-143Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 144-145Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 146-147Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 148-149Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 150-151Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 152-153Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 154-155Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 156-157Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 158-159Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 160-161Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 162-163Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 164-165Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 166-167Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 168-169Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 170-171Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 172-173Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 174-175Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 176-177Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 178-179Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 180-181Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 182-183Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 184-185Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 186-187Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 188-189Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 190-191Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 192-193Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 194-195Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 196-197Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 198-199Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 200-201Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 202-203Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 204-205Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 206-207Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 208-209Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 210-211Entreprendre numéro 287 février 2015 Page 212