Entreprendre n°213 juin 2007
Entreprendre n°213 juin 2007
  • Prix facial : 4,90 F

  • Parution : n°213 de juin 2007

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (206 x 294) mm

  • Nombre de pages : 116

  • Taille du fichier PDF : 166 Mo

  • Dans ce numéro : à l'assaut de Coca... Renaud Meger-Tissiere et Benoît Metayer lancent la boisson aux plantes.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 34 - 35  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
34 35
Les fines gueules Le déjeuner d'Entreprendre avec Robert Lafont et de Michel Clerc a/tends. » Et ça s'est précipité. Il m'a appelé : « Il faut venit : La situation est grave. L'Iran a besoin d'avoir des conseils. » Airy Routier : Dam quel camp est M. Velayati ? Roland Dumas : Celui de Rafsandjani. Derrière tout ce monde dont nous parlons, il y a le guide suprême qui swveil/e tout et donne des avis. tenu de la faiblesse de Bush et compte tenu de la situation internationale, les Américains n'oseront pas agil : C'est une partie très difficile qui se joue en Iran actuellement. Rafsandjani s'est déclaré très nettement contre la bombe. Khamenei a fait une déclaration très impol1ante qui est passée totalemem inaperçue : « L'Iran André Bercoff lavee Michel Clerc, Evelyne Pathouot et Harold) vient de publier chez Albin Michel Retour au pays nata/(pour lui, c'est le Liban) chargé de nostalgie et d'inquiétude. En ce début de l'été, c'est le meilleur essai, le plus sensible et le plus réaliste, sur la tragédie du Liban et l'amitié franco-libanaise. Par exemple, il a demandé à Velayati de se rendre à Moscou pour rencomrer Pouline. Tout ce qui est important est décidé par le guide suprême, twtammem la politique étrangère. Airy Routier : Est-ce qu'ils ont peur que les Américains a/laquent leurs pôles nucléaires ? Roland Dumas : Oui. Airy Routier : Nonnalement, si le clan des faucons l'emporte aux élections, une intetvention armée pourrait avoir lieu à la mi-mai, selon les experts. Macha Méril : C'est une catastrophe. C'est la guerre mondiale dans ce cas. Airy Routier : 18000 missiles sur 18 sites en 40 jours sans débarquernent. Roland Dumas : Surtout pas de débarquement. Ils disent à chaque fois : « On ne ref era pas le coup de l'Indochine, du Vietnam ou de l'Irak. » Et à chaque fois, ils sont obligés de me/tre des hommes à terre. C'est vrai qu'une imen, emion américaine entre dans les calculs et les raisonnements des Iraniens. En même temps, ils espèrent que, compte 34- Entreprendre N °2 13- Juin 2007 n'aura jamais la bombe atomique. » Christian Charrière-Bournazel : Roland Dumas, je voudrais vous demander avec tout le respect que j'ai pour vous mais avec fermeté tout de même. J'ai lu dans L'Express une chose insupportable qui n'est certainement pas possible. Vous aurie. déclaré qu'il fallait que l'Iran ait la bombe atomique parce que ce serait 1111 rééquilibrage de la région dominée par Israël ? Roland Dumas : Le hasard a fait que j'aie fait une déclaration le même jour que Jacques Chirac. On ne s'était pas concertés. Il a dit la même chose que moi. Mais lui s'est rétracté après. En réalité, j'ai dit la chose suivante : je ne souhaite pas que l'Iran ait la bombe. Mais s'ilia possède. ce ne sera pas un malh eto : Pourquoi ? Parce que ça rétablira dans la région un équilibre qui sera salutaire. Comme l'équilibre entre le Pakistan et l'Inde. Ces deux pays se font la guerre depuis 1947 pour le Cachemire. Maintenant qu'ils ont chacun la bombe, ils discutent et négocient. Même quand il y a des al/el1/ats, ils conti- nuent à discuta André Bercoff : Vous sa vez très bien, et Roland Dtmtas mieux que personne, que si l'Iran a la bombe atomique, les puissances sunnites voudmnt l'avoir aussi, en premier lieu l'Egypte. Si vous dÎtes que la nucléarisation de tout le Moyen-Orient est une avancée c'est le problème, il faut le résoudre. Mais vou s n'empêcherez pas la prolifération. Actu ellement, dan s le Proche- Orient, un seul pays a la bombe, c'est Israël. Un seul pays qui fait/a loi. fln'a pas de contrepartie. Le seul pays qui pourrait élever la voix, ce sont les États-Unis. Mais ils ne le f ont pas. Ils L'ex -assistante de Ségolène Royal n'a toujours pas digéré la manière avec la quelle elle a été éconduite. pour la paix, je vous souhaite bien du plaisit : Si l'Iran a la bombe, l'Egypte l'aura aussi et c'est normal. Roland Dumas : Jacques Chirac a eu raison lorsqu'il a dit : « Le problème n'est pas celui de la bombe atomique iranienne, il est celui de la prolifération. » Si soutiennent à 100% Isra ël. Vous n'aurez jamais d'équilibre. Vous aurez toujours des attentats. La guerre dure depuis trois générations. André Bercoff : On ne peut pas dire qu'Israël fasse la loi au Moyen-Orient. Roland Dumas : Macha Méril avait rallié le camp de Bayrou plusieurs semaines avant l'élection du 6 mai. Cette ancienne trotskiste, qui a du sang russe dans les veines et le génie du théâtre, a dépassé la 2oode la pièce d'Oscar Wilde L'imporlance d'être constant qu'elle a jouée depuis le début de la saison au théâtre Antoine. Le duo Ségo-Sarko révèle de mauvais comédiens. Elle garde un souvenir nostalgique des deux affrontements en 1974 et 1981 entre Giscard et Mitterrand, un duo ressuscité, dans le texte, au théâtre de la Madeleine par deux acteurs de haute qualité : Jacques Weber et Jean-François Balmer.
au Sofitel Arc de Triomphe Evelyne Pathouot a souffert sous Ségolène comme assistante parlementaire en Poitou-Charentes. Son livre Ségolène Royal : Ombre et lumière (éditions Michalonl est un portrait qui révèle, au quotidien, le vrai visage de Madame Royal. Si ! André Bercoff : Et l'Arabie Saoudite ? Et l'Iran ? Et l'Egypte ? Roland Dumas : Dès qu'il y a une guerre comme au Liban, c'est Israël qui fait la loi. Le devoir d 1 ingérence Michel Clerc : M. Asselineau, vous êtes sorti deuxième de l'ENA et vous avez été le patmn de l'intelligence économique à Bercy. À la différence de beaucoup de fonctionnaires, vous avez des idées précises sur quelques sujets cruciaux : l'ingérence, la non-ingérence, la communauté eumpéenne et les excès de Bruxelles. Tout cela fait de vous un haut fonctionnai re assez atypique. Vous avez la parole. François Asselineau : Il y a quelque chose qui n'a pas été prononcé autour de cette table, c'est le mot du dmit. Il y a un droit international public qui existe depuis quatre siècles avec le juriste néerlandais Grotius. Et c'est la noblesse de la pensée occidentale que de l'avoir mis au jour. J'aimerais que l'on parle de tous ces sujets au regard du droit. Christian Chanrière-Boumazel : Le droit est l'intermède des forces. François Asselineau : Ce qui a fait le magistère moral de l'Occident, c'est le respect du droit. Vu des pays du Moyen­ Orient, du monde perse, des pays en voie de développement, est-ce que l'Occident est l'incarnation du dmit ? Non ! Robert Latont : Mais la France, oui ! François Asselineau : Actuellement, est-ce que l'Iran viole le droit international public ? Non ! Est-ce que les Etats-Unis violent le dmit international public ? Oui ! André Bercoff : Je voudrais répondre. Au Rwanda, qui violait le droit internaTional ? Au D(//fow ; vous avez des miliciens soudanais qui éventrent d'auTres musulmans à l'heure où nous parlons er rous les jours. Où est le droit internaTional ? Où était l'ONU au Cambodge ? Au Rwanda ? La commission des droiTs de l'homme de l'ONU est dirigée par un Libyen. Ne me fàites pas rigoler avec le droit inTernational. C'est une notion de nallfis pendant que les peuples du tiers-monde se font gentimenT massacrer par leurs propres dictaTeurs. Je rappelle que Saddam Hussein a fait tuer un million de personnes lors de la guerre Iran-Irak. Et qu'il a tué 300000 personnes de son propre peuple. Et vous venez me parler du dmit ? C'est une plaisanterie de potaches. Soyons sérieux. Christian Charrière-Bournazel : M. Dumas, quand vous étiez minisTre, j e vous avais suggéré de créer la notion de délit de non-ingérence. Le dé/ir d'ingérence serait une sorte de faute internationale. Le fait de ne pas porrer assistance à wz pays en danger est un crime. Combien d'États onr accepté de signer la convenTion de Rome de 1998 sur la Cour pénale internationale (CP !) ? L'Amérique y résiste. Combien de chefs d'Erars so/11 prêts à se livrer à la justice internationale demain ? Aucun. On ne voit pas émerger une sorte de conscience universelle correspondanT à ce que disaiT LamarTine : « Oh insensé qui emir que je ne suis pas roi. » Combien sont prêts à le répé­ Ter ? Il v a une sorTe de désespérance. Mais ça ne nous empêchera pas de nous battre et de faire face. Roland Dumas : Le premier pays au monde qui a la puissance et qui a le rayonnement, ce sont les Étals-Unis. Ils sont contre toutes ces organisations. Sur le Proche-Orient, les Américains ne veulent entendre parler personne. Pendant cinq ans, j'ai lutté pour avoir un siège aux conférences internationales sur le Proche­ Orient. Parce qu'on nous disait : « Ça ne vous regarde pas » Il ne fallait pas que les trublions, les Français, s'en mêlent. Ceux dont vous parlez qui ont le pouvoir de créer cet ordre internaTional ne le font pas. L•Europe de Bruxelles est-elle une banlieue de Washington ? Michel Clerc : Je voudrais entendre M. Asselineau qui a été interrompu. Il n'est pas tendre avec la Commission de Bruxelles et l'hégémonie exercée par les États-Unis. François Asselineau : Je vais peut-être prendre à rebrousse-poil M. Roland Dumas. Roland Dumas : Je m'y attendais. François Asselineau : Au moment même où M. Dunws célébrait, d'ailleurs à Berlin, les 50 ans du traité de Rome, j'organisais moi-même, avec dix fois moins de personnes, la Roland Dumas (ici à la gauche de Robert Lafontl, toujours fidèle à nos déjeuners, vient de publier Affaires étrangères (éditions Fayard) où il évoque les épisodes de la. diplomatie française qui l'ont le plus marqué à l'époque où, sous Mitterrand, il en était le patron. Etonnamment, cet octogénaire continue de parcourir la planète pour entretenir ses amitiés avec les chefs d'Etat qu'il a connus et avec lesquels il pratique encore une sorte de diplomatie parallèle. Photos : Alaùz Maroua ni Entreprendre N °213- Juin 2007 - 35



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Entreprendre numéro 213 juin 2007 Page 1Entreprendre numéro 213 juin 2007 Page 2-3Entreprendre numéro 213 juin 2007 Page 4-5Entreprendre numéro 213 juin 2007 Page 6-7Entreprendre numéro 213 juin 2007 Page 8-9Entreprendre numéro 213 juin 2007 Page 10-11Entreprendre numéro 213 juin 2007 Page 12-13Entreprendre numéro 213 juin 2007 Page 14-15Entreprendre numéro 213 juin 2007 Page 16-17Entreprendre numéro 213 juin 2007 Page 18-19Entreprendre numéro 213 juin 2007 Page 20-21Entreprendre numéro 213 juin 2007 Page 22-23Entreprendre numéro 213 juin 2007 Page 24-25Entreprendre numéro 213 juin 2007 Page 26-27Entreprendre numéro 213 juin 2007 Page 28-29Entreprendre numéro 213 juin 2007 Page 30-31Entreprendre numéro 213 juin 2007 Page 32-33Entreprendre numéro 213 juin 2007 Page 34-35Entreprendre numéro 213 juin 2007 Page 36-37Entreprendre numéro 213 juin 2007 Page 38-39Entreprendre numéro 213 juin 2007 Page 40-41Entreprendre numéro 213 juin 2007 Page 42-43Entreprendre numéro 213 juin 2007 Page 44-45Entreprendre numéro 213 juin 2007 Page 46-47Entreprendre numéro 213 juin 2007 Page 48-49Entreprendre numéro 213 juin 2007 Page 50-51Entreprendre numéro 213 juin 2007 Page 52-53Entreprendre numéro 213 juin 2007 Page 54-55Entreprendre numéro 213 juin 2007 Page 56-57Entreprendre numéro 213 juin 2007 Page 58-59Entreprendre numéro 213 juin 2007 Page 60-61Entreprendre numéro 213 juin 2007 Page 62-63Entreprendre numéro 213 juin 2007 Page 64-65Entreprendre numéro 213 juin 2007 Page 66-67Entreprendre numéro 213 juin 2007 Page 68-69Entreprendre numéro 213 juin 2007 Page 70-71Entreprendre numéro 213 juin 2007 Page 72-73Entreprendre numéro 213 juin 2007 Page 74-75Entreprendre numéro 213 juin 2007 Page 76-77Entreprendre numéro 213 juin 2007 Page 78-79Entreprendre numéro 213 juin 2007 Page 80-81Entreprendre numéro 213 juin 2007 Page 82-83Entreprendre numéro 213 juin 2007 Page 84-85Entreprendre numéro 213 juin 2007 Page 86-87Entreprendre numéro 213 juin 2007 Page 88-89Entreprendre numéro 213 juin 2007 Page 90-91Entreprendre numéro 213 juin 2007 Page 92-93Entreprendre numéro 213 juin 2007 Page 94-95Entreprendre numéro 213 juin 2007 Page 96-97Entreprendre numéro 213 juin 2007 Page 98-99Entreprendre numéro 213 juin 2007 Page 100-101Entreprendre numéro 213 juin 2007 Page 102-103Entreprendre numéro 213 juin 2007 Page 104-105Entreprendre numéro 213 juin 2007 Page 106-107Entreprendre numéro 213 juin 2007 Page 108-109Entreprendre numéro 213 juin 2007 Page 110-111Entreprendre numéro 213 juin 2007 Page 112-113Entreprendre numéro 213 juin 2007 Page 114-115Entreprendre numéro 213 juin 2007 Page 116