Entreprendre Commerce n°5 mar/avr/mai 2009
Entreprendre Commerce n°5 mar/avr/mai 2009
  • Prix facial : 6,95 €

  • Parution : n°5 de mar/avr/mai 2009

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 40,2 Mo

  • Dans ce numéro : ouvrir un restaurant... bistrot, fast food, tradition ou chaîne ?

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 64 - 65  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
64 65
Projet ENTREVUE « A LA UNE » Elle innove avec son concept bientôt en franchise « Clinic du cheveu Hélène Chevalier » : « Il ne faut jamais renoncer à ses rêves ! » Parmi les créateurs innovants de l’année, impossible de ne pas se pencher sur le parcours atypique de Nadia Batata. Originaire de Kabylie, cette jeune orléanaise démarre dans la vie professionnelle à 16 ans par l’apprentissage de la coiffure. C’est en 1993 qu’elle monte sa première entreprise capillaire à Fortde-France. 13 ans plus tard, elle se lance avec cœur et passion dans sa première clinique du cheveu qu’elle baptise Hélène Chevalier. 2009 sera pour elle l’année de tous les défis avec l’ouverture de son concept porteur à la franchise. Celle qui se considère comme une autodidacte n’en revient toujours pas du succès rencontré. Un bel exemple de réussite pour tous les jeunes créateurs ! Racontez-nous votre parcours. Tout commence à Orléans avec votre CAP de coiffure… 64 Nadia Batata, 40 ans, a tout pour réussir dans le monde de l’entreprise et de la franchise : un concept innovant et duplicable, un savoir-faire hors-pair, une véritable humilité et des qualités d’empathie essentielles dans l’univers de la beauté et de la santé capillaires. Nadia Batata : « Oui, à seize ans, je commence un apprentissage de coiffure à Orléans. Studieuse, j’obtiens à dix-huit ans mon CAP avec mention très bien. La même année, parce que j’ai une grande soif de liberté, je décide de m’envoler pour Londres. Je travaille chez Toni & Guy, un salon de coiffure britannique spécialisé. Plus tard, je suis recrutée par un groupe australien « Advanced Hair Studio », spécialisé dans le remplacement capillaire. Ce concept peu développé en Europe, m’a motivée à créer ma propre entreprise en rajoutant la « French Touch ». En 1993, c’est aux Antilles que j’implante ma première société capillaire. Ainsi, durant dix ans, j’ai dirigé l’institut Hair Design à Fortde-France. Puis, à la naissance de ma fille, des raisons personnelles m’obligent à vendre mon entreprise pour rentrer en métropole. Fin 2006, je redémarre de zéro en créant une nouvelle société de remplacement capillaire : Hélène Chevalier à Paris dans le 15ème arrondissement. » L’histoire dit que vous avez démarré dans une chambre de 10 m² seulement… « Oui, en effet, c’est dans ma petite chambre de dix mètres carrés que
AVANT je me suis lancée avec comme seule vitrine Internet. Le hasard faisant bien les choses, j’ai eu la chance de rencontrer une jeune journaliste, Soumaya Doukali, qui m’a permis de me faire connaître du public à travers la presse. Ainsi grâce à une clientèle de plus en plus importante, j’ai pu ouvrir mon premier centre pilote « Clinic du cheveu Hélène Chevalier », dans le 15ème, 21 rue Jean Maridor et si tout se passe comme je le souhaite, je devrais me lancer en franchise en 2009. » Tout le long de votre aventure, qu’est-ce qui vous a poussé à créer votre propre entreprise ? « Avant toutes choses, la motivation de développer un concept nouveau et innovant en France. Et à titre plus personnel, mon côté indépendant, ma soif de liberté, mon rêve de réussir en partant de zéro alors que je suis issue d’une famille d’immigrés. » AVANT Pourquoi avoir choisi ce nom « Hélène Chevalier » ? « J’ai choisi un nom de marque que je trouvais plus « vendeur » que le mien. Hélène Chevalier, ça passe bien, c’est joli, dans l’air du temps et c’est très proche du mot « cheveu ». Quel est votre concept et en quoi est-il innovant ? APRÈS APRÈS « La Clinic Hélène Chevalier » est un concept de prévention et de correction de la calvitie sans chirurgie. Une clinique moderne s’adressant particulièrement aux femmes et aux hommes de tout âge. Il existe déjà en France des entreprises de remplacement capillaire. Ce qui me différencie, c’est mon concept de « clinique moderne ». Ici, on ne met pas le côté perruque en avant. Quand vous entrez, vous avez plus l’impression d’être dans un salon d’art. Mon approche est différente, plus humaine. Tout est fait pour que la cliente qui souffre d’alopécie, d’une pelade ou qui vient Grâce à la technique Hélène Chevalier, de nombreuses femmes reprennent goût à la vie. Dans le cas d’une pelade notamment, le résultat est exceptionnel. de perdre ses cheveux suite à une chimiothérapie, se sente bien et que rien ne lui rappelle son problème et sa souffrance. Tout se passe dans l’écoute, l’empathie. On donne le maximum et le rapport humain est privilégié. Sans compter que tout se passe en cabine de soins, sans que la cliente puisse être confrontée au regard de l’autre. » Comment se déroule votre intervention ? « J’établie dans un premier temps un diagnostic capillaire gratuit grâce à un capiloscope (microscope pour cuir chevelu permettant de mieux voir le bulbe). Ce qui me permet de diriger la cliente vers le programme le mieux adapté pour elle : un traitement capillaire ou une Derma Lace. L’hygiène de notre établissement est incontournable, usage unique des produits utilisés. (peignoirs et serviettes jetables, brosse, peigne et outils sont nettoyés, désinfectés, stérilisés après chaque cliente). » En quoi consiste votre technique, le Derma Lace ? « Le Derma Lace est réalisé en cheveux humains 100% naturels implantés sur un tulle, cheveu par cheveu. Il est impossible de déceler la base sur laquelle sont implantés les cheveux. Le Derma Lace est parfaitement fixé avec une colle médicale appliqué sur le cuir chevelu, une fois fixé, celui-ci tient entre quatre à six semaines. La cliente peut enfin vivre normale- 65



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 1Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 2-3Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 4-5Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 6-7Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 8-9Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 10-11Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 12-13Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 14-15Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 16-17Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 18-19Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 20-21Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 22-23Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 24-25Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 26-27Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 28-29Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 30-31Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 32-33Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 34-35Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 36-37Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 38-39Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 40-41Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 42-43Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 44-45Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 46-47Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 48-49Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 50-51Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 52-53Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 54-55Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 56-57Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 58-59Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 60-61Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 62-63Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 64-65Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 66-67Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 68-69Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 70-71Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 72-73Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 74-75Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 76-77Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 78-79Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 80-81Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 82-83Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 84