Entreprendre Commerce n°5 mar/avr/mai 2009
Entreprendre Commerce n°5 mar/avr/mai 2009
  • Prix facial : 6,95 €

  • Parution : n°5 de mar/avr/mai 2009

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 40,2 Mo

  • Dans ce numéro : ouvrir un restaurant... bistrot, fast food, tradition ou chaîne ?

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
Projet SECTEURS récompensés lors du dernier SIAL. Les Sial d’Or récompense les produits innovants effectivement sous ce label. Global Sial d’Or a été attribué à Knorr Vie, la petite bouteille de 100ml qui couvre 50% des besoins quotidiens en fruits et légumes. 100% naturel, pas de sucre ajouté, pas de sel, pas de colorant ni conservateur. Avec des mix pointus tels que banane-potiron-kiwi ou ananas-passion-maïs. Les autres prix sont attribués par catégorie : Epicerie salée : deux gagnants : Soup at Hand de Campbell, produit canadien qui allie facilité d’utilisation et alimentation équilibrée sans colorant ni arôme artificiel. L’innovation se situe surtout au niveau du packaging qui multiplie les occasions de consommation. Le second produit est Chef Spray Vinegar de Cerebos Greggs en Hongrie. C’est le spray et donc l’utilisation qui est mise en avant, car elle permet de doser sans exagération. En épicerie sucrée, c’est le produit jelly Time de Cerebos Greggs, origine Nouvelle Zélande qui a remporté le prix, car la gelée sous forme de poudre en sachet permet d’élaborer facilement et rapidement le fameux dessert traditionnel des anglo-saxons. Produits laitiers, crémerie : C’est le grand pays du lait qui a 48 l CREATION D’ENTREPRISE MAGAZINE l Mars-Avril-Mai 2008 14 remporté le prix. La Hollande, via l’entreprise Campina, a lancé une gamme Mona Boordevol qui permet d’avoir un produit à la teneur en fruits la plus importante du marché grâce à un nouveau procédé de fabrication. Produits frais non laitiers : Adom Adom, de Bakar Tnuva en Israël, la première viande pré découpée certifiée casher disponible au rayon frais. Produit surgelés sucrés : Dibs Bite de Dreyer, Etats-Unis remporte le prix avec des bouchées glacées à grignoter en pot. Les rois de la crème glacée élargissent les occasions de consommation grâce à ce nouveau format. Produits surgelés salés : Borekas de la société israelienne Tivalla proposé des feuilletés surgelés à base de pâte végétale, à mettre au four directement. La pâte végétale apporte un bon goût tout en étant nettement moins riche, mais originale car avec des couleurs qui dépendent des légumes utilisés. Boissons alcoolisées : French Rabbit de René Clément, Canada propose des vins aux cépages millésimés du pays d’Oc mais conditionnés en tetra pak, packaging jusquelà réservé aux vins bas de gamme. Boissons non alcoolisées : Bionade, est une limonade produite de façon biologique qui contient beaucoup de calcium et de magnésium grâce aux essences naturelles de fruits et d’herbes. Vendue en Allemagne avec des parfums originaux comme le sureau ou le gingembre-orange. penses par pays, en France, c’est le fût pression de Heineken qui a remporté le prix, car l’emballage permet au consommateur d’avoir un goût optimal à la maison. Quoi de neuf côté distribution ? La distribution alimentaire change, elle aussi, au fil des années. > Le discount en forme Le nouveau créneau qui a pris le plus de parts de marché ces dernières années est clairement celui du discount, et même du hard discount. C’est l’arrivée des discounters allemands qui a revu la donne. Nos hypermarchés et supermarchés français bien installés sur le territoire national et international n’ont rien pu faire pour empêcher ce phénomène de venir grignoter leur part de gâteaux. Les Allemands Aldi, Lidl, Norma sont bel et bien là avec des produits standards, peu chers mais qui suivent également toutes les grandes tendances de marché que nous avons vues plus haut. Dans une moindre mesure, mais leur assortiment, bien que réduit, reste assez ouvert sur l’allégé par exemple. Les Français se sont également mis à faire du discount, appelé soft discount ou discount à la française avec des enseignes comme Atac, ED ou Leader Price. L’offre est beaucoup plus large, en particulier sur les fruits et légumes. On l’aura compris c’est le prix qui fait le client au départ. Ensuite, la qualité du produit doit être conforme à celui-ci et la moins différente possible des grandes marques qui coûtent de deux à cinq fois plus cher. La part de marché représentée par les clients qui se rendent en discount est rapidement passée de 0 à presque 15%. Et plus chez les foyers les plus pauvres, logiquement. > Les seniors et les marques distributeur Deuxième phénomène remarquable : la cible des seniors commence à consommer des marques de distributeur sur les produits courants, signe que ces gammes sont véritablement entrées dans les mœurs. Pour attirer cette clientèle, certaines enseignes font des efforts spécifiques. Comme Monoprix, par exemple, qui a toujours eu une longueur d’avance dans ce domaine. Son implantation en centre-ville l’oblige plus que d’autres à suivre avec attention les besoins des seniors : les étiquettes des produits Monoprix sont donc plus lisibles, les caddies pratiques et pas trop gros, le service à domicile est systématique. > Internet et l’alimentaire En France, les ventes ne décollent pas, sauf en ce qui concerne le segment très particulier des coffrets cadeaux pour Noël. Mais globalement, l’alimentaire n’est vendu qu’à moins de 1% sur Internet, autant dire quasiment rien. On a pu penser que cela était devenu à la mode, mais en fait il ne s’agit que d’un épiphénomène parisien. Sur le marché global, Internet et alimentaire ne font pas bon ménage. Les prix sont souvent assez élevés ce qui représente un problème et il ne faut peut-être pas négliger que pour de nombreuses personnes, les courses ne sont pas toujours une corvée, mais l’occasion d’une sortie dans un endroit où de nombreux commerces sont présents. Si les hypermarchés parvenaient à résoudre leur problème d’attente aux caisses et la manutention physique, nul doute que les courses seraient au contraire vues comme quelque chose de positif. En termes de création d’entreprise, l’alimentaire offre donc de très nombreuses opportunités, soit par la création de nouveaux produits soit sur des services liés à l’alimentation, sans parler de la restauration qui se développe aujourd’hui sur des thématiques originales. A.F.
PHOTO : DREAMSTIME Régions l ZFU S’implanter en ZFU Des exemples vraiment gagnants ! Les zones franches urbaines connaissent un beau succès depuis le lancement de l’idée. Nombre d’entreprises, petites ou plus grandes, ont décidé de s’implanter sur ces territoires donnant lieu à des avantages bien réels. Ce ne sont pas forcément les entreprises avec de nombreux salariés qui sont concernées. Les TPE aussi ont décidé de suivre le mouvement. Il est clair que les zones franches urbaines attirent en premier lieu de petites entreprises, jeunes, de moins de trois à cinq salariés et qui mettent toutes les chances de leur côté, afin de démarrer sur des zones leur permettant de faire des économies et d’avoir un minimum de coûts fixes. Le royaume des TPE Le challenge étant bien entendu de parvenir à lancer suffisamment la société sur quelques années afin qu’elle n’ait plus besoin des exonérations à la fin des processus de dégressivité. Cela est particulièrement important pour les municipalités qui souhaitent que les implantations perdurent le plus longtemps possible, afin de 54 l CREATION D’ENTREPRISE MAGAZINE l Mars-Avril-Mai 2008 maintenir ce qui a pu être créé. Dans les ZFU, le taux de faillite existe tout comme ailleurs, même s’il est compensé par les nouveaux arrivants. Il ne faut donc pas penser que les avantages permettent BA rei\E ZONE FRANCHE DE GARGES-SARCELLES Annuaire dûs acteurs ë...crues et sociaux de le zone franche Cet annuaire peut devenir le votre... Il est actuellement expérimenté dans la zone franche de Champigny-Clitenrrevieres. C'est une équipe d'emplois-jeunes qui devraent ranimer. D'importantes fondations suivent de près ce projet Pour un test sur votre zone franche, il vous suffit de nous envoyer paremail, un échantillon des entreprises implantées (une cinquantaine _) avec les informations publiques les concernant : raison sociale, adresse, code postal, ville, secteur d'actIvité.. Les entreprises implantées dans la zone franche classées par activité d’éviter une gestion saine et carrée des affaires. Les zones franches ne sont pourtant pas que de mini-paradis fiscaux qui feraient le bonheur de Avertissement Entrepris Aide Liste L'artnuaim Infos utiles Ecrire Zoom sur la carte rues exonérées décret numéro 96-1154 du 26 Décan/lb. 1996 la corne franche est délimitée par un trait de couleur rouge. Liste des rues exonérées tous. Certaines aventures font chaud au cœur, par exemple cette agence de voyages créée dans le quartier des Sablons, au Mans par un entrepreneur qui venait de vivre un long chômage et qui grâce à une implantation dans la ZFU a pu non seulement recréer son propre travail, mais engager quatre salariés. La zone franche permet aussi à certaines entreprises en difficulté de survivre en se donnant un peu d’air, comme par exemple la société ABC Sécurité, PME d’agents de sûreté qui n’aurait certainement pas pu se redresser sans bénéficier des exonérations possibles en ZFU. Des débuts difficiles… Mais inutile de se voiler la face, les premières zones franches notamment ont souvent aussi été utilisées comme de simples moyens de ne pas payer de cotisations sans pour autant avoir une véritable activité sur place. On a ainsi vu des soi-disantes entreprises louer des bureaux d’une surface minimale simplement pour bénéficier des avantages, sans pour autant faire quoi que ce soit sur place. D’autres ne disposaient en fait que de boîtes à lettres via une connaissance vivant dans le quartier. Des contrôles ont été institués dans certaines nouvelles zones et ce sont surtout les associations qui doivent mieux connaître le terri- 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 1Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 2-3Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 4-5Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 6-7Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 8-9Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 10-11Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 12-13Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 14-15Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 16-17Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 18-19Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 20-21Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 22-23Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 24-25Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 26-27Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 28-29Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 30-31Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 32-33Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 34-35Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 36-37Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 38-39Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 40-41Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 42-43Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 44-45Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 46-47Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 48-49Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 50-51Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 52-53Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 54-55Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 56-57Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 58-59Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 60-61Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 62-63Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 64-65Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 66-67Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 68-69Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 70-71Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 72-73Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 74-75Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 76-77Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 78-79Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 80-81Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 82-83Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 84