Entreprendre Commerce n°5 mar/avr/mai 2009
Entreprendre Commerce n°5 mar/avr/mai 2009
  • Prix facial : 6,95 €

  • Parution : n°5 de mar/avr/mai 2009

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 40,2 Mo

  • Dans ce numéro : ouvrir un restaurant... bistrot, fast food, tradition ou chaîne ?

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
Projet SECTEURS Alimentaire Vers de nouveaux créneaux porteurs ! PHOTO : DREAMSTIME.COM, eardrek Jaiycce, lak cetre : capta, xerio. cakInie Ifelercie erVe leea-/C) (C5CL L’alimentaire est toujours la base du commerce en France. Il est exact que les foyers français ont diminué le pourcentage de leur budget consacré à l’alimentaire, mais il n’empêche qu’il y a un seuil en dessous duquel il est impossible de passer. Ces dernières années, les budgets ont plutôt été à la baisse dans le sens où le discount alimentaire s’est installé chez nous pour prendre une part de marché non négligeable. Dans cette période où les prix notamment des matières premières (lait, céréales) sont globalement à la hausse, qu’en est-il des nouvelles opportunités ? De nouveaux créneaux voient le jour régulièrement sur un marché aussi important que celui de l’alimentaire. Certains rencontrent un succès durable, d’autres ne sont qu’un feu de paille. 46 l CREATION D’ENTREPRISE MAGAZINE l Mars-Avril-Mai 2008 12 Les tendances du SIAL On peut voir certaines de ces innovations lors de salons comme le SIAL, le salon international de l’agro-alimentaire. Ce salon se tient tous les deux ans en octobre à Villepinte et rassemble plus de 100 pays et 5 000 exposants. Réservé aux professionnels, il présente une offre complète des produits alimentaires du monde entier rassemblés par famille de produits et pavillons nationaux. Des conférences et animations ont également lieu qui mettent en lumière certains aspects du packaging ou de nouveaux ingrédients, des technologies innovantes. Parmi les tendances récentes du SIAL, on peut relever : L’alimentaire joue la modernité Non pas que le terroir soit oublié, car il reste un segment important, mais il est revisité. De par l’emballage ou la recette. On le voit avec des marques anciennes qui ont fait leurs preuves et qui n’hésitent pas à jouer l’originalité dans leurs derniers lancements comme Mamie Nova ou William Saurin entre autres. Les campagnes de publicité contribuent à accentuer le phénomène. L’exotisme n’est pas oublié, on voit même la marque Douce France ne pas hésiter à lancer un Kebab avec force pub. Les fruits et légumes à l’honneur Les soupes reprennent un coup de jeune, tout comme les jus de fruits qui ne cessent de créer de nouveaux mix, avec des fruits dont nous n’avions quasiment jamais entendu parlé comme le cranberry (qui se rapproche de l’airelle). Voire des mélange fruits et légumes que l’on déguste frais. Il est évident que cette tendance est soutenue par la campagne qui recommande de manger cinq fruits et légumes quotidiennement. Le produit le plus représentatif lancé ces derniers temps est le Knorr Vie qui donne à l’image des fameux « alicaments » 50% de la dose quotidienne de légumes à absorber. L’exemple vient bien entendu du monde laitier avec Yakult qui a connu un succès énorme à l’étranger, alors qu’en France c’est plutôt l’Actimel de Danone qui a pris le dessus. Du côté des nouveautés En dehors de ces aspects on peut constater différentes nouveauté :
PHOTO : DREAMSTIME.COM La campagne en faveur d’une plus grande consommation de fruits et légumes a boosté les ventes. les produits éthiques sont passés par là. Les produits du commerce équitable prennent de plus en plus de place dans nos rayons. Certains convaincus achètent effectivement un maximum de produits de ce type, y compris en textile. La tendance globale est quand même que le consommateur moyen est prêt à en consommer de temps à autre, mais si la qualité et le prix ne sont pas en rendez-vous. Il n’y a pas de consommation récurrente et régulière. Le mouvement est cependant lancé et ne va pas s’arrêter. ment subir une révolution. Ils sont supposés devenir de plus en plus pratiques, mais il va surtout falloir trouver un compromis entre le marketing et l’environnement. La bagarre est rude entre les lingettes qui remportent un franc succès et les suremballages qui sont jetés à peine achetés. Le boom de l’alimentation « santé » En dehors des fameux produits fruits et légumes, il existe aussi des produits dont on résume la fonction de façon exagérée comme étant « anti-cholestérol ». Il s’agit en fait de mieux gérer son cholestérol, notamment en rajoutant des oméga 3. Dans le même esprit, les produits légers, rebaptisés équilibrés, sont revenus à la mode. Sans oublier des produits moins politiquement corrects comme le Coca Zéro et qui rencontre un grand succès par l’argument sans calorie et le goût retrouvé du coca pour les accros. Les allégations portées sur les produits sont surveillées de près par la DGCCRF. de cuisson sont revisités pour que l’on continue justement à cuisiner léger, vapeur ou micro-ondes. Les bols de légumes Picard en sont un bon exemple. Ce sont les pistes de la protection cardio-vasculaire qui sont en premier lieu explorées par les industriels. Un exemple parmi d’autres : les plats cuisinés sont sans cesse mis au ban des associations qui militent contre l’obésité et le surpoids. Ces dernières pointent du doigt le fait que les recettes élaborées sont trop salées et contiennent trop de matières grasses et de sucres cachés. Par réaction, on a ainsi vu apparaître les nouveaux plats de Fleury Michon « Plaisir et Equilibre » élaborés avec la collaboration de l’hôpital de la Salpétrière à Paris. Au niveau du petit déjeuner, Kellogs base quasiment toute sa communication sur l’équilibre et la santé, voire même l’amincissement avant l’été. De la même façon on voit apparaître de plus en plus de produits dans la grande distribution classique pour les diabétiques ou personnes en surpoids. Le rayon des biscottes en est un exemple. L’alimentation « plaisir » Les produits pur plaisir sont toujours néanmoins bel et bien là. Chocolats, foie gras et champagnes connaissent de belles années y compris dans les années 2000. On peut dire que sur ce créneau, la qualité est de rigueur, mais c’est l’apparence et le design qui sont la grande nouveauté. La présentation devient aussi importante que les ingrédients, tous les grands chocolatiers le savent. La frontière entre l’art et la gourmandise s’amenuise. La meilleure preuve en est le défilé de robes en chocolat qui a lieu à présent chaque année. Le marché des plus de 50 ans Les plus de cinquante ans représentent déjà aujourd’hui plus du tiers de la population française et ce pourcentage devrait atteindre les 45% d’ici 2020. De plus, leur pouvoir d’achat est important. Tous les services marketing se penchent sur leurs soi-disant besoins spécifiques. Pas si facile, car il ne faut pas non plus cataloguer à la va vite dans la catégorie senior : entre le fils de 55 ans et la mère de 80, les besoins et revenus sont effectivement fort différents. La sensation d’appartenir à la catégorie senior varie aussi énormément, les comportements alimentaires ne suivent donc pas forcément l’âge réel. Les grands instituts d’étude les ont d’ailleurs examinés sous toutes les coutures, qu’il s’agisse de Secodip ou d’Ipsos. Ce dernier institut a ainsi mis en avant plusieurs sociostyles en 2005 : Les égo-satisfaits, stables et qui apprécient la nourriture/les délaissés, qui sont isolés/les angoissés, des femmes ayant des difficultés à accepter le vieillissement et qui sont préoccupées par leur santé/les patriarches qui axent leur vie sur la famille, les repas revêtant une grande importance/les golden papys, des citadins qui Un bémol cependant aiment se faire plaisir/les altruistes, surtout des femmes qui font attention à leur ligne/les family masters qui ont encore des enfants à charge/les masters libertaires qui défendent le terroir et le naturel. Globalement, on peut dire que c’est cette catégorie qui souhaite le plus allier dans l’alimentaire la santé et le plaisir. Le goût est donc essentiel et ils sont prêts à dépenser plus que la moyenne des Français. Le créneau des ados et jeunes adultes Les boissons de type énergétiques ou incluant un pourcentage d’alcool, du style vodka pomme rencontrent un grand succès chez les adolescents. Cela ne va pas vraiment dans le sens de la santé-bienêtre, mais la tendance est bien là. En France, peut-être moins qu’ailleurs du fait que la législation est assez contraignante, mais étant donné ce qui se passe chez nos voisins, la tendance est bel et bien là. Sur ces nouvelles tendances, on peut dire que la plus importante est certainement le fait que les Français ont intégré dans leur raisonnement que l’alimentation était indispensable pour préserver son capital santé, et que pour bien vieillir, il fallait en premier lieu bien manger. Hippocrate l’avait déjà dit, rien de bien nouveau donc, mais nous avons tendance à oublier quelques règles de base. La dernière des tendances est de consommer quasiment des produits de beauté, via les complémentes alimentaires, qui sont un marché annexe mais qui se porte bien. Les produits gagnants Au niveau des produits, on peut voir quels sont ceux qui ont été Les consommateurs sont moins naïfs ou mieux informés que par le passé et il est hors de question de payer plus pour un produit dont on n’est pas sûr qu’il apporte vraiment un bénéfice pour la forme. Mars-Avril-Mai 2008 l CREATION D’ENTREPRISE MAGAZINE l 47 13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 1Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 2-3Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 4-5Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 6-7Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 8-9Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 10-11Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 12-13Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 14-15Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 16-17Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 18-19Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 20-21Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 22-23Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 24-25Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 26-27Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 28-29Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 30-31Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 32-33Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 34-35Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 36-37Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 38-39Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 40-41Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 42-43Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 44-45Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 46-47Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 48-49Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 50-51Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 52-53Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 54-55Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 56-57Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 58-59Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 60-61Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 62-63Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 64-65Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 66-67Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 68-69Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 70-71Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 72-73Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 74-75Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 76-77Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 78-79Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 80-81Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 82-83Entreprendre Commerce numéro 5 mar/avr/mai 2009 Page 84