Entreprendre Commerce n°3 sep/oct/nov 2008
Entreprendre Commerce n°3 sep/oct/nov 2008
  • Prix facial : 6,95 €

  • Parution : n°3 de sep/oct/nov 2008

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 37,4 Mo

  • Dans ce numéro : les nouveaux moyens de vendre ou acheter un commerce.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 46 - 47  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
46 47
FRANCHISE& STRATÉGIES > CHIFFRES & INFOS CLÉS FRANCK PROVOST www.franckprovost.com aventure internationale se fait en 1998 et le développement se poursuit par l’ouverture de nouveaux salons, mais aussi par croissance externe, avec le rachat des salons la Coifferie, Jean Claude Aubry, Espace Coiffure ou encore Elexia. Le groupe emploie au total plus de 6000 personnes et n’en a pas fini avec son évolution. Autre star en franchise : Dessange Bien que le slogan doive plutôt être retourné, car le slogan de l’enseigne est justement de faire de la femme qui fréquente le salon une véritable star et non pas le contraire. Les enseignes phares sont Jacques Dessange, Camille Albane et Frederic Moreno qui sont tous positionnées de manière différente. Trois marques complémentaires Les trois marques sont non concurrentes : Jacques Dessange, le spécialiste historique de la blondeur, reste sur le haut de gamme et sur des salons qui sont également orientés sur l’esthétique en général. Camille Albane est sur le milieu haut de gamme, avec un aspect créatif plus marqué Frédéric Moreno, très bien implanté en Rhône-Alpes, est positionné sur 46 > ENQUÊTE SECTEUR Ouvrir une franchise Dessange Certaines des offres de recrutement sont diffusées sur le site www.dessange.com et il faut contacter le franchiseur pour obtenir les conditions exactes d’ouverture de la franchise. le secteur des salons de proximité de moyenne gamme. Le groupe est important et se développe par un système de franchiseaffiliation. Il se démarque aussi par le fait qu’il possède ses propres écoles de formation. Les salons Jacques Dessange sont dorénavant bien implantés sur le segment du haut de gamme et drainent une clientèle importante. La société créée par Jacques Dessange est à présent dirigée par son fils Benjamin depuis 2004, la banque Natexis participant à 20% du capital. Cet apport bancaire extérieur devenait indispensable pour éviter de se faire « avaler » par les géants du secteur. Une jolie histoire Au départ, le créateur déjà fils de coiffeur, « monté » à Paris, fonde en 1954 le tout premier réseau de franchise de haute coiffure. Ce jeune homme est engagé dès son arrivée dans la capitale dans de grands salons parisiens et crée un style nouveau : le fameux « coiffédécoiffé ». Un look plus décontracté, tout en restant recherché et soigné. Il parvient à attirer les > INFOS & CHIFRRES CLÉS DESSANGE célébrités et la quarantaine venue, il décide de se lancer dans une nouvelle aventure, afin de permettre aux meilleurs de ses coiffeurs de pouvoir eux aussi s’installer à leur compte tout en gardant la méthode Dessange. Ce sera le passage à la franchise qui permettra cette évolution réussie. L’enseigne a été pionnière en termes de développement dans le secteur de la franchise via la coiffure. Pourtant à cette époque, c’est-àdire en 1975, la franchise n’est pas synonyme de haut de gamme, mais le pari fut réussi. 53 salons en 1980 et 216 aujourd’hui en France, 262 à l’international ceci accompagné de 120 instituts de beauté. La carte de la « beauté globale » Le concept développé dans ces centres est celui qui est nommé « beauté globale » : l’évolution des salons se fait donc au départ par les soins des cheveux, pour aller vers les soins de la femme dans leur intégralité : maquillage, soins du visage et du corps, massages. Les salons de coiffure sont donc devenus les salons de beauté Dessange, du moins pour ceux dont les locaux permettent ce changement. Cette évolution concerne en fait aujourd’hui la plupart des salons haut de gamme. Bref, même si vous avez l’impression souvent justifiée que les salons sont trop nombreux en centreville, se lancer en franchise coiffure aujourd’hui permet encore de belles opportunités de lancement, notamment dans les villes moyennes. Une enquête d’Anne Florin. Il ne faut pas se cacher le fait qu’ouvrir un salon demande un investissement important en franchise, mais le retour sur investissement est plus rapide que si l’on reste indépendant. De plus, il est ainsi possible de bénéficier de tous les avantages de ce mode d’implantation : formation continue, y compris au management, informations sur les derniers courants concernant la coiffure, réunions et conventions nationales, communication interne et surtout externe.
Résidence principale• menses appartements sous les toits, désormais ce sont les anciens ateliers d’artiste et les boutiques quelles qu’elles soient qui suscitent un véritable engouement chez les nouveaux propriétaires. Une maroquinerie, une boucherie, une menuiserie, une boutique de prêt-à-porter... peu importe pourvu qu’elle soit spacieuse ! Les amateurs du genre se les arrachent. Mais attention, si les offres Transformer une boutique en logement Permis de construire ? Le changement de destination est le passage d'un type d'usage (activité ou logement) à un autre. Grâce aux règlements d'urbanisme, chaque ville définit sur son territoire les zones où elle privilégie tel ou tel usage ainsi que des règles spécifiques qui lui permettent d'influer sur le développement urbain. Transformer un ancien atelier en loft est un cas de figure s'apparentant à un changement de destination et nécessite, s'il s'accompagne de travaux (changement de cloisons, installation de salle de bains ou d’une cuisine...), la délivrance d'un permis de construire (article L421-1 du Code de construction). Il est accordé en fonction de l'adéquation de ce changement de destination aux règlements d'urbanisme Effet de mode ou véritable opportunité ? Depuis les années 80, les ateliers d’artiste et boutiques en tout genre sont rachetés pour devenir des logements cosy et atypiques. Mais cette démarche originale a un coût et une réglementation stricte. peuvent être financièrement et esthétiquement alléchantes, transformer une boutique en logement n’est pas de tout repos. Entre les autorisations, les travaux, le permis de construire, les déclarations... votre jolie conquête de l’immobilier peut vite devenir une désastreuse aventure. Avant de vous retrouver sous locaux. Ces règles – plan d'occupation des sols (POS) ou plan local d'urbanisme (PLU) – varient d'une commune à l'autre, car chacune est libre de décider de ses orientations. En marge des logements tout neufs, tout beaux, tout carrés, tout linéaires, il y a les habitations moins somptueuses peut-être mais tellement plus atypiques. Si les chambres de bonne ont été prises d’assaut pour créer d’imune tonne de paperasses, sachez où vous mettez les pieds et quelles démarches suivre pour que tout se passe comme sur des roulettes. Critères de coût Voilà, cette boutique est parfaite : prolongée par des réserves sur cour, sous-sol, pignon sur une petite rue pavée et peu bruyante... l’idéal. De quoi devenir un véritable petit nid douillet ! Maintenant, niveau prix, l’achat va vous coûter plus cher qu’une toute petite boutique sombre et étroite. Mais n’oubliez pas de bien calculer les coûts de travaux qui suivront votre acquisition... car peutêtre que cela vaut plus le coup d’acheter plus cher avec moins de transformations et surtout pas de gros œuvre à entreprendre que d’opter pour un local à retaper entièrement. En moyenne, la transformation d’une boutique en logement coûte de 200.000 euros à 4 millions d’euros environ (tout compris) avec des coûts de travaux oscillant de 500 euros à 1.500 euros environ le mètre carré. Pour être sûr d’acheter au juste prix, il est important de prendre différents éléments en compte. Tout d’abord, l’emplacement. Si le local choisi donne sur une grande artère 47



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 1Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 2-3Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 4-5Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 6-7Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 8-9Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 10-11Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 12-13Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 14-15Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 16-17Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 18-19Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 20-21Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 22-23Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 24-25Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 26-27Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 28-29Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 30-31Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 32-33Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 34-35Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 36-37Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 38-39Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 40-41Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 42-43Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 44-45Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 46-47Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 48-49Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 50-51Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 52-53Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 54-55Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 56-57Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 58-59Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 60-61Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 62-63Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 64-65Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 66-67Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 68-69Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 70-71Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 72-73Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 74-75Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 76-77Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 78-79Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 80-81Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 82-83Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 84