Entreprendre Commerce n°3 sep/oct/nov 2008
Entreprendre Commerce n°3 sep/oct/nov 2008
  • Prix facial : 6,95 €

  • Parution : n°3 de sep/oct/nov 2008

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 37,4 Mo

  • Dans ce numéro : les nouveaux moyens de vendre ou acheter un commerce.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 44 - 45  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
44 45
FRANCHISE& STRATÉGIES La coiffure « Super Star » La coiffure dans le monde de l’esthétique est véritablement le secteur phare de la franchise. Et pourtant, voici un métier d’artisanat dont les créateurs sont surtout motivés par un besoin d’indépendance. Une ou plusieurs expériences et l’envie de lancer son propre salon apparait. C’est cependant dans ce secteur où les indépendants sont les rois que la franchise fait un tabac. Il suffit de se promener dans nos villes et dans les centres commerciaux pour s’apercevoir que les salons de coiffure sont partout. Face à un tel vivier, il est normal que le marché bouge et > QUELQUES CHIFFRES 44 > ENQUÊTE SECTEUR se transforme au fil du temps. Les petits coiffeurs de quartier ont ainsi tendance à disparaître, pour laisser la place à des enseignes organisées. La franchise est évidemment l’un des facteurs de modernisation du marché. Un marché toujours « vedette » Cela est particulièrement évident dans les galeries et centres commerciaux où l’on ne trouve que de grandes enseignes. Ce qui n’empêche que la franchise est toujours en minorité par rapport aux indépendants. C’est pourtant leur image qui porte le marché, y compris via le développement de produits accessoires à leur marque. Un marché qui affiche donc une excellente santé, sans compter les activités de coiffure à domicile qui ont tendance à se développer ces dernières années. L’évolution du marché est stable, même si l’évolution reste positive sur 2005 et 2006 avec une progression de l’ordre de 2,5% pour les indépendants et de 3,5% pour les franchisés, grâce aux prestations coiffure, car la vente des produits suit la tendance. Quasiment toutes les femmes fréquentent les salons, puisque l’on estime leur nombre à 22 millions. Les principaux problèmes évoqués par les chefs d’entreprise sont ceux qui concernent le personnel, liés en particulier aux 35 heures. Les salons sont en effet ouverts en 6 jours sur 7 en franchise avec des journées continues, ce qui pose forcément des problèmes d’organisation ou de rentabilité.
15% en franchise Le chiffre d’affaires global du secteur approche les cinq milliards d’euros. En nombre de salons, le haut de gamme représente environ 18% du marché et la franchise 15%. Mais en fait ces deux secteurs représentent bien plus, si l’on prend en compte les chiffres d’affaires, ainsi que leur évolution. Un meilleur CA pour les franchisés C’est aussi une des raisons pour lesquelles le chiffre d’affaires d’un salon franchisé est plus important que celui d’un salon isolé. En moyenne, de trois à quatre fois plus. On estime que globalement, environ 25% des salons sont en-dessous du seuil des 30 000 euros annuels, Les grands noms de la coiffure en franchise Frank Provost : 600 salons Jean-Louis David : 450 salons Saint-Algue : 375 salons Jean-Claude Biguine : 260 salons Dessange : 230 salons Coif & Co : 80 salons City Look : 50 salons. 33% des salons réalisent entre 30 000 et 80 000 euros, et les 22% restant sont au-delà de ces chiffres. Le marché est bien organisé en segments totalement distincts : haut de gamme, moyen de gamme et depuis peu une forte percée des marchés discounts. Avec quelques niches qui fonctionnent assez bien, comme les salons ados/jeunes adultes ou les spécialistes des problèmes du cuir chevelu et maladies du cheveu, sans oublier le segment ethnique. Nouveaux venus & changements Parmi ces nouveaux venus qui fonctionnent bien, une enseigne franchisée comme Tchip réalise déjà environ 80 millions d’euros de CA, et tire très bien son épingle du jeu. Elle fut en effet la première à venir bousculer le marché dans les années 90, en adoptant une approche résolument axée sur le prix. L’organisation se fait en amont avec un concept bien rôdé, qui permet de rogner sur tous les coûts, y compris sur le personnel. Celui-ci gagne plus si la productivité est au rendez-vous, afin de garder une rentabilité appréciable. Coiff &Co et Self’Coiff se sont aussi établis sur le même créneau. Depuis d’autres enseignes se sont engouffrées dans la brèche, avec plus ou moins de succès. Le client a compris que pour bénéficier des prix attractifs, il fallait s’en tenir strictement au forfait. Dès que l’on ajoute des petits plus, évidemment, le tarif se rapproche des prix standards. > Tchip Coiffure : Déjà 318 salons ! Tchip Coiffure dispose aujourd’hui de 318 salons qui se sont créés en l’espace d’une dizaine d’années. Le concept est pur et dur, justement pour lutter contre le faux discount : quatre forfaits sans supplément qui permettent à toutes les femmes d’aller chez le coiffeur. > Provost crée l’évènement Le marché de la coiffure a connu une révolution en 2007 avec la reprise des activités européennes (hors Grande Bretagne) du groupe Régis par le groupe Franck Provost. Il s’agit plus précisément d’une opération financière : la holding Provalliance regroupe ainsi les activités Franck Provost et Régis Europe. Le premier détient 70% des actions contre 30% pour Régis. Un mouvement de centralisation majeur, puisque Régis Europe inclut des marques aussi connues que Jean Louis David, Saint Algue, ainsi que les petits derniers comme Coiff & Co, Intermède... Au global cela signifie environ 2 200 salons en Europe. La nouvelle a été annoncée en octobre 2007 et doit être validée début 2008. Voici donc le premier groupe européen de la coiffure. Franck Provost, le coiffeur des stars Le réseau a été créé en 1976 avec un salon à St Germain en Laye et FRANCHISE& STRATÉGIES > CHIFFRES & INFOS CLÉS TCHIP COIFFURE www.tchip.fr son fondateur recueillait le titre de champion du monde la coiffure l’année suivante. Après avoir managé en propre une vingtaine de salons, Franck Provost a décidé de décliner son savoir-faire, en lançant son réseau de franchise et de succursales. Le concept est original, avec un accueil soigné, une décoration assez haut de gamme pour des prix raisonnables et des possibilités sans rendez-vous. Il recrute essentiellement des jeunes coiffeurs qui se lancent dans leur première entreprise. Le groupe dispose d’une Académie de coiffure qui forme les équipes. En termes de communication, il est notamment associé à la Star Academy sur TF1, mais il a été l’un des premiers à s’appuyer sur la télévision. En 1997, il lance l’enseigne Fabio Salsa, afin de se positionner en particulier face à l’enseigne de Jean-Claude Biguine. La première 45



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 1Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 2-3Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 4-5Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 6-7Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 8-9Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 10-11Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 12-13Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 14-15Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 16-17Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 18-19Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 20-21Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 22-23Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 24-25Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 26-27Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 28-29Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 30-31Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 32-33Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 34-35Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 36-37Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 38-39Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 40-41Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 42-43Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 44-45Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 46-47Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 48-49Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 50-51Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 52-53Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 54-55Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 56-57Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 58-59Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 60-61Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 62-63Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 64-65Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 66-67Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 68-69Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 70-71Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 72-73Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 74-75Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 76-77Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 78-79Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 80-81Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 82-83Entreprendre Commerce numéro 3 sep/oct/nov 2008 Page 84