Entreprendre Aujourd'hui n°170 septembre 2015
Entreprendre Aujourd'hui n°170 septembre 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°170 de septembre 2015

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Chambre de commerce et d’industrie du Luxembourg belge

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 11,1 Mo

  • Dans ce numéro : désormais, la PME ardennaise lorgne de plus en plus vers des produits finis !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
ESPACE ENTREPRISES I ITINÉRAIREC.H.  : C’est vrai. Mais nos bois servent aussi couramment de pylônes électriques ailleurs, en Afrique notamment. Qui aurait cru, il y a trente ou quarante ans, que le résineux ardennais se vendrait un jour aussi loin ? EA  : Etonnant d’ailleurs de voir à quel point la réputation de l’entreprise a traversé les frontières ! C.H.  : Avouons qu’on y a quand même mis pas mal d’énergie. On ne cherchait pas spécialement l’export, mais au fond pourquoi pas… Maintenant, faire tourner l’entreprise est un vrai combat quotidien. Bien acheter, ni trop tôt ni trop tard… Et puis, bien vendre, surtout. Ce n’est pas de tout repos. EA  : En dix ans, le chiffre d’affaires de l’entreprise a quasi doublé. On en est aujourd’hui à 8 millions d’euros. L’entreprise a donc de beaux atouts à faire valoir…L.V.  : C’est une certitude. L’industrialisation de nos process n’est évidemment pas étrangère à tout cela. Nous disposons, je pense, d’un outil très performant et d’un personnel qualifié de premier ordre. Maintenant, je crois que c’est surtout la meilleure utilisation de la matière première qu’il faut épingler. Les volumes sont moins importants que par le passé, mais on valorise davantage la ressource. C’est donc à la fois une gestion intelligente et plus durable. EA  : Si vous deviez résumer l’ensemble de votre démarche d’entreprise en trois phrases ? C.H.  : Acheter le bois sur pied au meilleur prix possible, puis organiser l’abattage, l’ébranchage et le débardage. Transporter ensuite le bois jusqu’à notre site de transformation, ici, à Manhay. Et puis, là, utiliser la ressource de la manière la plus optimale pour maximiser le potentiel via différents produits semi-finis et finis. 32 - Entreprendre aujourd’hui N°170 - septembre 2015 EA  : Les produits finis offrent plus de rentabilité, mais le cycle de production ne grève-t-il pas la trésorerie ? C.H.  : Les cycles de production ne sont pas seuls en cause, il y a toujours un laps de temps quasi incompressible entre l’achat du bois sur pied et la vente proprement dite. C’est d’ailleurs la raison qui pousse les négociants comme nous à conserver un volume de grumes de sciage pour les scieries. La marge est moins intéressante, mais cela régule la trésorerie. EA  : Le marché du bois est plus difficile aujourd’hui qu’hier ? C.H.  : C’est un fait. Tout est plus compliqué. Par ailleurs, il y a beaucoup à dire quant à la gestion de nos forêts. On fait des éclaircies dans des bois trop jeunes. On plante mal. Bref, on utilise moins bien qu’hier le potentiel dont on dispose. Et puis, la mondialisation n’a aucunement facilité les choses, la crise de 2008 non plus d’ailleurs. Le prix du bois a fortement augmenté. Seuls les plus solides ont pu supporter les fluctuations. EA  : Les plus solides ou ceux qui avaient anticipé les choses…C.H.  : Ce sont souvent les mêmes. Nous, c’est notre ancrage familial qui nous a aidés. Et puis, il y a longtemps que nous réfléchissions et amorcions les évolutions en termes de produits et de processus industriel. Nous avons créé « Nous sommes producteurs de bois ronds, avec une palette d’au moins cinquante produits différents que nous distribuons aux quatre coins du monde… » nos propres niches et bâti notre outil nous-mêmes pour qu’il réponde totalement à nos besoins. EA  : Vous parliez de niches. Vous vendez aussi désormais des produits finis pour le consommateur lambda ? L.V.  : Oui, cela fait plusieurs années qu’on y songeait. Produisant pour un tas de clients, nous savions qu’il y avait des marchés sur lesquels se positionner, notamment dans le bois transformé. Nous avions la ressource, l’outillage, la connaissance du matériau et la maind’œuvre qualifiée. De là ont commencé à germer des projets, un tas de projets. EA  : Farfelus ou bien réels ? C.H.  : Un peu les deux… Dans une vénérable entreprise comme celle-ci, connaissant aussi le caractère fort des patrons, changer de cap ou intégrer de nouveaux produits un peu révolutionnaires par rapport à ce qui s’est toujours fait n’était pas forcément facile. Il a fallu convaincre les patrons eux-mêmes avant les clients ! EA  : Ces chalets que vous produisez sont pourtant une belle image pour l’entreprise…C.H.  : Tout le monde est aujourd’hui d’accord là-dessus, mais l’amorçage des choses ne se fait pas en un jour. Nos clients ont par exemple beaucoup de peine à obtenir leur permis d’urbanisme pour ce type de réalisation, ce qui est quand même un non-sens pour un produit typiquement ardennais. EA  : Peut-être parce que c’est un nouveau métier ? C.H.  : Sans doute, même si fondamentalement on est encore et toujours dans le bois. Pareil d’ailleurs pour l’ensemble de la gamme de mobilier urbain et domestique que nous distribuons maintenant.
4, EA  : Ce projet, c’est un peu votre bébé. Vous pensez que la niche sera porteuse ? L.V.  : Je le pense, même si ça ne représente aujourd’hui que 3 à 4% de nos chiffres. Je suis persuadé que l’entreprise a tout à gagner à multiplier les marchés spécifiques, si possible très pointus, en visant de meilleures marges. C’est le défi de demain. EA  : Tables et chaises, jardinières et autres produits finis pour l’aménagement extérieur sont aujourd’hui « tendance ». Vous comptez profiter de cet engouement pour le bois ? L.V.  : C’est notre volonté, en effet. On aimerait aussi aller plus loin, avec les carports, pergolas, aménagements de jardins résidentiels… À la dernière foire agricole de Libramont, nous exposions par exemple un chalet type nordique qui fait partie de notre gamme, une construction originale dont nous nous sommes fait une spécialité. 111 EA  : Il est permis d’être crédible en balayant aussi large…L.V.  : Nous ne touchons pas la même clientèle, donc oui. Et puis, nous défendons les mêmes valeurs sur tous nos marchés, à savoir prix compétitifs, qualité irréprochable et service client. On est donc inattaquable quant à la crédibilité dont vous parliez. EA  : La volonté derrière tout cela étant toujours d’exploiter au maximum la ressource...L.V.  : Nous sommes - et restons - des artisans. Exploiter le bois dans les règles de l’art, surtout sans en déjeter le meilleur, a toujours été notre objectif. Commercialement, nous nous sommes toujours positionnés sur des marchés porteurs pour écouler cette matière première. C’est ainsi que les différents produits les plus diversifiés, ou plus inattendus les uns que les autres, ont été réalisés. S’il y a un marché dans le mobilier et les chalets et que nous sommes capables d’y faire notre place, il serait vraiment dommage de ne pas s’y positionner... EA  : Les ans qui passent n’ont au fond aucune prise sur l’outil Huet…C.H.  : Normal, on fait ce qu’on aime. On est né dans le bois, on a vécu le bois. Le bois, c’est notre vie, notre passion. On lui doit tout, mais on sait aussi en explorer toutes les facettes. Et ce n’est pas fini... Propos recueillis par Christophe Hay Photos Jean-Louis Brocart ESPACE ENTREPRISES I ITINÉRAIRE La table « L’ardennaise » HUET GEORGES EXPLOITATIONS FORESTIERES SA Route de Bomal, 12/1 B-6960 GRANDMENIL - MANHAY Tel.  : +32 86 45 50 55 Fax  : +32 86 45 55 54 www.huetbois.be Joseph Huet Entreprendre aujourd’hui N°170 - septembre 2015 - 33



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Entreprendre Aujourd'hui numéro 170 septembre 2015 Page 1Entreprendre Aujourd'hui numéro 170 septembre 2015 Page 2-3Entreprendre Aujourd'hui numéro 170 septembre 2015 Page 4-5Entreprendre Aujourd'hui numéro 170 septembre 2015 Page 6-7Entreprendre Aujourd'hui numéro 170 septembre 2015 Page 8-9Entreprendre Aujourd'hui numéro 170 septembre 2015 Page 10-11Entreprendre Aujourd'hui numéro 170 septembre 2015 Page 12-13Entreprendre Aujourd'hui numéro 170 septembre 2015 Page 14-15Entreprendre Aujourd'hui numéro 170 septembre 2015 Page 16-17Entreprendre Aujourd'hui numéro 170 septembre 2015 Page 18-19Entreprendre Aujourd'hui numéro 170 septembre 2015 Page 20-21Entreprendre Aujourd'hui numéro 170 septembre 2015 Page 22-23Entreprendre Aujourd'hui numéro 170 septembre 2015 Page 24-25Entreprendre Aujourd'hui numéro 170 septembre 2015 Page 26-27Entreprendre Aujourd'hui numéro 170 septembre 2015 Page 28-29Entreprendre Aujourd'hui numéro 170 septembre 2015 Page 30-31Entreprendre Aujourd'hui numéro 170 septembre 2015 Page 32-33Entreprendre Aujourd'hui numéro 170 septembre 2015 Page 34-35Entreprendre Aujourd'hui numéro 170 septembre 2015 Page 36-37Entreprendre Aujourd'hui numéro 170 septembre 2015 Page 38-39Entreprendre Aujourd'hui numéro 170 septembre 2015 Page 40-41Entreprendre Aujourd'hui numéro 170 septembre 2015 Page 42-43Entreprendre Aujourd'hui numéro 170 septembre 2015 Page 44-45Entreprendre Aujourd'hui numéro 170 septembre 2015 Page 46-47Entreprendre Aujourd'hui numéro 170 septembre 2015 Page 48-49Entreprendre Aujourd'hui numéro 170 septembre 2015 Page 50-51Entreprendre Aujourd'hui numéro 170 septembre 2015 Page 52-53Entreprendre Aujourd'hui numéro 170 septembre 2015 Page 54-55Entreprendre Aujourd'hui numéro 170 septembre 2015 Page 56