Entreprendre Aujourd'hui n°161 septembre 2014
Entreprendre Aujourd'hui n°161 septembre 2014
  • Prix facial : 5 €

  • Parution : n°161 de septembre 2014

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Chambre de commerce et d’industrie du Luxembourg belge

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 60

  • Taille du fichier PDF : 8,9 Mo

  • Dans ce numéro : rencontre avec Pierre Gobron, brasseur.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 30 - 31  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
30 31
ESPACE ENTREPRISES I ITINÉRAIRE Philippe Dominicy, entrepreneur tous azimuts 30 - Entreprendre aujourd’hui N°161 - septembre 2014 Dans le chef-lieu et alentours, l’association patronymique Colles-Dominicy renvoie invariablement à l’activité funéraire exercée depuis quatre générations - et 116 ans ! - par une même lignée familiale. L’entreprise est même présente en trois implantations, à Arlon bien sûr, mais aussi à Athus et à Etalle. Il y a une dizaine d’années, prenant la succession de ses parents, Philippe Dominicy a repris le flambeau entrepreneurial. Et de quelle manière ! Ce quadra audacieux a en effet profité de la notoriété de l’affaire familiale pour se MDA Stone se développe à Weyler… En sus du funéraire, maintenant vers le se et l’import-export… lancer dans un ambitieux - et magnifique - projet de centre funéraire ultramoderne parfaitement intégré qui, faut-il le dire, donne une autre dimension, et donc de nouvelles perspectives, à l’outil de la famille. Ces investissements à peine réalisés, évidemment pas encore digérés, le patron arlonais nous revient en 2014 avec un autre projet, cette fois plutôt lié à une activité connexe, mais exercée aussi de longue date par la famille  : la marbrerie. L’objectif, dans ce créneau, est de sortir des sentiers battus et de s’éloigner un peu, ce faisant, de l’activité strictement funéraire, pour attaquer le secteur de la déco et du bâtiment. Dont acte… Bourreau du travail jusqu’auboutiste, au point d’être au four et au moulin et de vouloir maîtriser tout et tout le temps, y compris et peut-être surtout les aspects relationnels, Philippe Dominicy est un patron moderne qui n’entend pas se cantonner à une activité, un métier. Ne vous y trompez pas, sous sa bonhommie naturelle se cache un entrepreneur visionnaire qui profite de l’acquis du passé et de l’expérience engrangée au fil des générations pour faire feu de tout bois. L’homme est ainsi à la fois impliqué, ambitieux, plein de ressources, et surtout d’idées. Son entreprise, pour ne pas dire ses entreprises, il la (les) voit comme un arbre aux racines bien ancrées dans le passé et/ou le concret qui multiplie les ramifications et les nouvelles pousses. « Le funéraire oui… mais pas seulement », explique-t-il avec l’envie, peutêtre naturelle dans son créneau, de diversifier ses activités, ses investissements, ses journées. Ce qui est d’autant plus compréhensible que l’outil dont il a besoin pour son « business » autour des pierres tombales peut aussi servir à valoriser un savoir-faire et des compétences que n’est pas sans apprécier le monde de la construction et sa clientèle qui a les moyens de s’offrir de la pierre. Nous avons croisé la route de ce patron hyperactif (re)venu aux fondamentaux de la famille (un peu) par hasard…
la Marbrerie Dominicy lorgnecteur de la construction bref veut grandir ! Entreprendre  : La pierre, ce ne serait pas votre passion… le funéraire n’étant là que pour nourrir son homme ? Philippe Dominicy  : La pierre est une passion, ça c’est une certitude. J’aime le toucher de ce matériau noble, pareil pour le bois d’ailleurs. Je suis souvent admiratif devant un pavage magnifique, devant la beauté d’une pierre imprégnée de fossiles. Je suis en outre fasciné par le travail des tailleurs qui la façonnent pour en sublimer tous les éclats. Entreprendre  : Et le funéraire ? Philippe Dominicy  : C’est autre chose. C’est un métier empreint de respect, de dignité, qui s’apparente à du social. C’est quasi un sacerdoce, mais j’ai toujours connu cela. C’est un peu comme si c’était une activité naturelle au sein de la famille. Entreprendre  : Il était donc entendu que vous reprendriez les affaires familiales… Philippe Dominicy  : Pas du tout… Je suis photographe. J’ai fait mes premières armes dans la photo de mode. Rien à voir donc ! Sauf que la vie vous réserve parfois des itinéraires inattendus. Pour faire court, je dirai que le milieu glamour du papier glacé n’est pas nécessairement aussi beau qu’on voudrait le (faire) croire. Mon associé est décédé, la considération de nos partenaires m’a déçu à jamais. En quelques mois, j’ai compris et j’ai plié bagage. Fini les paillettes et les lumières. Entreprendre  : Vous êtes rentré à Arlon pour faire le point sur votre avenir… et vous avez perçu toute l’importance de l’outil familial… Philippe Dominicy  : Exactement… En rentrant au bercail, j’ai compris ce qui me différenciait des gens avec lesquels j’avais travaillé jusque-là. Les valeurs, voilà l’essentiel ! En’95, je me suis donc mis en tête de seconder mes parents dans l’entreprise. Entreprendre  : Et bien que votre objectif était déjà, à l’époque, de développer la marbrerie, vous vous êtes impliqué au point de suivre plusieurs formations (très) pointues, notamment en thanatopraxie. Déjà l’envie de tout maîtriser ? Philippe Dominicy  : En l’occurrence non, je dirais plutôt qu’il était normal d’appréhender les techniques de conservation pour travailler dans le métier des pompes funèbres, surtout chez nous où l’on a toujours privilégié le travail bien fait. On parle souvent à ce sujet de l’art, ou de la science, avec les techniques modernes, de préserver les corps des défunts de la décomposition naturelle afin de les présenter, avec une certaine apparence de vie, pour les funérailles. Entreprendre  : Là, on touche à l’excellence du métier déjà défendue par vos parents… Philippe Dominicy  : Par mes parents, par mes grands-parents, bref par la famille dans son ensemble. Les valeurs, la dignité, le respect dont on parlait tout à l’heure, c’est ça et rien d’autre. Nous ne sommes pas - et n’avons jamais été ! - des marchands de cercueils. Notre métier consiste à prendre en charge un moment douloureux dans la vie des familles… Entreprendre  : D’où l’idée de vous positionner en amont et en aval des funérailles elles-mêmes… Philippe Dominicy  : Tout à fait ! Mon grand-père, il y a soixante ou septante ans, fabriquait déjà les cercueils. Par la suite, mes parents se sont associés à Entreprendre aujourd’hui N°161 - septembre 2014 - 31



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Entreprendre Aujourd'hui numéro 161 septembre 2014 Page 1Entreprendre Aujourd'hui numéro 161 septembre 2014 Page 2-3Entreprendre Aujourd'hui numéro 161 septembre 2014 Page 4-5Entreprendre Aujourd'hui numéro 161 septembre 2014 Page 6-7Entreprendre Aujourd'hui numéro 161 septembre 2014 Page 8-9Entreprendre Aujourd'hui numéro 161 septembre 2014 Page 10-11Entreprendre Aujourd'hui numéro 161 septembre 2014 Page 12-13Entreprendre Aujourd'hui numéro 161 septembre 2014 Page 14-15Entreprendre Aujourd'hui numéro 161 septembre 2014 Page 16-17Entreprendre Aujourd'hui numéro 161 septembre 2014 Page 18-19Entreprendre Aujourd'hui numéro 161 septembre 2014 Page 20-21Entreprendre Aujourd'hui numéro 161 septembre 2014 Page 22-23Entreprendre Aujourd'hui numéro 161 septembre 2014 Page 24-25Entreprendre Aujourd'hui numéro 161 septembre 2014 Page 26-27Entreprendre Aujourd'hui numéro 161 septembre 2014 Page 28-29Entreprendre Aujourd'hui numéro 161 septembre 2014 Page 30-31Entreprendre Aujourd'hui numéro 161 septembre 2014 Page 32-33Entreprendre Aujourd'hui numéro 161 septembre 2014 Page 34-35Entreprendre Aujourd'hui numéro 161 septembre 2014 Page 36-37Entreprendre Aujourd'hui numéro 161 septembre 2014 Page 38-39Entreprendre Aujourd'hui numéro 161 septembre 2014 Page 40-41Entreprendre Aujourd'hui numéro 161 septembre 2014 Page 42-43Entreprendre Aujourd'hui numéro 161 septembre 2014 Page 44-45Entreprendre Aujourd'hui numéro 161 septembre 2014 Page 46-47Entreprendre Aujourd'hui numéro 161 septembre 2014 Page 48-49Entreprendre Aujourd'hui numéro 161 septembre 2014 Page 50-51Entreprendre Aujourd'hui numéro 161 septembre 2014 Page 52-53Entreprendre Aujourd'hui numéro 161 septembre 2014 Page 54-55Entreprendre Aujourd'hui numéro 161 septembre 2014 Page 56-57Entreprendre Aujourd'hui numéro 161 septembre 2014 Page 58-59Entreprendre Aujourd'hui numéro 161 septembre 2014 Page 60