Entreprendre Aujourd'hui n°150 mai 2013
Entreprendre Aujourd'hui n°150 mai 2013
  • Prix facial : 5 €

  • Parution : n°150 de mai 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Chambre de commerce et d’industrie du Luxembourg belge

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 6,6 Mo

  • Dans ce numéro : l’Excelsior Virton est en D2 et il a besoin de tous les Luxembourgois !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
AFFAIRES EUROPéENNES ET INTERNATIONALES « Réussir l’avenir… » Plus qu’un forum, voilà bien une volonté farouche ! Rehaussé de la présence d’experts de renom, comme Philippe Maystadt ou Gerhard Schröder, l’événement ambitionnait d’emblée de frapper fort pour ne pas être un rendez-vous de plus sans véritable poids. Réflexion En choisissant de décoder tantôt les erreurs à ne pas commettre en termes de politique économique, tantôt les « success stories » dont il serait judicieux de s’inspirer, Economic Ideas a su se positionner comme un espace de réflexion, voire un laboratoire d’idées. Certes, nul n’a nié le temps de crise que nous traversons. Que du contraire, il en est ressorti un réel besoin de doper les énergies et stratégies payantes en rappelant que, plus encore maintenant qu’au temps des heures de croissance, l’erreur se paiera cash. De nécessaires réformes, une innovation accrue Après l’introduction du Président Pélissier, organisateur de cette manifestation, notre compatriote Philippe Maystadt a d’emblée convaincu l’assemblée grâce à son intervention axée sur la nécessité de la réforme et la consolidation budgétaire sur le long terme, de manière constante. Son idée : une réforme structurelle basée sur des calculs et prévisions prudents, qui serait mise en œuvre de manière étalée dans les années à venir. Le Président du European Policy Center et du Conseil fédéral belge du Développement Durable insiste également sur l’utilité d’identifier les gisements d’efficacité dans le secteur public, mais aussi de programmer la fin des politiques dont le rapport coût/bénéfices s’avère trop élevé (ex. les aides à l’emploi qui constituent souvent des effets d’aubaine). Pour Philippe Maystadt, il convient de prôner davantage R&D et innovation, alors qu’actuellement, tant en France que chez nous, les dépenses y sont relativement faibles. Au contraire des USA, qui y consacrent, eux, environ 2% de leur PIB, ou de la Corée et du Japon, davantage encore convaincus par ce type d’investissements… 38 - Entreprendre Aujourd’hui N°150 - mai 2013 Economic Ideas a eu lieu début mai, à Nancy. Organisé par nos voisins de la CCI de Meurthe-et-Moselle, ce premier forum « interrégional » a sans conteste posé les jalons d’une réflexion à la fois intéressante et utile qu’il convient désormais de porter plus haut, vers les instances dirigeantes de chaque région, de chaque pays, pour montrer l’implication des patrons et de leurs organes quant à l’avenir de nos territoires. Une nécessité confirmée par les chefs d’entreprises Les patrons ont en effet témoigné en ce sens tout au long de la journée, soutenant le besoin d’innover et de former le personnel. Cela étant, au sujet de la dégradation de la compétitivité et de la crise actuelle, notre intervenant n’a pas manqué de pointer les mesures draconiennes prises dans plusieurs pays qui ont eu d’inévitables répercussions sur la consommation. Cette vague a, selon lui, eu des retombées sur la croissance, faisant grimper les chiffres du chômage. Restait alors l’exportation… Sauf qu’en l’espèce, c’est notre monnaie qui allait nous pénaliser. Pour Philippe Maystadt, la voie de salut est donc d’investir. Et encore, en choisissant les investissements qui généreront des retombées précises, c’est-à-dire à impacts positifs à court (dans la construction, par exemple) et long terme. Et avec de bons taux de productivité, de sorte de garder des salaires unitaires à un taux élevé, rappelons ici que les pays européens les plus développés sont d’ailleurs aussi ceux qui ont gardé des systèmes sociaux développés. Investir Mais revenons aux investissements… Et précisons qu’ils présupposent de croire dans l’avenir et les ressources, notamment dans les capacités de financer lesdits investissements. Or justement, c’est là que le bât blesse puisqu’un des principaux maux de l’Europe est précisément un manque de confiance général… Sans accuser, Philippe Maystadt a fustigé nos gouvernements qui, selon lui, gagneraient sans doute à faire preuve de pédagogie. Et de reprendre Zola en rappelant : « Il faut savoir où on va et montrer qu’on y va ! ». Achever la mise en ordre du secteur bancaire constituerait, dans le même ordre d’idées, un atout intéressant pour restaurer la confiance des citoyens… Selon notre ancien ministre, les Européens restent en tout cas maîtres de leur destin. Le déclin n’est pour lui pas inéluctable, mais nous sommes dans une période charnière de notre histoire : les 10 années à venir seront sans doute cruciales… La croissance ne doit pas être opposée à l’austérité Après différents ateliers émaillés de témoignages d’autres experts et de chefs d’entreprises, Gerhard Schröder a clôturé la journée de réflexion par une analyse pointue que chacun attendait. L’exchancelier allemand a tout d’abord insisté sur l’importance des PME de production, le « Mittlestand » en Allemagne, parce que ce sont, à ses yeux, celles-ci qui génèrent de la valeur ajoutée et de l’emploi. En abordant la question des réformes, il s’est ensuite prononcé sur la politique actuelle prônée à l’initiative de l’Europe. En insistant sur le fait que l’austérité seule ne fonctionne pas, il a ouvertement pris position. à l’entendre, il faut certes à la fois des réformes et de la rigueur, mais qui doivent être accompagnées d’impulsions de croissance. C’est comme cela que l’on sortira de la crise. On ne doit pas choisir entre l’un ou l’autre ! Le chômage des jeunes est une plaie… Et Gerhard Schröder de confier que, selon lui, le chômage des jeunes est un problème grave, criant même dans certains pays, comme en Espagne où un jeune sur deux n’a pas de travail. Ce manque de perspective professionnelle est une vraie plaie, il insiste donc pour qu’une véritable politique européenne commune puisse être mise en place. « Nous avons besoin d’une intégration européenne renforcée à l’heure où les pays tiers deviennent éminemment puissants, a-t-il souligné en rappelant que, chaque pays européen seul est bien trop faible pour lutter face à ces géants que sont la Russie ou la Chine ! » Bien sûr, l’ancien Premier allemand est conscient de la difficulté des réformes. Entre la prise de décisions et les conséquences positives qui peuvent en découler, il y a toujours un laps de temps qui est souvent fatal aux politiciens… qui doivent donc avoir le courage de risquer de perdre des élections au profit des réformes nécessaires... a En collaboration avec Anne-Michèle Barbette
Votre entreprise au Luxembourg ? Nous avons vos futurs locaux. ill RICHET GESTION IMMOBILIÈRE g Ie...4., StIteMplesir" CO.'LA•94.6°Urel Tél. : +352 39 59 22-1 SOLARWIND ALTO DISPONIBLE DE SUITE DISPONIBLE EN MAI 2013 Surfaces modulables de 17 à 100 m² Surfaces modulables de 10 à 200 m² DÉCOUVREZ TOUS NOS BÂTIMENTS DE BUREAUX SUR NOTRE SITE INTERNET : WWW.RICHET.LU RICHET Gestion Immobilière S.A. | 9, route des Trois Cantons | L-8399 WINDHOF | info@richet.lu SUMMER GAMES Rendez -v ous le samedi 29 juin dès 13h00... Rendez-vous le samedi 29 juin dès 13h00..I.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :