Entreprendre Aujourd'hui n°150 mai 2013
Entreprendre Aujourd'hui n°150 mai 2013
  • Prix facial : 5 €

  • Parution : n°150 de mai 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Chambre de commerce et d’industrie du Luxembourg belge

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 6,6 Mo

  • Dans ce numéro : l’Excelsior Virton est en D2 et il a besoin de tous les Luxembourgois !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
à la chambre I FOCUS Formalim Centre de compétence de l’industrie alimentaire Ce qui étonne, c’est que l’évolution touche aujourd’hui à la fois le fond, la forme et le cadre. Les nouvelles technologies ont ainsi largement révolutionné l’ensemble des procédés de mise en œuvre, alors que les comportements, habitudes et besoins des consommateurs n’ont pas manqué, eux aussi, de jouer un rôle important dans l’approche produit. Au-delà, principalement dans nos contrées d’ailleurs, le cadre légal a réglementé la chaîne d’amont en aval, faisant naître de nouvelles exigences, laissant apparaître aussi un tas de carences à divers niveaux. L’agroalimentaire particulièrement concerné Le secteur agroalimentaire n’échappe bien sûr pas au rouleau compresseur qui bouscule un ordre établi de longue date. On y dénombre ainsi un certain nombre d’exigences particulières, principalement mises en place pour se conformer aux décisions européennes, qui imposent aux producteurs certaines manières de travailler. Mais qui touchent surtout les aspects légaux de l’ensemble de la chaîne. En matière de sécurité alimentaire, le cadre est donc désormais très, très réglementé. Avec pour conséquence, une fragilisation de la filière, appelée à toujours plus de contrôles, avec un cadre normatif de plus en plus strict, et quotidiennement confrontée à des problèmes de maind’œuvre. Manque de candidats En 2013, une autre réalité complexifie en effet le quotidien de nos entreprises, 32 - Entreprendre Aujourd’hui N°150 - mai 2013 En quelques années, ce n’est un secret pour personne, l’industrie a vu ses principaux process évoluer de manière radicale. Tous azimuts ! Et, à en croire la plupart des observateurs avertis, on est loin d’avoir tout connu, tout vécu… plus spécialement dans l’agroalimentaire, c’est la raréfaction des candidats pour tout poste à pourvoir. Dans certains secteurs, recruter le(s) candidat(s) est devenu tellement compliqué que des postes restent parfois vacants sur de (très) longues périodes. D’où l’idée de former les (futurs) travailleurs afin qu’ils acquièrent compétences et qualifications nécessaires pour intégrer la filière. Et répondent donc, ce faisant, aux nouveaux défis de l’agroalimentaire. La solution : recourir à l’expertise du Centre de compétence de l’industrie agroalimentaire implanté, à Verviers. Une démarche jugée utile, voire indispensable, que des poids lourds du secteur ont déjà initiée, parmi eux Veviba, Marcassou ou encore Bel Ardennes. Formalim, vous connaissez ? Né de la volonté conjointe du Forem, du secteur de l’industrie alimentaire et de la Région wallonne, Formalim, le centre en question, propose en fait des formations axées sur ces fameux métiers de l’agroalimentaire, insistant sur les compétences spécifiques d’emblée attendues par le secteur. On en sortirait donc parfaitement aguerri, notamment comme opérateur de production, agent de maintenance, frigoriste, responsable qualité ou manutentionnaire-cariste… Seul centre du genre en Belgique, Formalim s’adresse de toute façon indistinctement à tous les profils, pour peu bien sûr que l’objectif d’intégrer la filière agroalimentaire soit bel et bien clairement pointé. S’y côtoient, pêle-mêle, demandeurs d’emploi, travailleurs, enseignants, étudiants et/ou apprentis, autant de candidats visant - on s’en doute - à acquérir de nouvelles compétences en vue de compléter leur expérience professionnelle ou de rebondir dans le secteur de l’industrie alimentaire. Notons encore que le centre est également l’opérateur de formation « attitré » pour deux pôles de compétitivité : Wagralim (formations en sécurité alimentaire) et Logtraçalim (formations en traçabilité des produits). 1.200 m² à la disposition des stagiaires… L’approche Formalim est par ailleurs des plus originales puisque l’on y vise avant tout une implication directe de chacun des postulants. Tout participant est donc acteur de sa propre formation. Il s’investit par une mise en situation réelle
de production. Et cela peut aller de la réception des matières premières jusqu’au stockage des produits finis, en y intégrant la traçabilité. Chaque stagiaire peut même être formé à différentes fonctions d’une chaîne de production alimentaire classique puisqu’un vaste espace, appelé « ateliers pédagogiques du centre », est en effet mis à disposition des différents cursus possibles. 1.200m 2 (répartis en 4 halls) sont dédiés à ce centre d’exception, avec notamment une mini-usine, une unité de conditionnement, un espace de maintenance et une section froid. Mettre le professionnel dans des conditions réelles… Une mini-usine de fabrication de pralines, équipée d’une technologie de pointe en traçabilité, permet ainsi de se familiariser avec l’environnement industriel version agroalimentaire, ce qui est aussi vrai s’agissant de l’unité de conditionnement. Mais ce n’est pas tout puisqu’un hall complet est réservé aux pilotes de transformation et de conservation du lait, ainsi qu’à une micro-brasserie. C’est en ces lieux qu’on enseigne F0 REM for mati or. FormALi Centre de compétence la maîtrise des principes appliqués dans l’industrie alimentaire, tels que la pasteurisation, la fluidisation, la concentration, l’écrémage... à travers la fabrication de lait concentré, de lait en poudre, de fromage et de yaourt. Côté micro-brasserie (capacité 50 litres), l’outil permet d’appréhender de manière empirique les différentes étapes de fabrication de la bière. Reste encore le hall consacré à la maintenance en industrie alimentaire, un outilup-to-date équipé de bancs didactiques (régulation de température et de débit, étude des automatismes, palettiseur…). Enfin, au sein de l’unité froid, le matériel agréé en tant que centre d’examen dans le cadre des certifications environnementales pour techniciens frigoristes offre la certitude de donner une réponse aussi proche que possible des conditions réelles de ce qu’exige le secteur. …et répondre aux attentes des entreprises Toutes les formations sont personnalisées selon les objectifs et les besoins de l’entreprise, raisons pour lesquelles le contenu, mais aussi les horaires et la durée des cursus, peuvent être adaptés sur mesure. Les formations peuvent se réaliser soit au centre, soit au sein même de l’entreprise. Certains modules sont également agréés chèque formation. Précisons encore que des conditions particulières régissent la formation continuée des employés et ouvriers des commissions paritaires 118 et 220… Plus d’infos : www.formation-formalim.be En collaboration avec Jérôme Stoz, Conseiller Tél. : 061 29 30 58 Habiller l’espace pour renforcer votre communication événementielle ? Pensez ESPACE ÉVÉNEMENTS ! Présenter un nouveau produit, accroître votre notoriété, créer de nouveaux contacts ? Optimisez votre présence sur salon ! CREATION, REALISATION et MONTAGE DE STANDS LOCATION DE MOBILIER EVENEMENTIEL SERVICES TECHNIQUES SON LUMIERE E v é ne me n t s ESPACE ÉVÉNEMENTS SA Rue de la Plaine, 12 6900 Marche-en-Famenne• Belgique tél : + 32 (0)84 46 69 65 fax : + 32 (0)84 44 52 18 Gsm +32 (0)473 24 51 90 www.espaceevents.be info@espaceevents.be Entreprendre Aujourd’hui N°150 - mai 2013 - 33



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :