Entreprendre Aujourd'hui n°150 mai 2013
Entreprendre Aujourd'hui n°150 mai 2013
  • Prix facial : 5 €

  • Parution : n°150 de mai 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Chambre de commerce et d’industrie du Luxembourg belge

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 6,6 Mo

  • Dans ce numéro : l’Excelsior Virton est en D2 et il a besoin de tous les Luxembourgois !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
ESPACE ENTREPRISES I échos arlon Agrifer vient de s’implanter dans le sud de la province… L’entreprise y a ouvert un second site, à la périphérie d’Arlon 10 - Entreprendre Aujourd’hui N°150 - mai 2013 Pour la plupart d’entre vous, Agrifer, c’est avant tout un sous-traitant connu - et reconnu ! - dans les métiers de l’acier. On y trouve poutrelles, tôles, quincailleries tous usages et autres produits de ferronnerie et de soudure. Avec le temps, c’est-à-dire un peu plus d’un quart de siècle quand même, Agrifer a logiquement élargi sa gamme autant que le spectre de ses aptitudes et métiers. De fait, on est bien loin aujourd’hui des bâtiments agricoles des débuts. Cela fait d’ailleurs longtemps que l’entreprise ardennaise s’est forgé un nom, élargissant allégrement ses marchés, dans les bâtiments industriels, les clôtures, accessoires de jardin, engins de levage, remorques… D’agriculteurs à bâtisseurs Pour la petite histoire, c’est en avril’86 que Nicolas Pirotte et son épouse se lancent dans l’aventure entrepreneuriale. Le projet avait certes été mûrement réfléchi, mais le risque inhérent à tout investissement du genre rendait quand même le défi osé. Quoi de plus normal, au fond, pour des agriculteurs parachutés ainsi dans la construction métallique... Au départ du petit village d’Hubermont, au sein de simples bâtiments agricoles, la diversification métallique était donc lancée. Et bien lancée… puisque l’affaire allait rapidement prendre de l’ampleur. Très vite, le fils, Alain, allait venir apporter le coup de main nécessaire à l’afflux des commandes. Vint ensuite le gendre, Guy Paso, qui allait quant à lui rejoindre l’entreprise familiale un an plus tard. Autant dire que la structure dirigeante s’en trouvait renforcée, le reste pourrait alors évoluer au gré de l’activité et des commandes. Et la bonne santé de l’économie locale, entre 1990 et 2005, allait permettre à Agrifer de grandir en toute sérénité, jusqu’à employer une vingtaine de personnes en 2013, malgré la crise qui ne manque pas alors déjà de toucher çà et là la clientèle de la PME ardennaise. Entretemps, un déménagement utile vers la zone industrielle de Bastogne allait donner une autre dimension à l’entreprise, lui permettant, non seulement de mieux servir ses clients mais, de travailler aussi dans de meilleures conditions et dans le respect des normes. Huit hectares à Bastogne Et jusque-là, le travail continue à ne pas manquer… Tant et si bien que, depuis le mois d’avril dernier, Agrifer, s’est aussi implantée dans le sud de la province, à deux pas d’Arlon, sur la nationale reliant le chef-lieu à Messancy. Là-bas, sur un vaste terrain, ce spécialiste de l’acier et de la construction métallique sert désormais ses clients proches depuis un entrepôt flambant neuf et particulièrement bien équipé. « Cela fait longtemps que nous réfléchissions à la chose pour nous rapprocher d’une partie de notre clientèle fort présente dans le sud de la province, explique Alain Pirotte. L’investissement méritait d’être réfléchi car il est conséquent, mais notre volonté était non seulement de nous rapprocher des clients en question, mais surtout de les fidéliser, tout en montrant notre savoir-faire à d’autres ‘cibles’potentielles, que ce soit au Grand- Duché de Luxembourg ou dans le nord de la France ». Un investissement de près de 2,5 millions d’euros sur Arlon… « Désormais, dans cette nouvelle infrastructure, on peut trouver un magasin de quincaillerie, mais aussi de l’acier sous toutes ses formes disponible à la découpe. Si les professionnels constituent la partie la plus importante de notre clientèle, on répond aussi aux besoins de nombreux privés qui bricolent à la maison. Les infrastructures ont été conçues pour les deux types de clientèles, nous espérons d’ailleurs que les particuliers oseront maintenant franchir la porte de notre entreprise », ajoute le patron dynamique de cette entreprise familiale ambitieuse. Et qui parle d’ambition doit bien convenir qu’en investissant 2,5 millions d’euros dans ce projet qui s’étend sur un peu plus de 3.000 m², le duo Pirotte-Paso n’a décidément pas froid aux yeux. Rappelons dans le même temps qu’à Bastogne, Agrifer occupe quelque 8 hectares sur lesquels elle brasse un tas d’activités liées à l’acier que l’on ne va pas énumérer ici. Bon an mal an, la PME vend ainsi plus de 13.000 tonnes d’acier, ce qui fait d’elle l’un des principaux acteurs, si pas le plus important, dans son créneau à l’échelle de la province. Et la relève est déjà là… « Nous employons actuellement 24 personnes sur les deux sites, poursuit Alain Pirotte. à Arlon, pour l’instant, on ne trouve encore que deux employés, mais les choses devraient évoluer si l’activité se développe comme escompté. Une fois encore, on ne savait pas, en lançant le projet, comment les choses allaient prendre. Après quelques semaines cependant, nous sommes très satisfaits… La demande est là, même si la concurrence est importante. » Mais Agrifer a sa recette ! « Depuis toujours, nous marquons notre différence par le service que nous parvenons à proposer à nos clients. Aujourd’hui, plus qu’un prix attractif, les clients nous font confiance parce que nous offrons du conseil et un service qui répondent à leurs attentes. Faut pas s’en cacher, c’est en s’appuyant sur ce type de credo que notre croissance est constante depuis si longtemps. » Si le secteur dépend aussi beaucoup de la conjoncture économique et de la bonne santé des entreprises, notamment dans la construction, l’entreprise espère pouvoir continuer à prospérer à l’avenir. La relève, elle, est prête. Les enfants d’Alain Pirotte et de Guy Paso, au nombre de trois, s’investissent déjà pour l’heure dans l’entreprise familiale. « C’est aussi pour cette raison que nous souhaitions moderniser et développer l’outil », précise Alain Pirotte, un patron plein d’espoir...• Agrifer SA Route des Ardennes, 77 à Wolkrange (Messancy) Tél. : 063 37 03 41 Zoning industriel II - Rue de la Drève, 5 à Bastogne Tél. : 061 68.81.54 www.agrifer-acier.com
arlon Luxus investit le sud de la province… Après Libramont, Marche et Virton… l’enseigne entend jeter son dévolu sur la clientèle arlonaise ! En ouvrant un nouveau - et vaste - magasin à Arlon, Luxus a semble-t-il fait un choix intéressant et porteur. En tout cas, George Vanderplancke, le patron, paraît convaincu de l’efficacité de sa stratégie de développement qui le voit une nouvelle fois jouer la carte de l’enseigne qualitative de proximité à deux pas d’un centre-ville. Une 29 e boutique à Arlon L’enseigne Luxus a donc tout récemment ouvert un nouveau point de vente à Arlon. En additionnant les comptoirs Maniet et Luxus, le nouvel espace luxembourgeois, implanté sur le site réaménagé par Trafic après l’incendie de la grande surface, est en fait le 29 e du nom. Cette arrivée n’est évidemment pas sans interpeller la concurrence tant le leader de la chaussure moyenne gamme en Wallonie fait aujourd’hui figure d’épouvantail avec une stratégie des plus performantes, une assise forte et un chiffre d’affaires conséquent qui avoisine les 54 millions d’euros. o Luxus, Du nord au sud de la province… Une fois encore, comme à Libramont ou à Marche-en-Famenne, Luxus a su làbas dénicher une place de choix, au cœur d’une des portes d’entrée du chef-lieu de la province. C’est peut-être là aussi, au fond, la caractéristique qui différencie cette entreprise des autres. Car l’espace choisi bénéficie, depuis quelques mois, d’un dynamisme nouveau. « C’est vrai, explique le patron de l’enseigne, mais ce qui est plus important encore c’est que notre enseigne arlonaise s’inscrit dans ce que j’avançais déjà dans vos pages il y a deux ans. Notre développement, le long de la E411, a été important ces dernières années. Désormais, nous sommes présents de Bruxelles à Arlon, en passant, pour ce qui est de la province de Luxembourg, par Marche-en-Famenne et Libramont », explique avec une pointe de fierté George Vanderplancke, directeur général de l’entreprise. « Et l’enseigne est même aussi présente à Virton. » Luxus est donc désormais un acteur du commerce dans les quatre principales régions qui constituent la province, à savoir l’Ardenne, le Pays d’Arlon, la Gaume et la Famenne. Un investissement d’un million d’euros ! Ce nouveau Luxus s’étend sur 1.200 m², pour une surface de vente d’un millier de m². Si le bâtiment appartient à Trafic, l’investissement pour son aménagement s’est élevé à un peu plus d’un million d’euros. « Notre intention de nous installer sur Arlon remonte à plus de quatre ans. Rapidement, après l’incendie du Trafic, nous avons été mis en contact avec le groupe, afin de pouvoir nous intégrer au projet futur. L’octroi des permis a pris plus de temps que prévu et les travaux ont accumulé pas mal de retard à cause d’un hiver rude. Mais ça y est, depuis deux mois, nous sommes présents. On doit dire, de plus, que nous sommes très satisfaits des premiers résultats, qui dépassent les objectifs que nous nous étions fixés », précise encore George Vanderplancke, qui ajoute que Luxus Arlon emploie (déjà) neuf personnes, pour plus ou moins 6,5 équivalents temps plein. (Chaussures Maniet sa) Luxus Arlon, Rue de la Posterie 53 à Arlon, tél. 063 58 11 81, www.maniet.be. ESPACE ENTREPRISES I échos Bastogne Le second appel à projets « Tourisme et Innovation » a livré ses verdicts Vingt-huit projets ont été récompensés ! En septembre 2011, rappelez-vous, la FTLB avait bénéficié de l’appui financier de la Province de Luxembourg pour initier un premier appel à projets « Tourisme et Innovation ». Le but ? Mobiliser les acteurs du tourisme luxembourgeois quant à la nécessité de provoquer le changement plutôt que de le subir… Cette démarche, réservée à l’ensemble des opérateurs touristiques du Luxembourg belge tous secteurs confondus, avait donc bien comme finalité le renforcement de l’offre provinciale et le positionnement qualitatif de notre destination dans le contexte économique hautement concurrentiel que l’on connaît. Un second appel... Cette année, les mêmes opérateurs ont donc remis le couvert, convaincus du besoin de doper les bonnes volontés par un concours supposé épingler les meilleures initiatives. Une septantaine de projets est cette fois arrivée sur le bureau des instances touristiques provinciales, obligeant ces dernières à un choix cornélien pour récompenser les meilleures propositions. Une enveloppe de 50.000 euros a été consacrée à cette dynamique, offrant des bourses de 500 à 7.500 euros aux lauréats en fonction de leurs besoins, de leurs investissements et du caractère innovant des idées à mettre en œuvre. Dynamisation d’un secteur éminemment porteur D’autres projets ont également été soutenus, ceux-là dans le cadre d’études de faisabilité, d’encadrements personnalisés par la FTLB, ou via un appui particulier (traduction…), voire par des aides émanant d’autres départements provinciaux… La Chambre de commerce, à l’instar des autres opérateurs économiques de la province, faisait partie du jury, n’hésitant jamais à suivre la Fédération du tourisme lorsqu’il s’agit de venir en aide à un secteur économique prépondérant sur le sol luxembourgeois. Plus d’infos : Valérie Lescrenier, Province de Luxembourg, Tél. : 084 21 99 60 ou v.lescrenier@province.luxembourg.be Entreprendre Aujourd’hui N°150 - mai 2013 - 11



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :