Entreprendre Aujourd'hui n°148 mars 2013
Entreprendre Aujourd'hui n°148 mars 2013
  • Prix facial : 5 €

  • Parution : n°148 de mars 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Chambre de commerce et d’industrie du Luxembourg belge

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 6,9 Mo

  • Dans ce numéro : Charlier, un Groupe qui a su évoluer dans un métier de plus en plus complexe.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
ESPACE ENTREPRISES I PROJET MARGUERITE Aides à la formation Avez-vous pensé au crédit-adaptation, crédit-adaptation tutorat ? Deux formules intéressantes - quoique trop méconnues - permettent pourtant aux entreprises wallonnes de bénéficier d’aides non négligeables, appelées le crédit-adaptation et le crédit-adaptation volet tutorat. Vous voulez que nous en parlions ? 24 - Entreprendre Aujourd’hui N°148 - mars 2013 En matière de formation, faut pas s’en cacher, des besoins existent et des offres (nombreuses) sont là pour remédier aux carences détectées. Reste que former son personnel coûte cher, même si les bénéfices sont évidents. L’aide à la formation par l’exemple… Quatre questions posées à Maryse Godefroid, Responsable financière et du personnel, Albert et Julien Godefroid SPRL Entreprendre aujourd’hui : Pour quel type de formation avez-vous utilisé le crédit-adaptation ? Maryse Godefroid : Nous avons utilisé cette aide dans le cadre de notre processus qualité. Il fallait former le personnel aux différentes procédures de l’ISO 9001, cela nous a bien aidés. EA : Comment avez-vous appris l’existence de cette aide ? M.G. : L’ensemble du processus est lourd et les formations sont coûteuses. Nous avons fait différentes démarches pour voir s’il n’existait rien pour nous aider. Nous avons été contactés par l’AS.B.L Cequal, de Mons, qui nous a expliqué que nous pouvions solliciter une aide du Forem. EA : Suite à l’acceptation de la demande, vous avez évidemment mis en place la formation pour laquelle la demande avait été faite. Avez-vous reçu le subside rapidement ? M.G. : L’acceptation faite, la mise en place de l’ISO a pris deux ans. Nous venons d’être certifiés, en date du 11/01/2013. D’un point de vue financier, l’aide nous est parvenue en deux versements, un en 2012 et l’autre... il y a quelques semaines. J’ajoute que nous avons aussi bénéficié de chèques formation pour notre personnel, un autre apport non négligeable. Nous sommes donc très satisfaits du système et recommandons volontiers de profiter de ces aides. Développer de nouvelles compétences Augmenter la productivité de l’outil ou conquérir de nouveaux marchés en développant de nouvelles compétences, voilà de toute évidence des objectifs qu’aucun patron ne saurait ignorer. Et plus encore en s’appuyant sur les atouts d’un dispositif comme le crédit-adaptation mis en place pour promouvoir la formation au sein de l’entreprise en lui accordant une subvention destinée à couvrir en partie les frais inhérents à cette démarche utile. Qu’il s’agisse de remise à niveau, polyvalence, adaptation à un nouveau poste de travail, formation liée à un investissement ou à une nouvelle méthode de travail, mise en place d’un système de management de qualité, de l’environnement ou de la sécurité, système de réduction ou d’aménagement du temps de travail ou toute autre formation nécessaire pour adapter votre entreprise aux mutations industrielles, organisationnelles ou technologiques, la palette des cursus couverts est large et variée. Mais la formation doit impérativement être qualifiante, spécifique et collective (min. 3 travailleurs). Ah, n’oublions pas l’essentiel, cet outil wallon n’est accessible qu’à des entreprises implantées sur notre sol, à l’attention de leurs salariés (auxquels s’ajoutent les intérimaires).• Avantages de la formule L’entreprise (ou l’indépendant) a droit à une intervention horaire forfaitaire par travailleur (9 euros pour une PME et 6 euros pour une entreprise qui ne répond pas aux critères PME), avec majoration d’1 euro en cas d’implantation en zone de développement (Bastogne, Bertogne, La Roche-en-Ardenne, Libin, Libramont-Chevigny, Marcheen-Famenne, Neufchâteau, Tellin, Vielsalm). Subventionnement plafonné à 80.000 euros par période de deux ans. Transfert d’expérience professionnelle Comme sa grande sœur classique, l’aide wallonne crédit-adaptation volet tutorat vise à rencontrer les besoins en formation du personnel dans l’entreprise. Ici, toutefois, on entend privilégier le transfert de compétences en permettant à l’entreprise de former ses travailleurs (nouveaux, en place ou intérimaires) en utilisant les acquis professionnels des travailleurs âgés et plus expérimentés déjà en place au sein de l’outil. Le dispositif permet donc à la fois une consolidation de l’emploi des travailleurs âgés et une mise en valeur des connaissances qu’ils possèdent ainsi qu’une formation continuée de l’ensemble du personnel. Le spectre de l’aide ne diffère pas de ce qui a été vu précédemment, si l’on excepte que le tuteur - travailleur ou gérant indépendant à titre principal - doit avoir au moins 45 ans (le tuteur signera une convention avec l’employeur précisant le temps consacré au transfert de compétences et, enfin, démontrera au Forem sa capacité d’assumer la fonction,ndlr). Quant aux salariés formés, occupés dans l’entreprise depuis 12 mois maximum, intérimaires ou travailleurs classiques, la formation proposée devra leur permettre d’accéder à de nouvelles fonctions.• Avantages de la formule Une formation de ce type s’étend sur une période de six mois au minimum et d’un an au maximum (la durée ne peut dépasser 300 heures par travailleur formé,ndlr). Le forfait horaire octroyé à l’entreprise dans le cadre du tutorat est de 10 euros par heure de formation, augmenté d’1 euro par heure de formation si l’apprenant est « peu qualifié ». Attention au cumulOn remarquera que le crédit-adaptation classique et le volet tutorat n’autorisent aucun cumulpour les mêmes coûts de formation. Par coûts de formation,
il faut par exemple entendre les rémunérations des formateurs, leurs frais de déplacement, les coûts de personnel des participants au projet de formation, les matériaux et fournitures… Cela étant, rien ne vous empêche de faire couvrir certains frais d’une formation spécifique par le crédit-adaptation et d’autres frais de la même formation par une autre aide publique (avec un plafond fixé par la réglementation européenne) ou sectorielle (couverture complète sans dépassement du montant total de la formation). Comment faire ? Ces avantages financiers vous intéressent, ou vous avez simplement besoin de plus amples informations ? Contactez un conseiller en ressources humaines du Forem ou surfez sur http://www.leforem. be/entreprises/aides/formation/creditadaptation.html. Attention, pour les deux types d’aide, la demande initiale doit être adressée au Forem avant le début des formations ! a e Plus d’infos : Services de conseil en ressources humaines du Forem, Espace Didier, Rue de Diekirch, 38 à Arlon, Tél. : 063 67 03 63 Timea Nagy Et pourtant, au-delà des fameux engins qui oeuvrent dans ce domaine depuis des décennies, l’entreprise est aussi (très) active dans le secteur bien plus vaste et diversifié du transport en général. Savezvous, par exemple, que les établissements Guy Magermans sont aussi actifs dans le transport national et international ou l’épandage, comme en témoignent les allers et retours incessants pour la sécurité des Marchois sur les routes cet hiver. Cela fait 75 ans que ça dure et l’arrivée d’une nouvelle génération dans l’entreprise ne peut que renforcer cette présence… Une histoire de Magermans ! En fait, il faut remonter avant-guerre pour trouver trace des premiers véhicules labellisés Magermans. Et à l’époque, c’est déjà une histoire de famille. Et pour cause, c’est en décembre 1937 que Guillaume, surnommé Guy (ben oui, déjà,ndlr) s’installe en tant que transporteur indépendant, à Marche-en-Famenne, en compagnie de… son père, Remy Magermans. L’affaire prend vite un certain essor, l’homme développant d’emblée son business dans les activités du transport, du déménagement et du génie civil. Essor, notamment dans le déménagement... En 1968, Guillaume, toujours lui, fonde les Établissements Guy Magermans et co. (SCRL). Il installe ses bureaux à son domicile, à Marche-en-Famenne. Bien sûr ! Les activités de transport et le déménagement prennent alors une certaine envergure. Les années’60 sont celles du développement économique, l’entreprise Margemans surfe sur la vague et se développe. Vient ensuite le tour du Guy Magermans que nous connaissons, le fils. Il prend les rênes de l’entreprise ESPACE ENTREPRISES I échos Marche-en-Famenne Dans le nord de la province, Magermans rime avec transport… Et ça ne date pas d’hier ! À Marche-en-Famenne, la société Guy Magermans est aussi connue que Guy lui-même, c’est dire… Evidemment, histoire oblige, c’est essentiellement l’activité dédiée au déménagement que le grand public connaît. en 1978. « C’est mon père qui a développé toute la filiale déménagement de l’entreprise, explique son fils, Guillaume, un prénom décidément très usité chez les Magermans. Les affaires vont alors connaître un nouvel et bel essor dans les années’90. C’est à cette époque que mon père a pris la décision, en 1997, de s’établir dans un entrepôt de plus de 1.000 m² dans le zoning industriel de Marloie, à deux pas de la ville de Marche-en-Famenne ». La quatrième génération est bien là… Aujourd’hui, l’entreprise Magermans ne fait pas mentir la tradition puisque la quatrième génération est déjà là. Matthieu et Guillaume, les fils de Guy, s’impliquent en effet désormais très concrètement aux côtés de leur père dans le devenir de l’outil familial. « Mon frère Matthieu s’occupe de l’aspect organisationnel, technique et de la maintenance. Personnellement, je coordonne l’aspect administratif et réglementaire. Et notre frère Thomas, toujours aux études, nous prête main-forte dès qu’il le peut. Nous sommes chapeautés par notre père qui nous donne les lignes directrices », conclut Guillaume Magermans. Une belle histoire familiale qui méritait bien un coup de chapeau alors que sonne l’heure d’un anniversaire, convenez-en, peu commun… B o Etablissements Guy Magermans et Cie-Magerco SCRL Zoning industriel de Marloie II à Marche-en-Famenne Tél. : 084 31 17 90 - www.guymagermans.be Un tel anniversaire valait bien un nouveau site ! Entreprendre Aujourd’hui N°148 - mars 2013 - 25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Entreprendre Aujourd'hui numéro 148 mars 2013 Page 1Entreprendre Aujourd'hui numéro 148 mars 2013 Page 2-3Entreprendre Aujourd'hui numéro 148 mars 2013 Page 4-5Entreprendre Aujourd'hui numéro 148 mars 2013 Page 6-7Entreprendre Aujourd'hui numéro 148 mars 2013 Page 8-9Entreprendre Aujourd'hui numéro 148 mars 2013 Page 10-11Entreprendre Aujourd'hui numéro 148 mars 2013 Page 12-13Entreprendre Aujourd'hui numéro 148 mars 2013 Page 14-15Entreprendre Aujourd'hui numéro 148 mars 2013 Page 16-17Entreprendre Aujourd'hui numéro 148 mars 2013 Page 18-19Entreprendre Aujourd'hui numéro 148 mars 2013 Page 20-21Entreprendre Aujourd'hui numéro 148 mars 2013 Page 22-23Entreprendre Aujourd'hui numéro 148 mars 2013 Page 24-25Entreprendre Aujourd'hui numéro 148 mars 2013 Page 26-27Entreprendre Aujourd'hui numéro 148 mars 2013 Page 28-29Entreprendre Aujourd'hui numéro 148 mars 2013 Page 30-31Entreprendre Aujourd'hui numéro 148 mars 2013 Page 32-33Entreprendre Aujourd'hui numéro 148 mars 2013 Page 34-35Entreprendre Aujourd'hui numéro 148 mars 2013 Page 36-37Entreprendre Aujourd'hui numéro 148 mars 2013 Page 38-39Entreprendre Aujourd'hui numéro 148 mars 2013 Page 40-41Entreprendre Aujourd'hui numéro 148 mars 2013 Page 42-43Entreprendre Aujourd'hui numéro 148 mars 2013 Page 44-45Entreprendre Aujourd'hui numéro 148 mars 2013 Page 46-47Entreprendre Aujourd'hui numéro 148 mars 2013 Page 48-49Entreprendre Aujourd'hui numéro 148 mars 2013 Page 50-51Entreprendre Aujourd'hui numéro 148 mars 2013 Page 52-53Entreprendre Aujourd'hui numéro 148 mars 2013 Page 54-55Entreprendre Aujourd'hui numéro 148 mars 2013 Page 56