Entreprendre Aujourd'hui n°145 novembre 2012
Entreprendre Aujourd'hui n°145 novembre 2012
  • Prix facial : 5 €

  • Parution : n°145 de novembre 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Chambre de commerce et d’industrie du Luxembourg belge

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 10 Mo

  • Dans ce numéro : Honesty... rencontre avec Ludovic Guiot,

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 48 - 49  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
48 49
UTILE & AGREABLE 2013 annonce l’anniversaire d’un mythe de la presse magazine… C’est une icône, une institution. C’est « LE » de toutes les libertés. Playboy, le magazine En décembre’53, le sourire de la magnifique Marilyn Monroe, qui n’est pas encore le sculptural sex-symbol qu’elle deviendra bientôt, s’étale sagement sur la couverture du premier numéro de Playboy, un magazine alors très hésitant quant à sa ligne rédactionnelle. Pour 50c, l’Américain moyen peut - s’il ose ! - se laisser tenter par une publication d’un genre nouveau qui mêle subtilement, si ce n’est habilement, contenu et plaisir des yeux. Le titre du magazine n’est-il pas déjà tout un programme : Playboy, Entertainment for men. Waouh ! Fallait oser, non ? Aujourd’hui, admettons que cela n’émeut plus personne… Mais, à l’époque, l’aventure était plus qu’un brin hasardeuse. D’ailleurs, la couverture volontairement austère, et peu chère du fait des moyens limités de l’éditeur, n’était pas racoleuse, que du contraire. Sur fond blanc, la star d’Hollywood y apparaissait vêtue d’une robe noire sans artifice, la seule touche de couleur se dessinait en quelques mots annonçant quand même que l’actrice posait dans une tenue moins habillée dans les pages intérieures. Un mythe pour un autre ! Quel lancement réussi… Incroyable pour l’époque… En 1953, il y a soixante ans, le monde ne ressemblait en fait en rien au nôtre. Un conflit mondial d’envergure était passé par là, laissant des stigmates qui mettaient du temps à disparaître. Les mannes du Plan Marshall venaient certes d’arriver, pour permettre à l’Europe de se reconstruire, mais cinq longues années d’occupation ne se gomment pas ainsi d’un coup de baguette magique. Dans la douleur par ci, dans l’allégresse d’un avenir meilleur à bâtir par-là, la construction prenait quand même forme. Les colonies vivaient une dernière ligne droite qui allait se terminer dans le sang, mais nul ne le savait encore. Le monde se scindait pourtant déjà en deux blocs de plus en plus opposés. Guerre froide et pauvreté étaient communes. Puritanisme aussi, car l’époque n’était pas encore à une autre façon de penser. La jeunesse se laissait petit à petit séduire par l’american way of life déferlant, mais sans (encore) trop bousculer l’ordre établi. La révolution sexuelle n’était pas encore passée par là, la révolution culturelle non plus d’ailleurs. Même le rock’n roll n’était pas né. à l’époque, la révolte 48 - Entreprendre Aujourd’hui N°145 - novembre 2012 musicale se vivait encore au son du jazz, c’est dire… Le monde de 1953 était donc strict et dur, plein de conventions et de traditions. La télé, balbutiante, en était à ses premières diffusions en Eurovision. Quant au cinéma, il s’érigeait encore comme le passage obligé de l’information, avec les fameuses actualités dressant au grand public leur vision parfois manichéenne du monde. Et la presse dans tout ça ? Elle tournait à plein, multipliant les forts tirages. Le monde s’ouvrait, avide de nouvelles et d’informations. C’est l’ère où les carrières se faisaient… et se défaisaient en quelques numéros. Hefner, hardi visionnaire, se paie les plus belles plumes ! Et c’est à cette époque mouvementée, quoiqu’encore très rigoriste, qu’est sorti le premier numéro d’un magazine mythique, bien que très controversé, qui allait faire les belles heures de la presse, du journalisme et de la gent féminine à travers le regard de l’homme moderne. Fondé en 1953, par un certain Hugh Marston Hefner, plus connu sous le nom d’Hugh Hefner, Playboy, le premier et plus célèbre magazine masculin du monde, est donc né il y a tout juste 60 ans. Six décennies plus tard, à l’âge où tout sexagénaire songe doucement à la pension, le vénérable magazine est quant à lui cependant loin de voir poindre le moindre signe de retraite. Playboy est en effet l’archétype du magazine masculin, celui qui a tout inventé, tout osé. Célèbre dans le monde entier, où 35 éditions se disputent un lectorat qui fait toujours pâlir d’envie la concurrence sur le même créneau ou dans d’autres, Playboy est un modèle parce qu’il a su s’affranchir des conventions pour asseoir sa croissance, notamment grâce à ses articles de société où l’on retrouve quelques grands auteurs contemporains, comme ArthurC. Clarke, Ian Fleming, Ernest Hemingway, Vladimir Nabokov ou encore Margaret Atwood. Derrière l’image glamour et les playmates, derrière les pages au contenu léger, Playboy est également connu pour sa ligne éditoriale libertaire dans une Amérique souvent très puritaine. Une idée, et c’est tout ! Dans le premier numéro, la préface pose d’emblée les objectifs poursuivis par la rédaction qui annonce laconiquement : « Nous ne prétendons pas résoudre tous les problèmes de l’humanité, ou prouver de grands principes moraux, mais si nous parvenons à offrir au mâle américain quelques rires et un peu de plaisir face aux angoisses de l’ère atomique, nous aurons atteint nos ambitions sur cette planète. » Tout un programme, que la rédaction dépassera allégrement en oubliant les plaisirs basiques pour des combats plus excitants, comme la guerre du Vietnam dans les sixities, la politique dans les seventies et la nouvelle sexualité dans leseighties. Hefner, qui s’est lancé avec un prêt de 600 dollars et quelques milliers de dollars (8.000 pour être précis !) d’actions cédées à des amis ou des parents, a très vite touché le nirvana. Doit-il tout aux nus de la jeune Norma Jean Baker, plus connue alors sous le pseudo de Marilyn ? Allez savoir… Ce qui est sûr, en tout cas, c’est que le jeune homme, bien que rusé et avant-gardiste, doutait de l’avenir de son bébé. à tel point qu’il hésita à dater l’exemplaire du fameux Playboy, premier du nom. 70.000 exemplaires sortirent quand même de ce numéro historique, dont 56.000 trouvèrent acquéreurs. Un deuxième opus sortit dès janvier, puis un troisième, un quatrième et ainsi de suite.
magazine emblématique de l’homme moderne, a 60 ans Le plein de bons papiers Début des années’60, Playboy est déjà devenu une institution. Le mensuel tire régulièrement à un million d’exemplaires. On le dit destiné aux hommes attirés par un style de vie libertin, festif et sensuel, mais qui sont aussi passionnés par la dimension politique, sociale, sportive et culturelle. De nombreux articles et entretiens de fond parsèment ses pages. Playboy défend d’ailleurs couramment, et avec véhémence, les valeurs liées à la liberté de pensée, à la tolérance, défendant notamment les droits civiques aux États-Unis au cours des années 1960 et 1970, les droits de l’Homme, le droit à l’avortement, le droit au divorce, les droits des pères... Mais les choses ne sont pas aussi simples. Hefner en fera même plusieurs fois les frais. En juin 1963, il est arrêté pour vente de littérature obscène. La lutte est âpre, elle met le magazine face à de puissants lobbies, notamment ceux qui défendent les valeurs chrétiennes, la ségrégation, le racisme, la xénophobie, l’abstinence sexuelle avant le mariage, l’interdiction de l’avortement… Des plus belles femmes... aux meilleurs photographes Mais Playboy, ce n’est pas qu’un amalgame de littérature, d’articles intellos et de photos de jolies femmes. Non, Playboy est un tout qui est venu prendre une place béante parce que son créateur a pensé le concept avant les autres. Il aurait dû s’appeler Stag Party, si une vulgaire question de droits ne l’avait pas poussé vers ce nom reconnaissable entre tous. Et son lapin emblématique ? Ce devait être un cerf. Et pourtant, les choses se sont passées autrement. Et le petit lapin à la connotation sexuelle humoristique est vite devenu l’emblème d’un certain libéralisme sexuel bien au-delà du simple logo de la marque. Quant aux jeunes femmes qui feront la célébrité du magazine, elles prendront vite le nom de playmates ou de bunnies. Après Marilyn Monroe et Jayne Mansfield, des centaines d’autres s’y bousculeront. De Raquel Welch à Pamela Anderson, en passant par Joan Collins, Patti Davis (la fille de Ronald Reagan), Sharon Stone, Cindy Crawford, Lisa Marie Presley, Carmen Electra, Dita Von Teese et bien d’autres. En 1971, on y découvrit même la première playmate afro-américaine en couverture, une révélation pour l’époque. Une révélation que le magazine doit aussi, et pour beaucoup, à la qualité de ses collaborateurs, notamment les photographes dont les plus célèbres ont travaillé pour lui. D’Helmut Newton à Russ Meyer, en passant par Pompeo Posar, Mondino, LaChapelle, William Graham, Ken Marcus, David Rams ou Mizuno... la plupart des stars de la photo ont un jour publié des clichés dans Playboy. Le premier entre tous… En 2013, Playboy célèbrera donc son soixantième anniversaire. Il est - et reste – l’un des plus grands magazines du monde. Dans la presse masculine, il est à coup sûr numéro 1, jamais détrôné par ses prétendants qui se sont pourtant très nombreux attaqués à son « quasi » monopole. Imaginez-vous que son tirage record, en novembre 1972, a plafonné à 7.161.561 d’exemplaires ! Depuis, les ventes se sont tassées, retombant à trois millions par numéro tout de même. On l’a dit, Playboy conserve sa position de n°1 de la presse masculine américaine. Sans compter les 24 éditions étrangères (dont une en France depuis 1973), une version en Braille, une chaîne de télévision, des sites Internet… Derrière, on trouve d’autres titres s’attaquant aux mêmes cibles. Comme GQ (Gentlemen’s Quarterly, littéralement « Le trimestriel des gentlemen »), un titre aujourd’hui mensuel diffusé à 850.000 exemplaires aux États-Unis, ou FHM (For Him Magazine, littéralement « Le magazine pour lui »), magazine britannique qui traite des mêmes sujets que GQ, mais s’adresse à un lectorat plus jeune, ou encore Esquire (littéralement « écuyer », titre de noblesse anglais désignant un membre de la petite noblesse se classant juste au-dessous d’un chevalier), magazine du groupe de presse américain Hearst Corporation auquel ont collaboré des plumes aussi célèbres qu’Ernest Hemingway ou Francis Scott Fitzgerald. Considéré comme l’un des titres les plus haut de gamme de la presse masculine ango-saxonne, le mensuel ne dépasse cependant pas la centaine de milliers d’exemplaires. Et chez nous, vous demandez-vous peut-être ? Chez nous, l’homme moderne peut trouver son plaisir et son intérêt dans les versions françaises de Playboy, Maximal, FHM ou autres. L’aventure Lui, du groupe Filipacchi, ayant tourné court, milieu des années nonante, après 31 ans au service des hommes français. De Marilyn à Pamela Playboy fêtera donc 60 ans en 2013, Marilyn si elle était encore parmi nous aurait à coup sûr susurré « Happy birthday, mister Hefner » de sa voix si douce pour l’occasion. Pamela Anderson, la naïade de Baywatch, s’en chargera peut-être. La cover-girl de légende, à la chevelure aussi reconnaissable que la poitrine et le maillot rouge, totalise en effet le plus de couvertures (10) pour le célèbre mensuel au lapin. Valentin Tinclère Playboy Les plus belles couvertures Dans cet album hommage, c’est 60 ans de glamour et de regards sensuels sur les femmes qui défilent à travers plus de 300 couvertures du plus célèbre magazine masculin du monde. Un livre séduisant, instructif et sensuel qui raconte, décennie par décennie, l’évolution de l’érotisme. Editions Blanche, 29,95 euros – 310 pages Hefner, un journaliste qui a réussi ! Entreprendre Aujourd’hui N°145 - novembre 2012 - 49



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Entreprendre Aujourd'hui numéro 145 novembre 2012 Page 1Entreprendre Aujourd'hui numéro 145 novembre 2012 Page 2-3Entreprendre Aujourd'hui numéro 145 novembre 2012 Page 4-5Entreprendre Aujourd'hui numéro 145 novembre 2012 Page 6-7Entreprendre Aujourd'hui numéro 145 novembre 2012 Page 8-9Entreprendre Aujourd'hui numéro 145 novembre 2012 Page 10-11Entreprendre Aujourd'hui numéro 145 novembre 2012 Page 12-13Entreprendre Aujourd'hui numéro 145 novembre 2012 Page 14-15Entreprendre Aujourd'hui numéro 145 novembre 2012 Page 16-17Entreprendre Aujourd'hui numéro 145 novembre 2012 Page 18-19Entreprendre Aujourd'hui numéro 145 novembre 2012 Page 20-21Entreprendre Aujourd'hui numéro 145 novembre 2012 Page 22-23Entreprendre Aujourd'hui numéro 145 novembre 2012 Page 24-25Entreprendre Aujourd'hui numéro 145 novembre 2012 Page 26-27Entreprendre Aujourd'hui numéro 145 novembre 2012 Page 28-29Entreprendre Aujourd'hui numéro 145 novembre 2012 Page 30-31Entreprendre Aujourd'hui numéro 145 novembre 2012 Page 32-33Entreprendre Aujourd'hui numéro 145 novembre 2012 Page 34-35Entreprendre Aujourd'hui numéro 145 novembre 2012 Page 36-37Entreprendre Aujourd'hui numéro 145 novembre 2012 Page 38-39Entreprendre Aujourd'hui numéro 145 novembre 2012 Page 40-41Entreprendre Aujourd'hui numéro 145 novembre 2012 Page 42-43Entreprendre Aujourd'hui numéro 145 novembre 2012 Page 44-45Entreprendre Aujourd'hui numéro 145 novembre 2012 Page 46-47Entreprendre Aujourd'hui numéro 145 novembre 2012 Page 48-49Entreprendre Aujourd'hui numéro 145 novembre 2012 Page 50-51Entreprendre Aujourd'hui numéro 145 novembre 2012 Page 52