Entreprendre Aujourd'hui n°144 octobre 2012
Entreprendre Aujourd'hui n°144 octobre 2012
  • Prix facial : 5 €

  • Parution : n°144 de octobre 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Chambre de commerce et d’industrie du Luxembourg belge

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 8,9 Mo

  • Dans ce numéro : Design Stone… bien plus que de la pierre! Rencontre avec les Cognaux, un quatuor qui sait où il va…

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
D’ICI & D’AILLEURS ordinateur et Internet bientôt insaisissables ? Sont-ils vraiment « nécessaires » à la vie ? En cas de saisie par un huissier de justice, vous savez sûrement que la loi prévoit qu’un certain nombre de biens considérés comme « nécessaires » à la vie et au travail du débiteur ne peuvent être saisis. Le PC et la connexion internet pourraient très bientôt en faire partie ! à côté des vêtements, de la literie, des denrées alimentaires, des appareils de chauffage, machine à laver et autres objets appartenant aux enfants, de même qu’un poste téléphonique permettant l'accès à la « téléphonie fixe », on trouvera donc peut-être bientôt l’ordi et le net parmi les choses usuelles insaisissables. Pour le Sénateur Bert Anciaux (SP.A), il convient de s’adapter à la vie actuelle en y ajoutant l’insaisissabilité des outils modernes de communication, dont la connexion internet de l'ordinateur, l'imprimante et la télévision. Drôle d’époque ! Le Forbes livre ses verdicts annuels… Bill Gates est toujours l’homme le plus riche des Etats-Unis Avec une fortune estimée à 66 milliards de dollars, encore en hausse de 7 milliards au cours des douze derniers mois, Bill Gates reste – et pour la 19 e année consécutive ! - l’homme le plus riche des Etats-Unis devant son éternel rival Warren Buffett, président de Berkshire Hathaway (46 milliards) et Larry Ellison, le patron d’Oracle (41 milliards). La veuve de son ex-principal concurrent informatique et patron d’Apple, Laurene Powell Jobs, est quant à elle sacrée femme la plus riche de la Silicon Valley (11 milliards). Notez encore qu’au-delà du 10 e rang figurent des fortunes comme celles de Jeff Bezos, le fondateur et PDG d’Amazon (11 e avec 23,2 milliards), de Sergey Brin et de Larry Page, co-fondateurs de Google (13 e avec 20,3 milliards), de SteveBallmer, le PDG de Microsoft (19 e avec16 milliards) et de Paul Allen, co-fondateur de Microsoft (20 e avec 15 milliards). Mark Zuckerberg, co-fondateur et patron de Facebook, fait lui les frais du fiasco de l’entrée en bourse de son entreprise et passe de la 14 e à la 36 e place avec une fortune estimée à 9,4 milliards de dollars. Pour la petite info, à l’échelle de la planète, Gates n’arrive qu’en seconde position derrière Carlos Slim, mais devant Buffett, Bernard Arnault (LVMH) et Amancio Ortega (Inditex-Zara). Du neuf en matière de maladie professionnelle La tendinite (enfin) reconnue ! Toute maladie contractée au travail n'est pas forcément considérée comme maladie professionnelle. Pour être considérée comme telle, celle-ci doit non seulement avoir été causée par le travail (ce qui est l’évidence même, vous en conviendrez), mais surtout être reconnue par le Fonds des maladies professionnelles. En effet, c’est lui qui assure la réparation des dommages subis par les victimes en raison de leur maladie professionnelle. Depuis la mi-octobre, le Fonds en question a fait un pas envers certains types de pathologies, notamment celles qui touchent les travailleurs atteints de tendinite des membres supérieurs, en ajoutant leurs maux à la liste des maladies professionnelles reconnues. Dégénérescence du tendon liée à un déséquilibre entre ce qu'une personne veut faire et ce que le tendon supporte, la tendinite se caractérise par une inflammation du tendon. Elle est généralement due à des gestes répétitifs ou énergiques, ainsi qu’à de mauvaises positions du corps. Les spécialistes estiment que les ouvriers de la construction (maçons, plafonneurs et carreleurs), les étiqueteurs et emballeurs, le personnel de nettoyage, ainsi que le personnel de caisse des grandes surfaces font partie des professions les plus touchées par cette maladie. Grâce à cette décision, les travailleurs victimes de tendinites (à l'épaule, au coude ou au poignet) causées par leur travail peuvent désormais remplir une demande d'indemnisation au FMP. Du coup, ils ne doivent plus prouver que leur affection est due à leur travail, ce qui facilite et raccourcit considérablement la procédure de reconnaissance de la maladie et son indemnisation. 32 - Entreprendre Aujourd’hui N°144 - octobre 2012 L'émoticône a trente ans : -) !!! N’en déplaise aux inconditionnels du film culte Forrest Gump, le smiley n’est en rien l’expression du visage maquillé de boue de cet anti-héros accro à la course pied. Ce dessin extrêmement stylisé d’un visage souriant coloré en jaune et exprimant l’amitié serait apparu pour la première fois dans un journal américain, le New- York Herald, courant des années’50, avant de faire de multiples réapparitions à cycles réguliers. Appelé émoticône en français, il a fait un retour sur le devant de la scène dans les années’80 prenant alors une place plus importante, notamment avec l’avènement de l’informatique personnelle et, dans la foulée, de l’omniprésence d’Internet. Pour faire court, disons qu’il s’agit, à l’aide des symboles du clavier, d’exprimer une émotion, un état d'esprit, un ressenti, une ambiance ou une intensité dans un discours écrit. La tendance serait née de la combinaison de plusieurs caractères typographiques : c’est le smiley traditionnel. Mais le terme désigne aussi une petite image pouvant être fixe ou animée, une approche que l’on doit officiellement au professeur Scott E. Fahlman de la Carnegie Mellon University de Pittsburgh qui passe pour avoir été le premier à utiliser un smiley dans un message électronique interne envoyé à ses étudiants en septembre 1982, juste pour y ajouter un trait d’humour. Dans un second temps, il imagina aussi le double point suivi d’un tiret et d’une parenthèse gauche pour indiquer quelque chose de fâcheux. Les choses ont bien sûr évolué, avec notamment de courtes abréviations bien connues sur le net et dans le langage GSM du type « lol » (rire aux éclats) et « omg » (Oh My God). Les Pays-Bas ont aussi besoin de rentrées financières supplémentaires La TVA vient d’augmenter… Lorsqu’il s’agit de renflouer les caisses de l’Etat, les gouvernements usent généralement des mêmes mécanismes ! Ce mois-ci, c’est notre voisin batave qui s’y colle… le taux de TVA normal y passant de 19 à 21%. La mesure a pris effet le 1er octobre dernier.
Eco-Consultance Renforcez votre éco-management et pensez à la prime Premio… Afin d’encourager les démarches pour un management durable et écologique, le Gouvernement wallon a mis en place un régime comportant plusieurs primes à l’innovation non-technologique axé sur l'éco-management. Concrètement, il s’agit d’encourager les PME à avoir recours à des consultants spécialisés en cette matière afin d'intégrer les critères économiques, sociaux et environnementaux dans les processus internes de l'entreprise. Baptisée Premio, cette prime couvre des domaines multiples allant de la gestion des consommations énergétiques à la gestion des déchets, en passant par le contrôle de la consommation d'eau, d'éclairage, ainsi que l’optimisation des déplacements et des transports des marchandises et des personnes, les outils de suivi des factures relatives à la gestion des déchets et la maîtrise des quantités… En pratique, l’entreprise introduit une demande au moyen du formulaire ad hoc (voir www.as-e.be), accompagné du résultat détaillé du test « Etes-vous une PME ? » (http://testpme.wallonie.be) et du devis de son consultant. Après examen de la demande, le Ministre notifie sa décision à l'entreprise, le subside étant liquidé à l'entreprise à la clôture de la mission de consultance sur base d'un rapport de fin de mission rédigé par le consultant. Des conditions précises régissent bien sûr l’octroi de Premio, dont notamment des règles quant à l’éligibilité des entreprises qui souhaitent en bénéficier. Pour en savoir plus, il vous suffit de contacter la Région wallonne au 081 33 42 70 ou primeconseil@spw.wallonie.be Les indépendants et cotisationS Changements en vue ? « La grande majorité des indépendants souhaite une réforme durable du système actuel de calcul de leurs cotisations sociales ». C’est ce que confirment les résultats de l’enquête que Sabine Laruelle, Ministre des Classes moyennes, des PME et des Indépendants a reçue de la part de l’Association des Caisses d'Assurances Sociales pour les Travailleurs Indépendants (ACASTI). à la demande de la Ministre et d’un comité composé des principales organisations les représentant, l’ACASTI a organisé une enquête d’envergure nationale afin de disposer d’une évaluation précise des attentes des travailleurs indépendants sur le mode de calcul de leurs cotisations sociales. Du 23 avril au 7 juillet 2012, 700.000 indépendants se sont vu offrir l’occasion d’exprimer leur opinion par le biais d’un questionnaire en ligne. Au total, 6.005 d’entre eux se sont exprimés. Deux pistes de travail sont sur la table : un système « N sur N » permettant de calculer les cotisations sur les revenus de l’année en cours et un système « d’avances sur cotisations futures ». Il ressort des résultats de l’enquête un consensus important parmi les indépendants pour adapter le système de paiement actuel des cotisations sociales. Dans un premier temps, à la question de savoir si les indépendants sont demandeurs de payer leurs cotisations sociales sur l’année en cours et ce, d’abord, sur la base des revenus provisoires estimés, 77% répondent « oui ». La majorité des indépendants souhaite payer des cotisations sociales qui soient directement liées à leurs revenus. Dans un deuxième temps, l’enquête a voulu déterminer dans quelle mesure les indépendants étaient prêts à accepter les conséquences de la proposition « N sur N ». Des 2 pistes proposées, il apparaît que 71% des indépendants sont partisans du système « N sur N » et 29% sont en faveur du système de calcul actuel mais complété d’un système d’épargne (=avances). On va voir... Etiquetage dans la distribution Les erreurs se paient cash ! D’ICI & D’AILLEURS Qui n’a pas un jour constaté une erreur sur une souche d’achat au sortir d’un quelconque magasin ? Manifestement, le Ministre fédéral de l’Economie, Johan Vande Lanotte a été sensible à la chose puisqu’il est à la base d’une instruction qui enjoint l’Inspection économique de partir en croisade contre les erreurs d'étiquetage dans la distribution. Depuis le mois d’octobre, les inspecteurs sont tenus de relever les prix affichés et les prix demandés à la caisse, sur base du code-barres, pour vérifier qu’ils correspondent. La note peut s’avérer salée en cas d’erreur. En dessous de 1% d'erreurs, un procès-verbal d’avertissement est rédigé. Entre 1 et 10% de prix divergents, l'amende est établie (500 euros pour une supérette et 1.000 euros pour une grande surface). Au-delà de 10%, une action est carrément engagée devant le Président du tribunal de commerce. Les commerçants et indépendants s’insurgent contre cette mesure qu’ils estiment disproportionnée, expliquant que nombre d’entre eux disposent d’un assortiment allant de 15.000 à 40.000 références, les prix devant être régulièrement adaptés, notamment à cause des promos. En voulant protéger le client – qui est régulièrement aussi le bénéficiaire des erreurs ! – le Ministre semble avoir voulu aller trop loin. En tout cas, les commerçants le pensent et attendent de la compréhension dans le chef des inspecteurs mandatés par l’Inspection économique. Marché de l’emploi Encore au ralenti au 4 e trimestre ! En marge des récentes annonces de licenciements en nombre dans le Limbourg ou en Hainaut, il semble que les prévisions concernant les opportunités d’emploi se vérifieront au cours du dernier trimestre de l’année. Comme le montre le dernier Baromètre Manpower, 9 employeurs belges sur 10 n’envisagent aucun changement dans leurs effectifs au cours des prochaines semaines, voire des prochains mois. La confiance des employeurs dans les perspectives économiques serait même largement mise à mal, la plupart ne voulant pas prendre de risques, maintenant le personnel dans l’attente d’un sursaut attendu en 2013. à travers le monde, y compris dans les pays émergents, le doute n’est pas sans peser sur l’évolution de l’emploi en certains endroits ou sur les intentions d’engagement en d’autres. En Europe, les perspectives d’emploi restent minées par les conséquences de la crise de la dette, avec là aussi des intentions de recrutement en net recul dans les pays les plus industrialisés parmi lesquels l’Espagne, la Finlande, la Grèce, l’Irlande, l’Italie, les Pays-Bas… En fait, seules l’Allemagne, la France et la Grande-Bretagne tirent leur épingle du jeu. Entreprendre Aujourd’hui N°144 - octobre 2012 - 33



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Entreprendre Aujourd'hui numéro 144 octobre 2012 Page 1Entreprendre Aujourd'hui numéro 144 octobre 2012 Page 2-3Entreprendre Aujourd'hui numéro 144 octobre 2012 Page 4-5Entreprendre Aujourd'hui numéro 144 octobre 2012 Page 6-7Entreprendre Aujourd'hui numéro 144 octobre 2012 Page 8-9Entreprendre Aujourd'hui numéro 144 octobre 2012 Page 10-11Entreprendre Aujourd'hui numéro 144 octobre 2012 Page 12-13Entreprendre Aujourd'hui numéro 144 octobre 2012 Page 14-15Entreprendre Aujourd'hui numéro 144 octobre 2012 Page 16-17Entreprendre Aujourd'hui numéro 144 octobre 2012 Page 18-19Entreprendre Aujourd'hui numéro 144 octobre 2012 Page 20-21Entreprendre Aujourd'hui numéro 144 octobre 2012 Page 22-23Entreprendre Aujourd'hui numéro 144 octobre 2012 Page 24-25Entreprendre Aujourd'hui numéro 144 octobre 2012 Page 26-27Entreprendre Aujourd'hui numéro 144 octobre 2012 Page 28-29Entreprendre Aujourd'hui numéro 144 octobre 2012 Page 30-31Entreprendre Aujourd'hui numéro 144 octobre 2012 Page 32-33Entreprendre Aujourd'hui numéro 144 octobre 2012 Page 34-35Entreprendre Aujourd'hui numéro 144 octobre 2012 Page 36-37Entreprendre Aujourd'hui numéro 144 octobre 2012 Page 38-39Entreprendre Aujourd'hui numéro 144 octobre 2012 Page 40-41Entreprendre Aujourd'hui numéro 144 octobre 2012 Page 42-43Entreprendre Aujourd'hui numéro 144 octobre 2012 Page 44-45Entreprendre Aujourd'hui numéro 144 octobre 2012 Page 46-47Entreprendre Aujourd'hui numéro 144 octobre 2012 Page 48-49Entreprendre Aujourd'hui numéro 144 octobre 2012 Page 50-51Entreprendre Aujourd'hui numéro 144 octobre 2012 Page 52-53Entreprendre Aujourd'hui numéro 144 octobre 2012 Page 54-55Entreprendre Aujourd'hui numéro 144 octobre 2012 Page 56