Entreprendre Aujourd'hui n°143 septembre 2012
Entreprendre Aujourd'hui n°143 septembre 2012
  • Prix facial : 5 €

  • Parution : n°143 de septembre 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Chambre de commerce et d’industrie du Luxembourg belge

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 60

  • Taille du fichier PDF : 8 Mo

  • Dans ce numéro : Euro-Locks Bastogne : des millions de clés pour un succès sur la durée… Rencontre avec Daniel Ceron, Administrateur délégué, et Stephan Wilmotte, Directeur général.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 30 - 31  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
30 31
publi-reportage Communiquer pour réussir la transmission d’entreprises En Europe, les entreprises familiales représentent plus d’une entreprise sur deux. Elles participent pour 55% au PNB belge et luxembourgeois et emploient près de la moitié de la population active. Leurs avantages concurrentiels sont notoires : culture d’entreprise forte, rapidité dans la prise de décision, résilience aux effets de mode… Pourtant, seules 15% d’entre elles passent le cap de la troisième génération. La Banque de Luxembourg est régulièrement sollicitée pour accompagner des dossiers de transmission d’entreprises. L’expérience a montré que se contenter de la seule prise en compte des enjeux financiers serait passer à côté de l’essentiel. En effet, c’est tout un process qu’il faut considérer et des « non-dit » qu’il faut pouvoir lever. Une enquête, ainsi qu’un colloque initié par l’ICHEC ont mis en avant l’optimisme de la génération montante et son envie de s’engager aux côtés de ses parents dans l’entreprise familiale. Mais, également, le manque de dialogue intergénérationnel comme obstacle premier à une transmission réussie. Partenaire de la chaire « Familles en entreprises » de l’ICHEC, la Banque de Luxembourg a étroitement été associée à ces initiatives. Réussir la transmission est un défi majeur. La chaire de l’ICHEC a décidé d’aborder la question, mais en interrogeant la « génération montante ». Plusieurs centaines de jeunes Belges et Luxembourgeois, fils ou filles d’entrepreneurs familiaux, ont ainsi répondu à une large enquête qualitative et quantitative, première du genre dans nos pays. Les questions avaient trait à leur perception de l’entreprise familiale, leur envie ou non de la rejoindre, les conditions qu’ils posent à leur engagement ou encore leur degré d’ambition à la faire évoluer. Philippe Depoorter, Secrétaire général de la Banque et membre du comité de recherche de la Chaire revient sur ces enseignements et présente les programmes mis en place par la Banque afin de préparer la génération montante aux défis qui l’attendent. « Nous avons choisi de soutenir l’ICHEC dans ses projets, car nous sommes une banque au service des familles », explique Philippe Depoorter. « Nous accompagnons nos clients dans toutes les étapes de leur vie. L’ensemble des services offerts sur le plan financier, ne constitue qu’une des facettes que nous sommes en mesure de prendre en charge. Nous ne nous intéressons pas seulement aux composantes matérielles du patrimoine, mais également à leur dimension immatérielle. Nous intervenons donc de façon plus large, sur différents aspects de la transmission : nous soutenons les familles dans la préservation du souffle entrepreneurial sur plusieurs générations, la gestion de leur réputation, ou encore leurs aspirations philanthropiques. Être aux côtés des entreprises familiales et développer la connaissance que nous en avons nous a semblé tout à fait naturel. Le soutien que nous apportons à la Chaire participe de cette volonté. » L’enquête a mis en lumière l’importance de la communication dans le processus de transition. « Les jeunes sont dans les starting-blocks pour reprendre l’entreprise familiale… mais ils attendent que leurs parents amorcent le processus », analyse Philippe Depoorter. Or, c’est souvent là que le bât blesse. « La non ou la mauvaise communication entre membres de la famille est LA maladie de nombreuses entreprises familiales. Il s’agit de la cause première des échecs, bien avant les raisons financières ou organisationnelles. » Et d’enchaîner : « La famille est avant tout un lieu de l’affectif. Sa superposition avec l’entreprise entraîne une confusion des genres, difficile à aborder par les parents comme par les enfants, au point d’entraver, parfois, la bonne communication entre eux. » Ainsi, d’après l’expert, le processus de communication doit être entamé très tôt, de façon informelle (à table, en fin de week-end…). « La communication doit s’instaurer dans la durée », souligne-t-il, « car une fois la non communication installée, il est très difficile de faire marche arrière. » FAIRE LE BON CHOIX L’enquête a également mis en avant un paradoxe : si beaucoup de jeunes manifestent leur volonté de s’engager dans l’entreprise de leurs parents, cette envie s’accompagne souvent, aussi, d’un sentiment de devoir, de pression, et parfois même de résignation face à une mission lourde de responsabilités et d’obligations. Selon Philippe Depoorter, « Ces jeunes entrepreneurs familiaux nous font fréquemment part d’une forme de souffrance. Nombre d’entre eux n’arrivent pas à formuler des questions pourtant essentielles : est-ce que je veux rejoindre l’entreprise familiale ? Est-ce que je le dois ? Est-ce souhaité ou souhaitable ? Autant d’interrogations au travers desquelles on comprend qu’ils se demandent si le fait de naître puis de travailler dans l’entreprise familiale constitue un privilège ou une damnation ».
PRÉPARER LA GÉNÉRATION MONTANTE AUX DÉFIS DE L’ENTREPRISE FAMILIALE Des accompagnements individualisés et personnalisés sont régulièrement assurés, tout au long de l’année. Préparer la génération montante aux rôles qui les attend et aider les futurs repreneurs à tracer leur propre chemin dans l’entreprise sont les objectifs auxquels entendent répondre deux initiatives lancées par la Banque : une Académie d’été et le Family Business Junior Executive Program. - L’Académie d’été est destinée à des jeunes de 18 à 25 ans qui, au sortir de leur scolarité, se posent la question de savoir s’ils souhaitent ou non intégrer ou reprendre l’entreprise familiale. Élaborée en partenariat avec l’ICHEC, la pédagogie mise en œuvre pour ce séminaire vise à positionner chaque participant comme acteur de ses choix. - Le Family Business Junior Executive Program s’adresse à des jeunes âgés de 25 à 35 ans ayant rejoint l’entreprise familiale (depuis 1 à 5 ans) dans une fonction de futur (co)dirigeant. Il a pour but de les aider à construire leur parcours de dauphin en passant du stade de « fils ou fille de » à celui de dirigeant reconnu. Au-delà des apports théoriques délivrés par l’équipe des intervenants, l’essentiel du temps est consacré, dans un cas comme dans l’autre, à une confrontation structurée des expériences des participants. « Académie » et « Program » offrent par ailleurs une opportunité de networking unique entre jeunes futurs dirigeants. La Chaire ICHEC « Familles en Entreprises » Créée en 2011 avec le soutien de la Banque de Luxembourg et de Régis Mulliez, la Chaire a pour vocation de soutenir et promouvoir l’entrepreneuriat familial, d’explorer les avantages et les difficultés de travailler en famille, d’accompagner les entreprises familiales dans les étapes de leur évolution et de professionnaliser leur management. Les cours et activités s’adressent à l’ensemble des générations présentes au sein de l’entreprise familiale – celle en charge, celle qui est en passe de céder les rênes et la suivante – ainsi qu’à tout public concerné (conjoints, actionnaires passifs,…). Plus d’infos : www.ichec.be L’enquête génération montante en quelques chiffres Menée auprès de plus de trois cents participants, première de ce genre en Belgique et au Luxembourg, l’enquête menée par le Chaire « Famille en entreprise » a permis de mettre en exergue quelques tendances. Tout d’abord sur la confiance de ces jeunes en l’avenir de leur entreprise : la majorité des répondants est optimiste quant à son développement économique et les trois quarts la voient encore dans le giron familial à une échéance de cinq ans. Ces futurs dirigeants sont par ailleurs rassurés par la bonne connaissance qu’ils ont déjà acquise du métier de l’entreprise et de sa stratégie (76%) ainsi que des gens qui y travaillent (60%). Interrogés sur les inconvénients de travailler en entreprise familiale, les répondants ont le plus souvent mis en avant la frontière peu marquée entre vie privée et vie professionnelle (57%) et la crainte de conflits familiaux (48%). Plus d’infos : www.colloquenextgen.be SERVICES OFFERTS• Gestion patrimoniale• Accompagnement des entrepreneurs• Transmission• Dynamiques familiales• Philanthropie Pour plus d’information sur les services proposés par la Banque de Luxembourg, en Belgique, contactez : David THAELS Responsable du Centre de Banque Privée, Arlon Banque de Luxembourg Av. Jean-Baptiste Nothomb, 30 B-6700 Arlon Tél : 063 24 23 72 Mail : david.thaels@bdlux.be www.banquedeluxembourg.be



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Entreprendre Aujourd'hui numéro 143 septembre 2012 Page 1Entreprendre Aujourd'hui numéro 143 septembre 2012 Page 2-3Entreprendre Aujourd'hui numéro 143 septembre 2012 Page 4-5Entreprendre Aujourd'hui numéro 143 septembre 2012 Page 6-7Entreprendre Aujourd'hui numéro 143 septembre 2012 Page 8-9Entreprendre Aujourd'hui numéro 143 septembre 2012 Page 10-11Entreprendre Aujourd'hui numéro 143 septembre 2012 Page 12-13Entreprendre Aujourd'hui numéro 143 septembre 2012 Page 14-15Entreprendre Aujourd'hui numéro 143 septembre 2012 Page 16-17Entreprendre Aujourd'hui numéro 143 septembre 2012 Page 18-19Entreprendre Aujourd'hui numéro 143 septembre 2012 Page 20-21Entreprendre Aujourd'hui numéro 143 septembre 2012 Page 22-23Entreprendre Aujourd'hui numéro 143 septembre 2012 Page 24-25Entreprendre Aujourd'hui numéro 143 septembre 2012 Page 26-27Entreprendre Aujourd'hui numéro 143 septembre 2012 Page 28-29Entreprendre Aujourd'hui numéro 143 septembre 2012 Page 30-31Entreprendre Aujourd'hui numéro 143 septembre 2012 Page 32-33Entreprendre Aujourd'hui numéro 143 septembre 2012 Page 34-35Entreprendre Aujourd'hui numéro 143 septembre 2012 Page 36-37Entreprendre Aujourd'hui numéro 143 septembre 2012 Page 38-39Entreprendre Aujourd'hui numéro 143 septembre 2012 Page 40-41Entreprendre Aujourd'hui numéro 143 septembre 2012 Page 42-43Entreprendre Aujourd'hui numéro 143 septembre 2012 Page 44-45Entreprendre Aujourd'hui numéro 143 septembre 2012 Page 46-47Entreprendre Aujourd'hui numéro 143 septembre 2012 Page 48-49Entreprendre Aujourd'hui numéro 143 septembre 2012 Page 50-51Entreprendre Aujourd'hui numéro 143 septembre 2012 Page 52-53Entreprendre Aujourd'hui numéro 143 septembre 2012 Page 54-55Entreprendre Aujourd'hui numéro 143 septembre 2012 Page 56-57Entreprendre Aujourd'hui numéro 143 septembre 2012 Page 58-59Entreprendre Aujourd'hui numéro 143 septembre 2012 Page 60