Entreprendre Aujourd'hui n°142 jui-aoû 2012
Entreprendre Aujourd'hui n°142 jui-aoû 2012
  • Prix facial : 5 €

  • Parution : n°142 de jui-aoû 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Chambre de commerce et d’industrie du Luxembourg belge

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 60

  • Taille du fichier PDF : 8,8 Mo

  • Dans ce numéro : Le Terminal Container Athus change de boss... rencontre avec Alain Rysman, nouveau directeur général.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
ESPACE ENTREPRISES > RENCONTRE » > vrions à l’avenir - dans un avenir très proche même - pouvoir bénéficier d’un statut plus favorable en matière douanière. En 2013, si tout se passe comme prévu, Athus deviendra une « extended gateway », littéralement une sorte de porte maritime étendue qui fera partie de la zone portuaire en matière douanière. On y prestera donc des missions jusqu’alors dévolues aux services douaniers du port. Entreprendre : Comment explique-ton, de manière rationnelle, le déploiement d’une entreprise comme celle-ci ? Jean Dediste : Comme souvent, la réussite découle d’une somme de facteurs convergents. Pêle-mêle, je dirais quand même, outre l’évidence des coûts du transport par route et la relative difficulté de garantir des délais linéairement précis, que deux raisons principales expliquent le succès de notre aventure : la croissance (pour ne pas dire l’explosion) du commerce international et l’avènement du container en tant que mode de transport performant et sûr. Entreprendre : Le tout - qui plus est - s’inscrit en outre comme une activité professionnelle très durable… Jean Dediste : Je ne vous le fais pas dire… Le chemin de fer participe en effet à l’effort durable, ne fut-ce qu’en termes de consommation en CO2. On évite également pas mal d’embouteillages, on produit moins de gaz à effets de serre, on abîme moins les infrastructures routières… Bref, les avantages sont nombreux en dehors du ratio de compétitivité prix-prestation. Entreprendre : En 2007, vous avez franchi la barre symbolique du millionième container ayant transité par vos infrastructures. Le commun des mortels se représente mal ce que ça signifie quotidiennement… Jean Dediste : Les chiffres de nos débuts n’ont évidemment rien de comparables avec le transit actuel, mais disons que nous gérons quotidiennement l’acheminement de 3 trains en aller-retour. En considérant que chacun transporte une cinquantaine de containers, on estime que le Terminal voit passer entre 300 et 320 containers par jour, une centaine 8 - Entreprendre Aujourd’hui N°142 - juin/juillet/août 2012 de camions prenant quant à eux le relais vers la zone que nous privilégions pour notre clientèle, à savoir un vaste territoire entre Allemagne, France et Grand-Duché de Luxembourg allant jusque Trèves ou Sarrebruck vers l’est, mais aussi Metz, Strasbourg, Nancy, voire Troyes, Saint- Dizier et Besançon vers le sud. Entreprendre : Quels types de biens et marchandises transportez-vous ? Jean Dediste : Nous transportons de tout… Vers l’hinterland, nous dirons qu’il s’agit essentiellement de biens manufacturés, soit des produits finis à destination de la consommation, soit des produits semifinis ou des matières premières pour assurer l’approvisionnement de nos industries. à destination des ports, il s’agit d’un tas d’autres biens, comme l’export de produits à recycler (ferrailles, papiers et plastiques pour le Sud-est asiatique), de boissons, de produits industriels (pneumatiques, aciers)… Cela étant, notre métier consiste à assurer l’acheminement des containers, le contenu n’entrant pas au départ dans notre quotidien. Entreprendre : Trente-cinq emplois, une activité qui ne fléchit pas, des chiffres intéressants, un potentiel de développement qui semble évident, l’entreprise dont vous prenez les rênes paraît à la fois solide et pleine d’avenir. Quel va être votre principal défi en tant que patron ? Alain Rysman : Limiter mon avenir en ces lieux à un seul défi est certainement restreindre le spectre de ce que l’on attend de moi au sein de l’entreprise. Je pense en effet qu’à l’instar de ce qui a été vrai pour Jean Dediste, comme d’ailleurs pour Paul Viot en son temps, les défis seront nombreux et variés pour faire vivre et grandir l’outil. Entreprendre : Et vous voyez un défi à pousser en priorité ? Alain Rysman : Oui, la liaison entre Athus et Mont-Saint-Martin ! Infrabel a récemment présenté son plan d’investissement 2013-2025 au Gouvernement wallon, le document reprend notamment la réouverture de cette ligne. Je peux déjà vous dire qu’avec le soutien des autorités locales, nous allons nous battre pour que l’investissement soit réalisé prioritairement. Inutile en effet de vous parler des retombées que nous pourrions attendre d’une telle décision. C’est simple, la réalisation de ce chaînon manquant dans notre maillage nous permettrait, enfin, de développer des relations vers le sud, que ce soit vers le sud de la France, vers l’Espagne ou encore vers l’Italie, le tout en servant de relais aux trains en provenance de la façade maritime. Quelque chose de vraiment intéressant… Entreprendre : L’amélioration du statut douanier d’Athus fait aussi partie de ce que vous augurez pour asseoir un déploiement plus fort encore ? Alain Rysman : Bien sûr, avec une stratégie de diversification à la clé. Jusque-là, on s’était toujours « contenté » de véhiculer les containers sans trop se soucier du
ESPACE ENTREPRISES > RENCONTRE « On rapproche les ports de notre hinterland en termes de kilomètres mais également économiquement. Grâce à notre stratégie rail-route, l’acheminement des marchandises coûte moins cher, est plus rapide et plus sûr que par la route seule car entre le port et notre terminal, si l’on considère que chaque train véhicule entre 45 et 50 containers, on s’épargne le recours à autant de camions, autant de chauffeurs… » contenu. Sauf lorsque le contenu était dangereux, bien sûr ! Dans le cadre de l’extension de nos activités, nous allons aussi désormais nous charger de composer nous-mêmes certains containers en prenant en charge des stocks de marchandises auprès de certains clients qui préfèrent effectuer ces opérations chez nous plutôt qu’au port d’Anvers. Entreprendre : Clairement, vous allez donc manutentionner certaines marchandises en vos entrepôts pour constituer vos propres containers. C’est une activité qui se faisait jusqu’alors plutôt dans des ports, non ? Alain Rysman : Oui, tout à fait, comme nous vous l’avons expliqué, l’engorgement des zones de stockage aux abords des ports est aujourd’hui tel qu’il y a non seulement du potentiel, mais je pense qu’on peut même parler d’urgence à prendre ce métier à bras-le-corps. Entreprendre : Et vous disposez des infrastructures ad hoc ? Alain Rysman : En termes d’espace, vous vous en doutez, la réponse est clairement oui. Pour ce qui est des halls, nous avons récemment acquis des entrepôts (environ 8.000 m², ndlr) où nous allons pouvoir lancer cette activité. Nos premiers clients travaillent dans le secteur des produits sidérurgiques et la construction. Dans un premier temps, les containers que nous allons constituer seront donc essentiellement remplis de matériaux et de produits plats sidérurgiques. Par la suite, on verra… Entreprendre : Prendre la direction d’une entreprise comme celle-ci ne sera donc pas de tout repos… Alain Rysman : Je ne pense pas… Avec plus d’un millier de containers à gérer par semaine, la tâche est - et restera - nécessairement lourde. Ajoutez à cela que j’ai une mission de déploiement des activités à mener à bien avec, comme vous l’avez dit, 35 personnes qui comptent sur moi pour assurer sinon la croissance au moins la pérennité de l’entreprise. Entreprendre : Vous cédez quant à vous le témoin sans crainte ? Jean Dediste : Quant aux compétences de mon successeur et au potentiel de l’entreprise, cela ne fait aucun doute. Mon inquiétude relève plutôt d’une donnée externe sur laquelle ni le personnel, ni Alain Rysman n’ont de prise. Je m’inquiète de la santé de l’un de nos partenaires. Notre entreprise, aussi performante soit-elle, est hélas très dépendante de celle de ses partenaires historiques. Notre compétitivité dépend d’une combinaison idéale qualité/prix de la prestation rail-route. Or il s’avère que, de restructurations en restructurations, la SNCB s’est fragilisée, nous laissant pas mal d’inquiétudes quant au maintien du service et de la compétitivité du rail. On est aujourd’hui en passe d’entamer le capital qualitatif du service ferroviaire, cela m’inquiète… Entreprendre : Le TCA s’appuyait jusquelà, disait-on, sur la puissance du rail et la souplesse de la route. C’est un peu moins vrai ? Alain Rysman : Pour l’heure pas du tout, mais je comprends les inquiétudes de Jean Dediste qui analyse sur une vingtaine d’années les investissements réellement consentis. Moi, je prends cela comme le conseil d’un sage auquel je me dois d’être attentif. Mais ici, dans cette tour qui domine l’ensemble du site, je prends aussi la mesure du potentiel de croissance d’un outil hors normes que l’on me confie pour en doper si possible les performances actuelles. Je sais que la tâche sera rude, mais le jeu en vaut la chandelle car il n’y a pas deux entreprises comme celle-ci à plusieurs centaines de kilomètres à la ronde. Revenez dans cinq ans, on vous dira où nous en sommes… Propos recueillis par Christophe Hay Photos Jean-Louis Brocart TERMINAL CONTAINER ATHUS SA Rue du Terminal, 13 B-6791 ATHUS Tél. : 063 38 00 30 Fax : 063 38 38 40 www.tca.be Entreprendre Aujourd’hui N°142 - juin/juillet/août 2012 - 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 1Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 2-3Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 4-5Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 6-7Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 8-9Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 10-11Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 12-13Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 14-15Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 16-17Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 18-19Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 20-21Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 22-23Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 24-25Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 26-27Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 28-29Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 30-31Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 32-33Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 34-35Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 36-37Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 38-39Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 40-41Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 42-43Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 44-45Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 46-47Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 48-49Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 50-51Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 52-53Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 54-55Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 56-57Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 58-59Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 60