Entreprendre Aujourd'hui n°142 jui-aoû 2012
Entreprendre Aujourd'hui n°142 jui-aoû 2012
  • Prix facial : 5 €

  • Parution : n°142 de jui-aoû 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Chambre de commerce et d’industrie du Luxembourg belge

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 60

  • Taille du fichier PDF : 8,8 Mo

  • Dans ce numéro : Le Terminal Container Athus change de boss... rencontre avec Alain Rysman, nouveau directeur général.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 30 - 31  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
30 31
D’ICI & D’AILLEURS SatisfaCTion des travailleurs Quatre ans et des déceptions ! En marge des élections sociales qui se sont déroulées chez nous au début du mois de mai, Randstad a étudié pour la troisième fois la participation des travailleurs des entreprises belges dans leur organisation. Avec, évidemment, une grande attention portée aux canaux de participation formels que sont le Conseil d’Entreprise, le Comité pour la Prévention et la Protection au Travail et la délégation syndicale. Disons-le, les résultats de cette étude font état d’une satisfaction générale. Pris dans leur ensemble, les syndicats disposent encore d’une forte légitimité auprès des salariés qui travaillent dans les entreprises où ils sont actifs. Néanmoins, certaines indications montrent que cette légitimité s’étiole légèrement. Et le signal le plus alarmiste est la proportion des travailleurs qui se sentent fortement concernés par le syndicat. Il y a quatre ans, on relevait ici une nette majorité (62%) qui répondait par l’affirmative. Aujourd’hui, cette proportion chute à 44%. Et chez les non-syndiqués, elle n’est plus que de 33% ! Aïe, aïe, aïe ! Santé Le bonheur passe par un emploi épanouissant L’adage ne dit-il pas que « le travail c’est la santé » ? Il semble en tout cas aujourd’hui, et de manière irréfutable, que le bonheur passe nécessairement par un emploi qui plaise, satisfasse… et épanouisse. Une enquête mondiale vient récemment de révéler ce que beaucoup avaient déjà remarqué de manière empirique sur des échantillons précis : moins de 15% des travailleurs de par le monde estiment que leur emploi ne contribue pas à leur bonheur et qu’ils travaillent tout simplement pour gagner de l’argent. On gardera bien sûr à l’esprit que les gens travaillent pour la plupart quand même, d’abord et avant tout, pour subvenir aux besoins de la famille, mais l’évolution de la société a fait muer les habitudes instituant le bien-être parmi les valeurs qu’il convient de rencontrer pour asseoir un épanouissement complet de l’individu. D’où le besoin de s’épanouir aussi au travail pour être vraiment heureux ! En l’espèce, ce sont étonnement les travailleurs allemands qui nous donnent la leçon, eux qui dans 76% des cas privilégient ce besoin d’épanouissement dans leur travail comme un élément de grande importance, contre 42% pour les Britanniques et les Américains. Les travailleurs belges, quant à eux, sont 56% à penser qu’il est très important d’avoir un emploi épanouissant pour se sentir tout à fait heureux dans la vie. Cela suppose évidemment que 44% y accordent une importance moindre, un Belge sur dix ne travaillant clairement que pour l’argent ! Reste maintenant à définir objectivement quelles sont les conditions de travail qui rendent le travailleur épanoui. à cette question, il apparaît que l’ambiance de travail, les collègues, le lieu de prestation du travail, la reconnaissance et les horaires arrivent devant le salaire et l’évolution hiérarchique. Et oui, les mentalités changent… 30 - Entreprendre Aujourd’hui N°142 - juin/juillet/août 2012 Paiements bancaires Atos Worldline perd le combat Bancontact-MisterCash Les banques belges n’ont pas choisi Atos Worldline, mais bien le suisse Group SIX pour la fourniture et l’exploitation du cœur du nouveau système de paiements Bancontact-MisterCash. Pour rappel, sous la pression de la Commission européenne, les systèmes de cartes, tels Bancontact-MisterCash, doivent s’adapter aux règles du marché uniformisé des paiements, le fameux Single Euro Payments Area ou SEPA. Dans la pratique, le modèle Bancontact-MisterCash était cependant encore et toujours si spécifique que seul Atos Worldline pouvait traiter efficacement les transactions. Mais les choses vont changer puisque les cinq propriétaires du système de cartes Bancontact-Mister Cash (BNP Paribas Fortis, Belfius, ING Belgique, Banque KBC et Axa Bank Belgium) ont décidé de l’adapter aux exigences de SEPA. L’un des éléments-clés, ici, est le « switch », c’està-dire l’infrastructure qui coordonne les messages de paiement entre, d’une part, la banque du négociant et, d’autre part, la banque du titulaire de la carte. Ce contrat a récemment été attribué au SIX Group suisse. Cela signifie qu’Atos Worldline perd sa mainmise sur le traitement des cartes Bancontact-MisterCash. Notons quand même qu’en concurrence avec d’autres, le groupe pourra cependant encore proposer tous les autres services de part et d’autre du « switch », notamment les terminaux et l’acceptation du paiement, ainsi que le règlement avec la banque du commerçant (« acquiring ») et, du côté du titulaire de la carte, le règlement avec la banque du consommateur (« issuing »). Il est malgré tout clair que les concurrents d’Atos Worldline dans le domaine des terminaux de paiement - surtout Keyware et CCV - se trouvent à présent dans une position nettement plus confortable qu’avant, lorsqu’ils éprouvaient beaucoup de mal à élaborer une offre compétitive pour le traitement des transactions Bancontact-MisterCash. La carte à puce fut une révolution Son inventeur, Roland Moreno, vient de mourir… L’inventeur de la carte à puce, Roland Moreno, un Français, vient de mourir, à Paris, il avait 66 ans. On se souvient tous de son look d’artiste, cheveux bouclés et démarché décontractée. L’homme était pourtant un génial inventeur qui a révolutionné à sa façon le monde des achats en émettant la première carte à puce en décembre 1974. Né le 11 juin 1945 au Caire, ce passionné d’électronique autodidacte était alors le PDG de la société Innovatron, qu’il avait fondée en 1972 et qui a émis tous les brevets de base de la carte à puce. Il déposera en tout un total de 45 brevets entre 1974 et 1979, hélas tous tombés ensuite (après 20 ans) dans le domaine public. Après de graves difficultés financières, et une lourde réorganisation début des années 2000, l’entreprise Innovatron commercialise aujourd’hui des licences utilisant la technologie sans contact Calypso qui a par exemple été développée pour le passe Navigo utilisé dans les transports publics parisiens. En 2000, Roland Moreno s’était illustré en annonçant que sa carte était encore inviolable, offrant même un million de francs à qui réussirait à violer une carte à puce existante dans un délai de trois mois. Pari gagné, l’inventeur de cette carte révolutionnaire avait une fois encore montré la sécurité de son invention, notamment utilisée pour la carte de crédit bancaire, la carte SIM…
Efficacité au travail et nouvelles technologies Pas que du positif ! En moyenne, sur une journée de travail, une étude européenne indique qu’un salarié lambda consacre (perd !) 26 minutes à rechercher des informations qu’il a vues ou reçues, mais qui ne lui sont pas immédiatement accessibles (par exemple des informations dans des e-mails, dans des documents stockés sur son ordinateur, sur des sites web…). C’est d’autant plus vrai aujourd’hui avec la multiplication des technologies à disposition du personnel. Au total, par an, on estime que l’employé en Belgique reçoit plus de 8.000 courriels et passe une centaine d’heures à rechercher des informations diverses. Dont coût annuel d’environ 2.000 euros par employé pour une entreprise ! Ce Réseaux sociaux Les entreprises belges n’y croient pas (encore) ! Même si elles sont plus présentes aujourd’hui qu’hier sur Facebook, Twitter et autre Linkedin, autant de réseaux sociaux qui affichent chacun des millions de membres à travers le monde, les entreprises belges ne seraient pas dans l’ensemble très actives dans ces circuits de communication d’un nouveau genre. Selon une enquête récente réalisée par une société active dans le marketing interactif et l’email-marketing, il apparaît non seulement que 97% de nos entreprises n’ont aucune présence sur de tels réseaux, mais qu’en outre le faible pourcentage de celles qui s’y trouvent font un usage plus que limité du potentiel soi-disant exceptionnel de cette présence. Question de génération peut-être ! Car les résultats enregistrés dans les entreprises à travers l’Europe ne révèlent aucun chiffre exceptionnel sur le sujet. Avec par exemple, 2,4% d’entreprises disposant d’une page Facebook la Belgique se positionne quand même à la 9 e place d’un classement regroupant le taux de pénétration des réseaux sociaux en entreprise à l’échelle européenne. De tels résultats, que l’on peut bien sûr toujours contester, prouvent peut-être que si la simplicité et l’efficacité avérées des réseaux sociaux ne doivent plus être rediscutées, entreprises de toutes tailles comme petit indépendant, pour être visibles sur Internet, doivent y trouver de l’intérêt pour y consacrer du temps et de l’argent. Or, à voir le nombre d’amis et de fans (surtout actifs) que les entreprises présentes dans les réseaux réussissent à mobiliser, l’intérêt de recourir aux réseaux sociaux pour son business ne paraît pas, semble-t-il, jusque-là évident pour la plupart… qui choque, parallèlement, c’est qu’un salarié sur deux estime dans le même temps être noyé sous la surcharge d’informations. 47% des répondants déclarent même en souffrir.• En moyenne, un salarié belge reçoit 38emails par jour.• 17,2% des salariés reçoivent plus de 100 courriels par jour, surtout dans le nord du pays où l’on plafonne carrément à 28,5%.• 28% desemails ont un fichier joint et 28% des informations reçues sont partagées.• Plus d’un tiers des salariés lit systématiquement tous les courriels reçus ! Téléphonie mobile Avec 42,2 millions de téléphones vendus au 1er trimestre, Samsung devient numéro un mondial ! D’ICI & D’AILLEURS Si vous avez dans la poche un petit smartphone Samsung, c’est que vous croyez dans les qualités du mobile asiatique. Vous n’êtes a priori pas le seul puisque l’entreprise coréenne a récemment détrôné Nokia pour devenir leader sur le marché mondial des téléphones portables et des smartphones. Pour la première fois de son histoire, Samsung se hisse donc sur la plus haute marche du podium de cette compétition sans merci qui oppose les fabricants de téléphones portables. Avec ses petits bijoux de technologie, la marque surpasse respectivement Nokia et Apple sur un marché mondial du portable malgré tout moins souriant puisqu’essuyant une régression de 1,5%, rassurez-vous frôlant quand même les 398,4 millions d’unités ! Précisons, en revanche, que le marché des appareils multifonctions a lui bondi de 42,5%, à 144,9 millions d’unités et que Samsung a là aussi dépassé l’américain Apple. Les ventes de smartphones Samsung ont donc explosé de 267% à 42,2 millions d’unités, pour une part de marché de 29,1%, contre 11,3% un an plus tôt. Celles d’iPhones ont progressé de 88% à 35,2 millions d’unités, pour conquérir une part de marché de 24,2%. Pour être complets, nous ajouterons que sur l’ensemble du marché des téléphones portables, Samsung dépasse Nokia, Apple, le chinois ZTE et le coréen LG Electronics. Vacances Une nécessité « absolue » pour 3 Belges sur 10 ! 28% des Belges estiment donc que voyager est une nécessité absolue. Incroyable, non ? On savait que le Belge avait une brique dans le ventre, les files dans les aéroports et le trafic sur les autoroutes dès le premier jour des congés nous en disaient aussi long sur la tendance aux vacances, mais l’enquête menée par la société de location automobile Avis Budget EMEA Ltd nous dit cette fois que les vacances ont désormais pris le pas sur de nombreux autres plaisirs. 39% des Belges partiraient aujourd’hui en congé dès que leur situation financière le leur permet. Cependant, ils ne privilégient pas les vacances lointaines ou exotiques. Un city trip, ou un petit break, ici ou là dans le pays, est depuis quelques années devenu une habitude courante. On notera que les vacanciers belges voyagent en Europe en voiture mais, s’ils choisissent l’avion, effectuent surtout leur réservation via Internet (72%). Pour la majorité des jeunes (87%), il est également important d’avoir accès à Internet lors de son séjour, ce qui confirme l’intérêt grandissant du monde des vacances et de l’hôtellerie pour la toile. 7 Belges sur 10 recherchent également des formules et des offres de voyage plus flexibles. Ce qui est en phase avec une société qui place les vacances tout en haut de ses priorités. « Vacances, j’oublie tout... plus rien à faire du tout... » Entreprendre Aujourd’hui N°142 - juin/juillet/août 2012 - 31



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 1Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 2-3Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 4-5Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 6-7Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 8-9Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 10-11Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 12-13Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 14-15Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 16-17Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 18-19Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 20-21Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 22-23Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 24-25Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 26-27Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 28-29Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 30-31Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 32-33Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 34-35Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 36-37Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 38-39Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 40-41Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 42-43Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 44-45Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 46-47Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 48-49Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 50-51Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 52-53Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 54-55Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 56-57Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 58-59Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 60