Entreprendre Aujourd'hui n°142 jui-aoû 2012
Entreprendre Aujourd'hui n°142 jui-aoû 2012
  • Prix facial : 5 €

  • Parution : n°142 de jui-aoû 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Chambre de commerce et d’industrie du Luxembourg belge

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 60

  • Taille du fichier PDF : 8,8 Mo

  • Dans ce numéro : Le Terminal Container Athus change de boss... rencontre avec Alain Rysman, nouveau directeur général.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
ESPACE ENTREPRISES > ITINERAIRE Entreprendre : Vous évoluez vraiment dans un créneau où l’on ne compte pas ? Willy Klepper : Non, pas tout à fait quand même… Cela étant, il faut bien dire que le client qui nous contacte n’est jamais sans le sou. Tout le monde n’a quand même pas les moyens d’entretenir des chevaux. Nous travaillons donc pour une frange de la population plus à l’abri que ce n’est vrai pour d’autres professions. Mais n’allez pas tirer de conclusions là-dessus, car nos clients ne jettent pas l’argent par les fenêtres non plus… Entreprendre : Sauf que le fait de travailler dans une niche comme celle-là vous garantit tout de même de proposer vos services à une clientèle aisée qui n’est peut-être pas avare de jolis projets… Willy Klepper : Tout à fait. D’ailleurs, je dois bien avouer que nous sommes régulièrement sollicités pour des réalisations d’importance qui sont à la fois une vitrine de choix pour l’entreprise et une preuve de la confiance que nous accordent des clients exigeants qui investissent parfois des sommes extrêmement conséquentes de plusieurs dizaines de milliers d’euros pour des constructions où loger leurs chevaux. Entreprendre : Votre catalogue reprend l’ensemble de votre gamme, cela va des boxes simples galvanisés que l’on peut placer dans n’importe quel hall ou hangar jusqu’à la construction de véritables bâtiments en bois du type manège. Vous en avez pour tous les goûts, tous les besoins 28 - Entreprendre Aujourd’hui N°142 - juin/juillet/août 2012 et toutes les bourses… Laurent Klepper : Disons clairement que c’est un peu le but que nous recherchions. On a commencé par des boxes simples, tels qu’on les voulait à l’époque, et puis la gamme a évolué avec les modes et les envies de la clientèle. Mon père dit souvent que nous faisons tout de A à Z, c’est une réalité. Nous pouvons donc du coup rencontrer les moindres désirs de nos clients. Entreprendre : Vous avez tôt senti que cette niche était porteuse ? Willy Klepper : Je l’ai su immédiatement. C’est vrai qu’au départ mon projet d’entreprise reposait surtout sur du sciage, mais j’avais déjà en tête qu’il me fallait nécessairement un produit fini pour pérenniser mes affaires. L’idée des boxes pour chevaux fut lumineuse, personne à l’époque n’en faisait et le marché était à portée de mains. En plus, j’avais les infrastructures qu’il fallait et mon expérience d’ardoisier m’a permis d’envisager d’aller plus loin que de « petits » boxes individuels et de me lancer dans des constructions en bonne et due forme. Entreprendre : Avec la foire agricole comme vitrine… Willy Klepper : Exactement… à l’époque, dois-je vous avouer que j’y réalisais l’essentiel de mon chiffre d’affaires ! En quatre jours, il m’est souvent arrivé d’y signer la moitié de mon activité annuelle, c’est tout dire… Entreprendre : Les choses ont changé ? Laurent Klepper : Bien sûr. Les choses, les gens, les habitudes. On y a perdu, c’est évident, mais par ailleurs on a aussi gagné sur d’autres plans. Au final, c’est l’évolution. Nous sommes davantage concurrencés qu’hier, mais la visibilité qui est nôtre, via le web par exemple, est sans commune mesure avec ce qui était encore la norme courant des années’90 ou 2000. Entreprendre : Vos produits sont, diton, réputés pour leur excellente tenue dans le temps. C’est la marque de fabrique Klepper ? Laurent Klepper : Oui, probablement… Mais je n’ose pas imaginer que des concurrents puissent espérer glaner des marchés avec des produits de piètre qualité. Il n’empêche, nous sommes « à cheval » sur la durabilité de nos réalisations. Pour cela, nous utilisons effectivement des matériaux de qualité et, surtout, nous nous imposons une rigueur à la mise en œuvre de nos process de production qui nous garantit une satisfaction clientèle indiscutable dans le temps. Entreprendre : Toute votre production est toujours renforcée par une structure galvanisée ? Laurent Klepper : C’est l’évidence même… Cela garantit à l’ensemble de ce que nous réalisons que ni les éléments, ni l’utilisation ne doivent théoriquement mettre à mal le produit. En 25 ans, si je vous disais que l’on peut compter sur les doigts d’une main les éléments sur lesquels nous avons dû intervenir pour de la casse ou du pourrissement. Nous ne sommes peut-être pas les moins chers du marché, mais je peux vous assurer que nous nous déplaçons plus que rarement pour ce que l’on appelle généralement du service après-vente.
Entreprendre : Quand on parle de boxes, on entend quoi ? Laurent Klepper : Pour faire simple, les boxes classiques sont des enclos métalliques qui sont prévus pour être installés dans une construction ou un hallafin d’y loger un cheval. Un box n’est donc rien d’autre qu’un espace clos individuel où le cheval est séparé de ses congénères. Libre à chaque propriétaire d’aménager l’endroit à sa guise, notamment avec du bois, avec des portes coulissantes pour permettre l’accès pour le nettoyage, avec des parties frontales mobiles dessinées pour que le cheval puisse y passer sa tête, avec des moulures, des fermetures à battants. Tout est possible. Entreprendre : Il n’y a donc ni règles précises, ni obligations ? Willy Klepper : En termes d’aménagement intérieur, non. Par contre, l’écurie elle-même ne peut être bâtie au gré des envies de chacun. Il faut être autorisé à construire et disposer des permis ad hoc pour pouvoir le faire. Cela va évidemment sans dire, mais certains pensent encore, à tort, qu’une construction-bois - qui plus est pour des chevaux et parfois logée en plein milieu des champs ou à l’orée d’un bois - ne répond pas aux mêmes règles que le reste. C’est faux, il faut le savoir. Par contre, en dehors des prescriptions urbanistiques en question, tout est fonction des attentes et des moyens. Entreprendre : Il vous arrive de construire de véritables manèges ? Laurent Klepper : Oui, bien sûr, même si des projets de 80 boxes, comme celui que nous avons réalisé il y a quelques années du côté de Metz, n’est pas la règle. Maintenant, un bâtiment de 100 à 200 mètres carrés, avec plusieurs boxes, couloir central, portes à doubles vantaux, fenêtres, toiture en éternit et bardage en douglas, c’est un peu notre quotidien. Entreprendre : Et tout est fait ici, en vos ateliers ? Willy Klepper : Oui, je l’ai dit, c’est la marque de fabrique des réalisations Klepper. Mon fils, Laurent, est d’ailleurs depuis quelques années le maître d’œuvre de nos réalisations. As de la soudure, il n’a pas son pareil pour répondre aux demandes parfois incroyables de nos clients. Vous savez, certains ont vu des écuries appartenant à des têtes couronnées ou à des stars dans les magazines spécialisés et veulent que nous réalisions des prouesses pour le bien-être de leurs chevaux et leur propre plaisir. Les caprices de la clientèle n’ont pas de prix, mais il faut parfois être un orfèvre pour satisfaire les exigences de chacun. Entreprendre : Toute votre clientèle n’est pourtant pas du même acabit ? Willy Klepper : Non, grand dieu non. Et c’est fort heureux. Les amoureux du cheval sont pour la plupart des gens simples qui exigent avant tout un travail de qualité qui s’inscrive dans la durée. C’est ce que nous proposons avec des produits sur structure galvanisée poudrée à l’époxy, le tout garni par des planches de douglas en 43 mm. Nous scions tous nos bois, réalisons nos propres poutres de soutien en lamellé-collé… Entreprendre : Ces constructions ont un prix. On est dans quelle fourchette ? Laurent Klepper : Tout dépend des exigences, comme dans tout. Disons que le box simple tourne autour des 2.500 euros et que l’on peut monter pour des constructions vastes et complexes jusqu’à 150.000 euros pour un ensemble de boxes. Mais il n’y a pas de limites. On peut travailler sur un projet de manège, sur un véritable centre équestre (comme à Mont-le-Soie, sur les hauteurs de Vielsalm) ou, comme c’est plus courant, sur des demandes pour un propriétaire qui a de 2 à 5 chevaux. Entreprendre : Vous distribuez (et fabriquez) aussi d’autres produits dans le même genre ? ESPACE ENTREPRISES > ITINERAIRE Willy Klepper : Dans le même genre, c’est beaucoup dire… Nous fabriquons aussi des barrières pour pâtures, pour enclos ou pour propriétés. Nous faisons des boxes container que l’on peut déplacer en pâtures, des abris de prairie, des portes de tous styles pour étables et écuries, des clôtures en bois, des abris de jardin et garages… Entreprendre : Votre gamme est large. Ce n’est pas trop pour une TPE de quatre personnes ? Willy Klepper : Entendons-nous, l’essentiel de notre chiffre d’affaires est réalisé grâce à nos boxes. Le reste, ce sont de petits plus… Entreprendre : Votre clientèle vous vient de loin ? Laurent Klepper : Etonnement oui, le seul problème dans ce cadre étant de pouvoir assurer le montage sur place. Nous envisageons donc de développer quelque peu notre entreprise pour pouvoir mieux répondre à la demande. Nous en sommes arrivés à nous demander s’il faut, ou pas, nous rendre à des foires et salons loin de Libramont car on ne parvient pas alors à répondre à la demande. Entreprendre : Les boxes pour chevaux, c’était une idée géniale alors ? Klepper : Ah ça oui, je ne remercierai jamais assez l’ami qui m’a soufflé l’idée. J’y ai consacré une large partie de ma vie professionnelle et mon fils semble bien parti pour pérenniser l’affaire. Je n’en dis pas trop aujourd’hui sur ses projets, mais les perspectives ont l’air… évidentes. D’ailleurs, on va très bientôt entamer un chantier pour doter l’entreprise de nouvelles infrastructures dignes de nos besoins, de nos envies et de notre stratégie. Propos recueillis par Christophe Hay Photos Jean-Louis Brocart SCIERIE KLEPPER WILLY Allée des Tilleuls, 25 B-6800 LIBRAMONT Tél. : 061 22 52 90 Fax : 061 23 24 90 www.boxesklepper.be Entreprendre Aujourd’hui N°142 - juin/juillet/août 2012 - 29



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 1Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 2-3Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 4-5Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 6-7Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 8-9Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 10-11Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 12-13Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 14-15Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 16-17Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 18-19Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 20-21Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 22-23Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 24-25Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 26-27Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 28-29Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 30-31Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 32-33Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 34-35Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 36-37Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 38-39Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 40-41Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 42-43Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 44-45Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 46-47Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 48-49Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 50-51Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 52-53Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 54-55Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 56-57Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 58-59Entreprendre Aujourd'hui numéro 142 jui-aoû 2012 Page 60