Entreprendre Aujourd'hui n°141 mai 2012
Entreprendre Aujourd'hui n°141 mai 2012
  • Prix facial : 5 €

  • Parution : n°141 de mai 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Chambre de commerce et d’industrie du Luxembourg belge

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 15,8 Mo

  • Dans ce numéro : Rencontre avec Sergio Calandri, patron convaincu et convaincant d'Herbalgem, leader mondial de la production d’extraits naturels de bourgeons.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
Province de LUXEMBOURG Direction é conomie « Entreprendre » est devenu un classique de notre télévision locale La 175 e capsule produite par TV Lux vient d’être fêtée comme il se doit ! 32 - Entreprendre Aujourd’hui N°141 - mai 2012 Le 23 avril dernier était diffusée, sur TV Lux, la 175 e capsule « Entreprendre ». Fruit d’un partenariat entre la chaîne de télévision locale et la Direction de l’Economie de la Province de Luxembourg, cette initiative met en valeur chaque semaine une entreprise luxembourgeoise choisie par la rédaction. « Entreprendre » c’est chaque lundi à 18h50 devant quelque 50.000 téléspectateurs, et ce depuis 2008 ! Pascal Belpaire, Directeur de TV Lux, entouré par René Collin, Député provincial à l’Economie, Vincent Magnus, Président de la CCI du Luxembourg belge et Bernadette Thény, Directrice générale de la même institution. C’est donc une belle vitrine pour nos entreprises et pour l’esprit d’entreprendre qui était récemment à l’honneur dans le cadre splendide de la Ferme du Château de Basseilles, à Tenneville. Le lieu n’était pas choisi au hasard puisqu’il appartient à Didier Georis, également patron du restaurant Maxim’s et de la boutique Bonnie & Clyde à Bastogne, à qui cette 175 e capsule était consacrée. Une autre capsule d’une dizaine de minutes a été présentée, reprenant un patchwork de quelques-unes des 174 capsules précédentes. Une autre entreprise, proche des citoyens, sous les projecteurs Lors de la partie académique, Pascal Belpaire a également eu l’occasion de présenter plus en détails son entreprise, soit TV Lux ! Il a souligné les excellents chiffres d’audience réalisés par la chaîne et la volonté de celle-ci de se positionner toujours au plus près de la vie des citoyens de la province. Ce sont ensuite Evan Laloux, de l’entreprise Laloux- Stores à Marche-en-Famenne, et Solange David, architecte d’intérieur, de Soda Création, à Aye, qui ont eu l’occasion de partager avec le public leurs histoires respectives, leurs succès et leurs projets futurs. Le Fonds européen de Développement Régional et la Région wallonne investissent dans notre avenir. Solange David, Soda Création, s’est prêtée au jeu de l’interview pour mettre en avant son parcours entrepreneurial. Dans la lignée d’Entreprendre aujourd’hui En conclusion, René Collin, Député Provincial à L’Economie, a souligné l’importance de ce partenariat entre TV Lux et la Province. Il a rappelé les objectifs de valorisation et de soutien de nos entreprises, de mise en avant de l’esprit d’entreprendre et d’amélioration de la visibilité de notre tissu économique. Cette initiative est par ailleurs complétée par la diffusion dans les écoles de la revue « Entreprendre aujourd’hui » de la Chambre de commerce. De son côté, l’émission « Entreprendre » a encore de beaux jours devant elle avec les 18.000 entreprises que compte le Luxembourg belge ! Vous pouvez retrouver les capsules « Entreprendre » sur le site de TV Lux à l’adresse suivante : http://www.tvlux.be/joomla/index.php/nos-emissions/entreprendre/10290
Le Fonds européen de Développement Régional et la Région wallonne investissent dans notre avenir. Conférence exceptionnelle de philippe Maystadt Europe : le continent perdu ? Des raisons de s’inquiéter… Les derniers développements de l’actualité, comme la dégradation de la note de certains Etats membres de l’Union, la situation catastrophique de la Grèce et le contexte économique général sont autant de raisons de s’inquiéter du devenir de l’Union européenne. D’autant que le poids de l’Europe régresse face aux pays émergents et, plus préoccupant, face aux Etats-Unis ou au Japon. à cette constatation, Philippe Maystadt voit plusieurs facteurs : - notre productivité se révèle trop faible en comparaison à d’autres pays situés en dehors de l’Union européenne ; - le taux d’emploi en Europe n’est pas suffisamment élevé (même si l’écart avec celui des USA tend à se réduire) ; - les investissements en « recherche et développement » ne sont pas suffisants dans certains Etats membres ; S’ajoutent à cela une population vieillissante et une tendance des Etats membres à développer une forme d’égoïsme national. L’ensemble de ces éléments pourraient menacer la situation économique et compétitive de l’Union européenne. … à une stratégie de développement … Nous ne manquons pourtant pas d’atouts. En effet, certains Etats membres de l’UE tirent très bien leur épingle du jeu, notamment en matière d’innovation, et enregistrent des gains de productivité et des hausses de leur taux d’emploi. De même, l’Union européenne reste attractive pour certains investisseurs étrangers. Province de LUXEMBOURG Direction é conomie En juillet 2010, la Une du « Time Magazine » interpellait l’opinion publique en affirmant « Europe : the lost continent ». Un titre qui ne pouvait laisser Philippe Maystadt indifférent et qu’il réutilise pour un de ses ouvrages, publié récemment, et pour la conférence qu’il donnait le 10 mai dernier à Marche-en-Famenne, à l’invitation de la Province de Luxembourg. Retour sur les grandes lignes de la vision européenne du président sortant de la Banque Européenne d’Investissement et ancien Ministre des Finances. C’est le cas notamment pour les entreprises des secteurs de pointe que sont les télécommunications, le domaine pharmaceutique, l’aéronautique et tout ce qui est lié à l’économie dite « verte ». Il est cependant nécessaire pour rester compétitifs dans ces domaines de mettre en place une stratégie collective de développement économique. … en passant par une véritable politique européenne Philippe Maystadt préconise une meilleure utilisation des coopérations renforcées. Celles-ci permettent aux Etats membres qui souhaitent aller vers plus d’intégration européenne de le faire, sans attendre que l’unanimité des membres de l’UE soit atteinte, et ce, afin d’éviter les phénomènes de stagnation, même si c’est au risque d’accentuer la mise en place d’une « Europe à deux vitesses », déjà existante selon lui. La stratégie doit également passer par la mise en place d’un véritable gouvernement économique européen, en support de la Banque Centrale Européenne. Ce gouvernement représenterait la totalité des intérêts des Etatsmembres de l’Union européenne. Supervision nécessaire Dans la même logique, il est essentiel que l’UE puisse contrôler les flux bancaires en son sein, via un organisme de supervision. La solidarité financière doit être renforcée entre les Etats membres Il est par ailleurs nécessaire de rendre une légitimité démocratique à l’UE en renforçant la participation des parlements nationaux et du parlement européen dans l’approbation des politiques européennes (qui sont trop souvent dictées par le Conseil Européen sans l’aval des parlements). Philippe Maystadt propose également que le président du Parlement Européen soit élu au suffrage universel afin de donner plus de visibilité et de légitimité au dit parlement et ainsi, d’intéresser le citoyen aux enjeux européens. Assainir pour croître ! Par ailleurs, une meilleure utilisation des fonds structurels devrait permettre de donner un nouvel élan aux investissements. C’est également à travers un pacte de croissance qu’il faudra donner aux Etats membres les moyens de mener une véritable politique de croissance à court et à moyen termes, tout en menant les réformes nationales nécessaires à l’assainissement des finances publiques. Il faut toutefois laisser le temps aux pays se trouvant dans une situation difficile de faire ces réformes sans leur mettre le couteau sous la gorge avec des échéances intenables qui ne feront qu’aggraver la situation. Réciprocité Le pouvoir industriel des pays européens doit également être restauré. Pour ce faire, Philippe Maystadt souligne l’importance de l’application du principe de réciprocité. Une meilleure application de ce principe, qui met en exergue la complémentarité des Etats membres dans le développement de leurs activités économiques, permettrait le développement de bénéfices mutuels supplémentaires. Autre axe de travail, celui de l’éducation et de la formation. En effet, la majorité des pays de l’UE est mieux placée que, par exemple, les Etats-Unis dans les études Pisa. Il s’agit donc de conserver cet avantage en investissant notamment dans l’enseignement supérieur et en améliorant la communication entre le niveau secondaire et le niveau d’enseignement supérieur. Ceci permettra de garantir la continuité et la complémentarité des deux niveaux d’études et leur adéquation avec le marché de l’emploi. Entreprendre Aujourd’hui N°141 - mai 2012 - 33



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :