Entreprendre Aujourd'hui n°141 mai 2012
Entreprendre Aujourd'hui n°141 mai 2012
  • Prix facial : 5 €

  • Parution : n°141 de mai 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Chambre de commerce et d’industrie du Luxembourg belge

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 15,8 Mo

  • Dans ce numéro : Rencontre avec Sergio Calandri, patron convaincu et convaincant d'Herbalgem, leader mondial de la production d’extraits naturels de bourgeons.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
D’ICI & D’AILLEURS Immobilier belge Jusqu’à 50% trop cher ! La Belgique fait-elle face à une bulle immobilière ? La question est posée. Et si l’on jette un œil sur le baromètre trimestriel publié par The Economist, la surévaluation des maisons dans notre pays atteindrait même de véritables sommets. Selon l’hebdomadaire britannique, la Belgique est aujourd’hui en tête des pays européens en matière du coût de l’immobilier. Pour tirer de telles conclusions qui ne sont quand même pas sans retombées potentielles, The Economist base son analyse sur le rapport qui existe entre le prix des maisons, les salaires et les loyers. Il en ressort une moyenne à long terme selon laquelle les maisons sont à 56% surévaluées sur le sol belge. Les prix des maisons seraient en fait - toujours selon 24 - Entreprendre Aujourd’hui N°141 - mai 2012 le baromètre de l’hebdomadaire anglais – à 65% trop élevés par rapport aux salaires et à 47% par rapport aux loyers. Du coup, malgré un climat pas franchement engageant et une situation politique qui est ce qu’elle est, la Belgique se trouve dans le top 3 des pays qui ont les marchés de l’immobilier les plus surévalués, après Singapour (60%) et Hong Kong (58%). Reste que la situation belge est loin d’être aussi critique que celle de l’Espagne, notre marché hypothécaire étant généralement jugé en bonne santé. Pour les spécialistes, l’évolution des taux d’intérêt est probablement la clé, gageons seulement qu’aucun crash majeur du type éclatement de bulle ne nous touche… Santé Le bonheur passe par un emploi épanouissant... L’adage ne dit-il pas que « le travail c’est la santé » ? Il semble en tout cas aujourd’hui, et de manière irréfutable, que le bonheur passe nécessairement par un emploi qui plaise, satisfasse, épanouisse. Une enquête mondiale vient récemment de révéler ce que beaucoup avaient déjà remarqué de manière empirique sur des échantillons précis : moins de 15% des travailleurs de par le monde estiment que leur emploi ne contribue pas à leur bonheur et qu’ils travaillent tout simplement pour gagner de l’argent. On gardera bien sûr à l’esprit que la plupart d’entre nous travaille quand même, d’abord et avant tout, pour subvenir aux besoins de subsistance de la famille, mais l’évolution de la société a fait muer les habitudes instituant le bien-être parmi les valeurs qu’il convient de rencontrer pour asseoir un épanouissement de l’individu. D’où le besoin de s’épanouir au travail pour être heureux. En l’espèce, ce sont étonnement les travailleurs allemands qui nous donnent la leçon, eux qui dans 76% des cas privilégient ce besoin d’épanouissement dans leur travail comme un élément de grande importance, contre 42% pour les Britanniques et les Américains. Les travailleurs belges, quant à eux, sont 56% à penser qu’il est très important d’avoir un emploi épanouissant pour se sentir tout à fait heureux dans la vie. Cela suppose évidemment que 44% y accordent une importance moindre, un Belge sur dix ne travaillant clairement que pour l’argent. Reste maintenant à définir objectivement quelles sont les conditions de travail qui rendent le travailleur épanoui ? à cette question, il apparaît que l’ambiance de travail, les collègues, le lieu, la reconnaissance et les horaires arrivent devant le salaire et l’évolution. Et oui, les mentalités changent… Internet 300.000 internautes pourraient perdre leur connexion en juillet ! La police fédérale américaine met en garde contre le fait qu’à l’échelle mondiale, quelque 300.000 internautes pourraient perdre leur connexion internet à partir du mois de juillet, à l’expiration d’un système de sécurité temporaire mis en place contre un réseau de pirates informatiques. Le FBI conseille même aux internautes de se rendre sur le site web www.dcwg.org pour vérifier si leur ordinateur n’a pas été infecté par le réseau qui a été démantelé en novembre 2011. Euro 2012 de football Gare aux arnaques ! Si le foot vous plaît, la grande fête européenne prévue du 8 juin au 1er juillet ne vous laissera probablement pas de marbre. Si la télé vous suffit, il conviendra seulement de négocier avec votre moitié pour enchaîner les rencontres devant une petite bière. Par contre, si vous êtes vraiment féru de ce type de rendezvous, notez qu’il y a quelques conseils à suivre pour ne pas voir le déplacement prendre une tournure moins agréable. Précisons d’abord que cet Euro ne se déroule pas tout près, tout près, même si les vols « low cost » rendent tout accessible. Ensuite, rappelons que les places se négocient à prix élevés. Mais quand on aime, on ne compte pas, c’est bien connu. Sauf que l’on n’aime pas forcément être le dindon d’une farce qui n’amuse que les arnaqueurs qui se délectent de tels rendez-vous. Pour aider les touristes du ballon, un « First Aid Consumer Kit », ainsi qu’un dépliant fort bien réalisé, ont été mis à disposition des supporters et amateurs, c’est un outil pensé par l’UEFA contient une foule d’informations sur vos droits en tant que consommateur (garantie, problèmes d’avion, d’hôtel, de location de voiture) et vous renseigne sur l’ensemble des aspects pratiques liés à ce voyage (transport par voiture et par taxi, transports publics, échange de monnaie, shopping, heures d’ouverture des magasins et restaurants…). Le dépliant quant à lui reprend un résumé des informations pratiques ainsi que les expressions les plus courantes traduites en anglais, polonais et ukrainien. Notez enfin qu’il ne faut jamais acheter de billets en ligne en dehors des sites officiels (informations pratiques sur le site officiel de l’UEFA), qu’il est conseillé d’imprimer les documents d’achat et de les emporter avec vous. Faites enfin attention aux offres extraordinaires, ainsi qu’aux offres concernant des matchs qui sont déjà « sold out » depuis des semaines, il est du coup possible que vous ne receviez jamais vos tickets ou que ceux-ci soient des faux. Payez aussi de préférence vos places par carte de crédit, les émetteurs acceptent plus facilement d’éventuels remboursements, notamment si votre commande auprès d’un organisme officiel ne devait jamais être honorée parce que le nombre de tickets disponibles a été surestimé. Au final, quelle que soit la formule retenue pour goûter à l’Euro, bon foot quand même…
Frais professionnels Attention… En matière de frais professionnels non, ou mal, justifiés, l’heure est aujourd’hui - croyez-nous - à la méfiance. Et pour cause, de lourdes amendes pour la déduction de frais professionnels erronés, injustifiés ou tout simplement faux sont dorénavant prévues et annoncées. Ainsi, méfiez-vous si, lors de vos déplacements, vous avez pris l’habitude de quelques largesses avec le mécanisme des frais professionnels, n’hésitant pas à régaler épouse, famille, amis et connaissances, ou à consentir des dépenses très privées aux frais de votre entreprise. C’était annoncé, et cette fois la dynamique est même enclenchée… Toute personne qui se fera ainsi prendre devra donc inévitablement s’acquitter d’une somme correspondant à environ 309% du montant déclaré ! Pour le fisc, ceci est une manière tout à fait légale, et même citoyenne, de mettre un frein à des pratiques illégales quasi instituées. En l’espèce, disons qu’il s’agit de viser des rémunérations déguisées. Notez donc que dès juillet, les dirigeants d’entreprise qui tentent de faire passer des dépenses privées via leur société seront plus sévèrement punis. Un achat privé de 1.000 euros consenti lors d’un voyage d’affaires, et déclaré sans peur comme frais d’entreprise durant des décennies, vous en coûtera peut-être demain bien plus, puisqu’assorti d’une amende de 3.090 euros. Rappelons que ce type d’amende existait déjà, mais qu’il était rarement appliqué jusque-là. Taxation Les grandes entreprises ont-elles le droit d’éluder l’impôt ? Il y a quelques semaines, le très sérieux New-York Times révélait qu’Apple, l’emblématique entreprise informatique californienne orpheline de son créateur, mentor et génial concepteur SteveJobs, ne payait quasi pas d’impôts grâce à de subtiles et complexes montages financiers. Bien que très légales, et relevant davantage de l’optimisation fiscale que de la fraude, les manœuvres d’Apple ont quand même jeté un froid quant au sentiment patriotique que dégageait jusque-là cette entreprise toujours assimilée à son patron bobo malgré des chiffres affolants au long d’une aventure entrepreneuriale incroyable et à rebondissements. Pêle-mêle, l’article du quotidien de Big Apple nous apprend qu’une grande partie des revenus - et des profits ! - du fabricant de l’iPhone et de l’iPad est redirigée vers des sociétés-écrans de quelques dizaines d’employés, ou parfois même constituées d’une simple boite postale et situées dans des pays « à faible taxation comme l’Irlande ou les Pays-Bas, le Luxembourg et les Iles Vierges britanniques ». Nous soulignerons quant à nous sans faire nullement de populisme que la philosophie fiscale de la firme de Cupertino est anti-citoyenne, voire anti-libérale, puisqu’elle a réalisé – tenez-vous bien ! - un bénéfice net de 25,92 milliards de dollars en 2011 et pourrait même encore exploser ces plafonds en 2012. L’an dernier, Apple a payé 3,3 milliards de dollars d’impôts dans le monde sur des profits bruts de 34,2 milliards : un taux d’imposition de 9,8%. Par exemple, pour éviter l’impôt sur les sociétés de 8,84% en Californie (l’état le plus endetté des États-Unis), où son siège social est basé, Apple transfère tous ses profits américains à une filiale nommée Braeburn Capital, basée elle à Reno (Nevada), où le taux de l’IS est de… 0%. Vous voulez un autre exemple ? La même entreprise, en Europe, via sa filiale luxembourgeoise, iTunes SARL, qui emploie quelques dizaines d’employés seulement, gère près d’un milliard d’euros de revenus issus des ventes de produits numériques, comme les MP3 ou des épisodes de séries télévisées sur iTunes. La question qui nous brûle : « Pourquoi le Grand-Duché de Luxembourg ? » D’ICI & D’AILLEURS Blanchiment d’argent Les paiements en cash sont désormais limités à 5.000 euros Selon le plan d’action contre la fraude élaboré par John Crombez, Secrétaire d’Etat à la lutte contre la fraude fiscale, le paiement des salaires en espèces sera bientôt une pratique bannie. Cela concerne, on s’en doute, de moins en moins de Belges et la mesure aurait même pu passer inaperçue si elle ne s’intégrait pas en réalité dans un vaste arsenal visant à lutter contre les paiements en liquide. Du coup, acheter une voiture d’occasion, payer un important acompte lors de l’achat d’un bien immobilier, voire financer du mobilier ou des travaux… relèvera bientôt du passé. Et s’il était encore permis jusqu’hier de sortir 15.000 euros cash pour des achats en liquide, la limite aujourd’hui de 5.000 euros réduit fortement le champs d’action des achats « invisibles ». Objectif : lutter contre le blanchiment d’argent. Et encore, les achats comptant prendront à nouveau du plombdans l’aile au 1er janvier 2014 puisque le plafond sera alors ramené à 3.000 euros, conformément au programme de réformes voté en début d’année par le gouvernement Di Rupo (avant-projet de loi programme du 24 février). Précisons encore que les paiements au comptant plafonnés s’appliqueront à l’achat de marchandises comme au paiement de services. Des règles spécifiques s’appliquent quant à elles déjà aux transactions immobilières puisque la loi prévoit depuis quelques années que le prix de vente d’un bien immeuble doit être liquidé par virement ou par chèque et que 10% de la somme seulement (et un maximum du 15.000 euros !) peut être versé au comptant. Nous sommes donc en phase de transition puisque désormais, seul un acompte limité à 10% du prix (mais surtout à 5.000 euros maximum !) pourra encore être versé. La Justice aura bientôt sa « banque-carrefour » On parle de 2014 Après des années de plans, d’études et de mégaprojets tous passés à la trappe, la Ministre de la Justice Annemie Turtelboom (Open Vld) a mis au point un plan stratégique pour l’informatisation de la Justice. D’ici 2014, toutes les données relatives à des procès devront être collectées et reliées entre elles électroniquement par le biais de la banque-carrefour JustX. Intéressant puisqu’à cette date les magistrats pourront s’appuyer sur cette banque informatique générale leur permettant de consulter tous les PV, pièces à conviction des juges d’instruction, conclusions d’avocats, jugements et autres décisions d’exécution dans un seul et même dossier électronique. L’informatisation se fera progressivement, le cœur du plan étant JustX, une banque-carrefour où toutes les données seront regroupées et interconnectées électroniquement. Dont coût : 4,2 millions d’euros ! Entreprendre Aujourd’hui N°141 - mai 2012 - 25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :