Entreprendre Aujourd'hui n°141 mai 2012
Entreprendre Aujourd'hui n°141 mai 2012
  • Prix facial : 5 €

  • Parution : n°141 de mai 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Chambre de commerce et d’industrie du Luxembourg belge

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 15,8 Mo

  • Dans ce numéro : Rencontre avec Sergio Calandri, patron convaincu et convaincant d'Herbalgem, leader mondial de la production d’extraits naturels de bourgeons.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
ESPACE ENTREPRISES > ITINERAIRE » > tait encore la station-service à Ferrières et que nous étions quotidiennement sur le pont, les camionnettes prêtes pour des interventions de jour comme de nuit, sur la route, sur des parkings, au domicile ou sur le site des entreprises que nous comptions parmi la clientèle. Entreprendre : Réparer un bahut était donc faisable ainsi, avec quelques outils stockés dans une camionnette ? Albert Godefroid : Quelques outils, n’exagérons rien… Mais c’est vrai qu’à l’époque nous nous étions fait une spécialité de l’intervention et de la réparation in situ, à l’endroit de la panne, de l’entretien ou du besoin de remise à neuf. Nous n’étions pas les seuls à travailler de la sorte, mais c’était de fait une manière plutôt originale d’accomplir notre métier, sans investissements énormes qui plus est. Entreprendre : En 1995, vous sautez pourtant le pas et investissez les premiers sur cette zone artisanale alors quasi déserte. Pourquoi ? Albert Godefroid : Tout simplement parce que maîtrisant parfaitement le métier, nous savions que les jours d’une série de petits garages étaient comptés, de même que notre approche de l’entretien sans atelier d’ailleurs. L’évolution technique est telle, alors, que les solutions qui se profilent sont extrêmement réduites. Soit on s’inscrit dans la volonté des constructeurs de proposer un service professionnel en des ateliers construits pour l’entretien des véhicules à moteurs avec remorques, soit on ferme boutique. Entreprendre : Choix radical s’il en est… Albert Godefroid : Oui, mais la réalité c’est ça et pas autre chose. On pressent même, début nonante, que les bons résultats enregistrés au niveau de la station, notamment en vente de pièces et lubrifiants, sont eux aussi comptés parce que la fiabilité du matériel fait un bond, espaçant petit à petit le passage au garage que ce soit pour les vidanges ou l’entretien. Entreprendre : Toutes ces évolutions, plutôt contreproductives pour un garage classique, ne refroidissent pourtant nullement vos ardeurs… Albert Godefroid : Attention, nous ne nous réjouissons pas pour autant de la tournure que prend le métier, mais nous tâchons d’appréhender les choses avec méthode et vision à moyen voire long terme. L’investissement de départ, hors 22 - Entreprendre Aujourd’hui N°141 - mai 2012 matériel, n’est tout de même pas anodin non plus (45 millions de francs belges,ndlr), mais nous le pensons comme un tremplin vers une différenciation irrémédiable d’avec nos concurrents. Entreprendre : C’est-à-dire… Albert Godefroid : Au moment où nous bâtissons nos installations, nous sommes - rappelons-le - saturés de boulot. On sait que nos jours sont comptés dans cette approche originale du métier où l’entreprise s’est fait un nom, mais la clientèle est là et bien là, satisfaite de nos services, désireuse de poursuivre la collaboration et, de toute façon, contrainte de travailler comme le souhaitent dorénavant les constructeurs. Notre idée n’est donc pas de révolutionner tout, mais plutôt d’affiner notre stratégie en intégrant l’entretien et la réparation de flottes en nos ateliers, ajoutant une série de petits plus à la mécanique classique que nous pratiquons depuis plusieurs années. L’idée est de rencontrer les besoins de nos clients par l’ajout de spécialités très pointues à ce que nous prenons déjà en charge, comme la gestion des pneumatiques, du freinage et l’entretien des « Assurer un service complet, professionnel et haut de gamme, en un seul arrêt, est une manière de se différencier de la concurrence. Nous investissons depuis 25 ans pour que l’entreprise soit et reste performante et reconnue. C’est ça le modèle Godefroid : travail, sérieux et sécurité… » systèmes ABS… C’est ce que nous ferons sans cesse, comme encore en 2011 avec un nouveau banc de géométrie informatisé, une gestion des stocksup-to-date, des ordinateurs d’analyse… Entreprendre : Revenons pourtant à l’histoire de l’entreprise. En 1998, trois ans après la construction, l’entreprise franchit une nouvelle étape et associe son nom à la marque MAN. C’est le moment de dire adieu à la liberté d’une concession toutes marques… Albert Godefroid : Je vois davantage cela comme une opportunité d’asseoir notre développement par l’association d’un outil à ce moment-là vraiment à la pointe à une marque qui a largement pignon sur rue. à l’époque, c’est aussi rassurant de savoir que cet accord, moins contraignant qu’il n’y paraît, nous garantit des exclusivités et la certitude d’un flux minimum. On l’a vu par la suite, le partenariat avec MAN a vraiment été une opportunité, Guy Perin, l’inspecteur vente de la marque ayant toujours été un fervent collaborateur de notre évolution. Avec l’aile dépannage qui fait de l’entreprise un partenaire incontournable sur le nord de la province de Luxembourg, le sud et l’est de la province de Liège et un peu sur le namurois, l’entreprise se donne aussi de l’air parce que la promesse d’activités est réelle. Entreprendre : En ajoutant encore à votre PME d’autres biais de développement ou de stabilisation dans les années qui vont suivre. C’était à nouveau une nécessité ? Albert Godefroid : Disons que cela fait partie de ce que nous appelons une saine gestion en bon père de famille qui veut qu’en accord avec notre partenaire historique nous ayons choisi des voies de différenciation et/ou de spécialisation utiles et porteuses. Ce fut le cas en 2006, avec l’ajout de la marque IVECO à notre portefeuille des partenaires, l’IVECO Daily devenant l’un de nos chevaux de bataille entretemps… En 2009, l’arrivée d’un partenaire, en la personne de Didier Hocké, fut plus que bénéfique puisqu’il partage avec nous sa longue expérience dans le domaine (ancien importateur MAN privé et concessionnaire IVECO).
ESPACE ENTREPRISES > ITINERAIRE « La mécanique a connu une révolution majeure au cours des vingt-cinq dernières années, notre faculté à nous adapter et notre audace à investir ont certainement été capitales pour traverser les années sans casse… » Entreprendre : Idem avec les remorques et les grues ? Albert Godefroid : Oui, à peu de choses près puisque nous avons, s’agissant de ce matériel précis, tantôt le statut d’importateur pour la Wallonie ou pour une zone géographique donnée. Nous commercialisons et entretenons par exemple des remorques « walking floor » (à plancher mouvant alternatif qui avance au gré des chargements et livraisons,ndlr) pour les marques française LEGRAS et hollandaise KRAKER. Nous distribuons par ailleurs des grues à l’échelle de la Belgique pour la marque Böcker et des essieux pour BPW. Ça ne veut probablement rien dire pour l’essentiel de vos lecteurs, mais les professionnels de la route savent de quoi je parle… Entreprendre : Justement, les professionnels de la route en question vous sont tout aussi fidèles, malgré le temps qui passe et la fiabilité de plus en plus avérée du matériel roulant ? Albert Godefroid : Oui, nous enregistrons rarement de grosses déceptions sur le sujet. Il faut dire, comme je le répète souvent pour expliquer que rien n’est jamais acquis, que nous n’avons jamais rien considéré à la légère et que nous avons aussi souvent que possible fait feu de tout bois. Nous vendons des véhicules d’occasion que nous entretenons, nous sommes réparateurs officiels VDK (presse pour immondices), nous assurons le service clientèle le plus complet possible ce qui est rare… Entreprendre : Votre credo, c’est regrouper un maximum de compétences en un seul lieu pour maximiser autant que possible les interventions potentielles sur le matériel… Albert Godefroid : Evidemment ! à nos débuts, l’idée n’était pas différente, ce sont les moyens qui n’étaient pas les mêmes. Maintenant, nous savons que nous disposons d’un outil performant, avec des professionnels parfaitement formés et connaisseurs de leur métier, du matériel dernier cri le plus moderne possible et des installations à la fois vastes et bien pensées que nous utilisons pour l’heure à 70%, c’est dire la marge qu’il nous reste. Sur 1.250 m², j’ai coutume de dire que nous pouvons tout faire pour les besoins de nos clients en un seul lieu, ce qui n’est pas nécessairement courant. Entreprendre : La valeur familiale transparaît dans de multiples approches de l’entreprise, c’est une valeur que vous défendez… Albert Godefroid : Oui, et elle va plus loin que le « simple » lien familial au sens strict du terme. Certes, il y a un Godefroid à chaque poste stratégique de l’entreprise, mais la quinzaine de personnes qui compose la structure est respectée pour ce qu’elle est et nous mettons un point d’honneur à rappeler que chacun a mis sa pierre à l’édifice depuis vingt-cinq ans. Entreprendre : Après le trio historique, on peut considérer que la seconde génération aura aussi un rôle à jouer dans l’avenir ? Albert Godefroid : C’est évident… Le fils de mon frère est encore un peu jeune pour l’heure, de même que le plus jeune de mes enfants, mais nous avons déjà accueilli mes deux aînés au sein de l’entreprise. Ils sont motivés, dynamiques et concernés. Mickaël Godefroid est aujourd’hui un chef d’atelier reconnu, quant à Cathy Godefroid, elle seconde mon épouse à merveille, que ce soit dans l’administratif pur et dur, ou dans le conseil financier proprement dit. Entreprendre : Quel est selon vous le secret de votre réussite ? Albert Godefroid : Allez savoir… Je pense que c’est un ensemble, ni plus ni moins. Je reconnais que nous avons bien structuré les choses, que nous avons bénéficié de petits coups de chance bienvenus, que nous avons finement assuré les mutations du métier et que nous n’avons jamais rechigné à la tâche. Probablement est-ce là aussi la rançon de l’investissement ! Travail, formation, différenciation et proactivité dans ce que l’on sait faire, il n’y a pas de secret, c’est le meilleur moyen de réussir. Ah oui, j’oubliais. On s’entend à merveille entre nous, ce qui facilite grandement les choses… Propos recueillis par Christophe Hay Photos Jean-Louis Brocart ALBERT ET JULIEN GODEFROID sprl Rue des Boussines 50 6960 Manhay Tél : 086 45 60 20 Fax : 086 45 61 40 Entreprendre Aujourd’hui N°141 - mai 2012 - 23



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :